Real Time Web Analytics

Presse

  • Le journal L'Avenir titrait hier 29 août 2017 : Pourquoi remblayer avec du raclage de route?

    Pourquoi remblayer avec du raclage de route? Clic ici 

    2017-08-29 - Vers l'Avenir - Remblais AC Clic ici .pdf

    Article Vers l'Avenir 29 août 2017 AC. Clic ici JPG

     

    DSC_0071.JPG

    article Vers l'Avenir 29 aout 2017 AC.JPG

    IMG_2286C.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n°18 - ’17 Saint-Martin de Nandrin”, transformée, partiellement “en local de réunions et de ... rangements” ?

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    Saint Martin de Tours (316-397) auquel l’actuelle église de Nandrin doit son nom, est connu pour avoir découpé son manteau et en avoir donné une partie à un pauvre transi de froid.

    Saint-Martin de Nandrin va-elle subir le même sort ?

    On peut légitimement se poser la question quand on lit la dernière interview du bourgmestre Michel Lemmens, dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 3 mars, qui sous l’article en page 6, intitulé « Nandrin - L’église partiellement désacralisée ? » déclare :

    « L’idée serait de réaffecter une partie de cette église qui n’accueille que vingt messes par an pour d’autres choses. Nous pourrions y créer un local de réunions ou de rangements. »

    Vous ne rêvez pas, chères Concitoyennes, chers Concitoyens, le bourgmestre émet donc l’idée de désacraliser une partie de l’église pour y faire « d’autres choses », dont du … RANGEMENT, de quoi faire se retourner tous les saints dont Martin, dans leur tombe !

    Mais à quoi pense, le bourgmestre Michel Lemmens, lui qui vient de faire raser le bâtiment principal de l’administration communale  sur la place de Nandrin ?

    Va-t-il remettre le couvert, sous prétexte que la commune n’a pas les moyens pour pourvoir à sa réfection (ce qui est vrai, surtout après les 2 millions consacrés pour rebâtir une nouvelle administration !) et que “d’autres églises sont prioritaires comme celles de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple”, sans parler du remplacement des deux containers scolaires, oubliés ?

    Désacraliser partiellement la seule église de Nandrin-village dont la tour remonterait à l’An Mil pour y accueillir du ... rangement (comme les décors et scènes de quelque festival, par exemple : heureusement que les engins et camionnettes du service des Travaux sont déjà abrités car on pourrait s’attendre au pire).

    Comme notre porte-parole et historien local, Marc Evrard l’a récemment écrit, la place de Nandrin est une des rares places communales qui regroupe sur un espace réduit, quoique vaste pour la taille de la commune, les quatre éléments qui constituent, historiquement, la démocratie belge, à savoir le pouvoir communal personnifié par le bâtiment de l’administration, le pouvoir religieux avec l’église, le pouvoir judiciaire avec l’ancien tribunal et la tour de l’ancien château qui symbolisait le pouvoir du seigneur.

    Trois sont actuellement aux mains de la commune de Nandrin, un a déjà fait l’objet d’une démolition/reconstruction, les deuxième et troisième, église et ancien tribunal devant faire, prochainement, l’objet d’une autre réflexion.

    Et, bien, à nouveau, nous sommes inquiet car ainsi que l’a déclaré M. Lemmens, lors du dernier conseil communal à une question du conseiller d’opposition Marc Evrard, une consultation populaire N’est PAS envisageable et surtout, quand on lit que l’église “n’a rien de particulier au niveau historique et patrimonial” (ce qui en partie vrai sauf pour la tour !) et quand on sait ce qui est advenu au bâtiment de l’administration, on se dit que les jours de l’église des années 30 pourraient être comptés à terme d’autant qu’on envisagerait de la DESACRALISER, ... en partie.

    Si l’Europe occidentale dont notre pays et ses quelques 589 communes et leurs habitants sont majoritairement de culture et de tradition judéo-chrétienne, voire de religion (chaque village possède au moins une église ou une chapelle sur son sol) et même si la pratique religieuse de confession chrétienne est en (très) grande diminution et même en chute libre, il n’en demeure pas moins que DESACRALISER une église, même en partie (ce qui n’est pas possible, semble-t-il) créerait assurément une CHOC EMOTIONNEL sans précédent dans notre entité.

    Et si tel ne devait pas être le cas, le meilleur moyen de le savoir est d’interroger la population de Nandrin en âge de voter, en organisant une consultation populaire qui poserait, évidemment les BONNES questions.

    Car, même aux heures les plus sombres de notre histoire nationale, à l’exception de la Révolution française (et encore !), les églises, “âmes” de nos cités et villages ont été préservées de la disparition.

    Allons-nous ainsi, à Nandrin, nous conduire avec notre patrimoine, en révolutionnaires assoiffés de vindicte populaire ?

    Aussi, si certains veulent jouer à l’apprenti-sorcier dans ce type de dossier, qu’ils y réfléchissent à deux fois car l’Histoire nous enseigne qu’elle ne repasse jamais les plats avec la même saveur et que les Rois bâtisseurs se sont souvent aliénés, de manière définitive et irréversible, leur population.

    Un demi manteau pour Saint Martin de Tours, oui,

    une demi église pour Saint-Martin de Nandrin, non, Monsieur Lemmens, une nouvelle fois, NON !

    Et, “de grâce”, Monsieur le Bourgmestre, avant de lancer de telle idée (votre idée ?), ne serait-il pas judicieux de réfléchir davantage, même ... partiellement ?

     

    uPNa

     

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n° 16 - ‘16 « Rencontre du troisième type »

    DSC_0812.JPG

    Nous avons rencontré Jeanick Piron, fondatrice et ancienne cheffe de groupe de « Pour Nandrin » et aujourd’hui, administratrice de « union Pour Nandrin » et lui avons posé quelques questions, au lendemain de l’élection du nouveau président de la section locale du Mouvement Réformateur de Nandrin.

     

    uPNa : Madame Piron, que vous inspire la photo que vous avez réalisée, ce samedi 10 décembre 2016, des 3 MR (N) sur la place de Nandrin ?

    J.Piron. : beaucoup de satisfaction et de bonheur confraternel dans la mesure où, enfin, après quatre années de « distanciation », ces trois figures réformatrices et libérales à Nandrin se retrouvent réunis pour relever un nouveau défi, celui de redonner des couleurs - et les plus « bleues » - à la belle commune de Nandrin.

    Je ne puis donc que me réjouir de l’élection de mon ami Guy Mottet, compagnon de tant d’organisations festives et récréatives, entre autres à Saint-Séverin, mais bien évidemment aussi de la désignation à la vice-présidence, des chefs de groupes, Marc Evrard pour « union Pour Nandrin » et Benoît Ramelot pour « Tous Ensemble ».

    Autre beau symbole que celui de ce trio prenant la pose devant le bâtiment de l’administration communale que la majorité « Expressions Commune(e)s » s’apprête à démolir, celui d’une volonté conjointe d’œuvrer pour la défense et la promotion de Nandrin, de son patrimoine et de sa ruralité.

     

    uPNa : Faut-il donc y voir, à court voire à moyen terme, une fusion des 2 listes d’opposition pour les futures élections communales de 2018 ?

    J.Piron : je crois que c’est aller un peu vite en besogne car les programmes politiques actuels des 2 formations « uPN » et « TE » sont différents et les appréciations divergent sur la méthode pour changer de majorité mais ceci participe assurément au rapprochement qui s’opère depuis plusieurs mois et pas d’ailleurs uniquement au sein de l’opposition (cf. les prises de positions récentes de deux membres cdH et Ecolo de la majorité).

    Pour rappel, le fait que ni Marc Evrard ni Benoît Ramelot ne se soient portés candidats à l’élection de la locale MR indique clairement une volonté affichée de préserver, au sein de leur groupe politique respectif, la diversité de pensées et d’actions dont celle qui nous tient particulièrement à cœur à « union Pour Nandrin », l’expression citoyenne, chère aux concitoyens qui nous ont élus et à ceux, nombreux, qui nous rejoignent.

     

    uPNa : Doit-on s’attendre à une opposition de plus en plus « incisive », voire sans concession dans les prochains mois et des débats toujours plus « durs » lors de la tenue des conseil communaux ?

    J. Piron : je ne puis répondre que pour notre groupe qui continuera, que cela plaise au non comme il le fait depuis décembre 2012, à agir dans l’intérêt de nos concitoyens en fonction de son programme politique.

    Mais, nous allons aussi entrer en campagne politique dès l’automne 2017 et « union Pour Nandrin » entend bien poursuivre la mission qui lui a été confiée en octobre 2012 et quoiqu’il advienne, se positionnera dans le respect de ses convictions.

    J’ai une entière confiance dans l’action de nos trois mandataires, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski, surtout, par rapport aux engagements qu’ils ont pris vis- à-vis des électeurs.

     

    uPna : en votre qualité d’ancienne secrétaire de la locale MR sous la présidence de Marc Evrard de 1994 à 2013, allez-vous aussi remplir un rôle actif au sein du nouveau comité ?

    J. Piron : ce n’est pas impossible mais cela ne relève pas de ma seule volonté. Je crois que les bonnes volontés sont toujours utiles et je pense avoir suffisamment prouvé que je ne manquais ni de courage, ni d’audace ni de disponibilité.

     

    UPNa

     

    Source photo Mouvement Réformateur Nandrin

     

  • La CSC défend la nouvelle administration communale à Nandrin et Réaction de l'opposition dans la Meuse ainsi qu'un article de La Libre.be de 2005

    article de la meuse conseil communal opposition csc clic ici  22 nov csc.JPG

    article de la Meuse clic ici  conseil communal opposition csc clic ici 22 nov csc.JPG

    Réaction de l'opposition.JPG

    Réaction de l'opposition

    Marc Evrard, chef de file d’uPN, s’est indigné à la lecture du communiqué de la CSC et surtout de la signature de Gaston Merkelbach, ancien co-organisateur du Nandrin Rock Festival et fils de du président de la section nandrinoise du cdH. « Il est lié à Michel Lemmens par le festival et son papa est le meilleur soutien du bourgmestre... Cette intervention est cousue de fil blanc », accuse-t-il.

    En dehors de la personne du secrétaire régional CSC, qui n’habite pas Nandrin, des membres du personnel communal prévoient de manifester leur désaccord au Conseil. Entend-il ce mécontentement?

    « Quand on vous propose le top, forcément ça donne envie. Mais pas au détriment des Nandrinois. La commune n’apas les moyens de se payer un tel luxe, assène-t-il. Le bâtiment visé par la destruction n’accueillait que 8 personnes ,dont le bourgmestre et le directeur général. S’il avait été insalubre, Michel Lemmens l’aurait déclaré comme tel depuis longtemps. Certes, il n’est plus aux normes et énergivore mais on pourrait le rénover et investir dans les écoles. Cette pression sur l’opposition est scandaleuse ».

    Le groupe Tous Ensemble se réunissait lundi soir pour adopter une position concertée. « Le personnel a toute notre attention mais il faut envisager le dossier dans sa globalité. Une administration publique vise à accueillir le public... L’objet du point n’a rien à voir avec le personnel .»
    Réaction de l’opposition .

     

    Voir article de la Libre .be du jeudi 4 aout 2005

    A Nandrin, clic ici le retour des «dinosaures»

    S.L. Publié le - Mis à jour le

     

    Dans la petite commune de Nandrin, entre Liège et Huy - et à seulement 60km de Maastricht et Aix-la-Chapelle -, on croise les doigts en regardant le ciel, ces jours-ci. L'édition 2004 du Nandrin festival, qui se déroule dans la plaine des Templiers, avait été secouée par une petite tornade le vendredi soir, et par l'annulation tardive de Lara Fabian - qui devait se produire dans les infrastructures du festival la semaine suivante -, sans compter une affiche plus «légère» que les années précédentes. Au terme de l'événement, qui avait tout de même attiré 32000 personnes, les organisateurs proclamaient ne pas être sûrs de poursuivre l'aventure en 2005, en l'absence de subsides.

    Un an plus tard, le Nandrin festival est bel et bien de retour. Quatre éléments ont permis de remettre le navire à flot, explique Gaston Merkelbach, co-organisateur de l'événement avec Michel Lemmens: un «Festival Aid» à Liège en novembre, la réduction de trois à deux scènes désormais, l'augmentation - quoique jugée insuffisante par l'organisation qui demande 100000 euros - des subsides (9500 € de la Province, 37500 annoncés par la Communauté), et celle de certains sponsors.

    http://www.lalibre.be/culture/musique/a-nandrin-le-retour-des-dinosaures-51b88af4e4b0de6db9ac7545#.WDNKZpnUKGg.facebook

     

  • L’opposition à Nandrin se dit écartée de la cérémonie, les articles dans la Presse, octobre 2016

    Dans vers l'avenir Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Dans vers l'avenir clic ici Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Article AG 18 octobre 2016 dans la Meuse.JPG

    Dans la Meuse clic ici

     

    NANDRIN - REMISE DES PRIMES DE NAISSANCE

    Samedi après-midi avait lieu la cérémonie de remise des primes de naissance, à la salle Saint-Séverin de Nandrin.

    Les jeunes parents et tous les élus nandrinois étaient invités à partager ce moment de convivialité.

    Sauf que la formule a changé par rapport à l’année passée, au grand dam de l’opposition qui se dit écartée.

    «Cela fait vingt ans que je me rends à cette cérémonie. Tous les conseillers, regroupés à une table commune, participaient d’habitude à la remise des primes.

    Désormais, seuls les échevins (et le directeur de l’école communale, celui du libre étant excusé NDLR) y ont droit, les autres doivent rester dans le public !

    Il s’agit pourtant d’une cérémonie officielle» , s’insurge Marc Evrard, chef de groupe uPN, présent ce samedi avec son colistier Bogdan Piotrowski.

    Les deux élus d’opposition ont fini par quitter la salle, indignés.

    Benoît Ramelot, seul représentant de son groupe TE, est lui resté mais n’apprécie pas non plus. «J’ai été surpris.

    Le bourgmestre a présenté les conseillers mais c’est la première fois que tous les élus ne sont plus invités à s’asseoir ensemble.

    Cela sera-t-il aussi le cas pour d’autres manifestations? , s’interroge-t-il.

    Cela démontre en tout cas un changement d’attitude, les rapports sont de moins en moins chaleureux à Nandrin », pointe-t-il.

    Le bourgmestre EC, Michel Lemmens, déplore une tempête dans un verre d’eau. « On a voulu rendre la cérémonie plus dynamique, moins guindée, en accueillant directement les familles et en leur remettant leur cadeau, sans devoir les appeler un par un. Il y avait bien une table mais personne ne s’y est assis.

    Personnellement, j’ai circulé de table en table pour discuter avec les gens. Rien n’empêchait les conseillers d’en faire autant. Tout ceci est un caprice. »

    Article de A.G source Sudinfo