Real Time Web Analytics

  • Voeux du groupe Pour Nandrin

    fete2.jpg

  • Conseil Communal le 18 décembre 2012 dans la presse La Meuse Huy-Waremme

    ccla meuse 21dec2012.JPG

    Clic sur l'image pour agrandir

    A Nandrin, M. Lemmens a dû affronter l’opposition lors d’un 1er conseil sous tensions

    Mercredi a eu lieu le premier conseil communal nandrinois sous l’égide du nouveau mayeur Michel Lemmens.
    Une soirée qui a vite dégénéré puisque sur des questions de budget, la majorité ainsi que les deux groupes de l’opposition se sont entre-déchirés.
    Des prises de parole logiques pour certains, un « one-man-show» pour d’autres.
    Chacun campe sur ses positions.
    Explications.

    La séance vient de débuter ce mercredi quand, dans la salle du conseil communal de Nandrin, les élus ainsi qu’une quinzaine de personnes présentes dans le public, voient Michel Lemmens, nouveau mayeur après dix-huit années comme échevin des finances,
    commencer à expliquer le tout nouveau budget communal.
    Il n’ira pas bien loin puisqu’il sera très vite apostrophé par le porte-parole du groupe de l’opposition « Tous ensemble », Guy Mottet.
    «Je savais que j’allais être attaqué de cette manière mais je ne pensais pas que ça viendrait de ce coin-là », nous confie Michel Lemmens.
    Si le mayeur a dû essuyer les attaques de Guy Mottet, il avait déjà dû se défendre une première fois, un peu plus tôt dans la soirée, face au groupe « Pour Nandrin ». «Ils sont arrivés et Marc Evrard (porte-parole du groupe, NDLR) m’a directement interpellé
    en me disant que son groupe s’abstiendrait de tout vote ou toute décision puisqu’ils avaient déposé un recours concernant les soi-disant irrégularités lors des élections.
     Il ne fallait pas venir alors… », continue le mayeur. Mais là où Michel Lemmens a eu le plus dur de garder son calme, c’est lors des prises de paroles de Guy Mottet concernant le budget qu’il a jugées comme totalement déplacées.
     «Il a essayé de me poser des questions auxquelles je ne savais pas répondre.
     C’était un petit jeu pour lui. Et plus la soirée avançait, plus il gesticulait et était impoli.
    J’ai dû le rappeler à l’ordre quelques fois », souligne Michel Lemmens. Guy Mottet, lui, se défend en estimant avoir vécu le conseil de manière intensive.
    «C’est certain que j’ai été expressif mais c’est en réaction au bourgmestre qui n’a pas été clair sur le budget et qui ne répondait pas à mes questions, je n’ai en rien été différent ».
    En fin de compte, tout le monde regrette que le conseil ait tourné au pugilat.
     Le principal étant de travailler pour la commune.
    «Cette fois-ci, ça a tourné à la foire d’empoigne mais je suis sûr que ce ne sera pas tout le temps comme ça.
    Je l’espère car quelle image avons nous donné de notre commune aux gens du public… », s’interroge Michel Lemmens.
    «Je suis soutenu par mon groupe et je défendrai toujours avec la même détermination mes idées pour le bien de ma commune », conclut Guy Mottet. article de THOMAS BROUX dans le journal La meuse de Huy-Waremme du 21 décembre 2012

    MARC EVRARD (POUR NANDRIN)

    « Guy Mottet a été un one-man-show à lui tout seul. Il mérite mieux que ça »

    Marc Evrard, porte-parole du groupe « Pour Nandrin » emmené par Jeannick Piron, et dans le conseil communal depuis 1994, estime avoir eu un esprit constructif lors de ce conseil. « C’est vrai que nous avions décidé de nous abstenir puisque nous avons lancé un recours
    mais nous tenions à nous intéresser et à poser des questions.
    Ce que nous avons fait », souligne Marc Evrard.
    Par contre, pour l’attitude de Guy Mottet, le porte-parole est moins tempéré que Michel Lemmens. « Je ne le connaissais pas comme ça.
    Je le connais depuis 18 ans et c’est la première fois que je le vois ainsi ».
     Marc Evrad estime que son attitude a été décevante. « Il a été un one-man-show a lui tout seul.
    Il gesticulait et interrompait tout le temps comme un enfant mal éduqué.
    Ce n’est pas l’homme raisonnable que j’ai connu.
     C’est vraiment dommage de se donner en spectacle comme ça… Guy Mottet mérite mieux que ça », continue- t-il.
    Comme pour ses adversaires politiques, Marc Evrard trouve dommage que le conseil communal ait tourné en bagarre verbale.
    « J’espère que ça n’arrivera plus car si je n’ai jamais épargné Michel Lemmens, j’estime qu’il a eu une attitude digne face à cette situation.
    Je regrette que son premier conseil se soit déroulé ainsi », conclut-il. article de TH.B. La Meuse Huy-Waremme du 21 décembre 2012

  • Conseil Communal le 18 décembre 2012 dans la presse Vers l'avenir

    3.jpg

    Convocation du Conseil communal le 18 décembre 2012 dans la presse Vers l'avenir du 20 décembre 2012 article de Emmanuel Huet

    NANDRIN - Le budget était à l’ordre du jour du conseil communal. La séance a été animée par la prestation assez folklorique de Guy Mottet.

    Qu’on se le dise, les six années à venir ne vont pas être de tout repos à Nandrin au niveau de la vie politique. Mardi soir, le conseil communal s’est réuni pour la première fois sous la présidence du nouveau bourgmestre Michel Lemmens. Il y avait aussi un public assez nombreux, une quinzaine de personnes, dont l’ancien bourgmestre Jospeh Nandrin. Ou l’ancien conseiller, Antoine Biémont.

    Face au spectacle présenté par Guy Mottet (Tous Ensemble), certains, dont Joseph Nandrin, n’ont pas tenu le coup jusqu’à la fin. L’ancien mayeur a dû prendre un coup au moral de voir ce conseil communal partir en vrille alors que les interventions des conseillers avaient toujours été bien cadrées par le passé.

    Est-ce la faute au nouveau bourgmestre? Non, même s’il a pu être pris en défaut sur l’un ou l’autre point. Comme celui de ne pas avoir inscrit à l’ordre du jour la présentation du rapport annuel d’activités. Mais face à Guy Mottet qui tirait sur tout et qui gesticulait dans tous les sens tel un enfant qui veut se faire remarquer, Michel Lemmens est parvenu à garder son calme tout en recadrant, à de trop nombreuses reprises, le bientôt ancien président du CPAS.

    D’entrée de conseil, Marc Évrard, pour le groupe Pour Nandrin, avait déjà donné le ton. «Pour Nandrin s’abstiendra sur tous les points présentés ce soir. Notre groupe a introduit un recours au Conseil d’État par rapport aux élections et ne considère pas, jusqu’à nouvel ordre, la légitimité de notre assemblée.»

    Ce qui, en cours de conseil, vaudra une pique décochée par Michel Lemmens : «Monsieur Évrard, votre groupe ne respecte pas la démocratie.» On pourrait ergoter sur la manière dont Pour Nandrin a pris pour principe de se retrancher derrière les problèmes liés au scrutin à Nandrin. Dans l’ensemble, leurs interventions sur le budget étaient constructives. Le groupe avait des questions, il a obtenu des réponses.

    De même pour le groupe Tous Ensemble. La plupart des membres se sont intéressés à plusieurs points du budget. À chaque fois, Michel Lemmens leur a fourni une réponse. Mais c’est vraiment avec Guy Mottet, situé face à Michel Lemmens, en opposition directe, que le courant n’est pas passé.

    Le budget 2013 n’est pas un budget politique, a rappelé le bourgmestre. Il a été monté en trois jours afin de permettre à la commune de pouvoir fonctionner. Les orientations politiques, fruit du nouveau collège et de ses trois tendances (PS, Écolo et cdH) seront déterminées dans les mois à venir. «Ai-je été appelé pour réaliser le budget, interroge Guy Mottet, toujours membre du collège jusqu’en janvier en tant que président du CPAS. Je n’y ai pas été convié.» Réponse de Michel Lemmens : «vous n’étiez pas présent au collège du 6 décembre. D’ailleurs, on ne vous y voit plus depuis trois mois.»

    Guy Mottet continuait en «pinaillant» sur des détails de vocabulaire. Ce qui avait le don d’agacer Michel Lemmens. «Ce n’est pas le cirque Monsieur Mottet. Vous pouvez faire des remarques mais je vous inviterai à rester sobre.» Et dans le public, on entendait les soupirs monter à chaque sortie du président du CPAS. «On n’aurait pas eu à débattre de tout ça si vous nous aviez conviés avant», peste le représentant de Tous Ensemble.

    Même du côté de Pour Nandrin, on ne semblait plus trop apprécier le one-man-show de Guy Mottet. S’il s’en amusait au début, Marc Évrard a demandé à ce qu’on respecte le droit de préséance afin d’obtenir la parole. Réaction de Guy Mottet : il ricane. «On ne le reconnaît pas, il est intarissable», remarque Marc Évrard à propos du président de CPAS qui n’était pas spécialement bavard quand il se trouvait dans la majorité. «L’opposition, ça vous change un homme», sourit l’échevin Brassel.

  • Convocation du Conseil communal le 18 décembre 2012

    conseil du 18dec2012.JPG

    Convocation du conseil communal salle du conseil place A Botty N°1 Nandrin 4550

    le mardi 18 décembre 2012 à 20h 

    convocation conseil communal du 18 decembre 2012 clic ici.pdf

  • Installation du nouveau conseil communal de Nandrin en photos

     

    DSC02641.JPG

    Malgré le recours (non suspensif) au Conseil d’Etat déposé par trois élus de la liste “Pour Nandrin” à l’encontre des résultats des élections, l’installation des collège et conseil communaux a pris place sans anicroche hier soir, à Nandrin.

    À 45 ans, Michel Lemmens devient bourgmestre de Nandrin, épaulé par 4 échevins et une

    présidente de CPAS Expression(s) Commune(s).

    Il succède à Joseph Nandrin et ses 18 années de mayorat.

    Article de  Annick G La Meuse du 4 decembre 2012

    2689841152.49.JPG

     

    Prestation serment 3 décembre 2012

     

  • Les membres du groupe “Pour Nandrin” vont au bout de leur logique

    1 décembre 2012 la meuse 1.JPGIls ne lâchent pas le morceau.
    Les membres du groupe “Pour Nandrin” vont au bout de leur logique et ont  introduit un recours devant le Conseil d’Etat, pour faire invalider les élections.
    Mercredi, Jeannick Piron, Marc Evrard et Bodgan Piotrowski, du groupe “Pour Nandrin”, ont introduit un recours devant le Conseil d’État,contre la décision du Collège Provincial.
    On se souvient, qu’au lendemain de la tenue des élections communales,cette nouvelle formation politique avait introduitun recours devant le collège provincial.
    La raison?Ouplutôt les raisons, car ses membre sont établi un relevé de plusieurs irrégularités dans le déroulement des élections, irrégularités que ses membres qualifient de graves.“Nous avons proposé aux autres groupes de se joindre à nous pour introduire le 1er recours devant le collège provincial ”, relève Jeannick Piron. “C’est avec nos deniers,ceux des 17 membres du groupe que nous payons ces démarches ”,faisant ainsi écho aux propos tenus dans nos colonnes par le futur bourgmestre, Michel Lemmens.
    Bourgmestre à partir du 3 décembre, oui mais pour combien de temps? Car, les membres de Pour Nandrin comptent obtenir gain de cause.
    “Le Conseil d’État nous semble plus objectif pour trancher par rapport au Collège Provincial.
    Oui, nous sommes conscients qu’une décision en notre faveur aboutira à retourner aux urnes.
    La majorité pourrait basculer. ” Marc Evrard et Jeannick Piron ajoutent: “Depuis le 15 octobre, nous avons de plus en plus de citoyens qui nous rejoignent et nous encouragent à poursuivre. ”Le Conseil d’État devrait statuer d’ici 60jours.
    Si Pour Nandrin gagne, les Nandrinois pourraient retourner aux urnes une cinquantaine de jours plus tard (à la mi-mars).
    Néanmoins,lundi prochain, à Nandrin comme partout en Belgique, les nouveaux élus du 14 octobre, doivent prêter serment.
    Qu’en sera-t-il  àNandrin?  “Notre recours n’est pas  suspensif ”,indique MarcEvrard.
    Devant  ce marasme, comment Jeannick Piron, Marc Evrard et Bogdan Piotrowski appréhendent-ils de siéger dès le 3 décembre? “Un peu inquiets parce que le climat est mauvais et ce, depuis bien avant les élections du 14 octobre.
    Sinon, nous sommes sereins.
    Il faut que l’on retrouve le sens de la mesure,du sang froid,on est dans un jeu politique.
    Nous serons attentifs aux citoyens,à informer ceux-ci.
    Nous nous baserons sur notre programme, nous nous structurons, avons créé Nandrin Festif pour arriver à financer notre groupe.
     ”Pour Nandrin est impatient  de voir comment les anciens groupes de l’opposition, qui se retrouvent à ce jour dans la majorité,géreront des dossiers tels que ceux des lotissementsou encore les structures sportives.
    On l’a compris Pour Nandrin semble bien démarrer une nouvelle campagne électorale.
    Article de Sonia K dans la Meuse Huy Waremme du 1 décembre 2012

    1 décembre 2012 la meuse2.JPG
    «

  • Eh non, il n’y a pas acharnement de Pour Nandrin.Simplement l’exercice de la démocratie.

    vers l'avenir 24 oct cou.JPGNANDRIN - Revotera-t-on à Nandrin? On le saura le 27 janvier.

    Eh non, il n’y a pas acharnement de Pour Nandrin.

    Simplement l’exercice de la démocratie.

    Pour Nandrin a donc déposé son recours au Conseil d’État. Ne se contentant pas de la décision prise par le Collège provincial qui n’a pas retenu ses arguments et a validé le résultat des élections. Un dossier de 19 pages «à peu près le même que notre second mémoire en réplique devant le Collège provincial», explique Marc Evrard, un des trois élus ‘Pour Nandrin’. «Le Collège provincial reconnaît les irrégularités mais il nous a reproché de ne pas avoir fait acter tout cela par procès-verbal, dans les bureaux de dépouillement ou de vote.» Ces remarques, ‘Pour Nandrin’les qualifie d’ «un peu désobligeantes». Et Marc Evrard d’expliquer : «qui devait valider ces irrégularités, les témoins des partis ou les présidents des bureaux? Peut-on reprocher aux pompiers un incendie qu’ils ont éteint?»Et quand bien même ces irrégularités n’ont pas été constatées, cela n’empêche qu’elles ont existé. «Ce qui est important, c’est qu’elles ont eu un impact sur le résultat du scrutin qui nous était défavorable, sur la répartition des sièges et, voire, sur la majorité.»

    La décision du Conseil d’État, les membres de Pour Nandrin l’attendent avec impatience. Une décision qui sera plus juridique que politique, estiment-ils. «Plus objective aussi.» Le Conseil d’État a 60 jours pour se prononcer. Donc, avant le 27 janvier, «on saura si on revote ou pas. Si on gagne le recours, Nandrin aura 50 jours pour organiser de nouvelles élections.» Mais on n’en est pas encore là. Et «si on ne remporte pas ce recours, ce sera ‘point à la ligne’.»

    Depuis le début de la campagne électorale, le climat politique à Nandrin est tendu. L’annonce des résultats, tout comme d’ailleurs celui de ce recours d’abord au Collège provincial puis au Conseil d’État, n’a pas calmé les choses. Climat tendu et même un peu «haineux». «Un des candidats d’Expressions communes a déposé un mémoire… La façon dont il nous traite dedans est scandaleuse. Il est temps qu’à Nandrin, chacun retrouve son calme et le sens de la raison.» Les deux recours n’ont-ils pas mis de l’huile sur le feu? «Non, il n’y a pas acharnement. Introduire une réclamation, faire appel d’une décision, c’est démocratique. Ce n’est pas de l’acharnement que de vouloir rectifier ce qu’on estime être des irrégularités.»

    Lundi, les élus nandrinois prêteront serment. «Et on commencera à travailler.» Non pas à faire de l’opposition bête et méchante mais bien un travail constructif. « On va aussi structurer notre ASBL et activer l’ASBL ‘Nandrin festif’qui sera parallèle à l’association politique. Elle visera à mettre en place nos projets culturels notamment. On va faire fonctionner ‘Pour Nandrin’comme UPN et Nandrin 2000 par le passé.» Deux groupements dont Marc Evrard faisait d’ailleurs partie.

     

    • Source: lavenir
    • Catherine Duchateau