Real Time Web Analytics

Pour Nandrin

  • Débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal le 24 novembre 2016 au local d' " Histoire de Temps"

    Chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

     

     

    Incroyable mais vrai !

     

    Au conseil communal de ce mardi 22 novembre, les 9 élus (sur 17) de la majorité "Expressions Commune(s)" ont voté DEFAVORABLEMENT pour la préservation du bâtiment de l'administration communale de Nandrin, sis au n° 1, place Ovide Musin, et ce contre les 2 groupes d'opposition "TE" et "uPN" qui avaient demandé son MAINTIEN et sa RESTAURATION.

     

    Datant de 1954, cet immeuble, assemblage de briques et de pierres typique de l'architecture traditionnelle du Condroz, récemment adapté aux PMR (personnes à mobilité réduite) abritait, entre autres, les bureaux du bourgmestre et du directeur général mais aussi la salle du Collège.

     

    Le coût des travaux de destruction et de reconstruction qui va approcher le montant de 1, 9 million d'euros (1.778.000 + 101.000 de frais d'étude) va rejaillir sur l'ensemble de nos concitoyens et relancera l'endettement communal si l'emprunt d'1 million d'euros actuellement refusé par l'opposition devait à nouveau revenir sur la table du conseil.

     

    Au moment où nous écrivons ces quelque lignes, le début des travaux de démolition est imminent, le chantier étant déjà partiellement sécurisé.

     

    Ce jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski et Jeannick Piron seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre.

     

    Invitation est lancée à tous les citoyens et il y aura des comptes-rendus du dernier conseil communal dans les journaux locaux et régionaux de la Meuse et de l'Avenir Huy-Waremme ainsi que dans la Libre Belgique et la DH de ce jeudi.

     

    Pour "uPN", Marc Evrard, chef de groupe

  • La CSC défend la nouvelle administration communale à Nandrin et Réaction de l'opposition dans la Meuse ainsi qu'un article de La Libre.be de 2005

    article de la meuse conseil communal opposition csc clic ici  22 nov csc.JPG

    article de la Meuse clic ici  conseil communal opposition csc clic ici 22 nov csc.JPG

    Réaction de l'opposition.JPG

    Réaction de l'opposition

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH. « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre... Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.

    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil. Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie. Mais pas au détriment des Nandrinois. La commune n’apas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il. Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes ,dont le bourgmestre et le directeur général. S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps. Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles. Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée. « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité. Une administration publique vise à accueillir le public... L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel .»
    Réaction de l’opposition .

     

    Voir article de la Libre .be du jeudi 4 aout 2005

    A Nandrin, clic ici le retour des «dinosaures»

    S.L. Publié le - Mis à jour le

     

    Dans la petite commune de Nandrin, entre Liège et Huy - et à seulement 60km de Maastricht et Aix-la-Chapelle -, on croise les doigts en regardant le ciel, ces jours-ci. L'édition 2004 du Nandrin festival, qui se déroule dans la plaine des Templiers, avait été secouée par une petite tornade le vendredi soir, et par l'annulation tardive de Lara Fabian - qui devait se produire dans les infrastructures du festival la semaine suivante -, sans compter une affiche plus «légère» que les années précédentes. Au terme de l'événement, qui avait tout de même attiré 32000 personnes, les organisateurs proclamaient ne pas être sûrs de poursuivre l'aventure en 2005, en l'absence de subsides.

    Un an plus tard, le Nandrin festival est bel et bien de retour. Quatre éléments ont permis de remettre le navire à flot, explique Gaston Merkelbach, co-organisateur de l'événement avec Michel Lemmens: un «Festival Aid» à Liège en novembre, la réduction de trois à deux scènes désormais, l'augmentation - quoique jugée insuffisante par l'organisation qui demande 100000 euros - des subsides (9500 € de la Province, 37500 annoncés par la Communauté), et celle de certains sponsors.

    http://www.lalibre.be/culture/musique/a-nandrin-le-retour-des-dinosaures-51b88af4e4b0de6db9ac7545#.WDNKZpnUKGg.facebook

     

  • Comminiqué de presse de la csc pour le Conseil Communal de Nandrin dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 et réaction de l'opposition

    CSC Conseil Communal opposition dans l'avenir du 22 novembre 16 clic ici.JPG

    CSC Conseil Communal clic ici  opposition dans l'avenir du 22 novembre 16 clic ici.JPG

    Conseil Communal la csc et l'opposition dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 clic ici.JPG

    Conseil Communal la csc et l'opposition clic ici  dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 clic ici.JPG

    Voir aussi clic ici l'article de la Meuse et la Libre. be de 2005

    La CSC défend la nouvelle administration communale à Nandrin  clic ici et Réaction de l'opposition dans la Meuse ainsi qu'un article de La Libre.be de 2005

  • L'opposition convoque un Conseil Communal à Nandrin article dans le journal Vers l'Avenir

     

    Article de vers l'avenir 17 nov 2016 l'opposition convoque un conseil communal extraordinaire clic ici .pdf

     

    Article de vers l'avenir du 17 no 2016 l'opposion convoque un Conseil Communal clic ici.JPG

  • L'opposition convoque un Conseil Communal à Nandrin article dans le journal La Meuse

     

    Article de la meuse 15 nov sur la new adm et l'opposition clic

    ici.pdf

     

    travaux,presse,opposition,administration,patrimoine,nandrin,condroz

  • PRESS’en BREF n°15 - ‘16 Nandrin, TON patrimoine fout le camp !

    A cause de la mégalomanie d’un homme qui veut laisser, à tout prix, une trace de son passage à la tête de la commune et d’une « majorité » laxiste et complice, Nandrin va voir son endettement repasser la barre des 3.500.000 euros.

    Pire, ils ont choisi de réaliser ce projet de bâtiment pour une nouvelle administration communale/CPAS, au montant démesuré de 2.000.000 d’euros (pour une commune de 5.900 habitants !), à moins de de deux ans des futures élections communales d’octobre 2018, de manière à en faire un argument de campagne électorale puisque le chantier sera achevé en … juillet 2018. 

    Ainsi, chaque Nandrinois, en ce compris tout nouveau né, va donc devoir débourser 339 euros pour satisfaire les besoins de grandeur du bourgmestre et de ses acolytes et pour un projet pour lequel PERSONNE n’a voté puisqu’il était ABSENT de TOUT programme électoral.

    2 MILLIONS d’euros de dépenses,  ça s’annonce et puis cela se discute, quand même, non ???

    Mais, si cette dépense inconsidérée va creuser un nouveau trou dans les finances communales, elle va surtout engendrer la perte d’un élément du patrimoine nandrinois, le bâtiment dit « à la tour carrée » en pierres-briques caractéristique du Condroz et de la place de Nandrin.

    Car, cette bâtisse trapue construite au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1947, s’intégrait harmonieusement dans le bâti très ancien des places Musin et Botty, puisque les deux tours de défense de la ferme et de l’église, dites tours domaniales, remontent au Haut Moyen-Age.

    Comme ces tours servaient, avant la construction des châteaux-forts, à abriter les villageois face aux attaques des envahisseurs extérieurs, en l’occurrence au 9ème siècle, les vikings, la commune de Nandrin a donc tenu à reprendre ce symbole architectural pour rappeler que la représentation populaire s’incarne dans l’institution communale.

     

    Alors, me direz-vous, est-ce décidé et à quand les premières destructions ?

    Les grues et autres engins de démolition seront-ils en place pour la mi-novembre 2016, malgré le refus d’un emprunt d’un million d’euros voté le 24 octobre dernier par la majorité du conseil communal ???

    Et ainsi, faut-il voir dans le placement d’un abri de jardin provisoire devant l’entrée du bâtiment « Musin », un accès de remplacement à l’entrée actuelle condamnée par les futurs travaux ???

     

    DEMOLIR cet édifice, « la tour carrée », vieux de septante ans, relève non seulement d’un gaspillage financier mais résulte d’une volonté délibérée de destruction du patrimoine communal, sans respect pour l’ensemble architectural que constituent les bâtiments avoisinants, témoins des différents moments de notre histoire locale.

    Car la question que tous nos concitoyens se posent et qu’il eut fallu leur poser dès que ce projet aux objectifs certes louables, fut lancé, se résume à se demander s’il était OPPORTUN de maintenir une administration qui se veut moderne et adaptée aux besoins du citoyen du 21 ème siècle, dans des locaux anciens, voire vétustes, énergivores, peu sécurisés et dispersés, comme ceux que constituent l’ancien hôtel Musin, le vieux tribunal, la tour carrée ou encore la villa du CPAS au Péry ?

    Construire du NEUF résolument tourné vers l’avenir et la modernité, situé près des moyens de transports publics et privés que procurent la route du Condroz et le futur centre de déserte multimodal, n’était-ce pas LA SOLUTION qui aurait eu le mérite de rapprocher les Nandrinois, les Villersois, les Saint-Séverinois et les habitants de Yernée-Fraineux, de leurs institutions politiques et organes de gestion, eux qui sont séparés, depuis 1977, par le grand axe routier de la Nationale 63 ?

    Et que faire de ces trois bâtiments si caractéristiques, alors « abandonnés » en plein cœur du village de Nandrin ?

    Mais tout simplement, transformer, à terme et progressivement en fonction des moyens financiers disponibles, le centre historique de Nandrin en un ensemble à vocation culturelle, artistique, et muséale car la « (Belle) Porte du Condroz », n’est-elle pas devenue, au fil des ans, un lieu reconnu de concerts divers, d’expositions de peintures et d’événements historiques et autres manifestations, d’une bibliothèque communale digne du nom, même si elle a perdu beaucoup de son aura durant ces dernières années.

    Voilà, chères Concitoyennes et chers Concitoyens,

    ce que vous êtes en droit de revendiquer, le droit à la sauvegarde et à la valorisation de votre patrimoine monumental et culturel que d’aucuns, avec inconscience et irréflexion, ont décidé d’abandonner et/ou de faire disparaître.

     

    Qu’on se le dise de village en village pour que chaque Nandrinoise et chaque Nandrinois REAGISSENT avant que l’IRREPARABLE ne soit IRREMEDIABLEMENT commis !

     

    Que ce 11 novembre 2016 qui nous remémore, malheureusement et tellement, ce que la folie des hommes peut engendrer, nous préserve, en temps de paix, de nouvelles destructions monumentales!

     

    uPNa  

      

  • La PRESS’ion citoyenne n°15 - ‘16 « L’opposition ne comprend pas ce qu’elle vote » ?

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

    C’est la dernière déclaration du bourgmestre M. Lemmens dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 4 novembre, à propos du refus de 9 conseillers des oppositions « union Pour Nandrin » et « Tous Ensemble » et de la majorité « Expressions Commune(s).

    Car, n’en déplaise au grand argentier communal, une minorité de la majorité a également voté contre l’emprunt de 2 millions pour le nouveau bâtiment de l’administration communale/CPAS de la place Musin à Nandrin.

    9 conseillers sur 17 à Nandrin dont certains totalisent, ensemble, plus de 60 années de mandats politiques sont, comme le conseiller Marc Evrard, des élus « qui n’ont toujours RIEN compris ».

    9 conseillers sur 17  à Nandrin dont deux anciens échevins et président de CPAS et un ancien président de l’IDEN ne comprendraient plus RIEN !!!

    Décidément à Nandrin, depuis plus de vingt ans, il faut croire qu’on ne prend que les moins doués pour assumer des fonctions à responsabilité de gestion et cela semble continuer sous la législature actuelle, aux dires du bourgmestre (pas flatteur pour ses colistiers !).

     

    Mais que vaut-il mieux ?

    « Une opposition qui NE COMPREND PAS ce qu’elle vote » ou une opposition qui NE VOTE PAS ce qu’elle comprend ... trop bien ?

     

    Et, c’est bien cela qui met M. Lemmens dans un tel état “alarmiste” : il ne maîtrise plus sa majorité et ses projets deviennent sans ... fondation car il n’a plus AUCUN pouvoir de  DECISION et de GESTION, sans parler qu’il ne maîtrise plus sa communication, toujours dirigée contre l’individu et non contre les idées de celui-ci.

    Quant au travail du personnel communal qu’il laisse se développer sans perspective concrète, il faut déplorer une telle démarche de la part d’un mandataire qui, pour la part politique qui lui incombe, à savoir faire voter favorablement ses projets, n’assume plus ses responsabilités.

    Le fautif, n’est-ce pas, en définitive, celui qui n’a plus la majorité de vote au conseil communal ?

     

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Chacun se souvient du petit Caliméro, cher à nos jeunes années, celui-là même qui avait un art consommé de se faire passer, TOUJOURS, pour la victime de X, de Y et encore de Z.

    A la longue, cela devient lassant d’entendre, TOUJOURS, les mêmes gémissements et ces « ce n’est pas ma faute mais celle de l’autre », etc.

    Quand on clame haut et fort « qu’on a le pouvoir parce qu’on est la majorité » et que vous, « vous n’êtes que l’opposition », etc. et que « vous n’avez rien compris » et qu’on se trouve AUJOURD’HUI, acculé à ne pas pouvoir faire un emprunt, faute du refus de la MAJORITE du conseil communal, que fait-on, Monsieur Lemmens ?

    Marc Evrard vous répond, Monsieur Lemmens, par la plume d’uPNa :

    DEMISSIONNEZ,  Monsieur et quitter vos 22 ans d’échevinat et de maïorat car vous êtes d’abord, Monsieur Lemmens, un obstacle à la concorde politique à Nandrin, car, vous êtes, aussi, un obstacle au travail de nos fonctionnaires communaux et enfin, vous êtes, surtout, un obstacle à votre propre majorité qui, heureusement, compte encore quelques personnes réalistes.

    Aussi, Mesdames et Messieurs de la « majorité E.C. », faites faire le pas de côté à celui qui veut, au bord du précipice, vous faire accomplir le pas en avant.

    Car, c’est autant votre avenir que celui de Nandrin qui est en jeu.

     

    uPNa

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

     

     

  • PRESS’en BREF n° 14 - ‘16 La devinette du mois ou Quiadi ?

    Qui a dit, lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016 ?

     

     « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celle de la commune » (dans le journal “La Meuse” de ce jeudi 27 octobre 2016).

     

    1)   Le conseiller d’opposition Marc Evrard au bourgmestre Michel Lemmens ?

       ou

     

    2)   Le bourgmestre Michel Lemmens à la conseillère de la majorité Murielle Brandt ?

     

    La réponse se trouvait, ce jeudi 27 octobre, dans le journal « La Meuse », en page 2.

    Il s’agissait bien d’une déclaration publique … du bourgmestre Michel Lemmens à « sa » collègue-conseillère de « la majorité ».

    Elégant, non et exact, n’est-ce pas quand on sait que Murielle Brandt est ... « simple » conseillère communale et ne siège pas au collège communal et que Michel Lemmens cumule la fonction de bourgmestre et celle d’échevin des Finances, depuis 4 ans déjà.

     

    En voulez-vous une autre ?

     

    Qui a dit à la presse (même référence de journal) ?

     

     « Ils (les opposants -5TE + 3uPN + 1EC- au refus d’emprunt d’1 million pour le nouveau bâtiment de l’administration communale) ne comprennent pas que TOUT EST ENGAGE ! Les voiries sont déjà faites par exemple. Le budget est approuvé et ratifié par le ministre … Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on paiera sur fonds propres. »

     

    Le même que celui qui s’adresse avec « délicatesse » à sa collègue, Murielle Brandt : Michel Lemmens !

     

    Traduction 

     « On s’en fout » de l’accord du conseil communal car tout est PREALABLEMENT réglé et même, quand cela ne l’est pas, « on paiera sur FONDS PROPRES », c’est-à-dire qu’on passe outre l’avis de la majorité des citoyens (9 refus sur 17, à savoir 53 % des électeurs !!!).

     

    Il nous paraît opportun aujourd’hui de rappeler qu’il existe des îles lointaines comme celle de Sainte-Hélène où certains feraient bien de partir en « vacances » avant qu’on ne les y conduise « manu militari ».

     

    uPNa

     

     

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.JPG

    Clic sur l'article ou

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.clic ici JPG

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

  • La PRESS’ion citoyenne 2016 – n°11 MISE AU POINT

    relative au point complémentaire introduit par le groupe « union Pour Nandrin », lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016, relatif à la construction de huit logements sociaux et assimilés et à la procédure du bail emphytéotique au Tige des Saules sur les parcelles dénommées « le Verger » (cadastrée 35F), propriété communale et le parc (cadastrée 33K), propriété communale du CPAS à Fraineux.

     

    Pour rappel, le 21 juin 2016, le conseil communal a REFUSE par 9 votes NON, 3 uPN + 5 TE (les 8 de l’opposition) et 1 EC (majorité) et 8 OUI (la « majorité ») la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de huit logements publics, tige des Saules à Yernée-Fraineux.

    A la suite de ce refus, la société « Meuse-Condroz-Logement » qui devait bénéficier de ce droit, a accusé la commune de Nandrin d’avoir fait volte-face et l’a menacée, en date du 30 juin, de frais et de dommages financiers importants, dont la perte du financement régional d’un montant de 672.000 euros, de frais divers pour près de 50.000 euros et d’une sanction annuelle de 10.000 euros.

    La raison essentielle de ces éventuelles mesures de rétorsion tenait essentiellement dans le changement d’attitude du collège et de la majorité actuelle qui ONT MODIFIE la décision qui avait été prise, le 29 novembre 2011, par l’ancienne majorité et dans laquelle se retrouvait un certain nombre d’élus aujourd’hui dans la majorité dont le bourgmestre et son premier échevin mais aussi d’élus, aujourd’hui dans les deux oppositions « union Pour Nandrin » et « Tous Ensemble ».

    C’est pourquoi, le groupe « union Pour Nandrin », en déposant ledit point complémentaire, a tenu et tient encore à réaffirmer sa position face à la problématique de la construction de logements dit publics ou sociaux qui sont à destination de personnes les moins nanties, voire précarisées.

    Ainsi, personne ne peut ignorer que la commune de Nandrin a un retard GRAVE par rapport à l’exigence de la Région wallonne en la matière, à savoir 10% du bâti puisque Nandrin compte moins d’1 %.

    Mais de là, à vouloir atteindre une telle norme de 10 % alors que Nandrin est une commune RURALE et construire du logement de grand gabarit et à étages dans des zones de lotissements et d’habitations privées de standing, c’est un pas que uPN ne peut franchir et ne franchira JAMAIS.

    Donc, en proposant et en faisant adopter ce point, le groupe « union Pour Nandrin » désirait :

    1)   Réaffirmer sa position en matière de logements publics qui n’est pas défavorable pour autant qu’elle respecte le point susmentionné, en un mot, pas n’importe où et de manière déraisonnable, c’est-à-dire « anti-ruralité » ;

    2)   Que si une responsabilité était imputée à la commune de Nandrin, elle devait être attribuée au collège et à la majorité actuelle qui avaient modifié la décision de 2011 et qu’ils appartenaient à ces élus d’en assumer les montants réclamés ;

    3)   Que, depuis plusieurs années, le groupe « union Pour Nandrin » soutient les initiatives des riverains des rues Tige des Saules et Sur les Bois en cette matière et pour autant qu’elles soient légitimement raisonnables et en conformité avec le programme politique d’uPN, ce qui est toujours le cas.

    Le point complémentaire relevait donc d’une STRATEGIE politique visant, s’il avait été adopté, à mettre la « majorité » et le collège face à leurs responsabilités et dans une position de non-retour, tout en tentant de préserver la commune, donc l’ensemble de nos concitoyens du paiement de frais et de sanctions TRES préjudiciables pour les finances communales, donc de l’argent en provenance des impôts locaux (car gérer en bon père de famille est le premier devoir de TOUT élu !).

    Le bourgmestre et sa majorité ont pris la mesure du risque que le dépôt de ce point pouvait représenter pour leur réputation de gestionnaires et ont proposé une modification du texte qui, s’il avait été adopté, aurait DENATURE notre projet et texte initial.

    C’est pourquoi, nous avons DECIDE de RETIRER notre point qui avait le mérite, dans son libellé initial, de permettre à la commune de Nandrin et donc au collège, d’apporter un justificatif à « Meuse-Condroz-Logement » quant au changement d’attitude du conseil et d’éviter des poursuites fâcheuses.

    Puisque, manifestement, la majorité « n’en fait qu’à sa tête » et veut agir contre les intérêts de ses concitoyens dont ceux de Fraineux, qu’elle assume alors ses prises de position et qu’elle ne compte plus sur le groupe « union Pour Nandrin », pour tenter, demain, de l’aider à atténuer ou à réparer ses fautes.

    Nous informons ainsi nos concitoyens que tout nouveau point relatif à cette problématique de logements publics à Fraineux inscrit à l’ordre du jour fera l’objet, à nouveau de notre part, d’un vote NEGATIF au prochain conseil communal et à d’autres, s’il revenait sur la table.

    Mieux, nous demandons instamment aux autorités communales que les propriétés dénommées, le parc du CPAS et le parc du Péry à Fraineux fassent l’objet, avant la fin de la législature, d’une étude globale visant à en préserver le caractère rural et donc, l’abandon de tout projet urbanistique à cet endroit.

     

    Quoiqu’il en soit, dans la mesure où, ce lundi 24 octobre 2016, pour la troisième fois dans des dossiers communaux d’importance, le bourgmestre et sa majorité ont vu leur demande d’emprunts pour la construction du nouveau bâtiment de l’administration communale/Cpas REFUSEE par 9 NON et 8 OUI, nos concitoyens doivent savoir que la « majorité » est maintenant MINORITAIRE en votes au conseil et que les bourgmestre et échevins NE maîtrisent PLUS leurs propres décisions et la GESTION qui en découle.

    Cela, c’est la nouvelle réalité politique à Nandrin qui va INEVITABLEMENT changer la vie communale dans les semaines à venir.  

     

    Pour le groupe « union Pour Nandrin »,

    à Nandrin, ce 26 octobre 2016,

    Marc Evrard, porte-parole et conseiller communal

     

    Article dans vers l'avenir jeudi 27 octobre 2016 sur MCL.jpg

     

     

  • PRESS’en Bref n°12 - ‘16 Lettre ouverte à Monsieur Michel Lemmens

    Monsieur le Bourgmestre de Nandrin,

     
    Pour la troisième fois, après le 21 juin et le 3 octobre dernier, vous et votre groupe politique, avez été mis en minorité lors d'un vote au sein du conseil communal de ce lundi 24 octobre 2016.

     
    Le point relatif au financement de votre projet de nouvelle administration communale, point inscrit par vous-même, à l'ordre du jour, vient d'être refusé par 53 % des électeurs nandrinois (9 votes NON sur 17).

     
    Ce constat signifie très clairement que vous n'avez plus, ni la représentation électorale ni la capacité politique pour gérer notre commune de Nandrin, la conduite de la chose publique au travers de dossiers d'importance vous échappant de plus en plus.

     
    Puisque vous avez tenu, en son temps, à relever très "indélicatement" la formation d'historien de notre chef de groupe, permettez-nous de vous faire réviser ou plutôt « révisionner » (expression qui vous est chère), la bataille de Waterloo.

     
    Le 18 juin 1815, Monsieur le Bourgmestre, ce ne sont pas les Français qui furent vaincus dans la morne plaine de Waterloo, mais bien Napoléon Bonaparte car c'est lui, et lui seul, que l'Europe entière voulait voir quitter le trône de France.

     
    Vous vous trouvez, Monsieur Lemmens, dans la même situation car, comme lui, vous êtes un obstacle à la concorde et à la sérénité au sein de la commune.

     
    Vos méthodes de gestion inefficaces et votre management inapproprié engendrent des blocages à répétition et créent des conséquences néfastes pour la vie communale.

     
    Le risque de voir les futurs budgets 2017 de l’administration communale et du CPAS refusés est de plus en plus grand et se rapproche dangereusement.

     
    C’est pourquoi le groupe "union Pour Nandrin" estime donc qu'il vous appartient d’en tirer les conclusions et de faire rapidement le pas de côté qui s’impose.

     
    Enfin, nous exhortons Monsieur le Premier Echevin Pollain pour lui demander de prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures nécessaires pour que Nandrin retrouve son dynamisme et un minimum de consensus dans l'intérêt de nos concitoyens


    uPNa

     

    union Pour Nandrin Clic ici

    upn-web-bord.png

  • Invitation d'uPN à la 1ère rencontre citoyenne le jeudi 20 octobre 2016 à Nandrin

    Ce jeudi 20 octobre, entre 19h et 21h,dans un des locaux de la maison "Histoire de temps", située au numéro 145, route du Condroz à 4550 Nandrin, le groupe politique " union Pour Nandrin" tiendra sa première rencontre citoyenne.

    Comme annoncé récemment, il propose, ainsi, à tous les citoyens nandrinois de les accueillir dans ledit local afin de recueillir leurs réflexions relatives à la vie communale et plus particulièrement, par rapport à l'ordre du jour du conseil communal qui se tiendra ce lundi 24 octobre 2016, dès 20 heures, dans la salle de la place Botty à Nandrin.

     A l'issue de ces échanges, un débat pourra s'engager sur les problématiques communales d'actualité. 

     Les trois conseillers communaux, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents.

     Le groupe "union Pour Nandrin" vous attend en grand nombre et d'avance se réjouit de votre participation et de votre collaboration.

    Entre-temps, il vous assure de ses meilleurs sentiments. 

    Pour uPN,

    Marc Evrard, chef de file et porte-parole

    Source info

    Conseil Communal à Nandrin clic ici du 24 octobre 2016.pdf

    Point complémentaire Conseil Communal Nandrin clic ici  24 octobre 2016.pdf

     

     

  • L’opposition à Nandrin se dit écartée de la cérémonie, les articles dans la Presse, octobre 2016

    Dans vers l'avenir Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Dans vers l'avenir clic ici Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Article AG 18 octobre 2016 dans la Meuse.JPG

    Dans la Meuse clic ici

     

    NANDRIN - REMISE DES PRIMES DE NAISSANCE

    Samedi après-midi avait lieu la cérémonie de remise des primes de naissance, à la salle Saint-Séverin de Nandrin.

    Les jeunes parents et tous les élus nandrinois étaient invités à partager ce moment de convivialité.

    Sauf que la formule a changé par rapport à l’année passée, au grand dam de l’opposition qui se dit écartée.

    «Cela fait vingt ans que je me rends à cette cérémonie. Tous les conseillers, regroupés à une table commune, participaient d’habitude à la remise des primes.

    Désormais, seuls les échevins (et le directeur de l’école communale, celui du libre étant excusé NDLR) y ont droit, les autres doivent rester dans le public !

    Il s’agit pourtant d’une cérémonie officielle» , s’insurge Marc Evrard, chef de groupe uPN, présent ce samedi avec son colistier Bogdan Piotrowski.

    Les deux élus d’opposition ont fini par quitter la salle, indignés.

    Benoît Ramelot, seul représentant de son groupe TE, est lui resté mais n’apprécie pas non plus. «J’ai été surpris.

    Le bourgmestre a présenté les conseillers mais c’est la première fois que tous les élus ne sont plus invités à s’asseoir ensemble.

    Cela sera-t-il aussi le cas pour d’autres manifestations? , s’interroge-t-il.

    Cela démontre en tout cas un changement d’attitude, les rapports sont de moins en moins chaleureux à Nandrin », pointe-t-il.

    Le bourgmestre EC, Michel Lemmens, déplore une tempête dans un verre d’eau. « On a voulu rendre la cérémonie plus dynamique, moins guindée, en accueillant directement les familles et en leur remettant leur cadeau, sans devoir les appeler un par un. Il y avait bien une table mais personne ne s’y est assis.

    Personnellement, j’ai circulé de table en table pour discuter avec les gens. Rien n’empêchait les conseillers d’en faire autant. Tout ceci est un caprice. »

    Article de A.G source Sudinfo

     

  • Le conseil communal du 3 octobre 2016 à Nandrin dans la presse

    L'avenir Connseil communal article du 5 octobre 2016 Clic ici.JPG

    L'avenir Conseil communal article du 5 octobre 2016 Clic ici.JPG

    Dans la meuse du 6 octobre 2016 clic ici.JPG

    Dans la Meuse du 6 octobre 2016 clic ici.JPG

     

    Motivation uPN  vote conseil SOL presse clic ici.pdf

     

    Nouveau blocage au Conseil communal nandrinois

    La majorité Expressions commune(s) s’est trouvée dans une position délicate, lundi soir au conseil communal, lorsqu’un des points phares de l’ordre du jour a été rejeté par un «non» à la fois des deux groupes d’opposition (2 uPN en l’absence de Marc Evrard et 5 TE) et de la conseillère Murielle Brandt (cdH) appartenant pourtant à la majorité.

    Un basculement rendu possible par l’absence du conseiller EC Guy Brassel, retenu professionnellement à l’étranger.

    Le climat délétère suite à un accord électoral non respecté entre PS et cdH (un échevinat supplémentaire pour un humaniste, a priori Murielle Brandt, à mi-législature) est devenu explosif.

    Fin septembre, le Conseil était levé, faute d’élus présents en suffisance. Le point sur le potentiel Schéma d’orientation local (SOL) avait donc été reporté à lundi…

    Après les logements publics à Yernée-Fraineux, c’est le second projet de la commune qui passe à la trappe, du moins provisoirement puisque le Collège compte bien les remettre bientôt à l’ordre du jour.

    Le SOL, porté par l’échevine de l’aménagement du territoire Charlotte Tilman, est un outil d’aide à
    la décision que la majorité souhaitait ajouter à son Plan stratégique transversal, pour réglementer l’urbanisation à Fraineux et Villers-leTemple. « Cet outil est prévu et encadré par la Région wallonne, dans le cadre du Code du développement territorial.

    Il n’est pas encore possible de le mettre en œuvre mais à Nandrin, on souhaitait prendre de l’avance », indique Charlotte Tilman.

    Plus concrètement, dans l’objectif de conserver la ruralité, Nandrin voulait développer deux stratégies de développement pour deux quartiers dits «sensibles».

    « Le cœur de Villers est soumis à une pression foncière: d’urbanisation de certains terrains d’une part, de réhabilitation de certains bâtiments d’autre part. Or, il s’agit d’un cœur historique, il faut préserver le patrimoine, étudier la mobilité, l’écoulement des eaux…

    Il faut diminuer la densité prévue dans le règlement communal d’urbanisme à cet endroit. Quant à Fraineux, il y a une étendue très importante de terrains àencore urbaniser.

    Il vaut mieux réfléchir globalement au phasage des projets et au développement des voiries en amont, plutôt que se pencher sur une parcelle plic ploc. Le tout en consultant la population »,
    soutient l’échevine.

    Mais pour l’opposition, le projet n’est pas assez détaillé.

    « On regrette que les périmètres ne soient pas mieux définis, qu’on ne cible que deux quartiers, et le manque de concertation.

    Quelles sont les intentions de la majorité?

    Augmenter ou diminuer la densité? L’échevine a répondu au Conseil mais le document comporte beaucoup de flous. On aurait eu l’impression de signer un chèque en blanc.

    D’autant que le Collège pourrait statuer sans avis du fonctionnaire délégué », s’inquiète Benoît Ramelot (TE).

    Union Pour Nandrin reproche aussi que ce qui a été assuré par l’échevine au Conseil n’ait pas été écrit clairement dans le texte.

    « La population devrait pouvoir s’exprimer dès le début de la procédure, à savoir quand toutes les options sont encore possibles », enchérit Bodgan Piotrowski. Les deux groupes se disent prêts à revoir leur position si le dossier
    comporte de nouveaux éléments probants.

    Murielle Brandt aussi, qui se défend d’une quelconque «vengeance » à l’égard du Collège.

    « Je trouvais que le point n’était pas assez fourni et détaillé. Fraineux, c’est mon quartier et je m’étais engagée à le défendre contre l’urbanisation en 2012.

    Je reste cohérente avec mes idées.

    Si j’avais voulu être vicieuse, j’aurais bloqué la modification budgétaire », lance-t-elle.


    «IL EST TEMPS D’ATTERRIR»

    Quid du statu quo entre PS et cdH dont les hautes instances s’occupent? « Suite aux événements récents, j’ai recontacté le président d’arrondissement PS Serge Manzato pour reprogrammer une réunion commune. Le PS doit respecter sa parole. Il est temps d’atterrir et de trouver une solution », répond Benoît Cartilier, président d’arrondissement cdH.

    ANNICK GOVAERS

    union Pour Nandrin Clic ici

    upn-web-bord.png

     

     

     

     

  • «La majorité n’a plus la majorité.» Conseil Communal du 20 septembre 2016 dans l'Avenir Huy-Waremme du 22 septembre 2016

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans vers l'Avenir du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans vers l'Avenir du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    NANDRIN - Conseil communal

    Les oppositions et Murielle Brandt aux abonnés absents
    La majorité Expressions communes semble sous tension. Et les oppositions en profitent.

    La majorité Expressions communes semble sous tension. Et les oppositions en profitent

     Article de Sarah Janssen

    Le conseil de Nandrin n’a pas eu lieu mardi soir, faute de combattants. Les oppositions ne se sont pas déplacées, Murielle Brandt non plus.

    Comme à son habitude, le bourgmestre Michel Lemmens a regardé sa montre et a ouvert le conseil communal de Nandrin à 20 h pile. Autour de lui, des chaises vides, étonnamment vides, et des regards interrogateurs parmi les échevins et les conseillers Expressions communes. Le temps de la lecture de quelques communications à l’assemblée n’a pas suffi pour faire apparaître les conseillers Tous Ensemble et union Pour Nandrin… Ni la conseillère de la majorité Murielle Brandt, malgré la présence de son mari dans l’assemblée. «Je viens de recevoir un sms à l’instant de sa part disant qu’elle ne serait pas présente ce soir, annonce Michel Lemmens. Quant à Tous Ensemble, Benoît Ramelot est excusé de longue date, il est à l’étranger. Vincent Licata m’a, quant à lui, annoncé qu’il ne viendrait pas compte tenu de l’absence des autres de son groupe .»

    « Nous n’avons pas eu l’occasion de nous voir la semaine passée pour préparer le conseil, expliquait hier matin Benoît Ramelot qui a atterri le soir même du conseil. C’est pourquoi nous ne préférions pas nous prononcer sur ces points, surtout celui concernant la modification du PST (programme stratégique transversal) .».

    Pas de réaction de la part de la conseillère Murielle Brandt, aux abonnées absentes depuis les premières tensions du mois de mai-juin, lorsqu’elle s’était abstenue pour un point puis avait voté contre le bail emphytéotique avec Meuse Condroz Logement pour les 8 logements publics à Yernée Fraineux. Rappelons qu’un conflit au sein de la majorité attend d’être résolu par les partis – la conseillère Murielle Brandt (cdH) aurait dû prendre la place d’un échevin PS à mi-mandat, mais aucun accord n’est tombé. Son absence pourrait donc être expliquée par cette situation tendue au sein d’Expressions communes, même s’il semble y avoir du complot dans l’air (voir l’encadré de droite).

    Du côté de Michel Lemmens, manifestement blasé, un gros soupir fera office de réaction. «Je ne comprends pas l’intérêt de ce jeu des chaises vides. Je trouve ça irrespectueux pour les citoyens. Nos points sont prêts, nous reconvoquerons un conseil dans deux semaines. »

     

    «La majorité n’a plus la majorité.» Voilà le message qu’a voulu faire passer une fois de plus l’opposition union Pour Nandrin en brillant par son absence mardi soir, tout comme au moins de juin.

    «Les membres de la majorité ont choisi d’être peu nombreux, déclare Bogdan Piotrowski lorsqu’on cherche la raison de l’absence de son groupe au conseil. Et maintenant qu’il y a des dissensions dans leur groupe et que Guy Brassel, un de leurs conseillers, travaille à l’étranger et sera absent à plusieurs conseils, ils devront assumer et comprendre qu’Expressions communes n’est plus capable de gérer seule la commune.»

    Mais c’était aussi stratégique: «Si nous avions été présents, Marc Evrard étant à l’étranger mais aussi compte tenu des absences dans l’autre opposition, certains points seraient passés quand même, malgré la petite majorité d’hier soir» . C’est pourquoi il leur a semblé logique de ne pas venir. Et ils l’annoncent déjà, ils trouveront une autre solution pour le conseil prochain afin de bloquer les points qu’ils veulent bloquer, en l’occurrence la modification du PST mise à l’ordre du jour. «Rien n’est fait par hasard» , avoue-t-il.

     

  • «La majorité n’a plus la majorité.» Conseil Communal du 20 septembre 2016 dans le Journal La Meuse H-W du 22 septembre 2016

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans la Meuse du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    C’est la deuxième fois.

    L’opposition n’est pas venue et la majorité n’était pas assez nombreuse. 

    Faute de quorum, le conseil communal de Nandrin n’a pas pu se tenir ce mardi soir. Il manquait deux élus au sein de la majorité et les deux groupes d’opposition ne sont pas venus, pour des raisons différentes. Cette situation s’était déjà produite en juin dernier.

    Un conseil communal à Nandrin n’est jamais exempt de joutes verbales, de tensions ou de points polémiques. Depuis le mois de juin, il devient pourtant étrangement silencieux puisqu’il ne peut pas avoir lieu, faute d’élus présents en suffisance. La séance avait déjà dû être annulée le 13 juin dernier, lorsque l’opposition Tous Ensemble et Union Pour Nandrin avait décidé de boycotter le Conseil, pour « dénoncer la tenue de ce dernier un lundi au lieu du mardi ».

    En l’absence des conseillers de majorité Guy Brassel et Murielle Brandt, les membres d’Expressions commune(s) n’étaient pas assez nombreux pour ouvrir la séance.

    Le point sur la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de 8 logements publics à Yernée-Fraineux avait donc été reporté, puis recalé comme on le sait par le « non » de Murielle Brandt contre son groupe.

    Bis repetita ce mardi soir, en matière de quorum : l’opposition ne s’est pas déplacée, Guy Brassel était absent car à l’étranger pour son travail, et Murielle Brandt n’est pas venue.

    Une nouvelle marque de son impatience quant à l’accord pour l’heure non tenu entre le PS et le cdH (voir encadré)?

    Cette dernière n’a pas répondu à notre appel, mais en août, elle espérait qu’une solution serait dégagée pour la rentrée.

    UNE MOTIVATION POLITIQUE

    Pourquoi Tous Ensemble a-t-il boycotté le Conseil?

    Selon Vincent Licata, à cause de l’indisponibilité de ses membres.

    « Il n’y aurait eu qu’un ou deux élus de notre groupe au Conseil, Benoît Ramelot est à l’étranger, on préfère voter les points tous ensemble », commentet-il.

    Le chef de file d’Union Pour Nandrin, Marc Evrard, était lui aussi à l’étranger.

    Mais pour le groupe, la motivation est politique.

    « Comme en juin, on veut montrer que la majorité à Nandrin n’a plus la... majorité. Ils ont des problèmes internes qu’ils n’arrivent pas à résoudre.

    Rien n’a changé depuis trois mois.

    Et puis, repousser le point sur la modification du Programme Stratégique Transversal que nous n’approuvons pas nous permettra peut- être de le bloquer la prochaine fois », glisse Bodgan Piotrowski.

    Le bourgmestre, Michel Lemmens, regrette cette attitude « pitoyable à l’égard du travail effectué par le personnel communal. »

    Il ajoute : «Guy Brassel est en mission de 6 mois pour Arcelor en Pologne jusqu’au 7 octobre, il est sur le point de revenir en Belgique.

    S’il ne pouvait plus assurer ses fonctions, il aurait démissionné. »

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudinfo 

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre

    Si des tensions sont apparues dans la majorité à Nandrin, c’est en raison d’un accord électoral entre PS et cdH qui prévoyait la montée d’un humaniste à mi-législature.

    Problème, l’Ecolo Charlotte Tilman est devenue rouge, ce qui porte le nombre d’échevinats PS à 4, contre 1 pour Ecolo et 1 pour le cdH (au lieu de 2).

    L’un des élus PS devrait donc faire un pas de côté pour que la parole socialiste soit tenue. Une situation compliquée qui tarde à se décanter.

    Une recomposition du Collège avait été évoquée pour la mi-juillet mais le statu-quo est toujours d’actualité aujourd’hui.

    Un « médiateur » a même été désigné au sein du cdH, en la personne de Damien Wathelet, échevin à Clavier et secrétaire politique du cdH à Huy-Waremme.

    « Le président Benoît Cartilier m’a effectivement chargé de prendre le pouls à Nandrin et de voir comment la situation pourrait s’arranger.

    Un accord a été conclu, il doit être respecté.

    On ne peut plus attendre. Benoît Cartilier a fait part de son impatience au président de la Fédération PS de Huy-Waremme, Serge Manzato. Pour ma part, j’ai rencontré Murielle Brandt, les responsables locaux du cdH et le bourgmestre de Nandrin qui m’a dit que toutes les possibilités étaient brassées et qu’ils cherchaient activement une solution.

    La balle est dans le camp socialiste », déclare Damien Wathelet. Quid de la mésentente au sein du cdH nandrinois ?

    « Dès le moment où le PS bougera, on organisera une réunion au sein du cdH local pour trouver une solution. Pour nous, Murielle Brandt est postulante. »

    Soutient-il son élue lorsqu’elle vote contre son groupe?

    « Non, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin quand on entre dans une majorité.

    Mais ce n’est pas une raison pour la rayer du tableau. »

    Quant à Serge Manzato (PS), il indique laconiquement « que les choses ont pris plus de temps que prévu mais avancent. »

    Article de Annick Govaers Source Sudinfo 

     

    Blog de Nandrin Sudinfo

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

     

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

     

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

     

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

     

     

     

     

     

     

  • Les articles dans la presse du 16 septembre 2016 "Pour Nandrin" devient "union Pour Nandrin" "uPN "

    uPN,Union pour Nzandrin ,nandrin ,politique

     

    Conférence de presse uPN l'avenir du 16 septembre 2016 de Sabine Lourtie.JPG

    Conférence de presse uPN l'avenir du 16 septembre 2016 de Sabine Lourtie clic ici.pdf

    article de La Meuse 16 sept 2016.JPG

    Conférence de presse uPN dans la Meuse du 16 septembre 2016 article de Jérome G clic ici.pdf

     

    upn 3L.png

    upn web bord.png

     

  • La PRESS’ion citoyenne 2016 - n°10 « Pour Nandrin » fait peau neuve : il devient « union Pour Nandrin (uPN) ».

    upn web bord.png

    En conservant, dans sa dénomination, deux des trois mots de l’ancien nom de la majorité qui avait dirigé la commune de 2004 à 2012, le groupe politique d’opposition « Pour Nandrin » avait tenu à se positionner, aux « communales de 2012 », comme l’héritier et le dépositaire de cette forme de gestion sérieuse et rigoureuse qui avait fait les beaux jours de la commune de Nandrin, durant les législatures de 1994 à 2000, de 2001 à 2006 et dans une moindre mesure, de 2007 à 2012.

    Ainsi, pendant cette époque, Nandrin avait vu sa dette réduite à zéro, en 2004, grâce à une saine et cohérente gestion.

    Mais, c’est également durant cette période, de 2004 à 2008, que s’est constituée une véritable union des forces vives du PS et du MR, celle-là même qui avait conduit la commune de Nandrin, à devenir, ce qui n’est plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir, la commune-pilote des dix communes condruziennes de Huy-Waremme.

    Les événements de 2008-2009, à savoir les querelles fratricides entre le bourgmestre, Joseph Nandrin et son premier échevin, Michel Lemmens et « l’affaire » qui s’en suivit, devaient avoir raison de cette alliance et engendrer en 2012, la petite majorité « Expressions Commune(s) », composée d’élus de trois partis politiques aux volontés peu unifiées, aujourd’hui au bord de l’implosion.

    Après quatre ans d’une opposition ferme et constructive, « Pour Nandrin » a décidé de modifier, voire de compléter son appellation, en « union Pour Nandrin », en abrégé uPN.

    Comme annoncé, ce nouveau nom s’inscrit dans une certaine forme de continuité d’action mais indique aussi une volonté majeure d’unir un maximum de concitoyens pour rénover Nandrin et établir un trait d’union entre ladite formation politique et les citoyens.

    Cette union de toutes les bonnes volontés issues de tous les horizons et de toutes les formations, en veillant à garder la dimension humaine et citoyenne à l’action politique, est le nouveau credo du mouvement, «union Pour Nandrin ».

    L’humanisme citoyen et le libéralisme social resteront bien évidemment au cœur des préoccupations du groupe « union Pour Nandrin » mais s’inscriront, dorénavant, dans une dynamique plus unitaire et plus pragmatique encore afin de redonner des couleurs à notre commune, les « couleurs Nandrin ».

    Car les « couleurs Nandrin »,

    ce sont celles des libertés (d’écoute, d’expression, de proposition, de réunion, etc.) retrouvées,

    ce sont celles du respect des préoccupations multiples et diversifiées de l’ensemble des habitants,

    ce sont celles de la rigueur budgétaire pour lutter contre l’accélération de l’endettement communal,

    ce sont celles de projets réalistes et durables, à la rentabilité maîtrisée,

    ce sont celles des compétences efficaces et d’une présence utile des responsables politiques,

    ce sont celles d’une administration dynamique et véritablement au service du citoyen et enfin,

    ce sont celles d’une réputation de bon aloi, autant au sein de la commune qu’en Condroz et dans l’arrondissement de Huy-Waremme.

    C’est donc, tout simplement, la mise à disposition de toutes les énergies au service d’une seule et même cause, la commune de Nandrin.

    Dès 2016, en adoptant comme slogan de campagne, « la volonté citoyenne », le groupe politique « union Pour Nandrin » entend donc relever le « Défi (citoyen pour) 2018-2024 », celui qui devra redresser une commune en souffrance, mise à mal par une gestion politique mégalomane, assoiffée de prestige et de reconnaissance publique et aux accents électoralistes.

    Gageons également que la nouvelle asbl créée à cet effet permettra de donner aux nandrinoises et aux nandrinois qui rejoindront notre mouvement, la confiance et le crédit nécessaires à l’accomplissement de ce nouvel engagement.

     

    uPNa

        

    http://www.unionpournandrin.be

  • PRESS’en BREF n° 12 - ‘16 Le 1er septembre 2016 à Nandrin : du changement ?

    rentrée.gif

    C’est la rentrée pour tous et nous pensons particulièrement aux enfants et à leurs maîtres, aux étudiants et à leurs professeurs.

     

    Et c’est aussi la rentrée pour les responsables politiques nationaux et locaux et le groupe « Pour Nandrin » n’y échappe pas.

     

    Ce sera donc le lundi 12 septembre, à 15 heures, dans la nouvelle salle « Histoire de Temps », 145, route du Condroz à Nandrin que les trois élus, conseillers communaux « PN », Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski recevront la presse pour les traditionnelles retrouvailles de rentrée.

     

    A cette occasion, ils annonceront, comme promis au printemps dernier, le changement de nom de leur mouvement politique ainsi que leur nouveau logo.

     

     

    Ils dévoileront également les grandes orientations du « Défi (citoyen pour) 2018-2024 » qu’ils comptent relever et proposer à leurs concitoyens nandrinois.

     

    Au plaisir, donc, de se retrouver dans un prochain numéro de « La PRESS’ion citoyenne ».

     

     

    PNa (pour la dernière fois)

  • PRESS’en BREF n°11-‘16 Après les « orages » du printemps, un automne « chaud » à Nandrin ?

    l'Avernir 1 juillet 2016.JPG

    2016-07-01- clic ici Vers l'Avenir - M Brandt n'a pas déserté.pdf

     

    P.N., « Pour Nandrin », deux lettres pour définir un groupe politique qui, aux dires de la presse, mène une « rude opposition » à Nandrin, depuis octobre 2012.

    M.B., deux autres lettres pour identifier une élue qui, aux dires de la presse, aurait commis un « écart », au point de conduire une autre forme d’opposition, cette fois-ci au sein même de la majorité. 

    Dans le jargon politique, quand on parle de M.B., on pense à modification budgétaire, à moniteur belge ou à médiocre bilan et dans le langage courant, à mauvaise blague.

    Mais qui aurait pensé que M.B., c’était, Muriel Brandt, la conseillère communale de la majorité « Expressions Commune(s) », élue pour la première fois en 2012 et à qui, à mi-législature, un poste d’échevine avait été promis, faisant suite aux accords passés entre les trois familles, PS, Ecolo et cdH.

    Accord non respecté en décembre 2015, reporté à juin 2016 et donc, toujours bafoué six mois plus tard !

    Certes, dans la majorité, on aurait voulu que cela ne fasse pas de vague et que ce soit M otus et B ouche cousue, mais voilà, l’élue a joué « sa rebelle » et exige son dû.

    Non seulement, on la comprend mais on n’est pas étonné du tout de la duplicité qui règne au sein de cette majorité en déliquescence.

    En désunion aussi puisqu’après ladite conseillère, rien ne nous étonnerait que d’autres « Expressifs » ne fassent pas entendre aussi d’autres voix discordantes.

    Il est effet notoirement connu que le premier échevin D. Pollain (et sa collègue, échevine Ch. Tilmant, celle par qui « le scandale est arrivé ») ne partiront pas en vacances avec M. Lemmens, autant leurs relations rappellent à s’y méprendre, celles du duo, J. Nandrin - M. Lemmens, qui ont donné lieu aux grandes querelles de la dernière législature.

    Et les deux Ecolo qui, font actuellement le gros dos, vont-ils continuer à passer l’hiver au coin du feu, sans voir la neige qui s’accumule devant leur porte ?

    Car les grandes manœuvres pour les communales de 2018 sont déjà lancées et en secret, des accords, sinon signés, à tout le moins verbaux, ont déjà été engagés, ce qui expliquerait peut-être la « sérénité » du bourgmestre M. Lemmens qui « pensait que la conseillère M. Brandt allait annoncer son départ de la majorité ce mercredi soir (29 juin) lors du conseil communal ».

    Au point que si certains risquent d’avoir de désagréables surprises au moment de la constitution des listes et au décompte final, d’autres proclament déjà à qui veut bien l’entendre qu’« ils sont assurés d’une bonne place sur la liste XYZ et d’un bon poste d’échevin après les élections ».

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Deux ans avant que vous n’alliez voter, les petites magouilles politiques refont déjà surface et elles produiront, à nouveau, les mêmes effets après 2018 : querelles partisanes et bocages politiques, donc immobilisme coupable et gestion chaotique.

    « Non, Murielle Brandt n’a pas déserté ... » mais, une fois encore, oui à Nandrin, « cela sent le soufre », au point de se demander si la commune condruzienne n’est pas construite sur un volcan en activité permanente.

    Les Nandrinois en ont assez de ces jeux politiques récurrents, au départ desquels on trouve, d’ailleurs, toujours le même personnage central, l’élu M. Lemmens, hier premier échevin sous les législatures de Joseph Nandrin et aujourd’hui bourgmestre sous sa propre législature.

    Coïncidence ou alors, faut-il voir dans le chef de ce responsable politique local, une aptitude à engendrer les conflits, jumelée à une inaptitude à les résoudre ?

    Quoiqu’il en soit, la commune n’est plus dirigée en « bon père de famille », la famille étant elle-même désunie et pas encore recomposée.

    Car, il s’en est fallu de peu pour que le divorce ne soit prononcé, ce mercredi 29 juin, au conseil : cela aurait permis, au moins, de clarifier les positions ambigües de certains.

    Manifestement, en politique, le courage ne va pas de pair avec l’engagement qu’il requiert.

    « Nous avons près de trois mois pour faire le point et négocier les gros dossiers avant la rentrée », dixit M. Lemmens.

    La majorité serait-elle donc dans un tel état qu’elle doive (re)NEGOCIER (entre ses propres partenaires !) les gros dossiers (budget, nouvelle administration, etc.) ?

    Affligeant constat et triste situation : quand on écrivait que le bourgmestre n’avait plus les capacités d’exercer ses prérogatives maïorales, on ne se trompait pas.

    C’est pourquoi face à ces nouveaux enjeux, le groupe « Pour Nandrin » va profiter de la période estivale pour préparer la rentrée de septembre 2016 et faire face à ces « gros dossiers » inquiétants pour la bonne santé financière de la commune.

    Comme annoncé antérieurement, il devrait adapter son nom (qui va être transformé) aux nouvelles réalités nandrinoises et après avoir noué divers contacts et rencontré des citoyens désireux de faire « bouger les lignes » à Nandrin, il présentera quelques nouvelles figures qui rejoindront ses rangs pour les « Communales » de 2018.

    Le groupe « Pour Nandrin » souhaite à toutes les Nandrinoises et à tous les Nandrinois, de bonnes vacances d’été, ensoleillées et chaudes et vous retrouvera à la fin août, dans un numéro de « La Pression citoyenne » de rentrée.

    Après autant d’orages, de pluies et de grisaille, le beau temps ne peut que revenir.

    Il faut donc espérer qu’en septembre, le ciel de Nandrin sera, enfin et définitivement, « dégagé ».

     

    PNa

     

     

  • PRESS’ en BREF n° 10-‘16 « Il faut sauver Nandrin » !

    « Il faut sauver Nandrin » !

     

    La majorité est MINORITAIRE à Nandrin !!!

    En effet, depuis ce mardi 21 juin, M. Lemmens n’a plus de majorité, la conseillère communale M. Brandt ayant voté NON, avec les 8 membres de l’opposition pour la constitution d’un bail emphytéotique pour huit logements publics au Parc du Péry à Fraineux.

    Pire, en approuvant par 14 votes sur les 17 conseillers, la motivation déposée par le groupe « Pour Nandrin » de refus de ce projet, ce sont 5 autres membres, MM. Pollain, Tilmant, Pire, De Potter et Brassel (+ Brandt = 6 sur 9) d’« Expressions Commune(s) » qui se sont désolidarisés et ont conduit à ce qu’on peut qualifier « d’implosion » dudit groupe de la majorité.

    Car, dorénavant, le bourgmestre M. Lemmens N’a PLUS de majorité de vote au conseil communal et est TOTALEMENT dépendant du bon vouloir de ses élus (8) et de ceux (8) des deux oppositions, « Pour Nandrin » et « Tous Ensemble ».

    L’enjeu n’est donc pas ou plus, de statuer sur tel ou tel point à l’ordre du jour du conseil communal mais bien le fait de savoir si le bourgmestre Lemmens possède encore la capacité d’être en mesure de gérer politiquement la commune et d’exercer les prérogatives qui sont liées à sa fonction.

    Et, la réponse est franchement NON.

    Car, évidemment contrairement à ce qu’il essaye de faire croire à l’opinion publique, la minorité ne s’est pas opposée à la construction de logement publics pour personnes précarisées mais bien à la construction de ceux-ci à cet endroit-là, au Péry, dernier grand poumon vert à Nandrin et à Fraineux en particulier, mais à exprimer aussi un NON catégorique pour faire comprendre à M. Lemmens qu’il était temps maintenant, pour lui, de faire un VRAI pas de côté.

    Quand on a perdu toute crédibilité par un comportement, en permanence, irrespectueux du citoyen et de son propre programme électoral, on en tire les conclusions et on s’en va.

    Car, il est bien question de cela, aujourd’hui, obtenir la démission du bourgmestre M. Lemmens, par une motion de méfiance individuelle ou d’une partie du collège, par une motion de méfiance collective et de proposer un nouveau pacte de majorité.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Vous qui nous lisez depuis trois ans déjà, ce qui est arrivé en ce premier jour de l’été 2016 n’est une surprise pour personne, ni pour les citoyens nandrinois ni pour les acteurs de la vie politique locale.

    Cela fait longtemps que, non seulement, nous dénonçons les dérives du pouvoir à Nandrin, le manque de réalisations utiles et l’immobilisme décisionnel, la mauvaise entente et la perte de confiance entre les membres de la majorité complexe, PS, Ecolo, cdH mais SURTOUT, la destruction de l’image de marque de la commune de Nandrin, par les agissements d’un bourgmestre aux projets incohérents (tantôt il prêche l’austérité budgétaire, tantôt des dépenses inconsidérées) et mégalomanes (2 millions pour une nouvelle administration communale !) et à la gestion calamiteuse des finances communales, avec un endettement gobal toujours aux alentours de 3 millions d’euros et bientôt, malheureusement de 4 millions, au moins.

    « Il faut sauver Nandrin », pourrait donc s’intituler le titre du film qui se joue actuellement à Nandrin car, sans majorité, plus aucun budget ne peut être voté et la commune est BLOQUEE dans son fonctionnement quotidien.

    En indisposant de plus, de manière grave, une de ses élues et colistières, voire d’autres à venir, M. Lemmens a été l’ARTISAN et la CAUSE de sa propre déconvenue et il ne doit s’en prendre qu’à LUI-MEME, lui qui sait si bien se faire passer pour Caliméro.

    Aujourd’hui, il lui reste un acte d’importance à accomplir : remettre sa DEMISSION au conseil communal, dans les meilleurs délais et si possible, avant le 21 juillet encore afin que, dès septembre 2016, à deux ans des élections de 2018, Nandrin retrouve une capacité de gestion.

    Mais, cet homme est-il capable de cette « grandeur » et de ce courage politique que seuls possèdent quelques êtres d’exception ?

    Nous en doutons grandement et c’est pourquoi, nous pensons que la solution serait de lui indiquer, dès ce jour, la porte de sortie et de l’inviter obligeamment à s’y rendre.

     

    PNa

     

    Pour info : le dépôt d’une motion de méfiance collective nécessite que la moitié des membres, au moins, de chaque groupe politique qui constituera la nouvelle majorité, signe le nouveau pacte de majorité et que celui-ci soit approuvé par 9 votes sur 17, au minimum.

    1. S’il y a 5 élus sur 9 pour EC, il faut 3 élus sur 5 de TE et 2 élus sur 3 de PN pour constituer une nouvelle majorité de 10 sur 17 (cf. exactement le même nombre que ceux qui ont approuvé notre motivation ci-dessus mentionnée).

    2.  

      S’il y a 6 élus et plus sur 9 de EC, 3 élus sur 5 de TE et/ou 3 élus sur 3 de PN suffisent pour constituer une nouvelle majorité de 9 ou 12 sur 17.

      Conseil communal 21 juin 2016 dans l'avenir.JPG

    3. Conseil Communal du 21 juin 2016 l'avenir clic ici.pdf

    cc21 jjuin la meuse.JPG

    Conseil communal 21 juin 2016 dans la Meuse clic ici.pdf

  • Conseil Communal à Nandrin mercredi 29 juin 2016 à 20 h

    Conseil Communal du 29 juin 2016 à Nandrin Clic ici.pdf

  • Deuxième convocation du Conseil communal de Nandrin le 21 juin 2016

    Deuxième convocation conseil communal de Nandrin le 21 juin 2016 clic ici.pdf

    Seconde convocation du conseil communal faisant suite à la demande introduite par les conseillers Marc EVRARD, Benoît RAMELOT, Guy MOTTET, Vincent LICATA, Alain HENRY, Eric COP, Didier MAKA et Bogdan PIOTROWSKI.

     

     

  • Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition

     

    Conseil communal 21 juin 2016 à Nandrin.pdf

    Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition, adressée au collège.

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici.pdf

    conseil communal,nandrin,pour nandrin,tous ensemble

     

     

  • Le groupe "Pour Nandrin" au Memorial Day 2016

    DSC_0821.JPG

    Les conseillers communaux de Nandrin,  Marc Evrard et  Bogdan Piotrowski accompagnés de leur ancienne chef de file,  Jeannick Piron ont assisté, ce 28 mai 2016 à Neupré, au MEMORIAL DAY qui s'est déroulé au cimetière américain de Neuville- en- Condroz et ont rencontré Son Excellence, Madame l'Ambassadrice des Etats-Unis auprès du Royaume de Belgique, Madame Denise Campbell BAUER.

    Voir les photos clic ici

  • PRESS’ en BREF n°09-‘16

     

    Le devoir de mémoire n’a pas de prix !

     

     

    En début de législature, il y a deux ans déjà, le groupe « Pour Nandrin » avait interpelé, en séance du conseil communal, les autorités communales afin d’attirer leur attention sur la nécessité de déplacer les deux plaques commémoratives du monument aux Morts de 14-18 et 39-45, apposées sur les murs de l’ancienne administration communale de Saint-Séverin, devenue habitation privée) sur un des pignons de la salle communale.

    Dans le même ordre d’idée, « Pour Nandrin » s’était ému de ce qu’il adviendrait de l’ange en bronze qui coiffait le monument aux Morts de Nandrin, lequel s’était cassé en tombant au sol, par suite de sa vétusté.

    Déjà à l’époque, pour le monument de Saint-Séverin, la réponse du bourgmestre M. Lemmens avait été identique à celle formulée dans la Meuse Huy-Waremme de ce mardi 24 mai 2016 : « suite au coût important que le retrait des plaques engendrerait, le risque de les abîmer et la remise en état de la façade (l’équivalent d’une dizaine de milliers d’euros), il n’était pas possible d’envisager leur transfert.

    Quant au monument de Nandrin, nos responsables politiques locaux avaient préféré, en lieu et place de l’ange guerrier, de le coiffer d’un couvre-chef de type tôle métallique dont on chercherait en vain une symbolique particulière avec toute forme de commémoration. 

    Ainsi donc, le bourgmestre M. Lemmens, interpelé à nouveau, le 8 mai, lors de la journée commémorative de la fin de la seconde guerre mondiale et de la libération des camps, cette fois-ci par le président de l’association des associations patriotiques de Nandrin, a décidé de réagir … en envoyant « un e-mail aux propriétaires ».

    On croit rêver quand on lit une telle déclaration émanant du premier magistrat de la commune.

    Non seulement, il avoue une certaine forme d’impuissance à agir (financièrement ou autrement ?) mais il se plaît à confier à la population que « CELA NE ME CHOQUE PAS nécessairement mais j’ai été interpellé par quelques personnes… ».

    Honteux !

    Quand il déclare encore « qu’il n’est pas prévu que les plaques commémoratives doivent rester visibles, bien qu’il existe une servitude », on ne peut que s’interroger sur celle-ci et se demander à quoi elle servirait ?

    Irresponsable !

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Ce qui choque d’abord « Pour Nandrin » et offusquent bon nombre d’entre vous, c’est que ledit bourgmestre, qui est la plus haute autorité politique de la commune comme il aime le rappeler, « ne soit pas lui, choqué … nécessairement ».

    Ce qui choque ensuite « Pour Nandrin », c’est que ledit bourgmestre ne soit pas interpelé par lui-même en sa qualité de premier responsable et gestionnaire de Nandrin.

    Ce qui choque enfin « Pour Nandrin », c’est que ledit bourgmestre n’ait pas pris la mesure ou conscience qu’il est, aux yeux des plus jeunes comme des adultes et de ses concitoyens, le gardien et le garant du respect du Souvenir et de la Mémoire au sein de l’entité communale.

    « Quand on achète un bâtiment avec des plaques commémoratives, on respecte », déclare le président des associations patriotiques, lui aussi choqué.

    Mais demain, Monsieur le Président, comment voulez-vous poursuivre votre louable, bénévole et nécessaire mission d’inculquer à la jeunesse et à tous ces enfants des trois écoles fondamentales de Nandrin, la citoyenneté et le sens civique si l’exemple ne vient pas d’en haut, si celui qui est censé représenter et incarner ces valeurs exemplaires, ne les promeut pas avec la volonté et le pouvoir qui peut et doit être le sien !

    « Pour Nandrin » est plus qu’offusqué : ses trois conseillers communaux sont outrés et affligés d’une telle réaction et d’un tel désaveu citoyen.

    Car en imaginant qu’il faudrait « une bonne dizaine de milliers d’euros » pour rénover la façade et éventuellement quelques autres milliers pour déplacer et réparer les plaques abîmées, cela ne représentera jamais que 2 à 3 euros par Nandrinois (X 5.800 habitants) ?

    Est-ce trop coûteux et inenvisageable pour un budget en équilibre de plus de 6.000.000 d’euros annuels et au moment même où ce bourgmestre entraîne sa majorité (par 8 oui et 9 abstentions !) dans le projet mégalomane de la construction d’une nouvelle administration/CPAS de 2.000.000 d’euros dont un nouvel emprunt de 1.000.000 d’euros, n‘est-ce pas tout simplement scandaleux de tenir un tel langage?

    Comment comprendre encore que l’on vient de dépenser des montants non négligeables pour apposer le long des routes, des panneaux de style « Traversées nocturnes des batraciens » et « Fauchage tardif » et qu’on refuse d’envisager de consacrer quelques milliers d’euros pour celles et ceux qui ont donné leur vie pour la Patrie ?

    Les grenouilles oui, les « poilus » de 14-18 et les combattants et résistants de 39-45, NON !

     

    « Fauchage tardif », dites-vous ???

    Monsieur le Bourgmestre Lemmens,

     

    Les fils/filles, petit(e)s-fils/filles et arrière petit(e)s-fils/filles de ces héros, enfants de la patrie et les Nandrinois tout simplement n’ont pas besoin de vos lamentations (« je ne sais guère faire plus ») ni de vos états d’âme (« cela ne me choque pas »).

    Ils ne satisfont pas ou plus de vos larmes et de vos gémissements habituels car il y a longtemps que, eux, ne pleurent leurs chers disparus, certains ne les ayant d’ailleurs pas connus.

    Ce dont ils ont besoin à jamais, eux et leurs familles et tout citoyen, Monsieur le Bourgmestre Lemmens, c’est du « poids du Souvenir et du choc de la Mémoire », de ce respect que l’on doit, de toutes les manières et en tout temps, à tout défunt, plus encore à celui qui a donné sa vie pour notre liberté, pour la vôtre, pour notre dignité, pour la vôtre et pour notre indépendance à tous.

    Et si cela doit coûter à la collectivité communale, cela coûtera 15.000 euros peut-être mais jamais plus un enfant, un écolier de Nandrin ne pourra demander à ses parents :

     

    Dites-moi, pourquoi, à Nandrin, cache-t-on le nom de ceux qui sont morts pour que je vive aujourd’hui ?

     

    Comme l’a rappelé notre conseiller communal Marc Evrard, historien de formation, lors de son intervention au conseil, le « devoir de mémoire désigne un devoir moral attribué à des Etats (et la puissance publique est représentée, au premier chef, dans la commune, par le bourgmestre) d’entretenir le souvenir des souffrances subies dans le passé par certaines catégories de la population. Il rappelle et célèbre le sacrifice de leurs martyrs et de leurs héros ».

     

    Et ce devoir, Monsieur le Bourgmestre, N’a PAS de prix et N’en aura JAMAIS.

     

    C’est pourquoi, il est plus que temps de s’en SOUVENIR et d’AGIR.

     

    PNa

     

     

    clic ici.JPG

    clic ici dans la meuse 24 mai 2016.pdf

     

     

  • Conseil Communal et réunion conjointe de Nandrin aujourd’hui lundi 2 mai 2016 à 19 h 30

    Conseil Communal conjointe clic ici.JPG

    Conseil Communal du 2 mai 2016 clic ici.JPG

    PRESS’en BREF n° 08-‘16 La Tour Eiffel à Bruxelles ? « Caprice ou mégalomanie du roi bâtisseur ? »

  • PRESS’en BREF n° 08-‘16 La Tour Eiffel à Bruxelles ? « Caprice ou mégalomanie du roi bâtisseur ? »

    C’est avec ces mots (entre guillemets dans le titre) utilisés ce mercredi 27 avril 2016, dans le journal « L’Avenir » de Huy-Waremme que le bourgmestre Michel Lemmens, le nouveau Louis XIV nandrinois, tente de faire croire à ces concitoyens que sa nouvelle administration communale/CPAS, son Versailles condruzien, va s’autofinancer en se payant « tout seul, par économie d’échelle ».

     

    Puisque l’économie d’échelle sera, ANNUELLEMENT, de +- 50 à 60.000 euros (et non 80.000 ou 86.000 euros selon que M. Lemmens s’exprime dans un journal ou dans un autre !), il faudra donc 32 ans (en 2048 !!!) avant que le nouveau bâtiment « administration communale/CPAS » ne se soit AUTOREMBOURSE, sans compter que les citoyens auront payé l’entièreté de la somme (entre 1,60 million d’euros -subsides inclus- à 1,76 million si le dépassement financier n’est que de 10 %, ce qui est peu pour ce type de chantier) en 2017, au plus tard.

     

    Le bourgmestre enfonce encore un peu plus le clou quand il annonce qu’il aura recours à l’emprunt au taux ZERO quand, en septembre 2013, il n’envisageait ce type de projet qu’avec une « autre source de financement (propre : vendre la villa et le domaine du CPAS ?) ».

     

    On est, donc, bien reparti dans une spirale d’endettement communal qui atteindra près de 4.500.000 euros à la fin 2017, montant colossal qui répond bien à la notion de mégalomanie que nous avions évoquée au conseil communal de septembre 2013, terme avec lequel, en 2016 aussi, M. Lemmens semble avoir, manifestement, un problème.

     

    Ceci n’est qu’une première réaction à l’annonce de ce nouveau coup autant médiatique que funeste pour les finances communales : d’autres développements vous seront proposés ultérieurement.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Vous devez savoir que ce projet de nouvelle administration communale/CPAS ne figurait nullement dans le programme du groupe de la majorité « Expressions Commune(s) » d’autant plus que, dans la presse de 2013 (dont référence ci-dessous), il ne fait aucun doute que ce projet n’a vu le jour que pour ne pas laisser « filer » des subsides.

     

    Car, nous aurions pu avoir à la place et pour moins cher, (… « D’ailleurs, on pourra toujours changer le projet si, notamment,) le PASH (Plan d’assinissement par sous bassin hydrographique) de Villers-le-Temple et de Saint-Séverin venait à sortir ». A quoi un projet tient !!!

     

    Imaginez que le Roi-Soleil se soit intéressé à l’Atomium et nous aurions eu la Tour Eiffel à Bruxelles !

     

    La suite, nous vous la réservons pour la séance du conseil communal de ce lundi 2 mai 2016 et vous découvrirez où vos impôts et vos emprunts vont aller, dans l’immédiat et pour les années à venir.

     

    Venez nombreux car cela n’arrivera, HEUREUSEMENT, plus souvent (pas avant 100 ans, dixit le bourgmestre !).

     

    Et comme notre « roi » n’est pas en reste pour nous en raconter une « bien mauvaise » et vu qu’il n’en est jamais à une « approximation » près, surtout dans les chiffres, « Pour Nandrin » vous livre le courrier que nous avons adressé à une journaliste en espérant qu’une suite y soit, légitimement, donnée.

      Madame, faisant suite à votre article intitulé "Voici le projet groupé commune et CPAS", paru ce jour dans votre journal et pour lequel vous m'avez sollicité, hier lundi, permettez-moi de porter à votre connaissance quelques chiffres rectificatifs relatifs aux coût, subsides et économie d'énergie et de fonctionnement engendrés par la construction de la nouvelle administration communale de Nandrin.   Ceux que le bourgmestre vous a donnés sont en discordance d'importance avec ceux que contient le point 6 PIC 2013-2016/ Modernisation de l'administration communale (phase II) et intégration du CPAS dans une structure commune - Marché de travaux- Approbation des conditions et mode de passation qui sera débattu au conseil communal du lundi 2 mai 2016 et tels qu'ils figurent dans les documents officiels remis à chaque conseiller.

     

    Au passage, le groupe "Pour Nandrin" s'étonne que ces chiffres se retrouvent déjà dans la presse alors qu'ils nécessiteraient une certaine confidentialité, au moins jusqu'à la séance du conseil  mais puisque le bourgmestre M. Lemmens y déroge lui-même, il nous engage à en faire autant.   Si le bâtiment est estimé, TVAC comprise, à 1.897.280 euros (1.900.000 selon le bourgmestre), le montant des subsides ne sera que de 310.928 euros (contre les 370.000 avancés ???), à savoir 58.032 de MOINS (- 15,70 %) et les économies d'énergie (10.000 euros), de partage d'infrastructure et de non remplacement de personnel (de 40.000 à 50.000 euros/an), à savoir 50.000 à 60.000 euros par an, contre les 86.000 euros déclarés par ledit bourgmestre, soit 36.000 à 26.000 euros d'économie EN MOINS  (- 41,90 à - 30,20 %).   Dans les deux cas, les subsides comme les économies sont GONFLES et les chiffres sont INEXACTS car tronqués à l'avantage de la thèse dudit projet, projet de prestige et de luxe.

    Lors de notre intervention au conseil communal, je ne manquerai pas de rappeler à la majorité que le bourgmestre M. Lemmens avait déclaré dans votre journal, en date du jeudi 12 septembre 2013: "On ne va pas se lancer dans un projet de 2 millions d'euros (la quasi-totalité de notre capacité d'investissement) sans avoir la capacité d'avoir d'autres sources de financement" (on conviendra que 311.000 euros - 17,27 % - de subsides, c'est fort MAIGRE). Plus tôt, il précisait aussi: "Néanmoins, on vous rappelle qu'il s'agit d'une note d'intention, on ne vous demande pas de valider les travaux !"   Quant à ses déclarations du même jeudi 12 septembre 2013 dans L'Avenir, elles étaient  encore plus tranchées: "Si on n'a pas d'autres sources de financement, il est clair que le projet tombe à l'eau.

    Nandrin ne peut pas débourser 1,5 million d'euros sur fonds propres sans hypothéquer tous les autre projets.

     

    JE SUIS TOUT SAUF FOU EN MATIERE DE FINANCES !, martèle le maïeur".

     

    Le problème, Monsieur Lemmens, c’est que beaucoup ont perdu, avec le temps, l’habitude de vous croire, tellement vos propos ont changé, souvent, depuis 2012 !!!

        Au lundi 2 mai 2016, peut-être et suite au prochain numéro de « La Pression citoyenne » à propos de ce dossier qui va en interpeller plus d’un, à Nandrin mais aussi dans les autres villages de l’entité.

     

     

    PNa   

    vers l'avernir 3.JPG

    vers l'avernir 2.JPG

    vers l'avernir 1.JPG

    La Meuse 1 du 26 avril 2016.JPG

    La Meuse 2 du 26 avril 2016.JPG

    La Meuse du 26 avril 2016 Administration communale de Nandrin Clic ici.pdf

     

  • PRESS’en BREF n°07-‘16 « Le chemin va encore monter » (Pierre HAZETTE, Ministre de l’Enseignement de 1999 à 2004)

     Pour sa première participation au conseil communal sans Jeannick Piron (démissionnaire parce qu’elle n’est plus domiciliée à Nandrin), le groupe « Pour Nandrin » a décidé de réagir et de positiver, en proposant un point complémentaire (c’est déjà le 14ème depuis le début de la législature) à l’ordre du jour du conseil de ce 21 mars.

    Ce point est relatif à l’instauration ou l’octroi d’une pension complémentaire aux agents communaux contractuels qui bénéficieront, dorénavant, d’une pension plus basse que celle des statutaires, d’où la nécessité de tendre vers plus d’équité en la matière (il faut craindre évidemment que, comme à chaque fois qu’une proposition est déposée par l’opposition « Pour Nandrin », celle-ci ne fasse l’objet d’un rejet pur et simple).

    En ce lundi, premier jour du printemps 2016, Didier Maka, le remplaçant de notre ancienne conseillère, installé dès l’entame du conseil, va donc faire son entrée dans la cour des « grands » et connaître ce que beaucoup qualifient de « joyeusetés communales du mardi soir ».

    A moins de 1.000 jours des prochaines communales, les trois élus de « Pour Nandrin », le nouveau et les deux « anciens », veulent donc aller de l’avant et tracer les grandes lignes de ce qu’ils souhaitent mettre en place pour « rénover Nandrin » qui en a bien et grandement besoin.

    Car, chères Nandrinoises, chers Nandrinois, avez-vous remarqué que Nandrin qui  reste la commune la plus peuplée des 9 communes du Condroz hutois, « compte » de moins en moins dans le paysage de l’arrondissement de Huy-Waremme.

    Ce n’est plus la « porte du Condroz », la commune qui cultivait un certain « art de vivre » qui est la commune-phare car elle a abandonné son « leadership » à ses voisines, comme Tinlot, Ouffet, Hamoir, voire Modave et Marchin.

    On en veut, entre autres, pour preuve, l’ouverture sur le territoire de Tinlot, du poste médical de garde (supra communal) du Condroz et la création de nouveaux commerces quand, dans le même temps, on assiste, malheureusement, à la fermeture de plusieurs enseignes sur Nandrin.

    Quant à la sécurisation de la RN63 sur le tronçon nandrinois par rapport à ce qui est annoncé sur le territoire de Neupré, on ne peut qu’être consterné et INQUIET de l’immobilisme et de l’absence de résultats obtenus, sous la législature actuelle, par les gestionnaires politiques de la majorité.

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens

    Quand on est dans l’opposition, on éprouve des difficultés réelles, sans verser dans la critique facile, à se faire entendre et à recueillir l’adhésion du plus grand nombre.

    Et pourtant, les électeurs nandrinois ont souhaité, en octobre 2012, que la voix du plus grand nombre soit entendue puisqu’ils ont, à égalité quasi de suffrages, accordé leur confiance autant à la majorité (50,31 %) qu’à l’opposition (49,69 %).

    Mais les choses changent et des synergies se créent quand d’autres se posent des questions sur leur appartenance au groupe majoritaire.

     

    « CPAS : Guy Mottet va assister Marc Evrard » (La Meuse du vendredi 18/03/2016) et « Marc Evrard à l’école « Guy Mottet » (L’Avenir du samedi 19 mars 2016) laissent augurer une prise de conscience :

     

    • qu’il faut de plus en plus de solidarité et de professionnalisme pour exercer un mandat public ;
    • que si demain, cette collaboration débouche sur plus de participation commune entre ces deux responsables politiques locaux, on peut être assuré qu’elle reposera sur une véritable pratique de travail et de confiance.

    L’immobilisme ou l’absence de décision utile pour le citoyen provient souvent, en politique, essentiellement d’un manque flagrant de travail en commun, donc de solidarité et de confiance.

    Ainsi, près de 40 mois après les dernières élections, le groupe « Pour Nandrin » a « grandi » parce qu’il a déjà été confronté, et très vite, aux dures réalités de la participation à la gestion communale.

    Il a, déjà, aussi tiré quelques enseignements de sa volonté de rester à l’écoute de l’expression citoyenne et de conduire une action politique avec éthique et en parfait accord avec ses convictions et son programme.

    Et ce n’est donc pas au lendemain de la déception d’avoir perdu sa cheffe de file qu’il entend renoncer aux défis qui lui sont et seront lancés.

    C’est pourquoi, comme il ne veut pas ignorer que « les plus grandes victoires sont celles que l’on gagne sur soi-même » (Bobby JONES), il se veut plus que jamais à votre écoute et à votre service.

    Le chemin va, certes, encore monter mais la satisfaction de parvenir au sommet n’en sera que plus grande.

     

    Merci de nous avoir consacré un peu de votre temps libre.

     

    PNa

    Dans la meuse Evrard Mottet 18 mars 2016.JPG

     

    Article dans vers l avenir 19 mars 2016 clic ici0025.jpg

  • Des politiques de Nandrin dans le journal de vers l'avenir du 19 mars 2016

    Marc Evrard (Pour Nandrin) va collaborer avec Guy Mottet (Tous Ensemble) au conseil du CPAS. Un premier rapprochement en vue de 2018?

    À Nandrin, le prochain conseil communal actera la démission de la conseillère communale Jeannick Piron alors que Didier Maka, actuellement conseiller CPAS, la remplacera. Comme nous vous l’annoncions il y a quelques semaines déjà, c’est Marc Evrard, chef du groupe Pour Nandrin, qui prendra la place de Didier Maka au conseil de l’action sociale, en plus de son poste de conseiller communal.

    Article dans vers l avenir 19 mars 2016 clic ici0025.jpg

    Article dans vers l avenir 19 mars 2016 clic ici.pdf

  • Nandrin CPAS : Guy Mottet va assister Marc Evrard ( Article du journal La Meuse )

    Une alliance politique ne semble pas impossible.

    C’est en mai que Marc Evrard (Pour Nandrin) espère bien commencer son mandat de conseiller CPAS.

    Ce jeudi, il expliquait que Guy Mottet (Tous Ensemble), ancien président du CPAS, allait l’assister dans cette

    tâche. À l’évocation d’une alliance de leurs groupes d’opposition, les deux hommes laissaient entendre que « rien n’est impossible ».

     

    Lors du mois de janvier, nous vous annoncions que Marc Evrard (Pour Nandrin) allait devenir conseiller CPAS en occupant le siège de Didier Maka parti remplacer le poste de Jeannick Piron au conseil communal.

    Marc Evrard espère obtenir cette casquette d’ici le mois de mai. Pour cette tâche, il sera assisté par Guy Mottet, du groupe Tous Ensemble.

    «Guy Mottet a présidé le CPAS entre 2006 et 2012 et va m’épauler », déclare Marc Evrard.

    «Il faut savoir profiter des forces de chacun. »

    Selon Guy Mottet, être conseiller CPAS n’est pas chose aisée. «On ne peut pas envisager un moule pour aider toutes ces personnes.

    Chaque cas est différent », explique-t-il.

    «Avec Marc Evrard, nous allons préparer ensemble les dossiers du CPAS. »

    Il ajoute qu’il est difficile pour les nouveaux arrivants au poste de conseiller du CPAS d’avoir des informations

    sur « le passé » des dossiers, en partie à cause du secret professionnel.

    Aux yeux de Marc Evrard, «c’est un beau défi nouveau », dit-il.

    «De plus, je ne vais pas manquer de temps, étant donné que je serai retraité cet été. »

    Avant d’ajouter : «Ce sera l’occasion de jeter des ponts entre les différents groupes du Conseil. »

    Pour Guy Mottet, cette collaboration est «peut-être le premier geste de quelque chose qui se mettrait en

    place ». Il insiste cependant sur le fait qu’il parle en son nom propre.

    Alors que les deux hommes ont travaillé ensemble entre 1994 et 2012, une complicité flotte alors que la discussion glisse de plus en plus vers la politique de la majorité.

    Et ce ne sont pas les propos évocateurs lancés par Marc Evrard qui vont dissiper l’idée d’une éventuelle

    alliance politique entre les deux groupes d’opposition.

    «Avec Guy, nous partageons des valeurs communes », déclare le chef de groupe Pour Nandrin.

    «Cette collaboration au CPAS va nous faire retrouver nos habitudes de discussion.

    Et si ça perdure d’ici deux ans, tout est envisageable.

    Nous avons tous les deux envies de faire bouger les choses, de rénover Nandrin.

    2018 sera le moment où on rebat les cartes.

    Et comme on dit, l’union fait la force. »

    De son côté, Guy Mottet réplique, toujours en son nom propre : «Il n’y a pas d’exclusive pour 2018. »

    Son acolyte enchérit : «Je n’ai d’exclusive que pour Michel Lemmens…»-

    Article de JÉRÔME GUISSE Source Sudpresse