Real Time Web Analytics

Pour Nandrin

  • La PRESS’ion citoyenne n° 20 - ‘17 La 3ème voie, citoyenne, « uPN », … entre les 2 PS, pour 2018 !

    Depuis 5 ans, notre liste « Pour Nandrin », devenue « union Pour Nandrin » s’est positionnée comme citoyenne, réformatrice et centriste au point qu’aujourd’hui, elle serait copiée par les dissidents de feu « Expressions commune(s) » dont la presse vient de donner un écho à leur « explosion ».

    Pourquoi s’étonner de ces mésententes récurrentes et « bagarres permanentes » entre les deux leaders PS et leurs troupes cdH et Ecolo quand on sait que ce n’est jamais que le 5ème épisode d’une triste saga qui n’a que trop duré ?

    Après le transfuge de Ch. Tilmant (Ecolo) au PS, la démission de Cl. Laffineuse de la présidence d’Expressions Commune(s), le vote négatif de M. Brandt (cdH) contre sa propre majorité, le mauvais coup joué à B. Zucca qui a dû céder sa présidence du CPAS à M. Brandt, voici maintenant, à UN AN des élections, que DEUX échevins dont le Premier lâchent leur Bourgmestre, leurs trois autres collègues du Collège et du CPAS, leurs conseillers et donc, cassent LEUR petite majorité.

    Comme M. Lemmens l’avait fait, en 2008, quand il avait voulu remplacer J. Nandrin, cette fois-ci, c’est le fils « Brutus- Pollain » qui veut « tuer » le père « César-Lemmens » !

     

    Même si on sait que l’Histoire repasse souvent les mêmes plats avec les mêmes comportements, voire avec le même type d’acteurs, on ne peut que désapprouver ce comportement « déloyal et intellectuellement malhonnête ».

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Que voilà une triste mentalité qui, malheureusement, n’est que trop fréquente en politique !

    Et dire que ce sont « ces gens-là », plus quelques opportunistes qui, viendront, demain, solliciter vos suffrages en se présentant comme des chevaliers blancs, « ouverts et citoyens ».

    Pire, ils vont tenter de nous faire croire que le bilan négatif de la législature est CELUI du bourgmestre M. Lemmens et NON PAS le LEUR auquel ils n’ont cessé d’apporter leur voix, unanimement.

    Par contre, force est aussi de constater que, maintenant et dorénavant, le trio Pollain-Tilmant-Ramelot crient avec les « loups uPN » et « dénoncent le ton tranchant, le manque de communication personnelle et communale, son caractère de division, sa mauvaise gestion d’équipe, des dossiers polémiques, le fait de faire cavalier seul » et autres travers d’un bourgmestre dont ils veulent se désolidariser, aujourd’hui, dès ce samedi 7 octobre 2017.

    A les lire, on croirait entendre le conseiller Marc Evrard, « le jouteur verbal », le « Lucky Luke ou Joe Dalton », « l’ennemi », « le rare soutien d’un Joseph Nandrin déchu »

    Non, mais on rêve ou quoi car, voilà CINQ ans qu’« uPN » met en garde nos collègues colistiers du conseil communal et nos concitoyens, qu’à deux REPRISES, nous avons demandé un changement de majorité pour mettre fin à cet état de dictature et d’humiliations permanentes et c’est MAINTENANT à UN AN des élections que ces élus veulent réagir quand, depuis le 1er juin 2017, IL N’EST PLUS POSSIBLE DE DEPOSER UNE MOTION DE DEFIANCE.

    Vulgairement dit, cela s’appelle du FOUTAGE DE GUEULE ET de L’ELECTORALISME, ni plus ni moins !

     

    Vraiment, « union Pour Nandrin » gardera bien sa ligne de conduite, dénoncer les irrégularités voire les illégalités (même si cela représente un coût) et faire des propositions constructives ALTERNATIVES, entre autres par le dépôt de points complémentaires au conseil communal (une vingtaine de textes déposés par uPN depuis 2013 et TOUS REFUSES par la majorité et l’autre opposition !!!).

    Alors, que choisir, en octobre 2018, la copie ou l’ORIGINAL ?

    A vous de décider en temps voulu, donc, en ne doutant pas que les Nandrinoises et Nandrinois sauront s’en souvenir (déjà merci de nous avoir consacré un peu de votre temps).

    uPNa

  • A un an des élections communales, sondage Sudpresse ,votre avis Pour Nandrin compte !

     

    Un sondage relatif aux prochaines élections communales à Nandrin est, depuis ce jour, en ligne sur Facebook.

     

    Notre chef de groupe, le conseiller communal Marc EVRARD et la liste "union Pour Nandrin" sont cités, l'un comme l'éventuel futur bourgmestre et l'autre comme le parti politique communal de la majorité pour la législature 2018-2024.

     

     Vous êtes invitée - invité à donner votre avis: notre mouvement politique citoyen ("uPN") ne peut que vous y encouragez.

     

    Profitez-en et n'hésitez pas à lire le journal "La Meuse Huy-Waremme" de ce lundi 9 octobre pour ce "tour de chauffe" des "Communales 2018" à NANDRIN, la "belle commune en Condroz" !

    Votre avis sur votre commune compte !

    A un an des élections communales, Sudpresse a besoin de vous pour connaître les grandes tendances, les enjeux et les intentions de vote dans votre commune.

    En participant à ce sondage et en y consacrant quelques minutes de votre temps, vous pourrez gagner le tout nouvel  iPhone 8 dans sa version argent (64 Gb), d’une valeur de 809 €, sur base d’un tirage au sort parmi les participants.

    Les résultats de ce grand sondage exclusif, initié par Sudpresse, RTL et l’institut iVOX, seront dévoilés à partir du vendredi 6 octobre prochain sur les sites internet de notre groupe et dès le samedi 7 octobre dans nos journaux.

    Faites entendre votre voix, donnez votre avis maintenant !

     

    Je participe maintenant 

    Sondage clic ici 

  • PRESS’ en BREF n° 15 - ‘17 MM. Lemmens (PS), de Potter (Ecolo) et Dehareng (cdH), etc. : « avertissement unique » à Nandrin ! L’opposition « uPN » oblige les autorités communales à régulariser la situation et à nettoyer le site de stockage du Péry.

    Quel bel exemple pour les citoyens Nandrinois, appelés, tous les jours, à devoir observer diverses réglementations communales en matière de respect de l’environnement !

    Quel comble quand les donneurs de leçons que sont les Ecolo représentés par A. de Potter, échevine de l’Environnement et associée à son ex-collègue Ecolo, Ch. Tilmant, échevine de l’Aménagement du Territoire, H. Dehareng, l’échevin des Travaux et les autres membres du Collège, se voient pointés du doigt, de manière magistrale, par la Cellule liégeoise de l’Unité de Répression des Pollutions (Département de la Police et des Contrôles) du SPW Wallonie environnement !

    Dans cette affaire des remblais de fraisats hydrocarbonés de routes (raclages) enfouis autour du nouveau bâtiment de l’administration communale et des dépôts sauvages de ce type de déchets et autres matériaux inertes et de boues de curage et/ou d’étang sur le site du Péry, c’est LA COMMUNE  de NANDRIN, à savoir tous les membres du Collège communal mais aussi l’administration qui ont été avertis et menacés d’une sanction grave (8 jours à 3 ans d’emprisonnement et 100 à 1.000.000 d’euros) s’ils ne régularisaient pas, pour le 30 septembre prochain, lesdits dépôts NON AUTORISES et s’ils n’aménageaient pas le site ou un autre, aux fins de PROTEGER LE SOL.

    Amateurisme, irresponsabilité, faute : chacun appréciera !

    Mais, par les temps actuels où il est demandé aux « responsables » politiques et aux autorités publiques particulièrement, de prendre des mesures pour veiller à la sécurité et la santé des personnes mais aussi des biens, on ne peut que s’indigner et condamner un tel laisser-aller et laisser-faire, une pareille négligence et cette absence totale de l’intérêt de la population nandrinoise et du bien public communal.

    Pire, cette attitude est COUPABLE dans la mesure où ces élus communaux, décideurs car membres du collège exécutif communal, connaissaient la problématique puisque, depuis 2013, à SIX reprises, les trois élus du groupe « union Pour Nandrin », les ont interpellés, à SIX reprises, en séance du conseil communal (ce qui avait conduit, en 2014, à un déplacement des monticules de fraisats, …  500 mètres plus loin !!!) et plus particulièrement l’échevin des Travaux, Henri Dehareng qui, A CHAQUE FOIS, répondait que la Région wallonne, interrogée, estimait qu’il n’y avait pas de problème (tu parles !!!).

    Encore, cette attitude est FAUTIVE dans la mesure où l’administration communale placée sous l’autorité du directeur général et plus particulièrement, les services administratifs de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire ainsi que celui des Travaux qui doivent connaître la législation en vigueur, ont laissé faire et n’ont pas ni averti ni pris les mesures face au non-respect des lois et des règlements.

    Au conseil communal de ce lundi 25 septembre, le groupe « uPN » a donc mis en cause l’ensemble du collège communal, en pointant particulièrement la gestion de ce dossier par l’élu Henri Dehareng qui, contrairement au bourgmestre M. Lemmens, n’a pas assumé ses responsabilités d’échevin.

    Pire, placé face à ces « mauvaises habitudes bien ancrées » en la matière, H. Dehareng a tenté, sans convaincre quiconque, de se faire passer, depuis cinq ans, pour la victime de quelque acharnement à son égard, comme si son action est et avait été, à la tête du secteur des Travaux, suffisamment exposée et « magistrale » pour qu’elle soit (en permanence) critiquée.

    Par contre, quand on a mauvaise conscience, on cherche TOUJOURS à faire diversion et à trouver un bouc émissaire, surtout quand celui-ci vous a « botté les fesses ».

    Enfin, la commune de Nandrin (qui par ailleurs n’a pas le choix), va se mettre en ordre, nettoyer le site « immonde », promettant que TOUT cela n’arrivera plus, au-delà du 30 septembre … 2017.

    Wait and see, donc.

    Enfin, il nous plaît pour conclure, une fois n’est pas coutume, de saluer le « mea culpa » du Bourgmestre qui, à l’inverse d’autres (politiques et fonctionnaire) autour de lui, avait décidé d’assumer ses responsabilités, fort tard néanmoins, faut-il en convenir.

     

    uPNa

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

     

     

  • Le journal L'Avenir titrait hier 29 août 2017 : Pourquoi remblayer avec du raclage de route?

    Pourquoi remblayer avec du raclage de route? Clic ici 

    2017-08-29 - Vers l'Avenir - Remblais AC Clic ici .pdf

    Article Vers l'Avenir 29 août 2017 AC. Clic ici JPG

     

    DSC_0071.JPG

    article Vers l'Avenir 29 aout 2017 AC.JPG

    IMG_2286C.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n° 19-‘17 Double pollution (par déblais toxiques) à Nandrin-Lez-Terrils ? (et dire que … « ça se passe près de chez vous » !)

     

    Depuis 2005, la commune de Nandrin a pris la fâcheuse habitude de déposer et de stocker, pour un temps plus ou moins long, des déblais provenant de divers travaux réalisés, à son initiative, aux différents coins de l’entité.

    C’étaient généralement des résidus de type briquaillon, de la terre ou encore des déchets verts que le personnel du Service communal des Travaux transportait rue du Péry, à côté de l’ancien parking du club de football de Villers-le Temple et en face du parc communal du Péry.

    La commune, au grand dam des riverains qui eurent à subir pendant des années ces amoncellements, pas toujours très esthétiques et à l’hygiène douteuse, de bonnes « âmes » venant y déverser de temps à autre leurs « propres » déchets, ne fit rien pour modifier cette situation et continua à augmenter ces « terrils ».

    Cette situation qui perdurait encore en 2013, fut dénoncée par notre groupe politique « union Pour Nandrin » et l’échevin des Travaux H. Dehareng promit, pendant près d’un an, d’y remédier et de faire disparaître ces tas de « crasses ».

    A ces tas, la commune commença à y amonceler le produit du RACLAGE des routes, en petites quantités d’abord.

    Et un jour, après la réalisation des nouveaux terrains de football synthétiques, tout disparut et le site fut assaini, en tout cas à cet endroit précis, à savoir en face du terrain communal de tennis.

    Mais, quelle ne fut pas la surprise de tout le quartier (et des Nandrinois) quand les riverains découvrirent que les tas avaient été déplacés derrière la haie d’une propriété privée de la rue Tige des Saules, en bordure des terrains achetés en son temps, par la commune, pour y construire le défunt hall « omnisports » (à l’arrière du hall-entrepôt communal de l’Espace des saules).

    Pour les habitués des « grands feux » et autres festivals de musique qui se déroulent sur le site du Péry, chacun identifiera parfaitement l’endroit d’autant mieux que les amoncellements allaient devenir tellement hauts et importants que de leurs sommets, il devenait aisé de s’y percher pour avoir une (belle) vue de l’ensemble dudit site.

    Quand on sait que, seulement quelques riverains (moins d’une dizaine de personnes !) en étaient incommodés autant par la vue que par les nuisances, on peut penser que cela agréait parfaitement les responsables communaux de maintenir les choses en l’état.

    « union Pour nandrin » a, à nouveau, interpellé le collège communal pour s’étonner de ces nouveaux stockages de déblais d’autant plus que, cette fois, en plus des habituels décombres de type briquaillon et terres, il y fut entreposé et stocké, A MEME LE SOL, des dizaines de tonnes de RACLAGE BITUMEUX, résidu en provenance des travaux réalisés par des entreprises privées sur les routes communales (cf. la définition de ce type de résidus selon la législation en vigueur : en annexe).

    Ces dépôts existent donc depuis 2014-2015 et ont atteint des sommets (c’est le cas de le dire !) durant ces derniers mois au point qu’ils étaient visibles depuis les nouveaux terrains de football.

    Nous avons dénoncé, à plusieurs reprises cette nuisance grave, d’autant plus qu’il est probable qu’une des deux voies d’alimentation en eau qui fournissent la source communale de Marnave (70 % de l’approvisionnement global) de la SCRL IDEN, notre petite intercommunale des eaux, se situerait et passerait en dessous de ce site du Péry !

    (Pour rappel, le futur « Point Ferme » qui sera bientôt construit par le G.A.L. « Pays des Condruzes » dans le hall communal de l’Espace des Saules, lequel vendra des produits frais de l’agriculture locale, fera face à ces monticules noirs qui rappellent les belles heures de l’industrie minière liégeoise).

    A chaque fois devant notre insistance, il nous fut répondu que les dépôts ne présentaient pas de nuisance pour l’environnement et pour les riverains en particulier.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Pourquoi alors, nous direz-vous, alerter l’opinion publique et surtout les autorités communales, une nouvelle fois et de manière plus incisive, pour un problème connu et qui ne présenterait, à priori, aucun danger ?

     

    Tout simplement, PARCE QUE, alors que cette « pollution », en tous cas, ces dépôts sauvages et non autorisés de produits à tout le moins TOXIQUES qui, jusqu’à preuve du contraire après analyses par l’Institut scientifique de service public (ISSeP) de Liège, pourraient revêtir un caractère DANGEREUX,  se sont aujourd’hui, et plus particulièrement depuis la semaine du 15 août et jusqu’à ce lundi 21 août à 15 heures, DEPLACES vers et sur la place de Nandrin, AUTOUR DES MURS de la NOUVELLE ADMINISTRATION COMMUNALE.

    Comment ?

    Des camions de l’entreprise responsable du chantier de ce bâtiment que nous avons qualifié, en son temps, de « démesuré » pour notre commune, ont VIDE tous les tas de DEBLAIS BITUMEUX du site du Péry pour remplir tous les espaces autour des fondations du nouveau bâtiment !!!

    Incroyable mais vrai, tous les produits du RACLAGE se trouvent, aujourd’hui, enfouis AU CŒUR même du village de Nandrin, au pied des bâtiments Musin, de l’église Saint-Martin et de l’ancien tribunal de Justice de Paix, centre historique de notre entité.

    Des tonnes de produits BITUMEUX, en lieu et place des déblais retirés et qui, selon le Cahier spécial des Charges des Travaux, devaient être replacés au même endroit !!!

    Jugez plutôt par cet extrait dudit Cahier :

    « 11.3. Remblais et travaux connexes :

    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et /ou rehaussement de la zone autour ou entre les fondations réalisées, …

    Les matériaux utilisés prévus pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, … ou d’autres déchets.

    Conformément aux clauses du cahier des Charges, LES REMBLAIS SERONT EFFECTUES A L’AIDE DE TERRE et/ou de sable stabilisé.

    L’entrepreneur est tenu de présenter un CERTIFICAT D’ORIGINE DES TERRES APPORTEES.

    (…) Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de DEMANDER un CONTRÔLE D’IDENTIFICATION. »

     

    Pourquoi le cahier spécial, voté par le conseil communal, n’a-t-il pas été RESPECTE ?

    POURQUOI ???

      

    Ce lundi 21 août, après-midi, faisant suite à une interpellation et face à telle situation d’importance écologique et environnementale grave, deux agents de la Police de l’Environnement de Liège du Service public Wallonie (SPW) sont descendus sur les sites de la place de Nandrin et du Péry pour constater les faits et effectuer des prélèvements qui sont en cours d’analyse à l’ISSeP de Liège.

    Conséquemment, les travaux de remblayage ont été stoppés immédiatement.

    Parallèlement, un camion communal a évacué un tas de terre au Péry.

    Interpellant, non ?

    Manifestement, pour qu’une telle police se déplace, c’est qu’il y a matière à investigation et que ces remblayages posent question(s), nonobstant le non-respect du cahier des Charges et les dépôts « sauvages » de raclage acheminés au Péry depuis plusieurs années.

    Quand on pense que l’on a démoli un bâtiment de la fin des années 40, prétendument insalubre pour le remplacer par un nouveau d’un coût de près de 1.900.000 euros, lequel est aujourd’hui ceinturé par des dizaines de tonnes de déblais bitumeux toxiques alors qu’on devait réutiliser les déblais d’origine et de la terre scientifiquement prouvée, SAINE, on doit estimer qu’agir de la sorte est IRRESPONSABLE.

    Car, sur ce site, si on en croit les autorités communales, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui vont travailler quotidiennement à côté de ce type de remblais.

    Et s’il s’avère, après analyses, que la norme de 50 ppm devait être atteinte, TOUS CES REMBLAIS devraient être retirés par l’entreprise, aux frais de la commune de Nandrin, donc des citoyens !

    D’où, des coûts supplémentaires gaspillés par un manque de rigueur et de sérieux dans la gestion du dossier !

    Vraiment, il est PLUS que temps que cette législature s’achève car, depuis cinq ans, notre commune est aux mains d’apprentis-sorciers qui, dans cette problématique, viennent de porter atteinte à notre environnement et qui sait, pourrait porter atteinte à la santé de concitoyens dont des employés communaux.

     

    Et si, maintenant, pour exprimer notre mécontentement et notre courroux face à tant de « légèretés », nous, citoyens, nous nous saisissions de quelques douzaines d’œufs bien « contaminés », croyez-vous qu’ils apprécieraient et qu’ils en feraient tout un plat ?

    Pas sûr d’autant plus que les quelques ECOLO qui siègent au sein de cette majorité, crieront, peut-être, CETTE FOIS-CI, … au scandale !!!

     

    UPNa (24/08/2017)

     

     

     

    1. Les mélanges bitumeux contenant du goudron sont considérés par le code de l’environnement comme étant des déchets dangereux. (voir rubrique 17.03.01) http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat026.htm

    Législation/Déchets/Catégories de déchets/Catalogue

    environnement.wallonie.be

    Coordination officieuse. 10 juillet 1997 - Arrêté du Gouvernement wallon établissant un catalogue des déchets (M.B. 30.07.1997 - err. 06.09.1997)

     

    1. Ces déchets contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont cancérogènes. http://www.brrc.be/fr/article/f410_08a
     

    Gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés ...

    www.brrc.be

    Dans l’EURAL (liste européenne de déchets), les débris bitumineux contenant du goudron sont repris sous le code 17 03 01* «Mélanges bitumineux contenant du ...

     

    ( Voir §. 2 Qualité environnementale)

    1. L’arrête de l'Exécutif régional wallon relatif aux déchets dangereux définit un cadre très strict pour le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation de tels déchets. http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat005.htm

    L’Art. 3 de ce décret précise qu’ l est interdit à quiconque de se débarrasser des déchets dangereux, si ce n'est :

    -        1° soit, en procédant à leur élimination ou à leur valorisation dans ses propres installations dûment autorisées;

    -        2° soit, en les confiant à un tiers bénéficiant de l'agrément requis pour assurer la collecte ou à un tiers agréé et autorisé pour effectuer le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation des déchets [ ... ] dangereux;

    -        3° soit, en les confiant à une installation située en dehors du territoire de la Région wallonne

    Le chapitre IV traitant de l’agrément des personnes autorisées à éliminer ou à valorisation de tels déchets.

    11.3 REMBLAIS ET TRAVAUX CONNEXES
    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et/ou les rehaussements de la zone autour ou entre les fondations réalisées; soit la remise en profil du terrain conformément aux plans d'exécution.
    les prix unitaires prévus pour ce poste comprendront l'épandage des matériaux de remblai en couches de 30cm damées se succédant correctement, le compactage (damage, cylindrage, …) du matériau de remblai.
    Les matériaux utilisés pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, des mottes de gazon, des troncs, des matériaux gelés ou d'autres déchets. Conformément aux clauses de cahier spécial des charges, les remblais seront effectués à l’aide de terre et/ou de sable stabilisé
    L'entrepreneur est tenu de présenter un certificat d'origine des terres apportées. A cet effet, l'entrepreneur fera contrôler la terre sur son terrain d'origine et prouvera au moyen d'un rapport de gestion que la terre livrée satisfait aux exigences en matière d'environnement.
    Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de demander d'effectuer un contrôle

     

     

     

    Nandrin aout 2017.JPG

    IMG_2286C.JPG

    DSC_0071.JPG

    IMG_2320C.JPG

     

  • Félicitations à notre nouveau conseiller de l'action sociale Daniel Giltay au nom de "Pour Nandrin" uPN

    Prestation de serment aujourd'hui jeudi 29 juin 2017 à l'Administration communale de Nandrin .

     

    Nous souhaitons à Daniel Giltay,bonne route dans cette nouvelle fonction, conseiller de l'action sociale à Nandrin .

    "Pour Nandrin" uPN

    14316752_763149287166196_959306812833198746_n.jpg

     

  • L’opposition UPN proposait la gratuité du Nandrin Festival pour les Nandrinois !!! Ce sera non !!!

    non le nandrin festival ne sera pas gratuit pour les nandrinois.JPG

     

     

     

    2017-06-28 - Vers l'Avenir clic ici  Festival payant pour tous.pdf

  • Le groupe uPN proposera lundi 26 juin 2017 au Conseil Communal , L'entrée gratuite pour tous les Nandrinois au Nandrin Festival

    Point complémentaire 

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Subsides aux associations – HDB production.
    Note explicative.
    Le 19 décembre 2016, le conseil communal de Nandrin a accordé un subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production.
    Le groupe « union Pour nandrin » a émis un vote défavorable en raison d’un manque de clarté et en l’absence de toute information relative à l’utilisation de ce subside.
    Quelques semaines plus tard, le collège communal a pris la décision d’accorder cette subvention en exonérant son bénéficiaire de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation.
    A présent, il apparait que cette subvention sert à soutenir de façon inconditionnelle le nouveau « Nandrin Festival » qui se déroulera très prochainement sur la place de Nandrin.
    Cependant, bien qu’il en soutien l’initiative, le groupe « union Pour Nandrin » ne se range pas derrière l’idée qu’un tel soutien doit être fourni inconditionnellement. S’agissant d’argent public et plus particulièrement de l’argent issu des impôts des nandrinois, une telle démarche doit être envisagée dans une perspective de poursuite d’un but d’intérêt général et d’intérêt pour les habitants de l’entité. Cependant il s’avère que le public ciblé s’étend bien au-delà des limites communales, et qu’au regard du prix d’entrée, l’accès à ces festivités n’est plus à la portée de toutes les familles nandrinoises.
    Ainsi, plutôt que d’accorder inconditionnellement de telles aides, le groupe « union Pour Nandrin » souhaite que les subventions octroyées à ces organisateurs soient conditionnées au droit de chaque citoyen nandrinois à pouvoir accéder librement à ces festivités, quitte à procéder à une réévaluation et à un réajustement ultérieur de l’aide apportée à cette association.
    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique, Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment l’article L1122-30 et L1122-37 ainsi que les articles L3331-1 à 8 traitant de l’octroi et de l’utilisation de certaines subventions ; Vu le subside de 3000 euros inscrit dans le budget communal à l’attention de l’a.s.b.l. HDB production, et adopté par celui-ci en date du 19 décembre 2016 ; Vu la délibération du conseil communal du 22 octobre 2013 délégant au collège communal la compétence d’octroyer certaines subventions ; Vu que le collège communal a accordé en début d’année 2017 ce subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production en exonérant cette association de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation ; Vu que les subventions accordées par le collège dans le cadre de la délégation de pouvoir reçue par le conseil sont in fine soumises à la ratification du conseil via le rapport du collège au moment de l’approbation des comptes communaux ; Vu que cette association bénéficie également d’une participation en nature importante de la part de la commune de Nandrin telles que la mise à disposition gratuite de terrains et d’infrastructures, de matériel, de véhicules et de main d’œuvre notamment ; Vu que la plupart des Nandrinois participent également à l’établissement de cette manifestation par l’acceptation de nuisances importantes qu’elle produit ; Vu les finances communales ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – d’aligner le prix de mise à disposition de l’espace public communal en vue de la réalisation de la manifestation dite « Nandrin Festival » prévue ces 30 juin, 1er et 2 Juillet 2017 sur la place Botty à Nandrin à celui fixé pour les manifestations foraines ;
    Article 2 – de conditionner l’octroi d’une subvention en nature couvrant les coûts engendrés par la participation des services communaux et ceux résultant de la mise à disposition des terrains communaux, à l’entrée gratuite des citoyens nandrinois sur le site, toute la durée de ladite manifestation ;
    Article 3 – Sur base de la présentation d’une comptabilité précise, complète et détaillée couvrant l’ensemble des coûts relatifs à l’organisation de l’évènement, une évaluation de l’impact financier de cette mesure sera établie par le conseil communal qui pourra le cas échéant décider de compenser en tout ou en partie les pertes éventuelles induites par cette décision.




    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI 

     

  • Conseil Communal de Nandrin aujourd'hui 26 juin 2017 points complémentaires de uPN "Pour Nandrin"

    Point Complémentaires uPN Pour Nandrin Conseil Communal 26 juin 2017 clic ici p1.JPG

    Point Complémentaire 1 

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Enseignement fondamental – Organisation de l’année scolaire 2017-2018.
    Note explicative.
    Le premier point du huis clos de l’ordre du jour du conseil communal du 26 juin 2017 concerne une décision relative à l’organisation de l’année scolaire 20172018 de l’enseignement fondamental communal.
    La proposition d’organisation qui est présentée résulte de choix politiques retenus par le collège communal, et qui ont notamment été débattus au sein de la commission paritaire locale lors des réunions des 7 et 15 juin.
    Ces choix n’ayant pas abouti à une unanimité des positions, il nous semble nécessaire dans l’intérêt des enfants scolarisés dans ces établissements, que le débat relatif à l’organisation des écoles de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple pendant l’année scolaire 2017-2018 et celui relatif à la part de prise en charge du capital-périodes par le pouvoir organisateur soit effectué séparément et de façon préliminaire aux décisions devant découler de ces choix et se rapportant aux membres du personnel.
    Pour ces raisons, la présente proposition vise à scinder en deux le projet de délibération qui nous a été transmis, ce qui pour le surplus permettra de rendre publiques les différentes options qui se présentent en la matière, ainsi que la motivation des choix retenus.

    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) - a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique,
    Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment les articles L1122-20, L1122-21 et L1122-30 ; Vu les lois sur l’enseignement primaire, coordonnées par l’Arrêté Royal du 20 Août 1957 ; Vu la loi du 29 mai 1959 modifiant certaines dispositions de la législation sur l’enseignement ; Vu l’arrêté Royal du 02 Août 1984, portant rationalisation et programmation de l’enseignement maternel et primaire ordinaire ; Vu le décret du 13 juillet 1998, portant sur l’organisation de l’enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la règlementation de l’enseignement ; Vu qu’à la lecture des procès-verbaux de la commission paritaire locale des 7 et 15 juin 2017 il apparaît qu’aucun consensus relatif à l’organisation scolaire et à l’utilisation du capital-périodes n’a pu être établi au terme de ces réunions ; Vu qu’il appartient à présent au conseil communal de se prononcer sur cette question ; Vu que la prise en compte des intérêts des élèves doit être prioritaire par rapport à la prise en compte de ceux des enseignants et qu’il découle de ce fait que les décisions concernant ces derniers doivent être subordonnées à celles relatives à l’organisation scolaire ; Vu que pour ce faire, il apparait nécessaire de scinder en deux le projet de délibération proposé ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – Les décisions relatives à l’organisation scolaire et à l’utilisation du capital-périodes (partie 1) sont séparées des décisions relatives aux membres du personnel (partie 2) et feront l’objet d’un vote séparé.
    Article 2 – Les débats et le vote relatifs à la partie 1, qui comporte l’ensemble du projet de délibération à l’exception de la dernière ligne se déroulent en séance publique conformément à l’article L1122-20 du code de la démocratie locale et de la décentralisation.
    Article 3 - Les débats et le vote relatifs à la partie 2 qui se compose de la dernière ligne du projet de délibération (mise en disponibilité par défaut d’emploi et réaffectation de membres de personnel – néant) sont maintenus à huis-clos conformément à l’article L1122-21 du code de la démocratie locale et de la décentralisation.



    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI

     

    Point complémentaire 2 

    Concerne : ordre du jour du prochain conseil communal.

    Monsieur le Bourgmestre,
    En vertu de l’article L1122-24 §3 du Code de la Démocratie locale et de la Décentralisation, nous souhaiterions introduire le point complémentaire suivant à l’ordre du jour de la prochaine séance du conseil communal.
    OBJET : Subsides aux associations – HDB production.
    Note explicative.
    Le 19 décembre 2016, le conseil communal de Nandrin a accordé un subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production.
    Le groupe « union Pour nandrin » a émis un vote défavorable en raison d’un manque de clarté et en l’absence de toute information relative à l’utilisation de ce subside.
    Quelques semaines plus tard, le collège communal a pris la décision d’accorder cette subvention en exonérant son bénéficiaire de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation.
    A présent, il apparait que cette subvention sert à soutenir de façon inconditionnelle le nouveau « Nandrin Festival » qui se déroulera très prochainement sur la place de Nandrin.
    Cependant, bien qu’il en soutien l’initiative, le groupe « union Pour Nandrin » ne se range pas derrière l’idée qu’un tel soutien doit être fourni inconditionnellement. S’agissant d’argent public et plus particulièrement de l’argent issu des impôts des nandrinois, une telle démarche doit être envisagée dans une perspective de poursuite d’un but d’intérêt général et d’intérêt pour les habitants de l’entité. Cependant il s’avère que le public ciblé s’étend bien au-delà des limites communales, et qu’au regard du prix d’entrée, l’accès à ces festivités n’est plus à la portée de toutes les familles nandrinoises.
    Ainsi, plutôt que d’accorder inconditionnellement de telles aides, le groupe « union Pour Nandrin » souhaite que les subventions octroyées à ces organisateurs soient conditionnées au droit de chaque citoyen nandrinois à pouvoir accéder librement à ces festivités, quitte à procéder à une réévaluation et à un réajustement ultérieur de l’aide apportée à cette association.
    Nandrin, le 19 juin 2017
    (Dénomination électorale : ‘Pour Nandrin’) a.s.b.l. - Parc de la Gotte, 6 4550 Nandrin
    Commune de Nandrin Michel Lemmens, Bourgmestre Place Ovide Musin, 1 4550 NANDRIN




    Point complémentaire à l’ordre du jour du Conseil communal
    LE CONSEIL COMMUNAL, Réuni en séance publique, Vu le Code de la démocratie locale et de la décentralisation, notamment l’article L1122-30 et L1122-37 ainsi que les articles L3331-1 à 8 traitant de l’octroi et de l’utilisation de certaines subventions ; Vu le subside de 3000 euros inscrit dans le budget communal à l’attention de l’a.s.b.l. HDB production, et adopté par celui-ci en date du 19 décembre 2016 ; Vu la délibération du conseil communal du 22 octobre 2013 délégant au collège communal la compétence d’octroyer certaines subventions ; Vu que le collège communal a accordé en début d’année 2017 ce subside de 3000 euros à l’a.s.b.l. HDB production en exonérant cette association de l’obligation de fournir les documents comptables et financiers repris à l’article L3331-3 du code de la Démocratie locale et de la décentralisation ; Vu que les subventions accordées par le collège dans le cadre de la délégation de pouvoir reçue par le conseil sont in fine soumises à la ratification du conseil via le rapport du collège au moment de l’approbation des comptes communaux ; Vu que cette association bénéficie également d’une participation en nature importante de la part de la commune de Nandrin telles que la mise à disposition gratuite de terrains et d’infrastructures, de matériel, de véhicules et de main d’œuvre notamment ; Vu que la plupart des Nandrinois participent également à l’établissement de cette manifestation par l’acceptation de nuisances importantes qu’elle produit ; Vu les finances communales ; Sur proposition du groupe « union Pour Nandrin » (dénomination électorale « Pour Nandrin ») ; Après en avoir délibéré, par … voix « pour », … voix « contre », et … absentions
    DECIDE : Article 1er – d’aligner le prix de mise à disposition de l’espace public communal en vue de la réalisation de la manifestation dite « Nandrin Festival » prévue ces 30 juin, 1er et 2 Juillet 2017 sur la place Botty à Nandrin à celui fixé pour les manifestations foraines ;
    Article 2 – de conditionner l’octroi d’une subvention en nature couvrant les coûts engendrés par la participation des services communaux et ceux résultant de la mise à disposition des terrains communaux, à l’entrée gratuite des citoyens nandrinois sur le site, toute la durée de ladite manifestation ;
    Article 3 – Sur base de la présentation d’une comptabilité précise, complète et détaillée couvrant l’ensemble des coûts relatifs à l’organisation de l’évènement, une évaluation de l’impact financier de cette mesure sera établie par le conseil communal qui pourra le cas échéant décider de compenser en tout ou en partie les pertes éventuelles induites par cette décision.




    Marc EVRARD, Didier MAKA, Bogdan PIOTROWSKI 

     

  • Conseil Communal de Nandrin lundi 26 juin 2017 ordre du jour

    1.C.P.A.S. – Remplacement d’un membre du Conseil de l’Action sociale – Election de plein droit.


    2. C.P.A.S. tutelle spéciale 2017.3 – Modification budgétaire 2017/n°1 / Approbation.


    3. C.P.A.S. – Constitution d’un droit d’emphytéose au profit de la commune pour l’aménagement d’un parking d’écovoiturage en bordure de la RN63.


    4. Décret « impétrants » - Adhésion à l’asbl PoWalCo.


    5. Société Publique de Gestion de l’Eau (S.P.G.E.) – Projet de contenu du rapport d’incidences environnementales (RIE) sur les projets de modification des plans d’assainissement par sous-bassin hydrographique (PASH).


    6. Entretien des voiries communales 2017 – Marché de travaux – Approbation des conditions et du mode de passation – Marché répétitif.


    7. « Cap Sciences Espace Wallonie-Bruxelles asbl » – Convention de partenariat 2017 relative à l’organisation des stages d’éveil scientifique.


    8. Règlement complémentaire sur la police de la circulation routière n°2017-1/ Modification des limites de l’agglomération de Villers-le-Temple.


    9. Règlement complémentaire sur la police de la circulation routière n°2017-2/ Modification des limites de l’agglomération de Saint-Séverin.


    10. Règlement complémentaire sur la police de la circulation routière n°2017-3/ Interdiction de s’arrêter et de stationner, rue de Dinant.


    11. « Terre asbl » – Renouvellement de la convention pour la collecte des déchets textiles ménagers.

     


    12. C.H.R.H. – Assemblée générale ordinaire du 27 juin 2017 – Ordre du jour et documents annexes / Approbation.


    13. PUBLiFiN scirl – Assemblées générales ordinaire et extraordinaire du 27 juin 2017 – Ordres du jour et documents annexes / Approbation.


    HUIS CLOS


    1. Enseignement fondamental - Organisation de l’année scolaire 2017-2018 sur base du décret du 13 juillet 1998 / Décision.
    2. Enseignement communal – Ratification de désignation prise par le Collège communal.
    3. CoDT – Désignation d’un agent communal constatateur pour rechercher et constater les infractions à la législation sur l’urbanisme.


    POUR LE COLLEGE COMMUNAL,
    Le directeur général,                    Le bourgmestre,
    Pierre JAMAIGNE.                        Michel LEMMENS

     

     

  • Daniel Giltay remplace Marc Evrard au CPAS et rejoint le groupe Union pour Nandrin

    Daniel  G au  CPAS juin 2017.JPG

    Dans Vers l'avenir  du 8 juin 2017 article de SJ 

    Après 5 mois de réflexion, Union Pour Nandrin, groupe d’opposition à Nandrin, vient de désigner le remplaçant de Marc Evrard au conseil de l’action sociale.

    Il s’agit de Daniel Giltay, ancien syndicaliste FGTB à Cockerill-Sambre et secrétaire du CRAVN, Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, l’ASBL qui avait notamment attaqué la commune au Conseil d’Etat au sujet du Festimix sur le site des Templiers. 

    L’unique siège de conseiller au CPAS d’Union Pour Nandrin a souvent changé de titulaire depuis les élections de 2012. D’abord occupé par Emilie Demeuse, qui a quitté la commune, il est revenu à Didier Maka qui est ensuite monté au conseil communal en remplacement de Jeannick Piron, laissant la place vacante au CPAS.

    C’est Marc Evrard, conseiller communal, qui a alors cumulé les deux casquettes avant de démissionner du conseil de l’action sociale en décembre dernier. « J’ avais toujours dit que je ne resterai pas conseiller au CPAS trop longtemps », indique l’intéressé.

    Depuis, le groupe cherchait un(e) Nandrinois(e) motivé(e) pour siéger. « La jeune fille que nous pressentions n’étant pas partante, nous nous sommes posés et avons réfléchi.

    Nous voulions quelqu’un qui reste jusqu’au bout de la législature, qui puisse faire jeu égal avec les mandataires chevronnés déjà en place, quelqu’un de solide qui s’investisse donc et étudie les dossiers.

    Puisque les conseillers CPAS ne doivent pas être élus, nous avons pensé à Daniel Giltay que nous connaissions dans le voisinage et qui avait interpellé notre groupe pour être porte-parole des idéaux du CRAVN.

    Son investissement au seinde cette ASBL de défense de la ruralité et sa faculté d’aller au bout de ses convictions ne sont pas sans rappeler ceux d’uPN », revient Marc Evrard.

    Qui insiste: « Jusqu’il y a une semaine, uPN et le CRAVN n’avaient aucun lien. Il n’y a pas eu d’instrumentalisation de ce groupement .»

    Diplômé électricien industriel, Daniel Giltay (55 ans) a fait toute sa carrière à Cockerill-Sambre, il a notamment été délégué syndical permanent FGTB, secrétaire de la cellule sociale, responsable du comité de gestion et administrateur du Fonds d’entraide des divisions liégeoises.

    « J’ai donc beaucoup touché au social dans ma carrière.

    Aujourd’hui prépensionné, je compte mettre à profit cette expérience au bénéfice du CPAS », déclare Daniel Giltay, qui reste pour le moment secrétaire du CRAVN.

    « Je ne vois pas d’interférence, les deux mouvements sont distincts .»

    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse du 7 juin 2017 

    Lire la suite

  • PRESS’en BREF n° 14- ’17 “Anormal”, amoral, conflit d’intérêt ou question d’éthique ?

    Aux questions d’actualité du Conseil communal de ce mardi 29 mai, sur le coup de 23 heures, notre conseiller Marc Evrard a posé « la question qu’on n’ose pas poser mais qu’on pose quand même », selon la formule d’un journaliste bien connu d’une chaîne de télévision privée.

     

    “Monsieur le Bourgmestre, trouvez-vous normal , voire éthique que la première journée (le jeudi 28 juin) du “Nandrin Festival édition 2017” se déroule dans un établissement situé au numéro 147, route du Condroz, le “Live & Café” (ex Deux Ours), propriété que possède une des sociétés que Vous détenez avec votre compagne ?”

     

    Si on sait, en plus, que lors du conseil communal du 19 décembre 2016 (au point 8 de l’ordre du jour, point complémentaire introduit par M. Evrard, B. Piotrowski et D. Maka), le bourgmestre M. Lemmens a fait attribuer, par 13 voix pour et 3 non, un subside de 3.000 euros (article budgétaire n° 772433202 - 632) à l’asbl HDB production qui organise ledit festival, on peut considérer qu’il y a, là, une prise d’intérêt incompatible avec la fonction maïorale et donc, une faute qui appelle une sanction.

    Ainsi, au lendemain même de l’affaire “Publifin”, le bourgmestre de Nandrin Michel Lemmens trouve cela normal, persiste et signe, sans aller néanmoins jusqu’à considérer que c’est éthique, au mépris de tout scrupule et de toute éthique.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

    On croit rêver, en mai 2017 quand on sait qu’en 2008, son prédécesseur, Joseph Nandrin fut suspendu, pendant un mois, de son mandat de bourgmestre, pour cause d’abus de biens sociaux (emprunt d’un véhicule communal, utilisation d’ouvriers communaux pour travaux à son habitation, etc.) alors qu’aujourd’hui, son remplaçant favorise, par subvention, une asbl qui utilise une propriété détenue par une de ses sociétés.

    Le groupe “union Pour Nandrin” ne compte pas en rester là et interpellera le Ministre de Tutelle à la Région Wallonne pour ce qu’il considère être un acte illégal et afin que ledit bourgmestre soit sanctionné.

    uPNa

    pv cc HDB.JPG

    pv cc 19122016.pdf clic ici

    Source Nandrin .be clic ici

  • Bon 1er Mai à vous toutes et tous à Nandrin

    dyn006_original_380_342_gif_2622397_65012d9110110fbfcb1fcd74f5a1bc05.gif

     

    Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur, elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. 
    Marcel Proust
    Bon 1er Mai à vous toutes et tous au nom du groupe Pour Nandrin  UPN !!!!!! 

     

    307647_472397962821354_1019691107_n.jpg

     

  • La PRESS’ion citoyenne n°18 - ’17 Saint-Martin de Nandrin”, transformée, partiellement “en local de réunions et de ... rangements” ?

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    Saint Martin de Tours (316-397) auquel l’actuelle église de Nandrin doit son nom, est connu pour avoir découpé son manteau et en avoir donné une partie à un pauvre transi de froid.

    Saint-Martin de Nandrin va-elle subir le même sort ?

    On peut légitimement se poser la question quand on lit la dernière interview du bourgmestre Michel Lemmens, dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 3 mars, qui sous l’article en page 6, intitulé « Nandrin - L’église partiellement désacralisée ? » déclare :

    « L’idée serait de réaffecter une partie de cette église qui n’accueille que vingt messes par an pour d’autres choses. Nous pourrions y créer un local de réunions ou de rangements. »

    Vous ne rêvez pas, chères Concitoyennes, chers Concitoyens, le bourgmestre émet donc l’idée de désacraliser une partie de l’église pour y faire « d’autres choses », dont du … RANGEMENT, de quoi faire se retourner tous les saints dont Martin, dans leur tombe !

    Mais à quoi pense, le bourgmestre Michel Lemmens, lui qui vient de faire raser le bâtiment principal de l’administration communale  sur la place de Nandrin ?

    Va-t-il remettre le couvert, sous prétexte que la commune n’a pas les moyens pour pourvoir à sa réfection (ce qui est vrai, surtout après les 2 millions consacrés pour rebâtir une nouvelle administration !) et que “d’autres églises sont prioritaires comme celles de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple”, sans parler du remplacement des deux containers scolaires, oubliés ?

    Désacraliser partiellement la seule église de Nandrin-village dont la tour remonterait à l’An Mil pour y accueillir du ... rangement (comme les décors et scènes de quelque festival, par exemple : heureusement que les engins et camionnettes du service des Travaux sont déjà abrités car on pourrait s’attendre au pire).

    Comme notre porte-parole et historien local, Marc Evrard l’a récemment écrit, la place de Nandrin est une des rares places communales qui regroupe sur un espace réduit, quoique vaste pour la taille de la commune, les quatre éléments qui constituent, historiquement, la démocratie belge, à savoir le pouvoir communal personnifié par le bâtiment de l’administration, le pouvoir religieux avec l’église, le pouvoir judiciaire avec l’ancien tribunal et la tour de l’ancien château qui symbolisait le pouvoir du seigneur.

    Trois sont actuellement aux mains de la commune de Nandrin, un a déjà fait l’objet d’une démolition/reconstruction, les deuxième et troisième, église et ancien tribunal devant faire, prochainement, l’objet d’une autre réflexion.

    Et, bien, à nouveau, nous sommes inquiet car ainsi que l’a déclaré M. Lemmens, lors du dernier conseil communal à une question du conseiller d’opposition Marc Evrard, une consultation populaire N’est PAS envisageable et surtout, quand on lit que l’église “n’a rien de particulier au niveau historique et patrimonial” (ce qui en partie vrai sauf pour la tour !) et quand on sait ce qui est advenu au bâtiment de l’administration, on se dit que les jours de l’église des années 30 pourraient être comptés à terme d’autant qu’on envisagerait de la DESACRALISER, ... en partie.

    Si l’Europe occidentale dont notre pays et ses quelques 589 communes et leurs habitants sont majoritairement de culture et de tradition judéo-chrétienne, voire de religion (chaque village possède au moins une église ou une chapelle sur son sol) et même si la pratique religieuse de confession chrétienne est en (très) grande diminution et même en chute libre, il n’en demeure pas moins que DESACRALISER une église, même en partie (ce qui n’est pas possible, semble-t-il) créerait assurément une CHOC EMOTIONNEL sans précédent dans notre entité.

    Et si tel ne devait pas être le cas, le meilleur moyen de le savoir est d’interroger la population de Nandrin en âge de voter, en organisant une consultation populaire qui poserait, évidemment les BONNES questions.

    Car, même aux heures les plus sombres de notre histoire nationale, à l’exception de la Révolution française (et encore !), les églises, “âmes” de nos cités et villages ont été préservées de la disparition.

    Allons-nous ainsi, à Nandrin, nous conduire avec notre patrimoine, en révolutionnaires assoiffés de vindicte populaire ?

    Aussi, si certains veulent jouer à l’apprenti-sorcier dans ce type de dossier, qu’ils y réfléchissent à deux fois car l’Histoire nous enseigne qu’elle ne repasse jamais les plats avec la même saveur et que les Rois bâtisseurs se sont souvent aliénés, de manière définitive et irréversible, leur population.

    Un demi manteau pour Saint Martin de Tours, oui,

    une demi église pour Saint-Martin de Nandrin, non, Monsieur Lemmens, une nouvelle fois, NON !

    Et, “de grâce”, Monsieur le Bourgmestre, avant de lancer de telle idée (votre idée ?), ne serait-il pas judicieux de réfléchir davantage, même ... partiellement ?

     

    uPNa

     

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

  • PRESS’ en BREF n°14 - ‘17 Au cœur de Nandrin et … sur le corps des Nandrinois !

    Depuis ce lundi 13 février, les ouvriers de l’entreprise de démolition commandée par les autorités communales procèdent au démontage de l’ancien bâtiment de l’administration de Nandrin, sur la place Ovide Musin.

    Ainsi, pendant trois jours, ils ont retiré les ardoises contenant de l’amiante et effectué un certain nombre d’opérations visant à récupérer des pierres de taille, des pavés et autres matériaux susceptibles d’être réemployés.

    Ce jeudi 16 février, c’était malheureusement le grand jour, celui de sa démolition que nous ne pouvons que qualifier de DESTRUCTION.

    Construite au milieu des années 50, elle fut inaugurée en 1957 et aurait donc fêter ses 60 ans, en cette année 2017.

    Ce « grand » âge était donc tel que la majorité « Expressions Commune(s) a décidé qu’elle ne serait plus opérationnelle et qu’il en coûtera 1.9000.000 euros aux Nandrinois pour bénéficier d’une nouvelle infrastructure pour rendre, en fait, les MEMES services à la population.

    Le groupe « uPN » a rappelé à diverse reprises son opposition à ce projet « pharaonique » dans la mesure où il estime, chiffres à l’appui, que les finances communales, déjà fortement endettées, ne peuvent se permettre un tel luxe qui s’effectue au détriment d’autres projets plus nécessaires et moins onéreux (cf. aides aux écoles communales).

    Ce qui touche encore les Nandrinois, c’est que cette destruction d’un bâtiment, somme toute, jeune et qui aurait pu être réhabilité, se déroule au cœur même de Nandrin, sur la place Ovide Musin.

    En effet, l’ensemble urbanisé constitué par les places Botty et Musin sont la « place Saint-Lambert » de Nandrin, son coeur historique, là où, historiquement donc, ont été édifiés l’ancien château de Nandrin, l’ancienne église et son cimetière, l’ancien tribunal et la maison communale.

    A cet endroit précis, comme à Liège, les quatre pouvoirs étaient ainsi représentés, le pouvoir du prince (seigneur), le pouvoir religieux, le pouvoir judiciaire et le pouvoir communal, à savoir celui du peuple.

    Trois d’entre eux restent debout et le plus illustratif et caractéristique des libertés publiques est par terre.

    Ce qui nous inquiète aujourd’hui et nous en avons eu la confirmation en interpellant ce jour, un échevin présent au triste spectacle, c’est le fait qu’à aucun moment, on ait pensé que, si on démolissait au cœur de Nandrin, on risquait de toucher au souvenir des anciens Nandrinois, ceux qui reposeraient, peut-être encore, dans les entrailles de la place, à savoir dans l’ancien cimetière qui entourait la vieille église Saint-Martin.

    Car, le bâtiment de l’administration communale construite dès 1954 se situe à l’emplacement même et après extension vers la place Musin devant l’église, de l’ancien cimetière datant, vraisemblablement de l’Ancien Régime, et qui a accueilli les défunts de Nandrin jusqu’à la fin de l’année 1887 .

    A cette date, le conseil communal d’alors le transférait, pour des questions d’espace- « trop exigu pour 1.227 habitants » - et d’hygiène – « il se trouve placé au centre du village à environ 20 mètres de deux ruisseaux dont les eaux sont fréquemment employées à usage domestique » -, à son emplacement actuel, rue Famioul.

    Ainsi, lors « des travaux de fondation de la nouvelle église Saint-Martin de Nandrin, en 1928, les ossements humains ont été transportés en tombereau, dans une fosse commune, au nouveau cimetière ».

    En 2010, lors des travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité publique (construction de la rampe le long de la haie qui délimitait l’ancien cimetière avec la rue qui conduisait à l’entrée de l’église) et de la pose d’un nouveau dallage, devait-on encore retrouver des restes humains qui furent à nouveau déposés dans la fosse publique.

    Sur le plan cadastral levé en 1810 et révisé en 1829, « le cimetière (171 A) était bien situé entre l’église et les ruisseaux de Beaumont et du Fond du Bois de Soheit » (source bibliographique:  1833 -1983 Ecole Saint-Martin Nandrin, pp.6, 7 et 48).

    Il appartient donc à nos autorités de veiller à respecter la législation en cours relative à la problématique des sépultures et à celle des fouilles à caractère historique et archéologique et il est regrettable qu’à aucun moment, la majorité en place ne se soit souciée de cet aspect des choses, bien trop préoccupée par le devenir de ce bâtiment de prestige.

    A plusieurs reprises, nous avons déclaré que le « patrimoine de Nandrin foutait le camp ».

    En voici une nouvelle preuve car la rigueur aurait voulu que des fouilles préalables soient conduites, entre autres, à l’emplacement de l’extension de cette nouvelle administration, constituée par la nouvelle salle du conseil, le long dudit ruisseau vers l’église.

    Et si demain, les grues et autres engins de chantier devaient mettre à jour des tombes et autres traces des temps anciens, il faut espérer que l’entreprise en charge des travaux respectera la Mémoire du Passé et de ceux qui l’ont construit.

    A défaut d’avoir su préserver un patrimoine, que le bourgmestre et ses adjoints préservent au moins le souvenir de ceux qui les ont précédés !

    Le groupe « union Pour Nandrin » y sera attentif, « in Memoriam ».

    uPNa


    Destruction de la maison communale à Nandrin... par sudpresse

     

  • PRESS’en BREF n° 13 - ‘17 Nandrin : ton patrimoine RE – fout le camp, encore et toujours !

    * Après la vente de la propriété « Fouarge » à Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     * Après la démolition (programmée et décidée le 28 novembre dernier par le collège communal) de la maison communale de la place O. Musin, patrimoine communal,

     * Après la cession de la « maison Derivaux » de Villers-le-Temple donnée en bail emphytéotique à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement” pour la transformer en logements publics, patrimoine communal,

     * Après les terrains dénommés « le Verger et le terrain boisé sur lequel est établie la villa du CPAS, propriétés communales de la rue Tige des Saules pour y édifier huit logement publics* et une résidence-services, donnés en bail emphytéotique pour 55 ans (!), à nouveau à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement”, patrimoine communal,

     * Après la cession gratuite à l’asbl « GAL Pays des Condruzes » par bail emphytéotique de 32 ans d’une partie du hangar communal du Tige des Saules, patrimoine communal,

     * Après demain, la vente pour 125.000 euros (prix annoncé) de l’ancienne Maison du village de Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     Et après, qui peut savoir (?) de

    * la vente du pont de Cwéna à la ville de Venise (fiction ?),

    * la cession du rond-point des vaches à un fermier de l’Etat du Texas (fiction ?) et

    * la donation de l’église Saint-Martin de Nandrin (fiction ?), propriété AUSSI communale, à qui en voudra (vu son état actuel, les amateurs ne devraient pas trop se bousculer !),

     

    Que restera-t-il, DEMAIN et après demain, du patrimoine communal, aux Nandrinois ?

     

    Lors de ce dernier conseil communal où le groupe « union Pour Nandrin » a, désespérément, argumenté pour maintenir INTACTE, c’est-à-dire ENTIERE, la propriété communale sur laquelle est établie depuis toujours le CPAS de Nandrin à la commune de Nandrin et par voie de conséquence, le parc communal du Péry, les nombreux citoyens présents dans la salle ont compris que la majorité actuelle « Expressions Commune(s) ALIENAIT, pour deux et trois générations, quand elle ne le vendait DEFINITIVEMENT, son patrimoine.

    « ALIENATION », ce vilain mot qui déplaît tant au bourgmestre et à la présidente de CPAS, illustre bien la politique conduite depuis 4 ans, par le pouvoir en place, à savoir de réaliser des « actes TRANSLATIFS de PROPRIETE ou de droit, à titre gratuit (donation ou legs) ou onéreux (vente, cession) ».

    « Emphytéose » est ainsi devenu le nouveau prénom à la mode à Nandrin ou encore le nouveau mode opératoire pour créer, entre autres, du logement public.

    TRANSFERER à d’autres, si possible à des a.s.b.l. ou à des intercommunales (à qui ?) ce que l’on ne veut pas réaliser soi-même, c’est bien une ALIENATION et un abandon non seulement de pouvoir (communal) mais surtout du PATRIMOINE communal.

    Voilà ce que réalise, de manière très insidieuse, la majorité actuelle qui amenuise, projet après projet, la richesse communale.

    Car, il est bien connu, notre premier magistrat le clamant à qui veut l’entendre, que la commune de Nandrin est une commune PAUVRE peuplée de citoyens RICHES.

    Donc, pourquoi pas ne pas la rendre encore un peu plus pauvre car, de tout façon, la vache à lait (pas celle du rond-point des Quatre-Bras), c’est vous et nous, le citoyen bien riche, avec ses gros revenus et ses taxes bien grasses qu’il devra verser dans les caisses communales !

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Ce type de vision politique et de mode de gestion politique, n’est-il pas, en fait, le même que celui qui gangrène, depuis des décennies, la Wallonie et (a) fait de notre région, jadis si prospère, une des régions parmi les plus défavorisées et les plus assistées des pays développés d’Europe du Nord.

    Le groupe « union pour Nandrin », au petit niveau communal où il se trouve, ne veut pas se résoudre à laisser cette forme d’abandon des responsabilités devenir un mode de fonctionnement de la gestion communale.

    Du courage, de la créativité et du travail, auraient dû être et devraient être les accents d’une majorité qui se respecte et respecte la « richesse » produite par le travail quotidien de nos concitoyens.

    Malheureusement, c’est à un triste spectacle auquel le groupe « Expressions Commune(s) » nous donne le pénible privilège d’assister depuis 4 ans déjà, celui de querelles d’égo, de reniements et de transfuges, de revendications de postes et de mandats et surtout, d’abandon du sens de l’intérêt public … quand les Nandrinois attendaient du courage, de la créativité et du travail !

    Gageons donc de pouvoir continuer à partager avec vous jusqu’en 2018 et bien au-delà, ces moments  d’analyse et de réflexion, au nom d’une des grandes richesses communes à tous, la liberté d’expression, si chèrement acquise par nos Pères et la vérité qui dérange, si peu exprimée par leurs Fils.

     

    uPNa

     

    * Pourquoi, plutôt que de se payer le luxe d’une nouvelle administration de près d’1,9 million d’euros, la commune de Nandrin n’a t-elle pas investi une somme suffisante (et certes moindre que ce montant-là) pour construire elle-même lesdits 8 logements publics dont elle aurait pu, à raison de +ou- 300 euros de loyer par mois et par logement et pendant 55 ans, retirer la somme de près d’1,6 million ?

    Réponse: manque de courage et de volonté politique responsable, en bon père de famille !

     

  • Permanence du groupe uPN jeudi 26 janvier 2017 de 19 à 22 h à "Histoire de Temps" Nandrin

     

    upn-web-bord.png

    Permanence ce jeudi 26 janvier 2017, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 22 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 30 janvier 2017.

    Conseil Communal de Nandrin le 30 janvier 2017.JPG

     

  • Bonne année 2017 au nom de "union Pour Nandrin"

    Marc Evrard

    Bogdan Piotrowski

    Didier Maka

  • La PRESS’ion citoyenne n° 17 - ’16 Deux poids, deux mesures : « classique » à Nandrin ... depuis 2012 !

    LPC 3.JPG

    Fait suffisamment rare que pour être souligné, le journal l’Avenir a tenu à relever, dans son édition Huy-Waremme de ce mercredi 21 décembre, que notre groupe politique d’opposition «union Pour Nandrin  s’était montré tout à fait ravi du projet » de rénovation de l’ancien presbytère de Villers-le-Temple transformé en maison de village, projet subsidié à 80 % (700.000 euros pour un coût total de 875.000) par le FEDER.

    Et n’en déplaise au bourgmestre M. Lemmens qui s’est encore laissé aller à une indélicatesse verbale habituelle dont il a le secret, puisqu’il a déclaré qu’uPN « ne menait pas une opposition positive », quand on sait que notre groupe a voté, depuis 4 ans, favorablement ou s’est abstenu sur plus de 80 % des dossiers proposés par la majorité et a initié 18 points complémentaires rejetés, tous, eux, par la majorité !

    De plus, nous croyons savoir qu’une opposition qui est en permanence positive, cela s’appelle une MAJORITE (quoique à Nandrin, ces derniers temps, l’opposition se trouvait dans la majorité !).

    Mais, on peut comprendre que les Nandrinois ne comprennent plus grand-chose à la vision politique et aux objectifs poursuivis par les élus de cette majorité « recomposée ».

    Car, comment expliquer à nos concitoyens qu’à trois semaines d’intervalle à peine, ils viennent de prendre, sur un même type de dossier, deux décisions diamétralement opposées ?

     

    * 22 novembre 2016 : vote de la DEMOLITION, sur la place O. Musin de Nandrin, du bâtiment principal (et historique) de l’administration communale, datant de 1954 et reconstruction d’une nouvelle infrastructure, pour un montant global initial de 1.879.000 euros avec un subside de 306.000 euros (16,30 %).

    Motif invoqué: bâtiment inadapté pour une administration moderne, insalubre et énergivore ???

     

    * 19 décembre 2016 : vote de la RENOVATION, sur la place Baudouin 1er de Villers-le-Temple, de l’ancien presbytère, datant du 19ème siècle et REHABILITATION en maison de village avec salles de réunion et de conférence, académie de musique et garderie pour l’école communale, pour un montant global de 875.000 euros avec un subside de 700.000 euros (80,00 %).

    Motif supposé : bâtiment adapté pour ce type d’activités, salubre et non énergivore ???

     

    Pour la petite histoire, on ne pourra même pas dire qu’il y a incohérence dans le chef des concepteurs des projets puisque ces dossiers ont été confiés au MEME bureau d’architecture.

    De là à penser que, ce qui est « inacceptable » pour une quinzaine de fonctionnaires communaux, à savoir travailler dans des locaux RENOVES, ne l’est pas pour l’ensemble de nos concitoyens et pour les plus petits en garderie, est une réflexion qui semble « sauter aux yeux » !

    Ou alors faut-il considérer que le patrimoine communal n’est pas pris en compte de la même manière sur l’ensemble du territoire communal ?

    En effet, il n’aura échappé à personne l’état de dégradation de l’église de Nandrin, propriété communale et surtout l’état désastreux de la tour, tour de type domanial, une des plus anciennes du Condroz puisqu’elle pourrait bien remonter au Haut Moyen-Age.

    Le chantier de rénovation (en espérant qu’on ne la démolisse pas !) coûterait fort cher (1 million d’euros ?) et il y a, certes, d’autres priorités comme des travaux d’importance à consacrer aux écoles communales.

    Mais, qu’attend-on depuis des années pour envisager une mesure de classement de cette tour qui, à terme, pourrait bénéficier, elle aussi, d’un subside conséquent, même dans quinze ou vingt ans compte tenu de la lenteur de ce type de dossiers administratifs.

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin ... depuis 2012 !

    Ainsi, si l“union Pour Nandrin” est périodiquement accusée de tous maux, par la majorité “Expressions Commune(s)”, même quand au dernier conseil communal, elle s’est réjouie et a “félicité” la majorité d’avoir eu la volonté de recréer une maison de village (cf. point ci-dessus) et dès l’entame du dernier conseil, s’est aussi réjouie du souci de maintenir une antenne de police à Nandrin (dès 2018-2019, dans les locaux désaffectés de la poste), il n’y a pas qu’uPN qui fait de l’opposition.

    En effet, pour la 18ème fois, un point complémentaire proposé par uPN  a été REFUSE, donc de manière SYSTEMATIQUE, par 9 NON de la majorité “Expressions Commune(s) et dans une moindre mesure par TE.

    Si on examine les résultats des votes depuis  janvier 2013, la majorité a voté plus souvent NEGATIVEMENT aux propositions du groupe “union Pour Nandrin” que l’inverse: édifiant, non et qui est la paille et qui est la poutre ?

    Donc, ce 19 décembre, comme la presse s’en est fait l’écho, uPN proposait de faire UN PEU PROFITER le citoyen nandrinois de la bonne santé financière de la commune (avec, néanmoins une dette à 3.350.000 euros, à savoir à 50% du budget global !), dans la mesure où le budget était à nouveau présenté à l’équilibre et que le compte 2016 sera POSITIF, au printemps prochain d’au moins (comme chaque année, vu que les dépenses sont toujours “gonflées”), de plusieurs centaines de milliers d’euros.

    Que proposait UPN ?

    1) pour 2017, une réduction de la taxe additionnelle au précompte immobilier (faire passer les centimes de 2.650 à 2600), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de...26.000 euros et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros, de...26.000 euros (- 0,0038 %);

    2) Pour 2018, en plus du PI, une réduction de la taxe additionnelle à l’IPP (faire passer les 8,50 % à 8,00), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de... 169.000 euros, et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros , de 169.000 + 26.000 = 195.000 euros (-0,0280 %).

    “C’est (donc) jouer à l’apprenti sorcier”, dixit le bourgmestre-grand argentier que de grever le budget communal ... de 0,0038 % de ses recettes pour 2017 et de 0,028 %  pour 2018 au point que le conseiller Ecolo de la majorité se demande toujours où aller trouver, dans un budget de 6.768.900 euros, ... 26.000 euros ?

    Ô catastrophe, ô désespoir : RISIBLE, Monsieur le Conseiller !

    Et quand on sait que faire gagner 133 euros par an pour une famille de 4 personnes a été qualifié de “cacahuètes” par le bourgmestre, on se dit que pour certains élus qui cumulent salaire et mandats publics, l’argent n’a pas la même valeur que pour les autres citoyens !

    Quand on vous disait, chers Concitoyens (chers car Nandrin est “une commune de gens qui sont RICHES” dixit M. Lemmens puisque “si la commune va si bien, c’est grâce à ses habitants, les taxes correspondant à 70 % des recettes”, dixit l’Avenir), que plus nous sommes taxés et mieux les finances communales se portent (dès 2013, la majorité en avait  fait son credo puisque cette disposition - maintien de la taxation aux niveaux initiaux déjà fort élevés - fut votée en UNE FOIS, pour la période 2013-2019, c’est à dire pour TOUTE la législature, comme si rien ne changerait entre temps) !

    Tiens, la RAGE TAXATOIRE, cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine philosophie politique ?

    Manifestement, ce qui est possible, dans le budget communal à Hannut où l’IPP a été ramené de 8,80 % à 8,50 % et à Burdinne où le conseil communal a accordé forfaitairement 50 euros à tout jeune, pour un montant global de 125.000 euros, ne l’est pas à Nandrin où, pourtant, on se prévaut de “cultiver aussi un art de vivre”.

     

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin, ... depuis 2012 !

     

     

    uPNa

     

    eglise.JPG

  • Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP un article de Sarah Janssens dans Vers l'Avenir du 21 décembre 2016

    Union Pour Nandrin l'avenir du 21 décembre 2016.JPG

    Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP Article de Sarah Janssens avenir clic ici.pdf

    Union Pour Nandrin  vers l'avenir article de Sarah Janssen 21 décembre 2016.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n° 16 - ‘16 « Rencontre du troisième type »

    DSC_0812.JPG

    Nous avons rencontré Jeanick Piron, fondatrice et ancienne cheffe de groupe de « Pour Nandrin » et aujourd’hui, administratrice de « union Pour Nandrin » et lui avons posé quelques questions, au lendemain de l’élection du nouveau président de la section locale du Mouvement Réformateur de Nandrin.

     

    uPNa : Madame Piron, que vous inspire la photo que vous avez réalisée, ce samedi 10 décembre 2016, des 3 MR (N) sur la place de Nandrin ?

    J.Piron. : beaucoup de satisfaction et de bonheur confraternel dans la mesure où, enfin, après quatre années de « distanciation », ces trois figures réformatrices et libérales à Nandrin se retrouvent réunis pour relever un nouveau défi, celui de redonner des couleurs - et les plus « bleues » - à la belle commune de Nandrin.

    Je ne puis donc que me réjouir de l’élection de mon ami Guy Mottet, compagnon de tant d’organisations festives et récréatives, entre autres à Saint-Séverin, mais bien évidemment aussi de la désignation à la vice-présidence, des chefs de groupes, Marc Evrard pour « union Pour Nandrin » et Benoît Ramelot pour « Tous Ensemble ».

    Autre beau symbole que celui de ce trio prenant la pose devant le bâtiment de l’administration communale que la majorité « Expressions Commune(e)s » s’apprête à démolir, celui d’une volonté conjointe d’œuvrer pour la défense et la promotion de Nandrin, de son patrimoine et de sa ruralité.

     

    uPNa : Faut-il donc y voir, à court voire à moyen terme, une fusion des 2 listes d’opposition pour les futures élections communales de 2018 ?

    J.Piron : je crois que c’est aller un peu vite en besogne car les programmes politiques actuels des 2 formations « uPN » et « TE » sont différents et les appréciations divergent sur la méthode pour changer de majorité mais ceci participe assurément au rapprochement qui s’opère depuis plusieurs mois et pas d’ailleurs uniquement au sein de l’opposition (cf. les prises de positions récentes de deux membres cdH et Ecolo de la majorité).

    Pour rappel, le fait que ni Marc Evrard ni Benoît Ramelot ne se soient portés candidats à l’élection de la locale MR indique clairement une volonté affichée de préserver, au sein de leur groupe politique respectif, la diversité de pensées et d’actions dont celle qui nous tient particulièrement à cœur à « union Pour Nandrin », l’expression citoyenne, chère aux concitoyens qui nous ont élus et à ceux, nombreux, qui nous rejoignent.

     

    uPNa : Doit-on s’attendre à une opposition de plus en plus « incisive », voire sans concession dans les prochains mois et des débats toujours plus « durs » lors de la tenue des conseil communaux ?

    J. Piron : je ne puis répondre que pour notre groupe qui continuera, que cela plaise au non comme il le fait depuis décembre 2012, à agir dans l’intérêt de nos concitoyens en fonction de son programme politique.

    Mais, nous allons aussi entrer en campagne politique dès l’automne 2017 et « union Pour Nandrin » entend bien poursuivre la mission qui lui a été confiée en octobre 2012 et quoiqu’il advienne, se positionnera dans le respect de ses convictions.

    J’ai une entière confiance dans l’action de nos trois mandataires, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski, surtout, par rapport aux engagements qu’ils ont pris vis- à-vis des électeurs.

     

    uPna : en votre qualité d’ancienne secrétaire de la locale MR sous la présidence de Marc Evrard de 1994 à 2013, allez-vous aussi remplir un rôle actif au sein du nouveau comité ?

    J. Piron : ce n’est pas impossible mais cela ne relève pas de ma seule volonté. Je crois que les bonnes volontés sont toujours utiles et je pense avoir suffisamment prouvé que je ne manquais ni de courage, ni d’audace ni de disponibilité.

     

    UPNa

     

    Source photo Mouvement Réformateur Nandrin

     

  • Débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal le 24 novembre 2016 au local d' " Histoire de Temps"

    Chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

     

     

    Incroyable mais vrai !

     

    Au conseil communal de ce mardi 22 novembre, les 9 élus (sur 17) de la majorité "Expressions Commune(s)" ont voté DEFAVORABLEMENT pour la préservation du bâtiment de l'administration communale de Nandrin, sis au n° 1, place Ovide Musin, et ce contre les 2 groupes d'opposition "TE" et "uPN" qui avaient demandé son MAINTIEN et sa RESTAURATION.

     

    Datant de 1954, cet immeuble, assemblage de briques et de pierres typique de l'architecture traditionnelle du Condroz, récemment adapté aux PMR (personnes à mobilité réduite) abritait, entre autres, les bureaux du bourgmestre et du directeur général mais aussi la salle du Collège.

     

    Le coût des travaux de destruction et de reconstruction qui va approcher le montant de 1, 9 million d'euros (1.778.000 + 101.000 de frais d'étude) va rejaillir sur l'ensemble de nos concitoyens et relancera l'endettement communal si l'emprunt d'1 million d'euros actuellement refusé par l'opposition devait à nouveau revenir sur la table du conseil.

     

    Au moment où nous écrivons ces quelque lignes, le début des travaux de démolition est imminent, le chantier étant déjà partiellement sécurisé.

     

    Ce jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski et Jeannick Piron seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre.

     

    Invitation est lancée à tous les citoyens et il y aura des comptes-rendus du dernier conseil communal dans les journaux locaux et régionaux de la Meuse et de l'Avenir Huy-Waremme ainsi que dans la Libre Belgique et la DH de ce jeudi.

     

    Pour "uPN", Marc Evrard, chef de groupe

  • La CSC défend la nouvelle administration communale à Nandrin et Réaction de l'opposition dans la Meuse ainsi qu'un article de La Libre.be de 2005

    article de la meuse conseil communal opposition csc clic ici  22 nov csc.JPG

    article de la Meuse clic ici  conseil communal opposition csc clic ici 22 nov csc.JPG

    Réaction de l'opposition.JPG

    Réaction de l'opposition

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH. « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre... Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.

    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil. Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie. Mais pas au détriment des Nandrinois. La commune n’apas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il. Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes ,dont le bourgmestre et le directeur général. S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps. Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles. Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée. « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité. Une administration publique vise à accueillir le public... L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel .»
    Réaction de l’opposition .

     

    Voir article de la Libre .be du jeudi 4 aout 2005

    A Nandrin, clic ici le retour des «dinosaures»

    S.L. Publié le - Mis à jour le

     

    Dans la petite commune de Nandrin, entre Liège et Huy - et à seulement 60km de Maastricht et Aix-la-Chapelle -, on croise les doigts en regardant le ciel, ces jours-ci. L'édition 2004 du Nandrin festival, qui se déroule dans la plaine des Templiers, avait été secouée par une petite tornade le vendredi soir, et par l'annulation tardive de Lara Fabian - qui devait se produire dans les infrastructures du festival la semaine suivante -, sans compter une affiche plus «légère» que les années précédentes. Au terme de l'événement, qui avait tout de même attiré 32000 personnes, les organisateurs proclamaient ne pas être sûrs de poursuivre l'aventure en 2005, en l'absence de subsides.

    Un an plus tard, le Nandrin festival est bel et bien de retour. Quatre éléments ont permis de remettre le navire à flot, explique Gaston Merkelbach, co-organisateur de l'événement avec Michel Lemmens: un «Festival Aid» à Liège en novembre, la réduction de trois à deux scènes désormais, l'augmentation - quoique jugée insuffisante par l'organisation qui demande 100000 euros - des subsides (9500 € de la Province, 37500 annoncés par la Communauté), et celle de certains sponsors.

    http://www.lalibre.be/culture/musique/a-nandrin-le-retour-des-dinosaures-51b88af4e4b0de6db9ac7545#.WDNKZpnUKGg.facebook

     

  • Comminiqué de presse de la csc pour le Conseil Communal de Nandrin dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 et réaction de l'opposition

    CSC Conseil Communal opposition dans l'avenir du 22 novembre 16 clic ici.JPG

    CSC Conseil Communal clic ici  opposition dans l'avenir du 22 novembre 16 clic ici.JPG

    Conseil Communal la csc et l'opposition dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 clic ici.JPG

    Conseil Communal la csc et l'opposition clic ici  dans vers l'avenir du 22 novembre 2016 clic ici.JPG

    Voir aussi clic ici l'article de la Meuse et la Libre. be de 2005

    La CSC défend la nouvelle administration communale à Nandrin  clic ici et Réaction de l'opposition dans la Meuse ainsi qu'un article de La Libre.be de 2005

  • L'opposition convoque un Conseil Communal à Nandrin article dans le journal Vers l'Avenir

     

    Article de vers l'avenir 17 nov 2016 l'opposition convoque un conseil communal extraordinaire clic ici .pdf

     

    Article de vers l'avenir du 17 no 2016 l'opposion convoque un Conseil Communal clic ici.JPG

  • L'opposition convoque un Conseil Communal à Nandrin article dans le journal La Meuse

     

    Article de la meuse 15 nov sur la new adm et l'opposition clic

    ici.pdf

     

    travaux,presse,opposition,administration,patrimoine,nandrin,condroz

  • PRESS’en BREF n°15 - ‘16 Nandrin, TON patrimoine fout le camp !

    A cause de la mégalomanie d’un homme qui veut laisser, à tout prix, une trace de son passage à la tête de la commune et d’une « majorité » laxiste et complice, Nandrin va voir son endettement repasser la barre des 3.500.000 euros.

    Pire, ils ont choisi de réaliser ce projet de bâtiment pour une nouvelle administration communale/CPAS, au montant démesuré de 2.000.000 d’euros (pour une commune de 5.900 habitants !), à moins de de deux ans des futures élections communales d’octobre 2018, de manière à en faire un argument de campagne électorale puisque le chantier sera achevé en … juillet 2018. 

    Ainsi, chaque Nandrinois, en ce compris tout nouveau né, va donc devoir débourser 339 euros pour satisfaire les besoins de grandeur du bourgmestre et de ses acolytes et pour un projet pour lequel PERSONNE n’a voté puisqu’il était ABSENT de TOUT programme électoral.

    2 MILLIONS d’euros de dépenses,  ça s’annonce et puis cela se discute, quand même, non ???

    Mais, si cette dépense inconsidérée va creuser un nouveau trou dans les finances communales, elle va surtout engendrer la perte d’un élément du patrimoine nandrinois, le bâtiment dit « à la tour carrée » en pierres-briques caractéristique du Condroz et de la place de Nandrin.

    Car, cette bâtisse trapue construite au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1947, s’intégrait harmonieusement dans le bâti très ancien des places Musin et Botty, puisque les deux tours de défense de la ferme et de l’église, dites tours domaniales, remontent au Haut Moyen-Age.

    Comme ces tours servaient, avant la construction des châteaux-forts, à abriter les villageois face aux attaques des envahisseurs extérieurs, en l’occurrence au 9ème siècle, les vikings, la commune de Nandrin a donc tenu à reprendre ce symbole architectural pour rappeler que la représentation populaire s’incarne dans l’institution communale.

     

    Alors, me direz-vous, est-ce décidé et à quand les premières destructions ?

    Les grues et autres engins de démolition seront-ils en place pour la mi-novembre 2016, malgré le refus d’un emprunt d’un million d’euros voté le 24 octobre dernier par la majorité du conseil communal ???

    Et ainsi, faut-il voir dans le placement d’un abri de jardin provisoire devant l’entrée du bâtiment « Musin », un accès de remplacement à l’entrée actuelle condamnée par les futurs travaux ???

     

    DEMOLIR cet édifice, « la tour carrée », vieux de septante ans, relève non seulement d’un gaspillage financier mais résulte d’une volonté délibérée de destruction du patrimoine communal, sans respect pour l’ensemble architectural que constituent les bâtiments avoisinants, témoins des différents moments de notre histoire locale.

    Car la question que tous nos concitoyens se posent et qu’il eut fallu leur poser dès que ce projet aux objectifs certes louables, fut lancé, se résume à se demander s’il était OPPORTUN de maintenir une administration qui se veut moderne et adaptée aux besoins du citoyen du 21 ème siècle, dans des locaux anciens, voire vétustes, énergivores, peu sécurisés et dispersés, comme ceux que constituent l’ancien hôtel Musin, le vieux tribunal, la tour carrée ou encore la villa du CPAS au Péry ?

    Construire du NEUF résolument tourné vers l’avenir et la modernité, situé près des moyens de transports publics et privés que procurent la route du Condroz et le futur centre de déserte multimodal, n’était-ce pas LA SOLUTION qui aurait eu le mérite de rapprocher les Nandrinois, les Villersois, les Saint-Séverinois et les habitants de Yernée-Fraineux, de leurs institutions politiques et organes de gestion, eux qui sont séparés, depuis 1977, par le grand axe routier de la Nationale 63 ?

    Et que faire de ces trois bâtiments si caractéristiques, alors « abandonnés » en plein cœur du village de Nandrin ?

    Mais tout simplement, transformer, à terme et progressivement en fonction des moyens financiers disponibles, le centre historique de Nandrin en un ensemble à vocation culturelle, artistique, et muséale car la « (Belle) Porte du Condroz », n’est-elle pas devenue, au fil des ans, un lieu reconnu de concerts divers, d’expositions de peintures et d’événements historiques et autres manifestations, d’une bibliothèque communale digne du nom, même si elle a perdu beaucoup de son aura durant ces dernières années.

    Voilà, chères Concitoyennes et chers Concitoyens,

    ce que vous êtes en droit de revendiquer, le droit à la sauvegarde et à la valorisation de votre patrimoine monumental et culturel que d’aucuns, avec inconscience et irréflexion, ont décidé d’abandonner et/ou de faire disparaître.

     

    Qu’on se le dise de village en village pour que chaque Nandrinoise et chaque Nandrinois REAGISSENT avant que l’IRREPARABLE ne soit IRREMEDIABLEMENT commis !

     

    Que ce 11 novembre 2016 qui nous remémore, malheureusement et tellement, ce que la folie des hommes peut engendrer, nous préserve, en temps de paix, de nouvelles destructions monumentales!

     

    uPNa  

      

  • La PRESS’ion citoyenne n°15 - ‘16 « L’opposition ne comprend pas ce qu’elle vote » ?

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

    C’est la dernière déclaration du bourgmestre M. Lemmens dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 4 novembre, à propos du refus de 9 conseillers des oppositions « union Pour Nandrin » et « Tous Ensemble » et de la majorité « Expressions Commune(s).

    Car, n’en déplaise au grand argentier communal, une minorité de la majorité a également voté contre l’emprunt de 2 millions pour le nouveau bâtiment de l’administration communale/CPAS de la place Musin à Nandrin.

    9 conseillers sur 17 à Nandrin dont certains totalisent, ensemble, plus de 60 années de mandats politiques sont, comme le conseiller Marc Evrard, des élus « qui n’ont toujours RIEN compris ».

    9 conseillers sur 17  à Nandrin dont deux anciens échevins et président de CPAS et un ancien président de l’IDEN ne comprendraient plus RIEN !!!

    Décidément à Nandrin, depuis plus de vingt ans, il faut croire qu’on ne prend que les moins doués pour assumer des fonctions à responsabilité de gestion et cela semble continuer sous la législature actuelle, aux dires du bourgmestre (pas flatteur pour ses colistiers !).

     

    Mais que vaut-il mieux ?

    « Une opposition qui NE COMPREND PAS ce qu’elle vote » ou une opposition qui NE VOTE PAS ce qu’elle comprend ... trop bien ?

     

    Et, c’est bien cela qui met M. Lemmens dans un tel état “alarmiste” : il ne maîtrise plus sa majorité et ses projets deviennent sans ... fondation car il n’a plus AUCUN pouvoir de  DECISION et de GESTION, sans parler qu’il ne maîtrise plus sa communication, toujours dirigée contre l’individu et non contre les idées de celui-ci.

    Quant au travail du personnel communal qu’il laisse se développer sans perspective concrète, il faut déplorer une telle démarche de la part d’un mandataire qui, pour la part politique qui lui incombe, à savoir faire voter favorablement ses projets, n’assume plus ses responsabilités.

    Le fautif, n’est-ce pas, en définitive, celui qui n’a plus la majorité de vote au conseil communal ?

     

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Chacun se souvient du petit Caliméro, cher à nos jeunes années, celui-là même qui avait un art consommé de se faire passer, TOUJOURS, pour la victime de X, de Y et encore de Z.

    A la longue, cela devient lassant d’entendre, TOUJOURS, les mêmes gémissements et ces « ce n’est pas ma faute mais celle de l’autre », etc.

    Quand on clame haut et fort « qu’on a le pouvoir parce qu’on est la majorité » et que vous, « vous n’êtes que l’opposition », etc. et que « vous n’avez rien compris » et qu’on se trouve AUJOURD’HUI, acculé à ne pas pouvoir faire un emprunt, faute du refus de la MAJORITE du conseil communal, que fait-on, Monsieur Lemmens ?

    Marc Evrard vous répond, Monsieur Lemmens, par la plume d’uPNa :

    DEMISSIONNEZ,  Monsieur et quitter vos 22 ans d’échevinat et de maïorat car vous êtes d’abord, Monsieur Lemmens, un obstacle à la concorde politique à Nandrin, car, vous êtes, aussi, un obstacle au travail de nos fonctionnaires communaux et enfin, vous êtes, surtout, un obstacle à votre propre majorité qui, heureusement, compte encore quelques personnes réalistes.

    Aussi, Mesdames et Messieurs de la « majorité E.C. », faites faire le pas de côté à celui qui veut, au bord du précipice, vous faire accomplir le pas en avant.

    Car, c’est autant votre avenir que celui de Nandrin qui est en jeu.

     

    uPNa

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

     

     

  • PRESS’en BREF n° 14 - ‘16 La devinette du mois ou Quiadi ?

    Qui a dit, lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016 ?

     

     « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celle de la commune » (dans le journal “La Meuse” de ce jeudi 27 octobre 2016).

     

    1)   Le conseiller d’opposition Marc Evrard au bourgmestre Michel Lemmens ?

       ou

     

    2)   Le bourgmestre Michel Lemmens à la conseillère de la majorité Murielle Brandt ?

     

    La réponse se trouvait, ce jeudi 27 octobre, dans le journal « La Meuse », en page 2.

    Il s’agissait bien d’une déclaration publique … du bourgmestre Michel Lemmens à « sa » collègue-conseillère de « la majorité ».

    Elégant, non et exact, n’est-ce pas quand on sait que Murielle Brandt est ... « simple » conseillère communale et ne siège pas au collège communal et que Michel Lemmens cumule la fonction de bourgmestre et celle d’échevin des Finances, depuis 4 ans déjà.

     

    En voulez-vous une autre ?

     

    Qui a dit à la presse (même référence de journal) ?

     

     « Ils (les opposants -5TE + 3uPN + 1EC- au refus d’emprunt d’1 million pour le nouveau bâtiment de l’administration communale) ne comprennent pas que TOUT EST ENGAGE ! Les voiries sont déjà faites par exemple. Le budget est approuvé et ratifié par le ministre … Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on paiera sur fonds propres. »

     

    Le même que celui qui s’adresse avec « délicatesse » à sa collègue, Murielle Brandt : Michel Lemmens !

     

    Traduction 

     « On s’en fout » de l’accord du conseil communal car tout est PREALABLEMENT réglé et même, quand cela ne l’est pas, « on paiera sur FONDS PROPRES », c’est-à-dire qu’on passe outre l’avis de la majorité des citoyens (9 refus sur 17, à savoir 53 % des électeurs !!!).

     

    Il nous paraît opportun aujourd’hui de rappeler qu’il existe des îles lointaines comme celle de Sainte-Hélène où certains feraient bien de partir en « vacances » avant qu’on ne les y conduise « manu militari ».

     

    uPNa

     

     

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.JPG

    Clic sur l'article ou

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.clic ici JPG

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo