Real Time Web Analytics

  • La PRESS’ion citoyenne 2016 - n°9 « Qui sème le vent récolte la tempête …»

    Montage 3.JPG

    « Qui sème le vent récolte la tempête » (déclaration non démentie de Michel Lemmens, bourgmestre de Nandrin, dans le journal « La Meuse » du mardi 29 janvier 2016, en page 8).

     

     

    C’est en des termes toujours aussi discourtois que malveillants que le bourgmestre de Nandrin, Michel Lemmens, a « salué » le départ de la commune, de Jeannick Piron et donc, la démission de son mandat de conseillère communale, démission qui fait suite à des actes de harcèlement posés sur sa personne et celle de sa famille, dont deux enfants mineurs.

    En d’autres termes, ce dicton utilisé par M. Lemmens pourrait être traduit de la manière suivante : « elle n’aurait que ce qu’elle mérite ».

    Elle n’aurait donc que ce qu’elle mérite, celle qui, en juillet 2012, s’était lancée en politique et avait décidé de constituer une liste, « Pour Nandrin » que, dès le lendemain des élections, le lundi 15 octobre 2012, le vainqueur des élections, avec … 60 voix d’avance et un score de 50,31 %, qualifiait de « populiste » (« C’est interpellant, reconnaît Michel Lemmens. Plus de 800 Nandrinois ont voté pour une liste populiste. La droite fait donc 50 % à Nandrin »).

    Ainsi, dans un pays démocratique comme la Belgique, en 2016, un bourgmestre dont une des premières missions est de veiller à la sécurité publique et à celle de ses concitoyens, se réjouit, PUBLIQUEMENT, par voie de presse, du départ d’une concitoyenne, élue par un suffrage de 248 voix (6ème score sur 17 élus).

    On croit rêver : serait-on retourné sous l’Ancien Régime quand les Droits de l’Homme (et de la Femme) n’étaient pas encore codifiés dans une charte des Droits fondamentaux ?

    Non, chers Concitoyens, vous ne rêvez pas : vous êtes bien à Nandrin, en 2016, sous le maïorat de M. Lemmens.

    Et comme le faisait, très justement, remarquer une Nandrinoise présente au dernier conseil communal de ce mardi 16 février, de tels propos sont bien ceux d’un goujat, à savoir ceux d’un individu qui « manque de savoir-vivre et dont les indélicatesses sont offensantes » (cf. la définition du dictionnaire Le Petit Robert).

    Oui, Monsieur Lemmens,

    Votre manque de savoir-vivre et vos indélicatesses sont tels qu’au début du conseil communal de ce mardi 16 février, vous avez tenu à prendre à témoins l’ensemble des membres du conseil, quant à la présence de ladite conseillère, vous étonnant qu’elle ne vous avait pas encore signifié sa démission quand la presse s’en était fait écho à la fin janvier (il faut aussi préciser que le bourgmestre de Nandrin n’avait plus organisé de conseil communal depuis le … 22 décembre 2015 !).

    Ce nouveau propos, indélicat et offensant autant dans son opportunité que dans sa formulation, devait vous rendre d’autant plus ridicule aux yeux de tous, en ce compris du nombreux public présent pour la dernière de J. Piron, que Madame la Conseillère Piron vous remettait, par écrit, ladite démission en fin de ce même conseil.

    Ne vous attendant pas à une telle réaction et interloqué, vous avez même failli la lui refuser : un comble !

    Et évidemment, quand en fin de conseil, un hommage fleuri fut rendu et remis à la conseillère par le public, vous n’avez pas eu un mot pour celle-ci, ce qui n’a étonné personne quand on connaît votre manque d’égard et d’objectivité vis à vis de la cheffe de file d’une opposition dont, dès le lendemain des élections, le 15 octobre 2012, vous aviez qualifié la liste de « populiste », tout simplement parce que Madame Piron et ses colistiers avaient eu l’outrecuidance de se positionner électoralement contre vous (il est vrai qu’avec 50,31% de voix, vous aviez senti le souffle de la défaite passer très près de vous !).

    Trois attitudes et propos qui caractérisent bien votre personne et la manière avec laquelle vous remplissez votre mission de premier magistrat de Nandrin et qui, ne vous en déplaise, sont connus d’un grand nombre de nos concitoyens, concitoyens vis-à-vis desquels, vous aurez des comptes à rendre le 12 octobre 2018, au soir des futures élections communales.

    Comme on ne changera pas un individu sur lequel beaucoup s’accordent à penser, voire à dire, autant dans son camp politique que chez ses collègues, qu’il en train de conduire la commune de Nandrin, dans « un cratère », au fond du trou, quoi, consacrons-nous essentiellement à envisager « l’après J. Piron », en faisant également référence au passé (2012 à 2015).

    Car, ce qui est important aujourd’hui, c’est de rendre hommage à Jeannick Piron qui, en août 2012, a eu le courage et la volonté de permettre qu’à Nandrin, une liste citoyenne et apolitique puisse s’exprimer.

    L’électeur ne s’y est pas trompé puisque 806 Nandrinoises et Nandrinois lui ont fait confiance, ce qui a surpris même la nouvelle majorité.

    Et pendant 40 mois (3 ans et 4 mois), la conseillère Jeannnick Piron avec le tempérament et la sensibilité sociale que tous lui reconnaissent, a animé « sa » liste et « son » groupe « Pour Nandrin » au point que cela a, semble-t-il, fortement déplu à ses détracteurs et à ses adversaires politiques.

    Il fallait donc « abattre » celle qui symbolisait ce renouveau nandrinois, celle qui faisait de la politique, autrement, avec une nouvelle fraîcheur et une nouvelle éthique, éthique dont tout le monde parle mais dont Jeannick Piron a, vraisemblablement, été la seule, après en avoir tracé les contours, à avoir « l’outrecuidance » de tenter de l’appliquer.

    D’où les nombreuses interventions du groupe « Pour Nandrin » auprès des autorités de tutelle et administratives depuis trois ans, dont la remise en cause du scrutin électoral de 2012 et pour lequel le Conseil d’Etat a reconnu que de nombreuses irrégularités avaient été commises.

    Nous, ces colistiers élus, Marc, Bogdan et Didier, savons tout ce qu’elle a enduré, en attaques personnelles, sarcasmes, indélicatesses (jusqu’au bout d’ailleurs), insultes, malveillances en tout genre et autres coups bas et pouvons attester qu’elle a su garder le cap de la correction et de la dignité.

    Dans l’épreuve, elle est restée la même, humaine, d’une grande rigueur de langage, droite dans ses convictions et ses initiatives et tellement à l’écoute des autres que nous mesurons à quel point beaucoup ont agi à son encontre, tout simplement, par jalousie et par méchanceté gratuite.

    Car, faut-il le rappeler, Jeannick Piron, si elle fut une des 4 femmes sur 17 élues au conseil communal, elle fut, aussi, la seule femme de et dans l’opposition, elle la mère de 5 enfants !

    Quant à son charisme médiatique au sein de la commune et du Condroz, entre autres, grâce au blog Nandrin de SudPresse, créé bien avant qu’elle ne se lance en politique, que n’a-t-il alimenté les conversations au sein de ses détracteurs et de ses adversaires politiques, au point qu’il ne s’est pas passé UN mois sans que des interpellations à tous les niveaux aient tenté de le faire disparaître ou qu’il lui soit retiré.

    Il faut croire donc que si, aujourd’hui, elle en est toujours la rédactrice, c’est que son objectivité journalistique n’a jamais été prise en défaut et n’a pu lui être contestée.

    Au risque de devoir réaliser, ici et à mi législature, un bilan de son travail et de celui de « Pour Nandrin » qui serait très certainement incomplet tant il faudrait décrire les très nombreuses actions et initiatives prises sous sa conduite, on peut simplement certifier qu’elle a beaucoup travaillé, consulté de nombreux documents préparatoires au conseil communal, réuni très souvent son groupe, assisté à toutes les manifestations communales (elle n’en a manqué aucune en 40 mois) et qu’elle a payé tellement de sa personne qu’elle en subit, aujourd’hui, elle et sa famille, les conséquences sous forme de vindictes.

    Quant à son honnêteté intellectuelle, elle ne peut être mise en cause (même si M. Lemmens a tenté de le faire) puisque, dès l’instant où elle décida de démissionner de ce mandat qui lui tenait tellement à coeur, elle n’a pas hésité à le transmettre à son successeur alors qu’elle pourrait encore être domicilée à Nandrin, en 2016, pendant un certain temps.

    Et demain, nous direz-vous, chères Concitoyennes, chers Concitoyens ?

    Le trio que Jeannick, Marc et Bogdan qui était devenu, avec Didier, un quatuor depuis un an, sorte d’équipe des Trois Mousquetaires Nandrinois, se trouve aujourd’hui orphelin de sa cheffe de file car il est vrai que quand on en voyait une, on voyait les trois autres.

    Certes, ce fut, en novembre dernier, un choc et une terrible déception mais l’avenir personnel de Jeanick et sa vie de famille étaient, aux yeux de « Pour Nandrin », incommensurablement bien plus précieux que tout engagement et mandat politique.

    Comme vous l’avez appris par la presse, « Pour Nandrin » s’est restructuré et autant par respect pour ses électeurs que pour son ancienne cheffe de groupe, il va poursuivre la mission confiée au soir du dimanche 14 octobre 2012, à savoir défendre et préserver les intérêts fondamentaux communaux de nos concitoyens nandrinois.

    Non seulement, nous allons continuer à œuvrer avec le même enthousiasme, le même dynamisme et la même rigueur mais nous réaffirmons l’engagement pris antérieurement, celui que « Pour Nandrin » sera présent aux élections communales d’octobre 2018.

    Aussi, voici un avis à nos détracteurs dont nous n’ignorons pas qu’ils nous lisent à chaque publication :

    « Pour Nandrin » constituera une liste en 2018 qui se posera en alternative à la majorité actuelle.

    Qu’on se le dise et que toutes les bonnes volontés qui souscriront au programme de « Pour Nandrin » soient, dès à présent, les bienvenues !

    Et, comme l’a déclaré notre porte-parole, il n’y a aucune exclusive vis-à-vis de quelque appartenance politique démocratique que ce soit, à l’exception de celui qui, depuis le premier jour (le dimanche 15 octobre 2012), est l’artisan de la discorde, ici à Nandrin.

    Aujourd’hui, c’est donc le conseiller Didier Maka qui, en abandonnant le mandat de conseiller CPAS, remplace Jeannick comme conseiller communal.

    Marc Evrard, nouveau chef de groupe assumera, également, le mandat de conseiller CPAS, jusqu’à l’automne, moment où la jeune colistière Aurélie Rulot reprendra le flambeau au CPAS et se préparerait, ainsi, pour être avec d’autres candidates, une des figures féminines de la liste qui devrait porter un nouveau nom.

    Quelle appelation, alors ?

    Sans vouloir, évidemment, renier ces trois dernières années, Jeannick et nous, pensons que pendant ces 1000 jours qui nous séparent encore de 2018 et pour 2018, nos concitoyens doivent recevoir un message CLAIR du groupe qui, rien que par et dans le titre, résumera à lui seul, LE programme de « Pour Nandrin » qui gardera, ainsi, toute son identité et nous l’espérons, sa force de persuasion et de changement.

    En conclusion, il reste, maintenant, à exprimer à Jeannick, toute notre reconnaissance et nos remerciements pour tout ce qu’elle a entrepris pour nous, pour vous et « Pour Nandrin ».

    Elle reste évidemment et bien plus que certains peuvent l’imaginer, toujours à nos côtés, à vos côtés, autrement certes que comme conseillère mais encore et toujours active et attentive à sa commune de cœur, Nandrin.

    « Pour Nandrin », Marc, Bogdan, Didier, Aurélie et les autres colistiers lui souhaitent, déjà, bon vent et une parfaite réussite dans sa nouvelle vie et dans sa nouvelle maison, entourée de l’affection des siens et de ses amis.

    « Pour Nandrin » gage qu’avec sa force de caractère et sa capacité « à rebondir », elle nous réservera, encore à tous, amis comme détracteurs, quelques surprises dont on reparlera.

     

    Merci, Madame la Cheffe de groupe et de file,

    Merci, Madame la Conseillère communale,

    Merci, Madame Piron,

    Merci, Jea,

     

     

    PNa          

     

     

  • Pour Nandrin Salon des Mandataires 2016

    DSC_0865.JPG

    Un lieu propice à la rencontre et à l’échange d’informations entre mandataires qui exercent des fonctions similaires, mais qui ont rarement l’occasion de partager leur expérience

    http://www.mandataires.be/

     

    Voir les photos clic ici

     

  • Conseil Communal de Nandrin du 16 février 2016 Dans la presse

    Article Conseil Communal dans l'avenir février 2016.JPG

    Conseil communal de février dans - Vers l'Avenir clic ici.pdf

  • Conseil Communal Nandrin 16 février 2016 Point complémentaire sur proposition du groupe Pour Nandrin Gratuité délivrance premières cartes d'identité

    ordre du jour février 2016.JPG

    Point complémentaire Gratuité délivrance premières cartes d'identité Sur proposition du groupe Pour Nandrin Clic ici.pdf