Real Time Web Analytics

  • PRESS’en BREF n° 08 -‘15 Un crime à Nandrin, … de lèse-majesté !

    Conseil Communal 23 juin 2015.JPG

     

    Fidèle à sa réputation, le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens vient de commettre un nouveau dérapage verbal qui pourrait lui valoir, cette fois-ci, plus qu’un rappel à l’ordre.

     

    Au lendemain du conseil communal de ce mardi 23 juin au cours duquel les trois membres du groupe « Pour Nandrin » avaient décidé de ne pas participer, afin de ne pas cautionner, entre autres, le Plan Stratégique Transversal (point 1 du CC) qui n’est jamais que la simple traduction du programme politique de la majorité, le premier magistrat de la commune a déclaré au journal La Meuse de Huy-Waremme du 24 juin que « Sortir et ne pas débattre est CRIMINEL de la part de ce groupe politique ».

     

    Fidèle à sa réputation, Michel Lemmens a encore menti et tronqué la réalité puisque les trois membres de « Pour Nandrin » étaient absents, l’intéressé ayant reçu, en mains propres de la part des conseillers Jeanick Piron et Bogdan Piotrowski, en début d’après-midi, un courrier l’informant de leur absence.

     

    Mensonge donc que de déclarer la sortie de trois personnes quand elles ne sont jamais entrées, au conseil !

     

    Calomnie et procès d’intention grave que de traiter trois conseillers communaux de l’opposition de criminels ou estimer que leur attitude de refus de débattre est telle, à savoir criminelle.

     

    On sait que ce bourgmestre maîtrise mal la langue française (il s’est d’ailleurs acheté un dictionnaire qu’il sort périodiquement lors des conseils communaux pour vérifier l’exactitude de ses propos) mais de là en arriver à ignorer la signification de cet adjectif, cela devient inquiétant.

     

    Criminel : 1) qui est coupable d’une grave infraction à la morale, à la loi, 2) coupable d’un crime, d’un meurtre.

     

    Pris dans un sens ou dans l’autre, si infraction grave ou crime il y a eu, des poursuites de type judiciaire devraient donc être prises à l’encontre de ces 3 conseillers.

     

    Mais, comme pour le Plan Stratégique Transversal, M. Lemmens lance, à nouveau, de la poudre aux yeux de nos concitoyens pour masquer son immobilisme politique, ce qui s’apparente de plus en plus à un manque de capacité réelle de gestion.

     

    Occuper le terrain médiatique par l’entremise d’articulets rédigés par une journaliste locale entièrement dévouée à sa cause et faire des effets d’annonce quasi hebdomadaires est devenu un mode de fonctionnement qui lui permet d’entretenir une vacuité gestionnelle évidente.

     

    Mais, le citoyen nandrinois n’est ni sot ni dupe et il a compris depuis longtemps que l’intéressé et son groupe politique ne maîtrisent plus un présent qu’ils vont hypothéquer par un avenir calamiteux et outrageusement dépensier.

     

    Car, osons poser la question à nos concitoyens : qu’est-ce qui est le plus CRIMINEL ?

     

    Est-ce de ne pas venir débattre au conseil communal d’une parodie de PST ou

     

    de proposer aux Nandrinois de dépenser en 4 ans, 5 millions d’euros (minimum) en projets divers quand on sait que la dette communale s’élève déjà à 3 millions d’euros, ce qui la triplerait quasiment ?

     

    Aux portes de 2019, le trou financier sera donc de 8 millions, ce qui prouve déjà que la majorité actuelle laissera à d’autres le soin d’y remédier et qu’elle ne croit déjà plus à une quelconque possibilité d’être reconduite (il est vrai qu’avec 50, 37 % de confiance, elle ne se fait guère d’illusions).

     

    C’est donc la prochaine législature et la prochaine majorité qui devront essuyer les plâtres des gestionnaires actuels !

     

    Mais ce qui est particulièrement inquiétant, c’est qu’un bon tiers des nouvelles  dépenses annoncées sera consacré principalement au projet pharaonique et mégalomane des nouveaux bâtiments Commune/CPAS, projet de pur prestige dont veut s’enorgueillir le nouveau maître de Nandrin.

     

    Après Pompidou et Beaubourg, Giscard d’Estaing et le musée d’Orsay, Mitterrand et sa grande bibliothèque, voici Lemmens et sa nouvelle mairie:  France et Wallonie-Nandrin, même combat aux pays du déficit budgétaire !

     

    Et malgré que chacun partage la même folie des grandeurs, « Pour Nandrin » ne s’autorise pas, pour autant, à traiter ces responsables politiques de criminels.

     

    Et pourtant, n’est-ce une infraction grave à la morale que de dépenser l’argent que l’on ne possède pas dans sa trésorerie au point d’endetter, pour TRES longtemps, ses administrés qui, in fine, ne vous ont délivré qu’un mandat pour 6 ans !

     

    Aujourd’hui, par presse interposée, M. Lemmens dénonce la « sortie/absence » du groupe politique « Pour Nandrin » en termes à nouveau injurieux quand, lors du conseil communal de mai dernier, il déclarait à la cheffe de file de « Pour Nandrin » « qu’elle pouvait s’abstenir d’y venir et qu’il s’en réjouissait d’avance » et qu’il refuse aussi de débattre de tout point complémentaire quand cette même opposition fait des propositions dans un sens constructif (exemple : mise sur pied d’un P.C.D.R.).

     

    Voilà donc l’ambiance aux conseils communaux depuis que M. Lemmens les préside et comment se pratique le débat politique à Nandrin.

     

    Comment, dès lors, ne pas s’étonner que plus aucun citoyen n’assiste aux conseils, face à autant de haine, d’incohérence et de malveillance ?

     

    Le groupe « Pour Nandrin » ne renoncera pas, malgré la diabolisation que conduit à son encontre ce responsable politique, à faire entendre la voix citoyenne que plus de 800 Nandrinoises et Nandrinois ont choisi de faire retentir depuis octobre 2012.

     

    Si le bourgmestre imagine pouvoir faire taire nos 3 conseillers, il se trompe grandement et ce d’autant plus qu’il ne pourra pas étouffer la parole des 797 autres et de tous les déçus de sa politique qui, en 2018, lui demanderont des comptes sur sa gestion humaine et matérielle de la commune.

     

    Le moment de la mi-législature approche à grands pas et gageons qu’un grand nombre de nos concitoyens pourront bientôt apprécier, à sa juste valeur et en toute connaissance de cause, cet affligeant bilan fait de « bosses et de fosses ».

     

     

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Votre patience comme la nôtre sera bientôt récompensée puisque il ne restera plus, au matin du 2 juillet 2015, que 1200 jours avant la « délivrance ».

     

    Aussi, soyez confiants, Nandrin retrouvera, après le 12 octobre 2018, la place qu’elle mérite au sein des communes du Condroz et de l’arrondissement de Huy-Waremme, pour autant que chacune et chacun fassent le choix d’une autre politique.

     

    C’est pourquoi, « Pour Nandrin » s’est positionné, dès le début de lalégislature, en alternative à un collège communal qui s’est substitué à un groupement politique moribond, jadis intitulé « Expressions Commune(s).

     

    Nous assurons nos concitoyens que nous poursuivrons dans cette même voie jusqu’à l’issue heureuse de l’automne 2018.  

     

     

     

    « O Liberté, que de crimes on commet en ton nom », déclarait la révolutionnaire française, Madame Roland, en montant sur l’échafaud en 1793.

     

     

     

    Une nouvelle fois, par un propos assassin, le bourgmestre de Nandrin vient de faire la démonstration de son absence totale de respect des personnes et de leurs biens qu’il hypothéquera avec son P.S.T., malheureusement, pour très longtemps.

     

    Si on ne peut qu’en dénoncer, encore et toujours, le caractère affligeant, il faut surtout souligner que cette attitude dénote, plus que jamais, un manque constant de maîtrise de soi et une manière répétitive de camoufler la triste réalité nandrinoise.

     

     

     

    Alors, crimin’elle, l’opposition « Pour Nandrin » ?

     

     

     

    N’en déplaise au bourgmestre M.Lemmens et à ses échevins, elle est simplement lucide, perspicace et citoyenne.

     

     

     

    PNa

     

     

    Lire la suite

  • Communiqué de presse du groupe "Pour Nandrin" Conseil Communal du 23 juin 2015

    DSC04076.JPG

    Conseil communal du 23 juin 2015.
     
    Une parodie de P.S.T. pour suppléer à une absence de vision stratégique, voilà le menu que nous présente la majorité pour de conseil communal de ce soir.
    Le danger quand on jette de la poudre aux yeux, c’est qu’on risque de croire à l’illusion que l’on projette.
    Pour Faire de la politique, il faut avoir une vision politique, et le P.S.T. doit être un document qui transforme cette vison en objectifs opérationnels qui doivent être déclinés en actions concrètes.
    La Région impose que ces actions soient hiérarchisées, planifiées, budgétisées, personnalisées et contrôlées en y incluant un processus d’évaluation.
    Ici, rien de tout cela, juste des effets d’annonce au relent propagandiste.
     
     
    On comprend mieux à présent pourquoi la Région a rejeté le P.S.T. de la commune de Nandrin, dont la majorité ne pense jamais à se remettre en cause. A force de ne pas se référer aux règles établies c’est la stabilité de notre entité qui est mise en péril, mais également la sécurité juridique à laquelle les citoyens aspirent. En effet, au niveau de l’urbanisme cette majorité a décidé de continuer à mettre en oeuvre un RCU qui a été recalé par la Région.
     
    Au niveau de l’aménagement du territoire c’est pire encore puisque la majorité a adopté un S.D.T. qui a été établi en dehors du cadre légal wallon.
     
    Au niveau financier, la mise en oeuvre de ce P.S.T. non adopté par la Région conduira à faire passer la dette communale de 3 à 8,5 millions d’euros, tandis que sur le plan administratif, ce P.S.T. écarte les procédures destinées à assurer le contrôle du bon fonctionnement de l’administration.
     
    Ainsi, quel que soit la matière abordée, on est amené à constater que les garde-fous mis en place par la Région sont écartés par de grands effets d’annonces qui attirent l’attention des citoyens sur la magnification des apparences, alors que ces garde-fous ont précisément été mis en place pour assurer aux citoyens le maintien de la qualité de leur cadre de vie, ainsi qu’une certaine sécurité face à l’arbitraire de l’administration.
     
    Le groupe ‘Pour Nandrin’ dénonce ces agissements et fait savoir qu’il ne les cautionnera pas par sa présence, lors du conseil communal de ce 23 juin.
     
    Par ailleurs, le groupe ‘Pour Nandrin’ s’inquiète du manque de cohérence, de stabilité et de continuité de la majorité quant à l’élaboration et la mise en oeuvre des projets présentés à la population. En un an, trois projets différents ont été présentés pour urbaniser le parc du CPAS alors que toutes les promesses relatives à son maintien nous avaient été fournies quelques mois auparavant.
    A Villers-le-Temple, c’est 100.000 euros qui ont été récemment débloqués pour l’étude de la réhabilitation de la maison du village.
    A présent il n’en est plus fait référence dans le programme proposé qui prévoit de rénover à grands frais une maison de quartier située à autre endroit.
     
     
    De plus, lors du dernier conseil communal, le bourgmestre nous a interdit de projeter la présentation du Programme Communal de Développement Rural (P.C.D.R.) que nous voulions présenter au vote du conseil. A présent, la majorité se sert de ce P.S.T. pour récupérer le concept en proposant de le mettre en oeuvre dans six ans, bloquant ainsi toute nouvelle possibilité de présentation avant 2021.
     
    Le groupe ‘Pour Nandrin’ dénonce de telles manoeuvres politiciennes prises à l’encontre des intérêts des citoyens. En effet, le Plan Communal de Développement Rural est une démarche participative qui consiste à placer le citoyen au centre du processus décisionnel pour ce qui concerne l’aménagement de son cadre de vie. Nous pouvions donc nous attendre à de telles réactions ou à de tels comportements puisqu’il aurait été étonnant que la majorité accepte de se doter d’un garde-fou citoyen en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire, alors qu’elle évite de se conformer à ceux établis par la Région. Sur ce point nous ne pouvons également cautionner de tels agissements par notre présence au conseil de ce jour.
     
    Enfin le groupe ‘Pour Nandrin’ tient à attirer l’attention sur l’installation progressive d’une certaine forme de dirigisme au sein de notre commune : projet d’une nouvelle administration dont tout laisse à penser qu’elle serait érigée à la gloire de la puissance publique, centralisation des services, recrutements présumés partisans (peu ou pas d’appels publics à candidatures), politique communale essentiellement axée sur le développement de logements publics, suppression progressive des habitations individuelles, projet de création d’une sorte de Kolkhoze dans l’Espace des Saules de Yernée destiné à accueillir des activités échappant aux lois du marché, restriction de la liberté d’expression dans lieux destinés aux débats démocratiques, volonté d’utilisation des lieux de culte et des moyens qui leurs sont alloués pour les réaffecter à des préoccupations temporelles, etc…
     
    ‘Nandrin, une commune où il fait bon vivre’, s’était le slogan de l’ancienne majorité…
    Chacun aura pu constater que les choses se sont progressivement dégradées depuis les dernières élections, et il serait utopique de croire que changer les murs pourra changer l’esprit des choses.
     
     
    Jeannick PIRON      Marc EVRARD    Bogdan PIOTROWSKI
     
     
     

    Lire la suite