Real Time Web Analytics

expressions communes

  • A un an des élections communales, sondage Sudpresse ,votre avis Pour Nandrin compte !

     

    Un sondage relatif aux prochaines élections communales à Nandrin est, depuis ce jour, en ligne sur Facebook.

     

    Notre chef de groupe, le conseiller communal Marc EVRARD et la liste "union Pour Nandrin" sont cités, l'un comme l'éventuel futur bourgmestre et l'autre comme le parti politique communal de la majorité pour la législature 2018-2024.

     

     Vous êtes invitée - invité à donner votre avis: notre mouvement politique citoyen ("uPN") ne peut que vous y encouragez.

     

    Profitez-en et n'hésitez pas à lire le journal "La Meuse Huy-Waremme" de ce lundi 9 octobre pour ce "tour de chauffe" des "Communales 2018" à NANDRIN, la "belle commune en Condroz" !

    Votre avis sur votre commune compte !

    A un an des élections communales, Sudpresse a besoin de vous pour connaître les grandes tendances, les enjeux et les intentions de vote dans votre commune.

    En participant à ce sondage et en y consacrant quelques minutes de votre temps, vous pourrez gagner le tout nouvel  iPhone 8 dans sa version argent (64 Gb), d’une valeur de 809 €, sur base d’un tirage au sort parmi les participants.

    Les résultats de ce grand sondage exclusif, initié par Sudpresse, RTL et l’institut iVOX, seront dévoilés à partir du vendredi 6 octobre prochain sur les sites internet de notre groupe et dès le samedi 7 octobre dans nos journaux.

    Faites entendre votre voix, donnez votre avis maintenant !

     

    Je participe maintenant 

    Sondage clic ici 

  • PRESS’ en BREF n°14 - ‘17 Au cœur de Nandrin et … sur le corps des Nandrinois !

    Depuis ce lundi 13 février, les ouvriers de l’entreprise de démolition commandée par les autorités communales procèdent au démontage de l’ancien bâtiment de l’administration de Nandrin, sur la place Ovide Musin.

    Ainsi, pendant trois jours, ils ont retiré les ardoises contenant de l’amiante et effectué un certain nombre d’opérations visant à récupérer des pierres de taille, des pavés et autres matériaux susceptibles d’être réemployés.

    Ce jeudi 16 février, c’était malheureusement le grand jour, celui de sa démolition que nous ne pouvons que qualifier de DESTRUCTION.

    Construite au milieu des années 50, elle fut inaugurée en 1957 et aurait donc fêter ses 60 ans, en cette année 2017.

    Ce « grand » âge était donc tel que la majorité « Expressions Commune(s) a décidé qu’elle ne serait plus opérationnelle et qu’il en coûtera 1.9000.000 euros aux Nandrinois pour bénéficier d’une nouvelle infrastructure pour rendre, en fait, les MEMES services à la population.

    Le groupe « uPN » a rappelé à diverse reprises son opposition à ce projet « pharaonique » dans la mesure où il estime, chiffres à l’appui, que les finances communales, déjà fortement endettées, ne peuvent se permettre un tel luxe qui s’effectue au détriment d’autres projets plus nécessaires et moins onéreux (cf. aides aux écoles communales).

    Ce qui touche encore les Nandrinois, c’est que cette destruction d’un bâtiment, somme toute, jeune et qui aurait pu être réhabilité, se déroule au cœur même de Nandrin, sur la place Ovide Musin.

    En effet, l’ensemble urbanisé constitué par les places Botty et Musin sont la « place Saint-Lambert » de Nandrin, son coeur historique, là où, historiquement donc, ont été édifiés l’ancien château de Nandrin, l’ancienne église et son cimetière, l’ancien tribunal et la maison communale.

    A cet endroit précis, comme à Liège, les quatre pouvoirs étaient ainsi représentés, le pouvoir du prince (seigneur), le pouvoir religieux, le pouvoir judiciaire et le pouvoir communal, à savoir celui du peuple.

    Trois d’entre eux restent debout et le plus illustratif et caractéristique des libertés publiques est par terre.

    Ce qui nous inquiète aujourd’hui et nous en avons eu la confirmation en interpellant ce jour, un échevin présent au triste spectacle, c’est le fait qu’à aucun moment, on ait pensé que, si on démolissait au cœur de Nandrin, on risquait de toucher au souvenir des anciens Nandrinois, ceux qui reposeraient, peut-être encore, dans les entrailles de la place, à savoir dans l’ancien cimetière qui entourait la vieille église Saint-Martin.

    Car, le bâtiment de l’administration communale construite dès 1954 se situe à l’emplacement même et après extension vers la place Musin devant l’église, de l’ancien cimetière datant, vraisemblablement de l’Ancien Régime, et qui a accueilli les défunts de Nandrin jusqu’à la fin de l’année 1887 .

    A cette date, le conseil communal d’alors le transférait, pour des questions d’espace- « trop exigu pour 1.227 habitants » - et d’hygiène – « il se trouve placé au centre du village à environ 20 mètres de deux ruisseaux dont les eaux sont fréquemment employées à usage domestique » -, à son emplacement actuel, rue Famioul.

    Ainsi, lors « des travaux de fondation de la nouvelle église Saint-Martin de Nandrin, en 1928, les ossements humains ont été transportés en tombereau, dans une fosse commune, au nouveau cimetière ».

    En 2010, lors des travaux d’accessibilité aux personnes à mobilité publique (construction de la rampe le long de la haie qui délimitait l’ancien cimetière avec la rue qui conduisait à l’entrée de l’église) et de la pose d’un nouveau dallage, devait-on encore retrouver des restes humains qui furent à nouveau déposés dans la fosse publique.

    Sur le plan cadastral levé en 1810 et révisé en 1829, « le cimetière (171 A) était bien situé entre l’église et les ruisseaux de Beaumont et du Fond du Bois de Soheit » (source bibliographique:  1833 -1983 Ecole Saint-Martin Nandrin, pp.6, 7 et 48).

    Il appartient donc à nos autorités de veiller à respecter la législation en cours relative à la problématique des sépultures et à celle des fouilles à caractère historique et archéologique et il est regrettable qu’à aucun moment, la majorité en place ne se soit souciée de cet aspect des choses, bien trop préoccupée par le devenir de ce bâtiment de prestige.

    A plusieurs reprises, nous avons déclaré que le « patrimoine de Nandrin foutait le camp ».

    En voici une nouvelle preuve car la rigueur aurait voulu que des fouilles préalables soient conduites, entre autres, à l’emplacement de l’extension de cette nouvelle administration, constituée par la nouvelle salle du conseil, le long dudit ruisseau vers l’église.

    Et si demain, les grues et autres engins de chantier devaient mettre à jour des tombes et autres traces des temps anciens, il faut espérer que l’entreprise en charge des travaux respectera la Mémoire du Passé et de ceux qui l’ont construit.

    A défaut d’avoir su préserver un patrimoine, que le bourgmestre et ses adjoints préservent au moins le souvenir de ceux qui les ont précédés !

    Le groupe « union Pour Nandrin » y sera attentif, « in Memoriam ».

    uPNa


    Destruction de la maison communale à Nandrin... par sudpresse

     

  • PRESS’en BREF n° 07-‘15 Le P.P. ou le p.p. à Nandrin ? Le Petit Prince ou le pouvoir du prince à Nandrin ?

    4.jpg

    Le P.P. ou le p.p. à Nandrin ?

    Le Petit Prince ou le pouvoir du prince à Nandrin ?

     

     

    Malheureusement, ce p.p. s’écrit avec un petit p car le grand P, comme dans Prince Carnaval, n’est plus d’actualité à Nandrin !

    Car, chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

    il y a longtemps à Nandrin qu’on ne fait plus la fête (parfois lors des jumelages) et qu’on ne peut plus contrarier le « grand timonier » (par ailleurs, absent lors des dernières fêtes du jumelage des jumeaux de Saint-Séverin).

    Comme l’aurait chanté Clo-Clo dans ses premiers tubes, sous la législature actuelle, c’est « marche tout droit » et c’est comme je le dis.

    Ce n’est plus Jacadi mais c’est Micheladi !

    J’entends déjà les fans me dire : vous exagérez PNa et votre anti-lemmenisme vous reprend.

    Pas du tout et je vous fais juge de ce qui s’est à nouveau passé lors du conseil communal de ce mardi 19 mai, avant même que le conseil ne commence.

    Le groupe « Pour Nandrin » avait proposé un point complémentaire à l’ordre du jour du conseil en vue de faire adopter, par celui-ci, la décision de principe de réaliser un Programme communal de Développement Rural.

    Si on sait que plus de 100 communes l’ont déjà mis en œuvre et que la majorité politique se revendique aussi de la défense et de la promotion de la ruralité, « Pour Nandrin » devait légitimement s’attendre à recevoir d’ « Expression Commun(e)s, au moins une écoute attentive et un soutien réel.

    Mais, c’était sans compter sans le « pouvoir du prince », le pouvoir d’autorité du président du conseil communal, du bourgmestre, du maître de cérémonie et des débats, de celui qui « était SEUL à décider » (cf. L’Avenir du 21/05/2015).

    D’où un refus appuyé et catégorique de ne pas autoriser l’utilisation du rétroprojecteur communal pour développer ledit point complémentaire, comme il est de coutume de le pratiquer, aujourd’hui, pour illustrer un exposé.

    Au passage, chacun aura relevé que ledit M. Lemmens ne se gêne jamais pour en user et en abuser pour « accabler » le conseil de ses nombreux développements chiffrés relatifs au budget, aux comptes, voire à la dette qui, malheureusement, n’a pas toujours pas diminué malgré qu’elle « soit bien gérée » (cf. ledit quotidien).

    Cette fois-ci donc, pas de rétroprojecteur ni pour « Pour Nandrin ni pour le maïeur ce qui, évidemment devait priver ce dernier, de ses effets de manche habituels et de la traditionnelle théatralité dont il aime s’entourer.

    D’où, l’AMBIANCE des mauvais jours.

    On soupçonne également dans ce retour en force de la mauvaise humeur et de l’agressivité verbale, le fait que, dans le public très clairsemé encore, ne figurait plus celui que d’aucuns ont cru reconnaître, lors de la séance du 21 avril dernier, comme étant un observateur envoyé par ??? pour apprécier la qualité des échanges et le bon déroulement des débats.

    Etait-ce encore la « prose » d’un des conseillers de l’opposition dont il venait de prendre connaissance avec déplaisir ou tout simplement un naturel qui reprenait tout simplement le dessus, toujours est-il que M. Lemmens a refusé l’utilisation dudit appareil « POUR NE PAS DONNER UNE TRIBUNE A LEUR PROPAGANDE ».

    Ainsi donc, quand l’opposition dépose un point complémentaire relatif à l’adoption d’un Programme Communal de Développement Rural, fait-elle de la propagande (sûrement électorale ?) ?

    Curieuse conception de la démocratie et ce d’autant plus que ledit point complémentaire figure dans le programme de « Pour Nandrin » et que TOUS les groupes politiques souhaitent aussi garder une réelle ruralité pour Nandrin.

    Décidemment, M. Lemmens est bien dans la continuité de sa déclaration du lendemain des élections d’octobre 2012, lui qui avait dit que plus de « 800 Nandrinois avaient voté pour un parti populiste ».

    Et oui, chers Concitoyennes et Concitoyens, vouloir préserver la ruralité et voter pour le groupe politique qui en a fait une de ses préoccupations majeures, c’est faire du « populisme ».

    Et, bien, Monsieur le Bourgmestre et ne vous en déplaise une fois encore, « Pour Nandrin » revendique alors ce type de « populisme » - là qui, contrairement à votre Schéma de développement territorial que vous avez fait adopter aux forceps, après deux tentatives avortées et contre lequel notre conseiller vient d’introduire un recours qui a été jugé RECEVABLE,  LUI, respecte un cadre de vie ancestral et s’inscrit dans le respect de la diversité, en ce compris celle de la différence.

    Ainsi, à Nandrin, « ne pas donner une tribune à leur propagande » s’applique donc désormais à tout groupe politique qui veut exposer son programme : nous en prenons bonne note.

    Nous espérons donc qu’en toute impartialité et parce qu’il est le bourgmestre de tous, M. Lemmens n’offrira pas à son propre groupe politique, « Expression(s) Communes », lors du conseil communal du lundi 8 juin, comme il l’a annoncé et comme le relaie la presse de ce 21 mai (« Le programme politique de Nandrin -plus exactement, de la majorité- sera développé en juin. Le fonds de réserve servira à financer ses projets »), « une tribune à leur propagande ».

     

    Ainsi, « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (dans Les animaux malades de la peste du fabuliste Jean de la Fontaine) : l’Histoire est bien un éternel recommencement !

     

    « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux ».

    « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé ».

    « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante ».

    « Droit devant soi on ne peut aller bien loin ».

    En conclusion, « s’il vous plaît, dessine-moi un mouton », demande le Petit Prince à l’aviateur !

     

    Ah, ce Petit prince sans pouvoir et pourtant, si grand.                 

    PNa

  • PRESS’en BREF n° 05 -’15 « Baisser son pantalon » : est-ce de la prostitution ?

    pantalon.jpg« La majorité a enfin réussi à voter son développement territorial », titraitun journal local, au lendemain du conseil communal de ce mardi 24 février.

    Pour son troisième passage en séance, le Schéma de Développement Territorial allait-il être recalé pour la seconde fois ?

    Comme nous l’avions annoncé dans PeB 4, la « petite majorité (9 élus sur 17) Expressions Commune(s) » avait battu le rappel des troupes: tous présents !

    Avec en tête, les Ecolo, les ardents et fervents défenseurs de l’écologie, de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

    Aussi, avec le retour d’Anne de Potter, échevine de l’Environnement, la présence de Charlotte Tilmant, échevine de l’Aménagement du territoire, aux commandes du dossier et celle de Guy Brassel, conseiller Ecolo qui s’était abstenu lors du vote du 30/12/2014, c’est donc par 9 votes FAVORABLES contre les 8 NON de l’opposition de « Pour Nandrin » et de  « Tous Ensemble », que ce S.D.T. a été enfanté dans la douleur.

    Conclusion : la porte est maintenant grande ouverte pour des densités, dans divers coins de la commune, de 20, 30, 40 voire 60 habitations à l’hectare, oui vous avez bien lu, à l’hectare (actuellement, c’est une moyenne de 8,3 habitations/ha).

    Et oui, chers Nandrinois,

    nos « papy » pourront ainsi raconter à leurs petits-enfants, dans quelques années, quand ils seront hébergés dans la nouvelle résidence-services du Péry que cela a pris naissance du « temps des cerises » (en résine ?) et des vaches en plastique et qui sait, des champs synthétiques et des arbres en PVC,

    en un temps où les ECOLO étaient associés à la direction de Nandrin.

    Quant à la problématique de la véritable prostitution à Nandrin, qu’en est-il advenu du point complémentaire introduit par le groupe « Pour Nandrin », au conseil, visant à réglementer ce phénomène, de retour à Nandrin ?

    Vous étonnera-t-on si on vous dit que cela en a amusé plus d’un dont  le bourgmestre M. Lemmens qui n’a pu s’empêché d’ironiser, au point de trouver le groupe « Pour Nandrin » bien rigoureux dans son étude.

    Alors que dans le premier article, il déclarait qu’ « il n’avait pas d’état d’âme par rapport à cela », cette fois-ci, il « affirme qu’il n’y a jamais eu un début de commencement de prostitution depuis 15 ans à Nandrin ».

    Comprenne qui pourra, donc.

    Lors du conseil communal, il s’est permis aussi d’apostropher la jeune journaliste du journal « La Meuse », auteur de l’article qui, présente dans la salle pour couvrir le conseil communal, a été profondément choqué par cette déclaration mettant en cause son honnêteté (journalistique) !

    Elle lui a répondu ce jeudi, dans son journal,  confirmant que c’était bien une des dames qui, lorsqu’elle l’avait interrogée, l’avait bien entretenu de leur « activité » exercée sur le territoire de Nandrin.

    Et voici maintenant, « l’arroseur arrosé » pris en défaut d’exprimer une très grosse contre-vérité et une belle muflerie !

    Quant au règlement, il fut rejeté par les 9 voix de la majorité, dont les 2 voix du cdH, parti connu pour être attentif aux valeurs familiales.

    Et oui, chers Nandrinois,

    nos « papy » pourront ainsi raconter, à leurs petits-enfants, dans quelques années, quand ils seront hébergés dans la nouvelle résidence-services du Péry, que ce règlement sur la prostitution a été refusé,

    en un temps (2012-2018 ?) où le bourgmestre M. Lemmens dirigeait la majorité au sein de la commune de Nandrin.

    Moralité: la « Belle »-en-Condroz, Nandrin,  réalité ou ruralité ?

    PNa

  • Le Conseil Communal de du 16 décembre 2014 dans Vers l'Avenir

    Budget fade à Nandrin 16 décembre 2016 vers l'avenir.JPG

    Deux gros investissements

    Malgré ces quelques inquiétudes, la commune de Nandrin prévoit tout de même deux gros investissements: 100 000€ pour l’étude de la maison du village de Villers-le-Temple et 150 000€ pour la nouvelle administration qui comprendra à l’avenir la commune, le CPAS et la police.

    Suite à cette présentation, Marc Evrard, porte-parole de Pour Nandrin, a comparé le budget de Michel Lemmens à un «Beaujolais nouveau qui a le même gout de cerise, de framboise, de cassis et de banane depuis 3 ans. Il est fade et sans matière.»«Même la dette communale est en légère diminution depuis 2013, preuve que vous ne faites plus rien!» Puisque Nandrin n’ayant finalement pas été choisie comme commune pilote pour le plan stratégique transversal, Marc Evrard en a profité: «Vous êtes comme une âme en peine, sans ligne directrice, sans projet et sans réalisation utile pour nos concitoyens.»

    Comportement «irrévérencieux»

    Plutôt que de prendre le temps de passer en revue chaque page comme chaque année, les trois conseillers de l’opposition «Pour nandrin», Marc Evrard, Jeannick Piron et Bogdan Piotrowski, ont décidé de se lever et quitter le conseil. «En espérant qu’une telle mascarade n’aura plus lieu.»

    «C’est complètement ridicule», commente Michel Lemmens. «Compte tenu de mon exposé, leur critique ne tenait pas la route. Marc Evrard a été 18 ans à mes côtés dans la majorité. Je me suis toujours occupé du budget sans aucun problème. Je trouve ce comportement très irrévérencieux pour le personnel qui a travaillé les week-ends et les jours de grève pour mettre tout en place à temps.»

     

    Budget fade article dans vers l'avenir du 18 décembre 2014 clic ici.pdf

     

    http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20141217_00575091