Real Time Web Analytics

  • Tant pis pour le SDER, pas eu le temps !Titre de l'article de vers l'avenir le 27 février 2014 sur Nandrin

    SDER-664x450.jpg

     

     

     

    Vers l'avenir titre aujourd'hui 

    Article de 

    • Source: lavenir
    • Julie DE PAUW

    Tant pis pour le SDER, pas eu le temps !

    NANDRIN - Le conseil communal de ce mardi soir était marqué par 2 grandes absences: celle du groupe «Pour Nandrin» et le SDER

    Voir l'article en ligne Vers l'avenir clic ici 

    À Nandrin pourtant, le SDER n’a pas été abordé et ne le sera pas, puisque les avis doivent être rendus le 27 février 2014.

    Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire, a répondu qu’en effet, le service urbanisme n’avait pas eu le temps de se pencher dessus étant déjà occupé sur d’autres gros projets et du fait de l’épaisseur du document. 

    «Et comment on fait les autres communes alors? 

    Réaction Bogdan Piotrowski à l'article 

     

    Tout simplement SCANDALEUX !!!

     

    La gestion du temps est une chose essentielle dans la gestion de l’administration.

    Il appartient aux ‘politiques’ de fixer les priorités dans les dossiers que l’administration doit traiter.

    Manifestement, cela n’a pas été fait.

     

    De plus, ce n’est pas très courageux de la part de certains ‘politiques’ de se retourner contre leur administration pour tenter de justifier à posteriori leur faute.

    L’avis à remettre à la Région était celui du Conseil communal, et non celui du Collège, et encore moins celui de l’administration.

    Et en aucune manière il n’appartenait au Collège d’empêcher le Conseil communal d’émettre son avis sur le SDER.

    Le fait que certains élus de la majorité n’ont pas fait leur travail ne leur accordait sûrement pas le droit d’empêcher le conseil communal de faire le sien, et ce en violation de l’article 14 du CWATUPE de surcroît.

     

    Par ailleurs, un autre point est vraiment interpellant : pourquoi la CCATM ne s’est-elle pas penchée sur ce dossier ? 

    Il s’agit là quand même d’un dossier dont l’importance est majeure, dans la mesure où il sera susceptible de conditionner les décisions futures.

    La CCATM s’est réunie à plusieurs reprises ses derniers mois pour atteindre le nombre de réunions nécessaires à l’obtention des subsides wallons.

    Pourquoi n’en a-t-elle pas profité pour analyser ce dossier ? Pourquoi son président n’a-t-il pas constitué des groupes de travail ?

    Et pourquoi n’a-t-elle remis aucun avis ?

    Il appartient au président de la CCATM de fixer les ordres du jour des réunions. Comment se fait-il qu’un point de cette importance n’ait été présenté à aucun moment ?

    S’agirait-il d’un problème de manque de sérieux, de compétence, d’instrumentalisation, ou alors s’il s’agit d’un choix, quels en seraient les motifs ?

     

    Mais le plus scandaleux de cet article est résumé dans son titre. La minimisation de l’importance de cet outil, et l’absence de prise de conscience des conséquences que son adoption aura sur notre environnement dans les prochaines décennies est sidérante.

    Oser dire publiquement et ouvertement ‘Tant pis pour le SDER, pas eu le temps !’ relève de mon point de vue de l’irresponsabilité politique.

     

    Reste à voir si ceux qui se sont prévalus, lors des dernières élections, comme étant les garants de l’éthique politique et de la bonne gouvernance, auront le courage de leurs convictions en présentant leur démission. Personnellement, je ne me fais aucune illusion sur cette question. 

    Bogdan Piotrowski 

  • Dans le journal La Meuse du 26 février 2014 « Pour Nandrin » boycotte le Conseil

    conseil communal du 25 fevrier 2014 en photo KS.JPG

    Ce mardi soir, la table des conseillers communaux comptera trois chaises vides. 
     
    Celles de Marc Evrard, Jeannick Piron et Bogdan Piotrowski, les trois élus d’opposition « Pour Nandrin ».
     
     Ils ont en effet décidé de marquer leur exaspération au vu de l’ordre du jour du conseil communal. 
     
    Celui- ci n’est pas très fourni, seuls quatre points sont effectivement prévus, en plus d’un court huis clos : deux fabriques d’église, le remplacement d’un membre du CPAS et le règlement d’ordre intérieur du CPAS. 
     
    «Nous avons décidé de ne pas participer pour protester contre la vacuité de ce Conseil », confirme Marc Evrard. 
     
    Le conseiller estime être convoqué à tort et travers pour des «broutilles ».
     
     «Ce n’est pas la première fois qu’il n’y a presque rien à l’ordre du jour. 
    Pourquoi nous réunir, dès lors ?
     
     Il y a une surabondance de conseils communaux à Nandrin, 14 en 2013. 
     
    J’ai été élu pour débattre de choses utiles pour les Nandrinois ! ».
    Dans la ligne de mire de Marc Evrard, l’absence de point concernant le SDER, le Schéma de Développement de l’Espace Régional.
     
    «Nandrin est une des seules communes où le SDER n’a pas été abordé au Conseil. C’est affligeant. 
     
    Il s’agit tout de même d’une problématique importante, l’aménagement du territoire.
     
    Les communes n’ont que jusqu’au 27 février pour remettre un avis. Après, c’est trop tard. » 
     
    Une opinion partagée par l’autre opposition « Tous Ensemble », qui fera néanmoins acte de présence. 
     
    «Je ne suis pas d’accord avec la politique de la chaise vide de « Pour Nandrin ».
     
    Un ordre du jour light est l’occasion de discuter plus longuement des questions complémentaires.
     
     Et je compte bien interpeller la majorité sur l’absence regrettable du SDER à l’OJ », lance Benoît Ramelot.
     
    Du côté du bourgmestre Michel Lemmens, on se dit «choqué » par la défection de « Pour Nandrin ».
     
    Quid du SDER ?« On n’avait pas les moyens humains nécessaires pour étudier ce dossier correctement. 
     
    On préfère faire l’impasse que de rendre un avis non pertinent. 
    Mais l’opposition peut toujours mettre le sujet sur la table du Conseil. » 
     
    Article de ANNICK GOVAERS pour le journal La Meuse H-W du 26 février 2014 
     
    Réaction de Bogdan Piotrowski
     

    "Pour ma part, j’estime que les propos du bourgmestre sont injurieux vis-à-vis des élus du groupe ‘Pour Nandrin’.

    Que le collège des bourgmestre et échevins se déclare incapable de rendre un avis pertinent sur le SDER, c’est son problème.

    En tout état de cause, le bourgmestre n’a pas à associer l’opposition à ce prétendu aveu d’incapacité.

    Par ailleurs, on serait en droit de se demander quelles seraient les raisons qui pousseraient certaines de ces personnes à se présenter sur des listes régionales, alors que quand un dossier régional arrive sur la table du conseil, elles se déclarent implicitement incapable d’émettre un avis pertinent, et qui soit personnel.

    Cependant, j’ai dur à croire en cette incapacité.

    En effet, le bourgmestre ainsi que les écolos se sont abstenus d’expliquer à la population que l’article 14 du CWATUPE précise qu’en l’absence de la transmission de l’avis dans les délais impartis, l’avis sera réputé FAVORABLE. Et que propose le SDER ?

    Tripler la densité des habitations dans le centre de Nandrin, doubler celle de Villers-le-Temple, et doubler celle dans de Saint-Severin.

    Alors à votre avis, pourquoi pensez-vous que le Collège s’est abstenu de mettre ce point à l’ordre du jour du Conseil communal, alors qu’il en avait l’obligation ?

    Pensez-vous vraiment que les membres du Collège auraient été incapables d’émettre un avis sur cette question ?

    Pensez-vous qu’ils n’ont aucun avis personnel sur ce point ?

    Pensez-vous qu’ils ignoraient qu’à défaut de le transmettre dans les délais impartis, l’avis serait réputé FAVORABLE ?

    Par mon absence à cette séance du Conseil communal, j’ai tenu à manifester publiquement mon indignation face à de tels procédés que j’assimile à une situation de HOLD-UP faite sur la démocratie.

    La préservation du caractère rural de notre entité est la préoccupation première des citoyens nandrinois.

    Celle-ci a déjà été mise à mal par le projet de RCU, qui heureusement a été annulé par le pouvoir de tutelle peu avant les élections.

    On aurait pu croire que la montée des écolos dans la majorité aurait stoppé cette ligne de conduite. Les faits démontrent qu’il n’en est rien.

    En effet, depuis les élections c’est un ensemble de faits concordants qui conduisent à ce constat.

    L’avalisation forcée du SDER en est l’étape ultime, puisque son application va conditionner la disparition du caractère rural de notre commune dans le courant des 30 prochaines années.

    Ceux qui se rappellent de la campagne électorale auront toujours à l’esprit que l’axe premier du groupe « expression commune » était un engagement à respecter une charte éthique et de bonne gouvernance.

    Sur cette question, je me limiterai à citer Albert Camus : ‘Le passage du discours à l’action morale porte un nom : devenir humain’.

    Bogdan"

    Réaction de Marc Evrard 

     

    Pourquoi, avec un conseil communal aussi "light", ne pas avoir inscrit la réflexion sur le SDER sur lequel les conseillers communaux auraient encore pu se prononcer pour ce jeudi 27 février 2014 ?

     

    "On n'avait pas les moyens humains nécessaires pour étudier ce dossier correctement".

     

    Qui, le bourgmestre M.Lemmens peut-il ou veut-il convaincre avec ce type d'inexactitudes et pendant combien de temps, va-t-il encore se moquer de ses concitoyens et de leurs représentants élus démocratiquement, autant dans la majorité que dans l'opposition ?

     

    Car, comment comprendre que la commune de Nandrin, la plus peuplée des 9 communes du Condroz hutois et la SEULE A "AVOIR PREFERE FAIRE L'IMPASSE" (Nandrin a le double d'habitants de Tinlot qui a voté, hier, contre le SDER) qui compte 2 échevins et un conseiller Ecolo avec les matières d'Aménagement du Territoire et d'Environnement, un ancien éco-conseiller devenu directeur général, un "vice-directeur général", responsable du service communal d'Urbanisme et un tiers temps d'éco-passeur, n'a pas les moyens humains suffisants ?

     

    Ou la commune de Nandrin a élu des échevins incompétents et a nommé des fonctionnaires de rang 1 incapables "d'étudier ce dossier correctement", ce que je ne peux imaginer pour les connaître un peu ou alors, M. Lemmens a une piètre opinion des personnes avec qui il travaille et milite au sein de sa propre et nouvelle majorité.

    Pour rappel, n'était-il pas, dans l'ancienne majorité, l'échevin en charge du personnel communal ?

     

    Dans les deux cas, on est en droit de se poser des questions et cela est inquiétant pour l'avenir.

     

    Enfin, si on sait que le conseil communal s'est terminé, hier 25 février, à 20 heures 35 (durée = 35 minutes , ce qui donne un tarif horaire à 155 euros : pas mal pour une commune aussi endettée !), comment admettre qu'on n'aurait pas pu consacrer, ne fut-ce qu'une heure de ... 60 minutes (jusqu'à 21 heures 35), pour traiter de l'avenir de notre territoire nandrinois, pour les prochaines années, au moment où un afflux démographique important est à la "Porte du Condroz" ?

     

    Et avait-on plus ou moins de compétence (s) à Nandrin pour se positionner sur le cadre éolien ? Et pourtant, à ce sujet-là, le conseil communal s'est bien prononcé, il y a déjà quelques semaines !

     

    Soyons réalistes: la petite majorité PS-Ecolo-CDH conduite par M. Lemmens est divisée et apeurée, donc sans ressort et joue, en permanence, pour camoufler son "inactivité de propositions programmatiques" au petit "caliméro", ce dont le citoyen se rend de plus en plus compte et les autres communes aux alentours, aussi.

     

    Avec cette majorité-là conduite par M. Lemmens, Nandrin, demain, ce sera, malheureusement, Nandrin, sans lendemain !

     

    Plus que triste, c'est affligeant pour Nandrin.

     

     

    Marc Evrard, conseiller communal de "Pour Nandrin"

  • Schéma de développement de l'espace régional (SDER) dans les autres communes

    SDER-664x450.jpg

    Schéma de développement de l'espace régional (SDER).
    Les Communes et CCATM ont jusqu'au 27 février 2014 pour rendre un avis .
    Au conseil Communal des Communes De :
    Le 24 février 2014 à Tinlot 
    le 25 février 2014 à Amay
    le 24 février à Wanze 
    Le 24 Février 2014 Braives
    le 24 février 2014 à Flémalle
    Le 24 février 2014 à Liege
    le 25 février 2014 à Andenne
    le 20 février 2014 à Modave
    Le 24 février 2014 à Ouffet
    Le 18 février 2014 à Hamoir
    Le 6 février 2014 à Anthisnes
    Le 26 février 2014 à Marchin Etc........
     
     
    Extrait de l'article de la Meuse H-W du 26 février 2014 réponse de Michel Lemmens à Annick Govaers .
     
    Question 
    Quid du SDER à Nandrin ?  
     
    Réponse du Bourgmestre Michel Lemmens
    « On n’avait pas les moyens humains nécessaires pour  étudier ce dossier correctement.
     On préfère faire l’impasse que de rendre un avis non pertinent. 
    Mais l’opposition peut toujours mettre le sujet sur la table du Conseil. » 
    Date de Clôture pour les avis des communes et CCATM le 27 février 2014 
     
     
     
     
    Le Schéma de développement de l'espace régional (SDER) Avis du Conseil Communal de Tinlot 
     
     
    La Bourgmestre rappelle d'abord les éléments importants et la structure du texte de 138 pages soumis à l'avis du conseil suite à l'enquête publique.
    Elle propose ensuite une synthèse de 7 pages rédigée par le collège qui reprend différents avis d'instances autorisées et consultées également. (La CCATM de Tinlot, l'Union des villes et communes de Wallonie, La Fondation Rurale de Wallonie, l'ensemble des Conseillers en aménagement des communes du GAL, la Conférence des Elus de Meuse Condroz Hesbaye et la SPI+).  C'est sur cette base que le collège a formulé un avis intégrant les spécificités tinlotoises.
    Le texte final émettant un avis défavorable sera approuvé à l'unanimité. Une longue discussion a précédé ce vote sur base des 8 amendements proposés par Freddy Prouveur. 6 seront acceptés totalement ou partiellement et 2 seront refusés. Il s'agissait surtout de reformulation, de clarification ou d'accents différents sans remettre en cause les positions proposées. Voici la conclusion finale du texte.
     
    Pour conclure, le conseil communal de Tinlot souligne l'importance et la pertinence de cet outil de gestion à un niveau régional, il s'interroge cependant sur la compatibilité des lignes directrices de ce projet de SDER avec les lignes politiques communales. 
    Les objectifs sont-ils adaptés aux spécificités communales? 
    Comment transposer ces objectifs à l'échelle communale? 
    Avec quels moyens budgétaires? 
    Comment vérifier si ces objectifs sont réellement atteints? 
    Quels mécanismes d'ajustements sont prévus? 
    Quelle compatibilité avec les projets territoriaux existants tel que le schéma de structure communal?
     
    Le Conseil pointe notamment 
    žLe défaut de précision quant à la hiérarchie et au rôle et moyens des différents pouvoirs cités,
    Le peu d'intérêt porté au milieu rural et à l'agriculture,
    Le vide en matière de mobilité  et donc de développement économique (liaison Tihange–Tinlot inexistante qui pourtant permettrait de désenclaver le Condroz pour le relier à l'autoroute de Wallonie, et aux axes Liège Marche),
    La carte 'blanche' de la zone du Condroz, 
    L'absence de prise en compte  du tourisme régional, et du tourisme diffus bien réel dans la région.
    Le fait que le SDER soit essentiellement axé sur les pôles urbains.
    Le fait que le Sder soit essentiellement axé sur les besoins en logement alors que l'évolution démographique aura des impacts dans bien d'autres domaines.
    C'est pourquoi le conseil communal de Tinlot émet, comme en janvier 2013, un avis défavorable sur le projet SDER dans son état actuel, notamment en ce qu'il ignore totalement toutes les communes du Condroz. Cette ignorance pénalisera le développement futur de toute cette région, dont celui de notre commune.
     
    Extrait article de Alain Louviaux blog de Tinlot 
  • Article sur le site de vers l'avenir :« Pour Nandrin » n’assistera pas au conseil communal ce soir

    vers l avenir.JPG

    NANDRIN - Les trois élus de «Pour Nandrin» n’assisteront pas au conseil communal de ce soir.

    Car trop peu de points à l’ordre du jour, et cela ne mérite pas une réunion...

     

    Lire l'article complet clic ici 

  • Réaction du groupe Pour Nandrin à l'ordre du jour du Conseil Communal du 25 février 2014

    logo  Pour Nandrin.JPGMonsieur le Bourgmestre, 
    Monsieur le Président du Conseil communal,

     

    Les trois élus du groupe politique " Pour Nandrin " portent à votre connaissance qu'ils n'assisteront pas et donc, ne participeront pas à la séance du conseil communal de ce mardi 25 février 2014.

    Après consultation des dossiers relatifs aux quatre points à l'ordre du jour de la séance publique et des quatre points de la séance à huis clos, ils estiment n'avoir trouvé aucun caractère de " nécessité ", voire d'urgence à une réunion autre que celle annoncée par vous-même, le 21 janvier dernier, pour le mardi 11 mars prochain.

    En conséquence, considérant que, comme vous l'a fait remarquer notre porte-parole, en janvier dernier, cette " surabondance " de réunions de conseils communaux ( à titre d'exemple, le groupe " Pour Nandrin " en a relevé 14 en 2013 pour 5.700 habitants : combien à Anvers pour la seule commune belge de plus de... 300.000 habitants ? ) ne relève pas du principe de " bonne gouvernance " à laquelle il veut se référer et dont votre groupe, " Expressions Commune(s) ", n'a cessé de se revendiquer, durant la campagne électorale 2012, les trois élus " Pour Nandrin " ne désirent donc pas contribuer, davantage, ni au déficit budgétaire communal, ni à une certaine forme de supercherie politique.

    Il nous agréerait, afin d'éviter toute équivoque, que ce courrier et son contenu soient portés à la connaissance des membres présents du conseil communal dans la rubrique "Communications": nous  vous remercions d'avance de vos bons soins.

     

     

    Entre-temps et dans l'attente de la réunion du 11 mars qui, nous l'espérons, nécessitera une prise de conscience plus collective des problématiques nandrinoises, nous prions de croire, Monsieur le Bourgmestre, Monsieur le Président, à l'assurance de notre considération distinguée.

     

     

        Jeannick PIRON,     Marc EVRARD,       Bogdan PIOTROWSKI,

    Conseillère communale   Conseiller communal     Conseiller communal

     

     

    Les autres communes ont mis le SDER (Schéma de développement de l´espace régional (SDER)) à l'ordre du jour Les commissions d'avis et les Conseils communaux ont jusqu'au 27 février 2014 pour exprimer leur avis pour avis !!! et bien pas à Nandrin quand vous imaginez l'importance pour notre ruralité d'un point pareil .
    Le SDER "exprime les options d´aménagement et de développement durable pour l´ensemble du territoire de la Wallonie". Il sert de référence pour les décisions concernant l´habitat, l´implantation des activités économiques, la mobilité, la conservation de la nature, la gestion des paysages, etc.

     

  • Conseil Communal de Nandrin le 25 février 2014 à 20h ordre du jour

    Conseil Communal du 25 février 2014 clic ici.jpg

     

     

    Clic sur l'image pour agrandir