Real Time Web Analytics

PRESS’en BREF n°15 - ‘16 Nandrin, TON patrimoine fout le camp !

A cause de la mégalomanie d’un homme qui veut laisser, à tout prix, une trace de son passage à la tête de la commune et d’une « majorité » laxiste et complice, Nandrin va voir son endettement repasser la barre des 3.500.000 euros.

Pire, ils ont choisi de réaliser ce projet de bâtiment pour une nouvelle administration communale/CPAS, au montant démesuré de 2.000.000 d’euros (pour une commune de 5.900 habitants !), à moins de de deux ans des futures élections communales d’octobre 2018, de manière à en faire un argument de campagne électorale puisque le chantier sera achevé en … juillet 2018. 

Ainsi, chaque Nandrinois, en ce compris tout nouveau né, va donc devoir débourser 339 euros pour satisfaire les besoins de grandeur du bourgmestre et de ses acolytes et pour un projet pour lequel PERSONNE n’a voté puisqu’il était ABSENT de TOUT programme électoral.

2 MILLIONS d’euros de dépenses,  ça s’annonce et puis cela se discute, quand même, non ???

Mais, si cette dépense inconsidérée va creuser un nouveau trou dans les finances communales, elle va surtout engendrer la perte d’un élément du patrimoine nandrinois, le bâtiment dit « à la tour carrée » en pierres-briques caractéristique du Condroz et de la place de Nandrin.

Car, cette bâtisse trapue construite au lendemain de la seconde guerre mondiale, en 1947, s’intégrait harmonieusement dans le bâti très ancien des places Musin et Botty, puisque les deux tours de défense de la ferme et de l’église, dites tours domaniales, remontent au Haut Moyen-Age.

Comme ces tours servaient, avant la construction des châteaux-forts, à abriter les villageois face aux attaques des envahisseurs extérieurs, en l’occurrence au 9ème siècle, les vikings, la commune de Nandrin a donc tenu à reprendre ce symbole architectural pour rappeler que la représentation populaire s’incarne dans l’institution communale.

 

Alors, me direz-vous, est-ce décidé et à quand les premières destructions ?

Les grues et autres engins de démolition seront-ils en place pour la mi-novembre 2016, malgré le refus d’un emprunt d’un million d’euros voté le 24 octobre dernier par la majorité du conseil communal ???

Et ainsi, faut-il voir dans le placement d’un abri de jardin provisoire devant l’entrée du bâtiment « Musin », un accès de remplacement à l’entrée actuelle condamnée par les futurs travaux ???

 

DEMOLIR cet édifice, « la tour carrée », vieux de septante ans, relève non seulement d’un gaspillage financier mais résulte d’une volonté délibérée de destruction du patrimoine communal, sans respect pour l’ensemble architectural que constituent les bâtiments avoisinants, témoins des différents moments de notre histoire locale.

Car la question que tous nos concitoyens se posent et qu’il eut fallu leur poser dès que ce projet aux objectifs certes louables, fut lancé, se résume à se demander s’il était OPPORTUN de maintenir une administration qui se veut moderne et adaptée aux besoins du citoyen du 21 ème siècle, dans des locaux anciens, voire vétustes, énergivores, peu sécurisés et dispersés, comme ceux que constituent l’ancien hôtel Musin, le vieux tribunal, la tour carrée ou encore la villa du CPAS au Péry ?

Construire du NEUF résolument tourné vers l’avenir et la modernité, situé près des moyens de transports publics et privés que procurent la route du Condroz et le futur centre de déserte multimodal, n’était-ce pas LA SOLUTION qui aurait eu le mérite de rapprocher les Nandrinois, les Villersois, les Saint-Séverinois et les habitants de Yernée-Fraineux, de leurs institutions politiques et organes de gestion, eux qui sont séparés, depuis 1977, par le grand axe routier de la Nationale 63 ?

Et que faire de ces trois bâtiments si caractéristiques, alors « abandonnés » en plein cœur du village de Nandrin ?

Mais tout simplement, transformer, à terme et progressivement en fonction des moyens financiers disponibles, le centre historique de Nandrin en un ensemble à vocation culturelle, artistique, et muséale car la « (Belle) Porte du Condroz », n’est-elle pas devenue, au fil des ans, un lieu reconnu de concerts divers, d’expositions de peintures et d’événements historiques et autres manifestations, d’une bibliothèque communale digne du nom, même si elle a perdu beaucoup de son aura durant ces dernières années.

Voilà, chères Concitoyennes et chers Concitoyens,

ce que vous êtes en droit de revendiquer, le droit à la sauvegarde et à la valorisation de votre patrimoine monumental et culturel que d’aucuns, avec inconscience et irréflexion, ont décidé d’abandonner et/ou de faire disparaître.

 

Qu’on se le dise de village en village pour que chaque Nandrinoise et chaque Nandrinois REAGISSENT avant que l’IRREPARABLE ne soit IRREMEDIABLEMENT commis !

 

Que ce 11 novembre 2016 qui nous remémore, malheureusement et tellement, ce que la folie des hommes peut engendrer, nous préserve, en temps de paix, de nouvelles destructions monumentales!

 

uPNa  

  

Les commentaires sont fermés.