Real Time Web Analytics

La PRESS’ion citoyenne n° 17 - ’16 Deux poids, deux mesures : « classique » à Nandrin ... depuis 2012 !

LPC 3.JPG

Fait suffisamment rare que pour être souligné, le journal l’Avenir a tenu à relever, dans son édition Huy-Waremme de ce mercredi 21 décembre, que notre groupe politique d’opposition «union Pour Nandrin  s’était montré tout à fait ravi du projet » de rénovation de l’ancien presbytère de Villers-le-Temple transformé en maison de village, projet subsidié à 80 % (700.000 euros pour un coût total de 875.000) par le FEDER.

Et n’en déplaise au bourgmestre M. Lemmens qui s’est encore laissé aller à une indélicatesse verbale habituelle dont il a le secret, puisqu’il a déclaré qu’uPN « ne menait pas une opposition positive », quand on sait que notre groupe a voté, depuis 4 ans, favorablement ou s’est abstenu sur plus de 80 % des dossiers proposés par la majorité et a initié 18 points complémentaires rejetés, tous, eux, par la majorité !

De plus, nous croyons savoir qu’une opposition qui est en permanence positive, cela s’appelle une MAJORITE (quoique à Nandrin, ces derniers temps, l’opposition se trouvait dans la majorité !).

Mais, on peut comprendre que les Nandrinois ne comprennent plus grand-chose à la vision politique et aux objectifs poursuivis par les élus de cette majorité « recomposée ».

Car, comment expliquer à nos concitoyens qu’à trois semaines d’intervalle à peine, ils viennent de prendre, sur un même type de dossier, deux décisions diamétralement opposées ?

 

* 22 novembre 2016 : vote de la DEMOLITION, sur la place O. Musin de Nandrin, du bâtiment principal (et historique) de l’administration communale, datant de 1954 et reconstruction d’une nouvelle infrastructure, pour un montant global initial de 1.879.000 euros avec un subside de 306.000 euros (16,30 %).

Motif invoqué: bâtiment inadapté pour une administration moderne, insalubre et énergivore ???

 

* 19 décembre 2016 : vote de la RENOVATION, sur la place Baudouin 1er de Villers-le-Temple, de l’ancien presbytère, datant du 19ème siècle et REHABILITATION en maison de village avec salles de réunion et de conférence, académie de musique et garderie pour l’école communale, pour un montant global de 875.000 euros avec un subside de 700.000 euros (80,00 %).

Motif supposé : bâtiment adapté pour ce type d’activités, salubre et non énergivore ???

 

Pour la petite histoire, on ne pourra même pas dire qu’il y a incohérence dans le chef des concepteurs des projets puisque ces dossiers ont été confiés au MEME bureau d’architecture.

De là à penser que, ce qui est « inacceptable » pour une quinzaine de fonctionnaires communaux, à savoir travailler dans des locaux RENOVES, ne l’est pas pour l’ensemble de nos concitoyens et pour les plus petits en garderie, est une réflexion qui semble « sauter aux yeux » !

Ou alors faut-il considérer que le patrimoine communal n’est pas pris en compte de la même manière sur l’ensemble du territoire communal ?

En effet, il n’aura échappé à personne l’état de dégradation de l’église de Nandrin, propriété communale et surtout l’état désastreux de la tour, tour de type domanial, une des plus anciennes du Condroz puisqu’elle pourrait bien remonter au Haut Moyen-Age.

Le chantier de rénovation (en espérant qu’on ne la démolisse pas !) coûterait fort cher (1 million d’euros ?) et il y a, certes, d’autres priorités comme des travaux d’importance à consacrer aux écoles communales.

Mais, qu’attend-on depuis des années pour envisager une mesure de classement de cette tour qui, à terme, pourrait bénéficier, elle aussi, d’un subside conséquent, même dans quinze ou vingt ans compte tenu de la lenteur de ce type de dossiers administratifs.

Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin ... depuis 2012 !

Ainsi, si l“union Pour Nandrin” est périodiquement accusée de tous maux, par la majorité “Expressions Commune(s)”, même quand au dernier conseil communal, elle s’est réjouie et a “félicité” la majorité d’avoir eu la volonté de recréer une maison de village (cf. point ci-dessus) et dès l’entame du dernier conseil, s’est aussi réjouie du souci de maintenir une antenne de police à Nandrin (dès 2018-2019, dans les locaux désaffectés de la poste), il n’y a pas qu’uPN qui fait de l’opposition.

En effet, pour la 18ème fois, un point complémentaire proposé par uPN  a été REFUSE, donc de manière SYSTEMATIQUE, par 9 NON de la majorité “Expressions Commune(s) et dans une moindre mesure par TE.

Si on examine les résultats des votes depuis  janvier 2013, la majorité a voté plus souvent NEGATIVEMENT aux propositions du groupe “union Pour Nandrin” que l’inverse: édifiant, non et qui est la paille et qui est la poutre ?

Donc, ce 19 décembre, comme la presse s’en est fait l’écho, uPN proposait de faire UN PEU PROFITER le citoyen nandrinois de la bonne santé financière de la commune (avec, néanmoins une dette à 3.350.000 euros, à savoir à 50% du budget global !), dans la mesure où le budget était à nouveau présenté à l’équilibre et que le compte 2016 sera POSITIF, au printemps prochain d’au moins (comme chaque année, vu que les dépenses sont toujours “gonflées”), de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Que proposait UPN ?

1) pour 2017, une réduction de la taxe additionnelle au précompte immobilier (faire passer les centimes de 2.650 à 2600), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de...26.000 euros et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros, de...26.000 euros (- 0,0038 %);

2) Pour 2018, en plus du PI, une réduction de la taxe additionnelle à l’IPP (faire passer les 8,50 % à 8,00), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de... 169.000 euros, et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros , de 169.000 + 26.000 = 195.000 euros (-0,0280 %).

“C’est (donc) jouer à l’apprenti sorcier”, dixit le bourgmestre-grand argentier que de grever le budget communal ... de 0,0038 % de ses recettes pour 2017 et de 0,028 %  pour 2018 au point que le conseiller Ecolo de la majorité se demande toujours où aller trouver, dans un budget de 6.768.900 euros, ... 26.000 euros ?

Ô catastrophe, ô désespoir : RISIBLE, Monsieur le Conseiller !

Et quand on sait que faire gagner 133 euros par an pour une famille de 4 personnes a été qualifié de “cacahuètes” par le bourgmestre, on se dit que pour certains élus qui cumulent salaire et mandats publics, l’argent n’a pas la même valeur que pour les autres citoyens !

Quand on vous disait, chers Concitoyens (chers car Nandrin est “une commune de gens qui sont RICHES” dixit M. Lemmens puisque “si la commune va si bien, c’est grâce à ses habitants, les taxes correspondant à 70 % des recettes”, dixit l’Avenir), que plus nous sommes taxés et mieux les finances communales se portent (dès 2013, la majorité en avait  fait son credo puisque cette disposition - maintien de la taxation aux niveaux initiaux déjà fort élevés - fut votée en UNE FOIS, pour la période 2013-2019, c’est à dire pour TOUTE la législature, comme si rien ne changerait entre temps) !

Tiens, la RAGE TAXATOIRE, cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine philosophie politique ?

Manifestement, ce qui est possible, dans le budget communal à Hannut où l’IPP a été ramené de 8,80 % à 8,50 % et à Burdinne où le conseil communal a accordé forfaitairement 50 euros à tout jeune, pour un montant global de 125.000 euros, ne l’est pas à Nandrin où, pourtant, on se prévaut de “cultiver aussi un art de vivre”.

 

Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin, ... depuis 2012 !

 

 

uPNa

 

eglise.JPG

Les commentaires sont fermés.