Real Time Web Analytics

  • Le nouveau dérapage verbal du bourgmestre M. Lemmens

    2014-07-03 20.44.54.jpg

    "Nandrin, terre de festivals", terre de recours ou terre de calomnies en tout genre ?

     

    Une nouvelle fois, après avoir traité, récemment en séance publique du conseil communal, les élus de l'opposition, M. Evrard, B. Piotrowski et G. Mottet, respectivement d'"historien révisionniste", d'"olibrius" et de "clown", M. Lemmens, alors qu'il est déjà sous le coup d'une plainte pour calomnie et diffamation, s'est répandu à nouveau en propos blessants et insultants vis à vis de citoyens qui ont eu le culot ou le courage de pétitionner.

     

    "Crime de lèse-majesté" qui, dans un style qui lui est propre, a autorisé (?), le premier magistrat de Nandrin, M. Lemmens, à maltraiter ses concitoyens qui sont, ainsi, accusés de répandre à Nandrin, un climat "puant, fétide, répugnant et écoeurant jusqu'au dégoût" (synonymes du mot "nauséabond" tel qu'utilisé dans l'interview accordée ce jeudi 3 juillet, au journal L'Avenir de Huy-Waremme, par M. Lemmens).

     

    Rien de moins, me direz-vous et bien pire encore puisque que nous avons affaire dans le chef de ces riverains du Péry, à des personnes souffrant de "paranoïa envers lui", le bourgmestre de Nandrin!

     

    De là, à penser qu'ils sont "malades" (puisque la paranoïa est une maladie) et le tour est, une fois de plus, bien "joué".

     

    Mais, jusqu'où vont aller ces attaques totalement déplacées et disproportionnées, quand elles ne sont pas tout simplement injurieuses ?

     

    Quand ce bourgmestre, Michel Lemmens, va-t-il être contraint par ses autorités supérieures et/ou par les membres de son propre groupe politique, à respecter tout un chacun, à savoir tout citoyen dont l'honorabilité n'est pas à mettre en cause dans la démarche qu'il entreprend, légitimement ?

     

    Nous le disons avec fermeté : "IL FAUT SAUVER ( le soldat) NANDRIN" car il est en danger avec un telle "direction" à sa tête. 

     

    Faudra-t-il donc en appeler à tous élus d'Expressions Commune(s) et à ceux de "Tous Ensemble" pour que soitmis fin au mandat exercé par le bourgmestre Michel Lemmens,lequel est source d'autant de mauvaises humeurs, de pétitions, de plaintes, de recours et, surtout, du désarroi profond et de la perte de confiance de nombreux citoyens face à une gestion autant incohérente que négative ?

     

    Faudra-t-il en appeler aussi à l'opinion publique nandrinoise pour qu'elle manifeste sa désapprobation comme nous le faisons en cette nouvelle triste journée pour notre commune ?

     

    Faudra-t-il enfin introduire le dépôt d'une motion de méfiance  pour que ledit bourgmestre cesse de nuire, dans ce dossier-ci, à des concitoyens en quête de tranquillité mais aussi à d'autres en quête d'organisation de manifestations festives tout aussi légitimes que la tranquillité des premiers ?

     

    Jamais, du temps de la précédente législature dirigée par le bourgmestre J. Nandrin pendant 18 ans, autant de citoyens n'ont exprimé un tel "ras-le-bol", jamais !

     

    Monsieur le Bourgmestre,

    Monsieur Lemmens,

    Le plus élémentaire respect que vous devez à votre fonction et auquel votre charge vous engage vis à vis du citoyen nandrinois et le simple bon sens aussi, commandent" que vous fassiez le pas de côté nécessaire et que vous démissionniez au risque d'entraîner notre commune, encore pendant quatre ans, dans d'autres dérives plus graves encore.

     

    Cette démarche grandirait l'homme et rendrait au mandat maïoral, le crédit et la dignité qu'il vient de perdre en 18 mois.

     

    Aujourd'hui, nous vous le demandons, simplement: demain, d'autres l'exigeront, définitivement.

      

      

    Marc Evrard, Jeanick Piron et Bogdan Piotrowski, conseillers communaux de "Pour Nandrin"

     

    Extrait

    Dans l'article de Vers l'avenir du jeudi 3 juillet 2014

     

    "Quant au bourgmestre, il se dit lassé. "«Ces riverains développent à Nandrin un climat nauséabond, un esprit négatif, une paranoïa envers moi et l’administration. Et ça coûte cher à la Commune.»"