Real Time Web Analytics

  • PRESS’en BREF n° 14 - ‘16 La devinette du mois ou Quiadi ?

    Qui a dit, lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016 ?

     

     « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celle de la commune » (dans le journal “La Meuse” de ce jeudi 27 octobre 2016).

     

    1)   Le conseiller d’opposition Marc Evrard au bourgmestre Michel Lemmens ?

       ou

     

    2)   Le bourgmestre Michel Lemmens à la conseillère de la majorité Murielle Brandt ?

     

    La réponse se trouvait, ce jeudi 27 octobre, dans le journal « La Meuse », en page 2.

    Il s’agissait bien d’une déclaration publique … du bourgmestre Michel Lemmens à « sa » collègue-conseillère de « la majorité ».

    Elégant, non et exact, n’est-ce pas quand on sait que Murielle Brandt est ... « simple » conseillère communale et ne siège pas au collège communal et que Michel Lemmens cumule la fonction de bourgmestre et celle d’échevin des Finances, depuis 4 ans déjà.

     

    En voulez-vous une autre ?

     

    Qui a dit à la presse (même référence de journal) ?

     

     « Ils (les opposants -5TE + 3uPN + 1EC- au refus d’emprunt d’1 million pour le nouveau bâtiment de l’administration communale) ne comprennent pas que TOUT EST ENGAGE ! Les voiries sont déjà faites par exemple. Le budget est approuvé et ratifié par le ministre … Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on paiera sur fonds propres. »

     

    Le même que celui qui s’adresse avec « délicatesse » à sa collègue, Murielle Brandt : Michel Lemmens !

     

    Traduction 

     « On s’en fout » de l’accord du conseil communal car tout est PREALABLEMENT réglé et même, quand cela ne l’est pas, « on paiera sur FONDS PROPRES », c’est-à-dire qu’on passe outre l’avis de la majorité des citoyens (9 refus sur 17, à savoir 53 % des électeurs !!!).

     

    Il nous paraît opportun aujourd’hui de rappeler qu’il existe des îles lointaines comme celle de Sainte-Hélène où certains feraient bien de partir en « vacances » avant qu’on ne les y conduise « manu militari ».

     

    uPNa

     

     

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.JPG

    Clic sur l'article ou

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.clic ici JPG

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

  • La PRESS’ion citoyenne 2016 – n°11 MISE AU POINT

    relative au point complémentaire introduit par le groupe « union Pour Nandrin », lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016, relatif à la construction de huit logements sociaux et assimilés et à la procédure du bail emphytéotique au Tige des Saules sur les parcelles dénommées « le Verger » (cadastrée 35F), propriété communale et le parc (cadastrée 33K), propriété communale du CPAS à Fraineux.

     

    Pour rappel, le 21 juin 2016, le conseil communal a REFUSE par 9 votes NON, 3 uPN + 5 TE (les 8 de l’opposition) et 1 EC (majorité) et 8 OUI (la « majorité ») la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de huit logements publics, tige des Saules à Yernée-Fraineux.

    A la suite de ce refus, la société « Meuse-Condroz-Logement » qui devait bénéficier de ce droit, a accusé la commune de Nandrin d’avoir fait volte-face et l’a menacée, en date du 30 juin, de frais et de dommages financiers importants, dont la perte du financement régional d’un montant de 672.000 euros, de frais divers pour près de 50.000 euros et d’une sanction annuelle de 10.000 euros.

    La raison essentielle de ces éventuelles mesures de rétorsion tenait essentiellement dans le changement d’attitude du collège et de la majorité actuelle qui ONT MODIFIE la décision qui avait été prise, le 29 novembre 2011, par l’ancienne majorité et dans laquelle se retrouvait un certain nombre d’élus aujourd’hui dans la majorité dont le bourgmestre et son premier échevin mais aussi d’élus, aujourd’hui dans les deux oppositions « union Pour Nandrin » et « Tous Ensemble ».

    C’est pourquoi, le groupe « union Pour Nandrin », en déposant ledit point complémentaire, a tenu et tient encore à réaffirmer sa position face à la problématique de la construction de logements dit publics ou sociaux qui sont à destination de personnes les moins nanties, voire précarisées.

    Ainsi, personne ne peut ignorer que la commune de Nandrin a un retard GRAVE par rapport à l’exigence de la Région wallonne en la matière, à savoir 10% du bâti puisque Nandrin compte moins d’1 %.

    Mais de là, à vouloir atteindre une telle norme de 10 % alors que Nandrin est une commune RURALE et construire du logement de grand gabarit et à étages dans des zones de lotissements et d’habitations privées de standing, c’est un pas que uPN ne peut franchir et ne franchira JAMAIS.

    Donc, en proposant et en faisant adopter ce point, le groupe « union Pour Nandrin » désirait :

    1)   Réaffirmer sa position en matière de logements publics qui n’est pas défavorable pour autant qu’elle respecte le point susmentionné, en un mot, pas n’importe où et de manière déraisonnable, c’est-à-dire « anti-ruralité » ;

    2)   Que si une responsabilité était imputée à la commune de Nandrin, elle devait être attribuée au collège et à la majorité actuelle qui avaient modifié la décision de 2011 et qu’ils appartenaient à ces élus d’en assumer les montants réclamés ;

    3)   Que, depuis plusieurs années, le groupe « union Pour Nandrin » soutient les initiatives des riverains des rues Tige des Saules et Sur les Bois en cette matière et pour autant qu’elles soient légitimement raisonnables et en conformité avec le programme politique d’uPN, ce qui est toujours le cas.

    Le point complémentaire relevait donc d’une STRATEGIE politique visant, s’il avait été adopté, à mettre la « majorité » et le collège face à leurs responsabilités et dans une position de non-retour, tout en tentant de préserver la commune, donc l’ensemble de nos concitoyens du paiement de frais et de sanctions TRES préjudiciables pour les finances communales, donc de l’argent en provenance des impôts locaux (car gérer en bon père de famille est le premier devoir de TOUT élu !).

    Le bourgmestre et sa majorité ont pris la mesure du risque que le dépôt de ce point pouvait représenter pour leur réputation de gestionnaires et ont proposé une modification du texte qui, s’il avait été adopté, aurait DENATURE notre projet et texte initial.

    C’est pourquoi, nous avons DECIDE de RETIRER notre point qui avait le mérite, dans son libellé initial, de permettre à la commune de Nandrin et donc au collège, d’apporter un justificatif à « Meuse-Condroz-Logement » quant au changement d’attitude du conseil et d’éviter des poursuites fâcheuses.

    Puisque, manifestement, la majorité « n’en fait qu’à sa tête » et veut agir contre les intérêts de ses concitoyens dont ceux de Fraineux, qu’elle assume alors ses prises de position et qu’elle ne compte plus sur le groupe « union Pour Nandrin », pour tenter, demain, de l’aider à atténuer ou à réparer ses fautes.

    Nous informons ainsi nos concitoyens que tout nouveau point relatif à cette problématique de logements publics à Fraineux inscrit à l’ordre du jour fera l’objet, à nouveau de notre part, d’un vote NEGATIF au prochain conseil communal et à d’autres, s’il revenait sur la table.

    Mieux, nous demandons instamment aux autorités communales que les propriétés dénommées, le parc du CPAS et le parc du Péry à Fraineux fassent l’objet, avant la fin de la législature, d’une étude globale visant à en préserver le caractère rural et donc, l’abandon de tout projet urbanistique à cet endroit.

     

    Quoiqu’il en soit, dans la mesure où, ce lundi 24 octobre 2016, pour la troisième fois dans des dossiers communaux d’importance, le bourgmestre et sa majorité ont vu leur demande d’emprunts pour la construction du nouveau bâtiment de l’administration communale/Cpas REFUSEE par 9 NON et 8 OUI, nos concitoyens doivent savoir que la « majorité » est maintenant MINORITAIRE en votes au conseil et que les bourgmestre et échevins NE maîtrisent PLUS leurs propres décisions et la GESTION qui en découle.

    Cela, c’est la nouvelle réalité politique à Nandrin qui va INEVITABLEMENT changer la vie communale dans les semaines à venir.  

     

    Pour le groupe « union Pour Nandrin »,

    à Nandrin, ce 26 octobre 2016,

    Marc Evrard, porte-parole et conseiller communal

     

    Article dans vers l'avenir jeudi 27 octobre 2016 sur MCL.jpg

     

     

  • PRESS’en Bref n°12 - ‘16 Lettre ouverte à Monsieur Michel Lemmens

    Monsieur le Bourgmestre de Nandrin,

     
    Pour la troisième fois, après le 21 juin et le 3 octobre dernier, vous et votre groupe politique, avez été mis en minorité lors d'un vote au sein du conseil communal de ce lundi 24 octobre 2016.

     
    Le point relatif au financement de votre projet de nouvelle administration communale, point inscrit par vous-même, à l'ordre du jour, vient d'être refusé par 53 % des électeurs nandrinois (9 votes NON sur 17).

     
    Ce constat signifie très clairement que vous n'avez plus, ni la représentation électorale ni la capacité politique pour gérer notre commune de Nandrin, la conduite de la chose publique au travers de dossiers d'importance vous échappant de plus en plus.

     
    Puisque vous avez tenu, en son temps, à relever très "indélicatement" la formation d'historien de notre chef de groupe, permettez-nous de vous faire réviser ou plutôt « révisionner » (expression qui vous est chère), la bataille de Waterloo.

     
    Le 18 juin 1815, Monsieur le Bourgmestre, ce ne sont pas les Français qui furent vaincus dans la morne plaine de Waterloo, mais bien Napoléon Bonaparte car c'est lui, et lui seul, que l'Europe entière voulait voir quitter le trône de France.

     
    Vous vous trouvez, Monsieur Lemmens, dans la même situation car, comme lui, vous êtes un obstacle à la concorde et à la sérénité au sein de la commune.

     
    Vos méthodes de gestion inefficaces et votre management inapproprié engendrent des blocages à répétition et créent des conséquences néfastes pour la vie communale.

     
    Le risque de voir les futurs budgets 2017 de l’administration communale et du CPAS refusés est de plus en plus grand et se rapproche dangereusement.

     
    C’est pourquoi le groupe "union Pour Nandrin" estime donc qu'il vous appartient d’en tirer les conclusions et de faire rapidement le pas de côté qui s’impose.

     
    Enfin, nous exhortons Monsieur le Premier Echevin Pollain pour lui demander de prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures nécessaires pour que Nandrin retrouve son dynamisme et un minimum de consensus dans l'intérêt de nos concitoyens


    uPNa

     

    union Pour Nandrin Clic ici

    upn-web-bord.png

  • Invitation d'uPN à la 1ère rencontre citoyenne le jeudi 20 octobre 2016 à Nandrin

    Ce jeudi 20 octobre, entre 19h et 21h,dans un des locaux de la maison "Histoire de temps", située au numéro 145, route du Condroz à 4550 Nandrin, le groupe politique " union Pour Nandrin" tiendra sa première rencontre citoyenne.

    Comme annoncé récemment, il propose, ainsi, à tous les citoyens nandrinois de les accueillir dans ledit local afin de recueillir leurs réflexions relatives à la vie communale et plus particulièrement, par rapport à l'ordre du jour du conseil communal qui se tiendra ce lundi 24 octobre 2016, dès 20 heures, dans la salle de la place Botty à Nandrin.

     A l'issue de ces échanges, un débat pourra s'engager sur les problématiques communales d'actualité. 

     Les trois conseillers communaux, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents.

     Le groupe "union Pour Nandrin" vous attend en grand nombre et d'avance se réjouit de votre participation et de votre collaboration.

    Entre-temps, il vous assure de ses meilleurs sentiments. 

    Pour uPN,

    Marc Evrard, chef de file et porte-parole

    Source info

    Conseil Communal à Nandrin clic ici du 24 octobre 2016.pdf

    Point complémentaire Conseil Communal Nandrin clic ici  24 octobre 2016.pdf

     

     

  • L’opposition à Nandrin se dit écartée de la cérémonie, les articles dans la Presse, octobre 2016

    Dans vers l'avenir Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Dans vers l'avenir clic ici Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Article AG 18 octobre 2016 dans la Meuse.JPG

    Dans la Meuse clic ici

     

    NANDRIN - REMISE DES PRIMES DE NAISSANCE

    Samedi après-midi avait lieu la cérémonie de remise des primes de naissance, à la salle Saint-Séverin de Nandrin.

    Les jeunes parents et tous les élus nandrinois étaient invités à partager ce moment de convivialité.

    Sauf que la formule a changé par rapport à l’année passée, au grand dam de l’opposition qui se dit écartée.

    «Cela fait vingt ans que je me rends à cette cérémonie. Tous les conseillers, regroupés à une table commune, participaient d’habitude à la remise des primes.

    Désormais, seuls les échevins (et le directeur de l’école communale, celui du libre étant excusé NDLR) y ont droit, les autres doivent rester dans le public !

    Il s’agit pourtant d’une cérémonie officielle» , s’insurge Marc Evrard, chef de groupe uPN, présent ce samedi avec son colistier Bogdan Piotrowski.

    Les deux élus d’opposition ont fini par quitter la salle, indignés.

    Benoît Ramelot, seul représentant de son groupe TE, est lui resté mais n’apprécie pas non plus. «J’ai été surpris.

    Le bourgmestre a présenté les conseillers mais c’est la première fois que tous les élus ne sont plus invités à s’asseoir ensemble.

    Cela sera-t-il aussi le cas pour d’autres manifestations? , s’interroge-t-il.

    Cela démontre en tout cas un changement d’attitude, les rapports sont de moins en moins chaleureux à Nandrin », pointe-t-il.

    Le bourgmestre EC, Michel Lemmens, déplore une tempête dans un verre d’eau. « On a voulu rendre la cérémonie plus dynamique, moins guindée, en accueillant directement les familles et en leur remettant leur cadeau, sans devoir les appeler un par un. Il y avait bien une table mais personne ne s’y est assis.

    Personnellement, j’ai circulé de table en table pour discuter avec les gens. Rien n’empêchait les conseillers d’en faire autant. Tout ceci est un caprice. »

    Article de A.G source Sudinfo

     

  • Le conseil communal du 3 octobre 2016 à Nandrin dans la presse

    L'avenir Connseil communal article du 5 octobre 2016 Clic ici.JPG

    L'avenir Conseil communal article du 5 octobre 2016 Clic ici.JPG

    Dans la meuse du 6 octobre 2016 clic ici.JPG

    Dans la Meuse du 6 octobre 2016 clic ici.JPG

     

    Motivation uPN  vote conseil SOL presse clic ici.pdf

     

    Nouveau blocage au Conseil communal nandrinois

    La majorité Expressions commune(s) s’est trouvée dans une position délicate, lundi soir au conseil communal, lorsqu’un des points phares de l’ordre du jour a été rejeté par un «non» à la fois des deux groupes d’opposition (2 uPN en l’absence de Marc Evrard et 5 TE) et de la conseillère Murielle Brandt (cdH) appartenant pourtant à la majorité.

    Un basculement rendu possible par l’absence du conseiller EC Guy Brassel, retenu professionnellement à l’étranger.

    Le climat délétère suite à un accord électoral non respecté entre PS et cdH (un échevinat supplémentaire pour un humaniste, a priori Murielle Brandt, à mi-législature) est devenu explosif.

    Fin septembre, le Conseil était levé, faute d’élus présents en suffisance. Le point sur le potentiel Schéma d’orientation local (SOL) avait donc été reporté à lundi…

    Après les logements publics à Yernée-Fraineux, c’est le second projet de la commune qui passe à la trappe, du moins provisoirement puisque le Collège compte bien les remettre bientôt à l’ordre du jour.

    Le SOL, porté par l’échevine de l’aménagement du territoire Charlotte Tilman, est un outil d’aide à
    la décision que la majorité souhaitait ajouter à son Plan stratégique transversal, pour réglementer l’urbanisation à Fraineux et Villers-leTemple. « Cet outil est prévu et encadré par la Région wallonne, dans le cadre du Code du développement territorial.

    Il n’est pas encore possible de le mettre en œuvre mais à Nandrin, on souhaitait prendre de l’avance », indique Charlotte Tilman.

    Plus concrètement, dans l’objectif de conserver la ruralité, Nandrin voulait développer deux stratégies de développement pour deux quartiers dits «sensibles».

    « Le cœur de Villers est soumis à une pression foncière: d’urbanisation de certains terrains d’une part, de réhabilitation de certains bâtiments d’autre part. Or, il s’agit d’un cœur historique, il faut préserver le patrimoine, étudier la mobilité, l’écoulement des eaux…

    Il faut diminuer la densité prévue dans le règlement communal d’urbanisme à cet endroit. Quant à Fraineux, il y a une étendue très importante de terrains àencore urbaniser.

    Il vaut mieux réfléchir globalement au phasage des projets et au développement des voiries en amont, plutôt que se pencher sur une parcelle plic ploc. Le tout en consultant la population »,
    soutient l’échevine.

    Mais pour l’opposition, le projet n’est pas assez détaillé.

    « On regrette que les périmètres ne soient pas mieux définis, qu’on ne cible que deux quartiers, et le manque de concertation.

    Quelles sont les intentions de la majorité?

    Augmenter ou diminuer la densité? L’échevine a répondu au Conseil mais le document comporte beaucoup de flous. On aurait eu l’impression de signer un chèque en blanc.

    D’autant que le Collège pourrait statuer sans avis du fonctionnaire délégué », s’inquiète Benoît Ramelot (TE).

    Union Pour Nandrin reproche aussi que ce qui a été assuré par l’échevine au Conseil n’ait pas été écrit clairement dans le texte.

    « La population devrait pouvoir s’exprimer dès le début de la procédure, à savoir quand toutes les options sont encore possibles », enchérit Bodgan Piotrowski. Les deux groupes se disent prêts à revoir leur position si le dossier
    comporte de nouveaux éléments probants.

    Murielle Brandt aussi, qui se défend d’une quelconque «vengeance » à l’égard du Collège.

    « Je trouvais que le point n’était pas assez fourni et détaillé. Fraineux, c’est mon quartier et je m’étais engagée à le défendre contre l’urbanisation en 2012.

    Je reste cohérente avec mes idées.

    Si j’avais voulu être vicieuse, j’aurais bloqué la modification budgétaire », lance-t-elle.


    «IL EST TEMPS D’ATTERRIR»

    Quid du statu quo entre PS et cdH dont les hautes instances s’occupent? « Suite aux événements récents, j’ai recontacté le président d’arrondissement PS Serge Manzato pour reprogrammer une réunion commune. Le PS doit respecter sa parole. Il est temps d’atterrir et de trouver une solution », répond Benoît Cartilier, président d’arrondissement cdH.

    ANNICK GOVAERS

    union Pour Nandrin Clic ici

    upn-web-bord.png