Real Time Web Analytics

  • Bonne fête nationale à vous tous!

    21jui.gif

    21 juillet 2013

     

    Bonne fête nationale à tous  au nom de Pour Nandrin 

     

    bonne fête nationale à vous tous!


  • Pour Nandrin veut un conseil

    6 juillet pour nandrin.JPG

    Clic sur l'image pour agrandir 

    1005940_10201282714820148_441051042_n.jpg

    Clic sur l'image pour agrandir 

  • « La crèche est nécessaire pour nos citoyens »

    « La crèche est nécessaire pour nos citoyens »Marc Evrard, conseiller communal du groupe « Pour Nandrin », dans l’opposition a décidé de communiquer hier pour rebondir sur l’affaire de la crèche communale.

    En effet, dans les pages de notre journal de ce jeudi, nous vous annoncions la décision prise par la majorité nandrinoise de fermer la crèche devenue trop coûteuse.
    Une annonce qui a fâché le groupe de l’opposition.

    « C’est déjà très cavalier d’annoncer cela dans la presse avant même que la décision ne soit votée au CPAS, et sans même tenir informé le Conseil communal.

    D’autant plus que la décision intervient juste au début des vacances, sans aucune concertation ».

    De plus, l’opposition critique la décision politique en tant que telle : « Ils n’ont rien fait depuis le début de leur législature.

     La première chose qu’ils décident, c’est négatif. M. Lemmens se vante d’avoir réduit la dette communale, il fait des investissements, les infrastructures sportives, mais il ne veut pas ajouter 100.000 euros pour cette crèche.

    C’est paradoxal quand on sait que le Gouvernement annonce la création de 1000 places pour les enfants dans les mois à venir ».

    Le conseiller ajoute qu’il trouve l’attitude du bourgmestre déplacée : « Il rejette la faute sur l’ancien président du CPAS, alors qu’à l’époque, il était échevin des finances. 

    Il connaissait les comptes. 
    Il aurait aussi pu s’en rendre compte si les subsides n’avaient pas été demandés.

     C’est une défense un peu facile à mon avis ». 

    Article écrit par N.B Pour le Journal La Meuse du 5 juillet 2013

    « La crèche est nécessaire pour nos citoyens »


  • FERMETURE DE LA CRÈCHE COMMUNALE « Les Canailloux » : quand NANDRIN sacrifie ses enfants !

    alerte.jpgC’est avec consternation et indignation ensuite que le groupe politique de l’opposition

    « Pour Nandrin » vient d’apprendre que lors du conseil du CPAS de ce jeudi 4 juillet, la majorité politique « Expressions Commune(s) »  PS-ECOLO-CDH a décidé de fermer, de manière définitive, la crèche communale « Les Canailloux ».

    Les familles des jeunes enfants avaient été, en effet, convoqués ce jeudi à 18 heures pour être informés les premiers,  par le bourgmestre M. LEMMENS et la présidente, B. ZUCCA, d’une décision  qui devait être prise lors dudit conseil, réuni à partir de 20 heures.

    Consternation et indignation d’abord que la fermeture de cette crèche ait été annoncée dans la presse de ce jeudi 4 juillet quand les membres du conseil du CPAS n’ont pas encore, lors d’un vote,  émis de décision officielle.  

    Consternation et indignation toujours dans la mesure où, à peine 7 mois après son installation à la direction de la commune, la nouvelle majorité dont les partis CDH et ECOLO, particulièrement attachés aux valeurs familiales et à la promotion de la petite enfance qui forme l’ossature de la nouvelle politique de bonne gouvernance à Nandrin ne  fait ni dans le sentiment ni dans la « transparence » (point 4.3 du Contrat pour une bonne gouvernance de notre commune du programme d’Expressions Commune(s).

    En supprimant cette institution publique, le PS et ses alliés viennent, en peu de temps, de détruire ce que ce parti (qui se revendique proche des gens, souvent les plus modestes) et le MR avaient construit à la satisfaction générale de la population, depuis des années.

    Consternation et indignation enfin  quand on sait qu’au dernier conseil communal du 24 juin, le bourgmestre M. LEMMENS se vantait d’avoir ramené la dette communale de 3 millions d’euros à moins de 900.000 euros, au point d’avoir été qualifié par la presse locale de « bon élève de la classe » et que cette même majorité n’a pas la volonté, voire n’est pas capable de consacrer … 100.000 euros pour rénover les infrastructures de crèche des Canailloux , comme l’exigeait le service régional d’incendie.

    Consternation et indignation face au constat, alors que la presse titrait, le 2 mai dernier, à propos des infrastructures sportives du Péry,« coût total : 2,6 millions d’euros dont 800.000 euros de partscommunales, que la majorité CDH-ECOLO-PS n’a même pas jugé bon, devant une situation qu’elle ne pouvait ignorer, de tenter de réorienter ses affectations financières, tout en préservant les engagements anciens.

    Aujourd’hui, le groupe « Pour Nandrin » constate que la fermeture des Canailloux va engendrer la perte de 6 emplois locaux dont 5 temps pleins et met de nombreuses familles nandrinoises dans de grandes difficultés à la veille des vacances, précisément à moment où le Gouvernement wallon (PS-ECOLO-CDH) vient d’annoncer la création, pour les années à venir, de centaines de places de crèche : un comble !

    Plus qu’une erreur politique, cette décision anti-sociale est une FAUTEet démontre que le groupe « Expressions Commune(s) a, dans ce domaine comme dans d’autres, abusé de la (petite) confiance que l’électeur lui a accordée, en octobre 2012.

    Aussi, le groupe « Pour Nandrin » s’associe à la détresse des familles touchées par cette décision politique irresponsable ainsi qu’ à celle des membres du personnel communal « remercié ». Il les assure de leur soutien actuel et futur.

    « Pauvre» Nandrin, sous la bannière  PS (dont M. LEMMENS et B. ZUCCA)-CDH-ECOLO ) !

    J. PIRON, B. PIOTROWSKI et M. EVRARD, conseillers communaux de « Pour Nandrin »

  • Fin de la crèche communale

    ccag.JPG
    « Les Canailloux » coûtent trop cher : la structure fermera définitivement ses portes cet été

    La nouvelle qui était dans l’air depuis quelques jours vient d’être confirmée. 
    La crèche communale de Nandrin, « Les Canailloux », ferme ses portes définitivement. « C’est un abysse financier », confirme le bourgmestre, Michel Lemmens.
    Quatre employées et neuf bambins doivent être recasés au plus vite.

    «Une immense lacune administrative. »
    «Carrément une faute grave. »
     Le bourgmestre socialiste de Nandrin, Michel Lemmens, ne mâche pas ses mots à l’égard de l’ancien président du CPAS, Guy Mottet (aujourd’hui dans l’opposition) et de l’ex-secrétaire du CPAS,Eric Lomba (qui a démissionné de son poste, en juin 2012). 
    Le nœud du problème ?
    Le CPAS (dont dépend la crèche) de l’ancienne majorité n’a pas introduit de dossier pour renouveler les points APE (Aides à la Promotion de l'Emploi) auprès de la Région wallonne.
     Une perte sèche de 84.000 euros, selon le mayeur. 
    Une bourde que reconnaît Guy Mottet (MR, à l’époque dans la majorité avec le PS, NDLR) : «Oui, le secrétaire du CPAS n’a pas transmis la dema de.
     J’assume l’erreur de mon secrétaire même si le président n’est pas responsable de l’échéancier », déclare-t-il.
    Le Nandrinois s’oppose néanmoins à la fermeture de la crèche communale, la seule de l’entité. «Même si elle est déficitaire, cela reste un service aux citoyens qu’il faut maintenir », appuie-t-il.
    Un avis que ne partage pas le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens. «Ce n’est pas un gouffre financier, c’est un abysse !, lance-t-il.
    Cette subvention est définitivement perdue, on ne la recevra plus pour les années à venir.
     Cette crèche coûte 120.000 à 150.000 euros par an au CPAS de Nandrin pour 6 enfants (le taux d’occupation moyen) et 4 employées. Cela signifie que chaque bambin de la crèche coûte 20.000 euros par an à la collectivité. 
    C’est énorme, on ne peut pas l’accepter. »
     
    La goutte qui aurait fait déborder le vase est la visite récente des pompiers dans la crèche, ce chalet qui date de la guerre.
    «Ils ont relevé la possibilité de traces d’amiante, la nécessité d’installer des portes coupe-feu etc. 
    Il y en a pour 100.000 euros de travaux !». Une remise aux normes jugée trop chère par la commune.
    Forte de ces éléments alarmants, la majorité a décidé de fermer définitivement la crèche des « Canailloux ». Elle le sera pour le 1er septembre au plus tard.
    Le bâtiment ne sera pas rasé, il devrait servir aux scouts ou aux pensionnés, après quelques petits travaux.
    Mais quid des bambins et des accueillantes ?
    Il n’y aura pas de licenciement sec, assure le mayeur.
    «L’aide familiale restera au CPAS, une puéricultrice pourrait être engagée à l’école de Villers-le-Temple pour l’accueil extra-scolaire.
    Et la halte-garderie de Flémalle cherche deux puéricultrices. » Quant aux enfants, les parents devront faire preuve de débrouillardise. 
    «Je me suis renseigné, il y a une capacité de repli à Flémalle, plus les crèches privées et mamans ONE de Nandrin qui a, je le rappelle, un très bon taux de couverture d’accueil préscolaire (63 %).»
    Pour les familles qui auraient du mal à assumer financièrement la transition entre une  crèche publique et privée, le CPAS de Nandrin (et peut-être celui des communes alentours concernées) devrait les aider. 
    Dans le futur, Nandrin n’exclut pas d’ouvrir une nouvelle crèche communale.
    «Via un appel à projets dans le cadre du plan Cigogne 3, pour obtenir des subventions.
    Mais cela prend du temps, deuxtrois ans environ. Trop longtemps pour pouvoir maintenir l’actuelle crèche. 
    On pourrait aussi réfléchir à une structure mi-publique, mi-privée.
    Si le projet est retenu, il devrait passer au Conseil communal en septembre ou en octobre. »
    Ce soir, Michel Lemmens et Béatrice Zucca (présidente du CPAS) rencontrent les parents d’enfants et les accueillantes des « Canailloux » pour leur annoncer officiellement la nouvelle et discuter des modalités de la fermeture. 
    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse H-W du 4 juillet 2013


    Du côté des parents d’enfants, c’est la consternation.
     La nouvelle de la fermeture des « Canailloux » s’est répandue comme une traînée de poudre jusqu’à leurs oreilles paniquées. 
    «On travaille tous les deux. La petite est inscrite depuis trois semaines, elle s’est habituée à l’endroit.
     Il va falloir tout recommencer. Pour l’inscrire à Nandrin, on s’y était pris 10 mois à l’avance. 
    Comment retrouver une place ailleurs dans un si court délai, aux jours qui nous conviennent ? !», s’exclame une maman qui prospecte déjà les autres crèches du coin, en vain. 
    Sans oublier le surcoût d’une crèche privée.
    Les accueillantes s’inquiètent aussi de leur avenir et regrettent cette décision.
    «C’est petit ici, donc très familial.
    On s’est beaucoup investi dans cette crèche qui existe depuis 9 ans.
    C’est un véritable déchirement. On voudrait connaître la date exacte de la fermeture car cette incertitude est invivable nerveusement. »

  • La dette a diminué de près d’un tiers en 2012

    la dette a diminué de près d’un tiers en 2012Les Conseils communaux de Nandrin sont d’ordinaire plutôt tendus.
     Celui de mardi soir a connu son lot d’échanges et d’interpellations habituel. 
    Mais sur les comptes 2012, personne n’a bronché (l’ancien partenaire MR, désormais scindé en deux partis, est aujourd’hui dans l’opposition).
    L’échevin des finances (une fonction qu’il occupait déjà sous la précédente majorité) et bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens (PS) s’est fendu d’une présentation des chiffres sur grand écran, à l’aide d’un Powerpoint.
    «Je rappelle qu’il s’agit d’un cliché au 31 décembre 2012 et d’un bilan de l’ancienne majorité », glisse-t-il en préambule.
    Nandrin s’en sort bien. A l’ordinaire, le résultat budgétaire 2012 se chiffre à 303.359 euros.
     Un montant plus bas que prévu. « Le retard dans l’enrôlement de l’IPP fait baisser nos recettes. » A l’extraordinaire, on atteint 95.486 euros. «Les exercices cumulés ordinaire et extraordinaire sont à l’équilibre. »
    De plus, «le patrimoine immobilier de la commune est en croissance (+ 50 %) alors que la valeur du patrimoine traditionnel diminue d’année en année.
     C’est un signe positif», note le mayeur.
    L’endettement global atteignait 6 millions en 1994 et 2,5 millions en 2006. Au 31 décembre 2012,on arrive à 891.000 euros «sans compter les recettes de l’IPP et le retard de paiement du Service régional d’incendie de Huy (entre 300.000 et 400.000 euros)»,
    nuance Michel Lemmens. Bref, la dette a diminué de près d’un tiers, à Nandrin.
     «On passe d’un endettement de 30 % à 4 %, ce qui est une norme plus qu’acceptable.
    Le plus gros effort a été fait dans les législatures 1995-2000 et 2006- 2012.La dette est désormais maîtrisée. »
    D’après le bourgmestre, la masse salariale est maîtrisée et le taux de nomination est optimum. 
    ANNICK GOVAERS