Real Time Web Analytics

nandrin

  • PRESS’en BREF n°22 - ’18 Plus jamais ça à Nandrin !

    Comportements passéistes et propos rétrogrades, telle la réflexion que suggère  le dessin de Sandron dans le journal l’Avenir de ce lundi 5 mars 2018, faisant suite aux articles des pages 2 et 3 « Tranquilles, les truands de l’environnement ? » et en page régionale 7 : Nandrin - Déchets au Péry : le collège pas encore fixé sur son sort. »

    Faisant suite à la « Répression de la pollution », entre autres, par l’entreposage de fraisats hydrocarbonés (voir dessin très suggestif !) illégaux sur le site du Péry, les membres du collège communal de Nandrin risquent une (petite ?) amende qui pourrait leur être infligée par un fonctionnaire sanctionnateur !

    Malheureusement, une première pour Nandrin !

    A propos de cette Unité de répression des pollutions (URP), créée en 2006 par le gouvernement wallon et chargée  de lutter contre la criminalité environnementale, voici ce que la Cour des Comptes disait d’elle, en juillet 2017 : « La cour observe qu’une partie significative de l’action de l’URP ne s’inscrit pas dans la lutte contre la criminalité environnementale organisée mais se cantonne à la verbalisation d’infractions que cette dernière qualifie elle-même de bénignes et qui relève plutôt de la police administrative communale ».

    Et de faire le constat suivant : « Si rien ne change à l’URP, le crime environnemental organisé a encore de beaux jours devant lui ».

    Si « Pour Nandrin, citoyenne n’avait pas mis le feu aux poudres » en interpellant la Police de l’Environnement, comme l’a écrit, très justement, la journaliste de l’Avenir, c’est une véritable « poudrière », en plein quartier du Péry, vieille de plusieurs années qui allait « exploser » et défigurer tout un hameau, au cœur même des infrastructures sportives communales.

    Incroyable qu’en 2017-2018 de telles infractions soient, encore, sciemment commises et que la majorité PS-cdH-ECOLO (hé oui, un comble avec des Ecolo !) du tandem PS Lemmens-Pollain n’ait réagi que sous la contrainte de la Région wallonne et encore fort tardivement, puisque le site n’a été nettoyé qu’en février 2018 et non, comme l’a déclaré l’autorité communale, au lendemain de l’envoi du procès-verbal, fin août 2017, cinq mois plus tard, donc.

    Face à ces procédés d’un autre âge que tout un collège et une administration ont TOLERE sans réaction, au vu et au su de tout un conseil communal, il revient au citoyen nandrinois de changer cet état de choses et de dire STOP, encore STOP et toujours STOP.

    Comme vous le savez et tel qu’annoncé dans notre premier toutes-boîtes de décembre 2017, la liste d’opposition « Pour Nandrin, citoyenne », a décidé de poursuivre, au-delà de 2018 et jusqu’en 2024, ses actions citoyennes en misant, à nouveau sur la collaboration des Nandrinoises et des Nandrinois.

    Avec pour slogan, « Pour Nandrin et (avec) VOUS » en 2012, notre mouvement citoyen avait déjà amorcé, avec conviction, volonté et enthousiasme, le désir de changement des pratiques politiques.

    Il faut poursuivre car des partis politiques maintiennent, envers et contre beaucoup, des procédés inacceptables pour la démocratie.

    Plus que jamais, se voulant « l’Alternative » aux égarements politiciens actuels d’une majorité éclatée et qui tente de se refaire une santé de manière  démagogique et superficielle, il est temps d’affirmer que le programme de gestion citoyenne et participative qui sera mis en place, au lendemain du 14 octobre 2018, se voudra autant sérieux que réaliste et autant cohérent qu’efficace.

    Mais, son contexte défini, il sera d’abord vôtre, « Le Vôtre pour 2024 ».

    C’est pourquoi, dans les prochaines semaines, parviendra dans toutes les boîtes aux lettres de Nandrin, une consultation populaire qui, sous forme de questionnaire permettra à chaque nandrinois, quel que soit son âge, en âge de voter ou non (les pré-adolescents et les adolescents doivent aussi se sentir concernés), de donner son avis et de définir ses priorités en matière de gestion communale pour 2018-2024.

    La dernière fois qu’un tel retour au citoyen fut réalisé date de … 1994 : il était, donc, temps que le Citoyen reprenne les choses en mains.

    Nandrin, la Porte du Condroz, doit retrouver sa place de commune-pilote du Condroz, pour suggérer avec d’autres entités communales, des dynamiques supra-communales.

    Mais d’abord, elle doit retrouver confiance en elle, en sa spécificité et qualité de commune semi-rurale, en sa capacité de modernité, en sa culture et en son enseignement (à redynamiser), en son art de vivre associatif, etc.

    La confiance donc mieux que l’optimisme, la détermination mieux que la résignation, l’expérience mieux que le rêve seront les moteurs du renouveau « Pour (une commune de) Nandrin, (enfin) citoyenne ».

    Il suffit d’y croire et de le vouloir, le 14 octobre prochain.  

     

    uPNa 

    Photo : L'Avenir H-W du 5 mars 2018 Sondron 

    SONDRON.

    Déchets au Péry Dans L'Avenir du 5 mars 2018 : le collège pas encore fixé sur son sort source clic ici     

  • La PRESS’ion citoyenne n° 22 - ’18 La tactique du trio Pollain-Tilmant-Ramelot … : Viv(r)e Nandrin !

    “AUX LARMES, CITOYENS”, voici ce que nous inspire les belles promesses des échevins et ex- échevin Pollain, Tilmant et Ramelot, à propos de leur nouvel engagement pour Nandrin.

    Car les bien connus dissidents que sont « l’écologiste » Charlote Tilmant (qui a quitté Ecolo-Nandrin pour passer au PS, il y a trois ans déjà, sans rendre son mandat d’échevine à son groupe d’origine), le réformateur Benoît Ramelot (qui a lâché, il y a trois mois, le groupe « Tous Ensemble » qu’il avait fondé et dont il était le chef de file) et le socialiste Daniel Pollain, premier échevin (qui a trahi son bourgmestre Michel Lemmens et son collège), viennent de dévoiler leur stratégie pour les prochaines communales.

    Si on lit bien la déclaration de celui qui n’est pas encore le chef de file de ce triumvirat de transfuges, Daniel Pollain, la liste ne se veut « ni apolitique, citoyenne ou blanche: elle est faite de plusieurs couleurs, chacun avec ses convictions propres ...”

    De fait, cette nouvelle liste nous rappelle étrangement la précédente, la défunte liste de la majorité “Expressions Commune(s)”, réunion en 2012 des trois partis PS, Ecolo et cdH qui possédaient tellement bien, eux aussi, leurs “convictions propres” qu’aujourd’hui, le PS nandrinois est coupé en deux, les derniers Ecolo ne savent pas s’ils iront aux élections et le cdH est éclaté.

    La belle unité de ce mouvement “rassembleur” de majorité “Expressions Commune(s) qui n’a, par ailleurs, duré que quelques mois, comme s’est plu à le rappeler, récemment, le groupe Ecolo, aura, ainsi, implosé à cause de ses propres divisions.

    Quant à savoir dans celles et ceux qui composent ce “Viv(r)e Nandrin”, qui est encore qui, tant les actes de félonie (trahison) ont été nombreux, peu de Nandrinois pourraient encore le dire ?

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

    Ainsi, cette troïka d’opportunistes compte se refaire une santé pour les prochaines élections communales et propose de réaliser pour 2018-2024, ce qu’ils n’ont pas été capables d’accomplir de 2012 à 2018 quand deux d’entre eux sur trois étaient au pouvoir.

    Pour ce faire, elle mise, sur une (très) jeune candidate neupréenne, aujourd’hui heureusement nandrinoise et bientôt majeure.

    Même si, comme l’écrit erronément le journal “La Meuse”, notre chef de file Marc Evrard n’a pas “courtisé” la demoiselle, sa qualité de quatre fois grand-père et d’ancien préfet des études d’école secondaire honorable l’ayant mis à l’abri de toute velléité de séducteur, il constate avec satisfaction, à l’instar de “Pour Nandrin, citoyenne” que des jeunes aspirent (encore) à vouloir s’occuper de la “chose publique”.

    Par ces temps troublés, où beaucoup s’écartent trop volontiers de la défense de l’intérêt public au profit de leurs intérêts privés, surtout dans le chef de ceux qui composent majoritairement le parti dominant de Wallonie auquel se revendiquent, d’ailleurs, D. Pollain et Ch. Tilmant, il convient de saluer l’arrivée d’une nouvelle pousse en politique.

    Il serait, par contre, “criminel” de laisser croire à cette jeune aspirante que tout est rose en ce bas monde politique et surtout “qu’on y retrouve de la convivialité et une vision optimiste de la politique. Je me retrouve dans ce projet rassembleur”, déclare Amandine Tack dans “La Meuse” de ce 2 mars 2018.

    Car, jusqu’à présent, “Viv(r)e Nandrin” et ses membres fondateurs illustrent davantage le rassemblement de dissidents, critiques et négatifs et apparaît à beaucoup et surtout aux initiés (n’est-ce pas M. Lemmens, A. de Potter, H. Dehareng, M. Brandt et E. Cop ?) comme la somme des trahisons qui peuvent se commettre et se dérouler durant une législature communale.

    Aussi, s’il faut souhaiter la bienvenue, dans la jungle politique, à cette nouvelle candidate, il faut aussi espérer que les innombrables “moi, je” (“je fais” x4, “je suis” x2, “j’écris” x1, “je connais” x1) avec lesquels elle s’est décrite dans sa courte interview, ne la priveront pas de l’humilité nécessaire pour se consacrer aux véritables préoccupations des Nandrinois dont “Pour Nandrin citoyenne” s’est voulu, prioritairement, à l’écoute depuis plus de cinq ans.

    S’il en est bien un, aujourd’hui qui doit se réjouir d’être débarrassé de ce trio, on ne peut plus politiquement interchangeable et indéfinissable, c’est bien le bourgmestre Michel Lemmens qui travaille, en ce moment, à parachever l’ “oeuvre”de sa législature, sa nouvelle administration au coût de près de 2 millions d’euros !

    “AUX LARMES, CITOYENS” et BASTA maintenant !

    Disons STOP, dès le 14 octobre 2018, à ces gestionnaires, à leurs nouvelles belles promesses électorales et SURTOUT, stop à ces apprentis-sorciers qui veulent remettre le couvert pour repasser les mêmes plats, froids.

    Car pour que “Viv(r)e Nandrin”,  voeu autant “pieux” qu’anachronique, il faudrait afficher un autre bilan que celui de ces mandataires-là, bilan construit à coups de QUERELLES, de RENIEMENTS et de PROMESSES NON TENUES mais aussi de SUPPRESSIONS et de DEPENSES FASTUEUSES et peu respectueuses de l’intérêt communal général !

    Plus que la dose d’optimisme dont tout primo-candidat peut s’enorgueillir, il faudra bien “un nouveau souffle”, le souffle citoyen, le bon gros souffle des Citoyens Nandrinois pour vider les “écuries d’Augias* ” et donc, pour CHANGER cet état de choses, à Nandrin.

    uPNc (mars 2018)

     

    * Le 5ème travail d’Hercule fut de rendre PROPRES (cf. certaines affaires impliquant TOUJOURS le même parti, avec qui certain(e)s vont s’allier, ici, à Nandrin) les écuries d’Augias (fermier qui possédait 30.000 boeufs), lesquelles n’avaient plus été nettoyées depuis 30 ans !

     

     

    Article complet du Journal La Meuse H-W du 2 mars 2018 clic ici Le nom de leur groupe: «Viv(r)e Nandrin»

     

    Article de l'Avenir 2 mars 2018 clic ici «Vivre Nandrin», le nom de la liste Pollain, Tilman et Ramelot

     

    vivre nandrin.JPG

    Photo  1 ® Anne Geddes .

    Photo 2 ® La Meuse H-W Sud info 

  • La PRESS’ion citoyenne n° 20 - ‘17 La 3ème voie, citoyenne, « uPN », … entre les 2 PS, pour 2018 !

    Depuis 5 ans, notre liste « Pour Nandrin », devenue « union Pour Nandrin » s’est positionnée comme citoyenne, réformatrice et centriste au point qu’aujourd’hui, elle serait copiée par les dissidents de feu « Expressions commune(s) » dont la presse vient de donner un écho à leur « explosion ».

    Pourquoi s’étonner de ces mésententes récurrentes et « bagarres permanentes » entre les deux leaders PS et leurs troupes cdH et Ecolo quand on sait que ce n’est jamais que le 5ème épisode d’une triste saga qui n’a que trop duré ?

    Après le transfuge de Ch. Tilmant (Ecolo) au PS, la démission de Cl. Laffineuse de la présidence d’Expressions Commune(s), le vote négatif de M. Brandt (cdH) contre sa propre majorité, le mauvais coup joué à B. Zucca qui a dû céder sa présidence du CPAS à M. Brandt, voici maintenant, à UN AN des élections, que DEUX échevins dont le Premier lâchent leur Bourgmestre, leurs trois autres collègues du Collège et du CPAS, leurs conseillers et donc, cassent LEUR petite majorité.

    Comme M. Lemmens l’avait fait, en 2008, quand il avait voulu remplacer J. Nandrin, cette fois-ci, c’est le fils « Brutus- Pollain » qui veut « tuer » le père « César-Lemmens » !

     

    Même si on sait que l’Histoire repasse souvent les mêmes plats avec les mêmes comportements, voire avec le même type d’acteurs, on ne peut que désapprouver ce comportement « déloyal et intellectuellement malhonnête ».

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Que voilà une triste mentalité qui, malheureusement, n’est que trop fréquente en politique !

    Et dire que ce sont « ces gens-là », plus quelques opportunistes qui, viendront, demain, solliciter vos suffrages en se présentant comme des chevaliers blancs, « ouverts et citoyens ».

    Pire, ils vont tenter de nous faire croire que le bilan négatif de la législature est CELUI du bourgmestre M. Lemmens et NON PAS le LEUR auquel ils n’ont cessé d’apporter leur voix, unanimement.

    Par contre, force est aussi de constater que, maintenant et dorénavant, le trio Pollain-Tilmant-Ramelot crient avec les « loups uPN » et « dénoncent le ton tranchant, le manque de communication personnelle et communale, son caractère de division, sa mauvaise gestion d’équipe, des dossiers polémiques, le fait de faire cavalier seul » et autres travers d’un bourgmestre dont ils veulent se désolidariser, aujourd’hui, dès ce samedi 7 octobre 2017.

    A les lire, on croirait entendre le conseiller Marc Evrard, « le jouteur verbal », le « Lucky Luke ou Joe Dalton », « l’ennemi », « le rare soutien d’un Joseph Nandrin déchu »

    Non, mais on rêve ou quoi car, voilà CINQ ans qu’« uPN » met en garde nos collègues colistiers du conseil communal et nos concitoyens, qu’à deux REPRISES, nous avons demandé un changement de majorité pour mettre fin à cet état de dictature et d’humiliations permanentes et c’est MAINTENANT à UN AN des élections que ces élus veulent réagir quand, depuis le 1er juin 2017, IL N’EST PLUS POSSIBLE DE DEPOSER UNE MOTION DE DEFIANCE.

    Vulgairement dit, cela s’appelle du FOUTAGE DE GUEULE ET de L’ELECTORALISME, ni plus ni moins !

     

    Vraiment, « union Pour Nandrin » gardera bien sa ligne de conduite, dénoncer les irrégularités voire les illégalités (même si cela représente un coût) et faire des propositions constructives ALTERNATIVES, entre autres par le dépôt de points complémentaires au conseil communal (une vingtaine de textes déposés par uPN depuis 2013 et TOUS REFUSES par la majorité et l’autre opposition !!!).

    Alors, que choisir, en octobre 2018, la copie ou l’ORIGINAL ?

    A vous de décider en temps voulu, donc, en ne doutant pas que les Nandrinoises et Nandrinois sauront s’en souvenir (déjà merci de nous avoir consacré un peu de votre temps).

    uPNa

  • A un an des élections communales, sondage Sudpresse ,votre avis Pour Nandrin compte !

     

    Un sondage relatif aux prochaines élections communales à Nandrin est, depuis ce jour, en ligne sur Facebook.

     

    Notre chef de groupe, le conseiller communal Marc EVRARD et la liste "union Pour Nandrin" sont cités, l'un comme l'éventuel futur bourgmestre et l'autre comme le parti politique communal de la majorité pour la législature 2018-2024.

     

     Vous êtes invitée - invité à donner votre avis: notre mouvement politique citoyen ("uPN") ne peut que vous y encouragez.

     

    Profitez-en et n'hésitez pas à lire le journal "La Meuse Huy-Waremme" de ce lundi 9 octobre pour ce "tour de chauffe" des "Communales 2018" à NANDRIN, la "belle commune en Condroz" !

    Votre avis sur votre commune compte !

    A un an des élections communales, Sudpresse a besoin de vous pour connaître les grandes tendances, les enjeux et les intentions de vote dans votre commune.

    En participant à ce sondage et en y consacrant quelques minutes de votre temps, vous pourrez gagner le tout nouvel  iPhone 8 dans sa version argent (64 Gb), d’une valeur de 809 €, sur base d’un tirage au sort parmi les participants.

    Les résultats de ce grand sondage exclusif, initié par Sudpresse, RTL et l’institut iVOX, seront dévoilés à partir du vendredi 6 octobre prochain sur les sites internet de notre groupe et dès le samedi 7 octobre dans nos journaux.

    Faites entendre votre voix, donnez votre avis maintenant !

     

    Je participe maintenant 

    Sondage clic ici 

  • PRESS’ en BREF n° 15 - ‘17 MM. Lemmens (PS), de Potter (Ecolo) et Dehareng (cdH), etc. : « avertissement unique » à Nandrin ! L’opposition « uPN » oblige les autorités communales à régulariser la situation et à nettoyer le site de stockage du Péry.

    Quel bel exemple pour les citoyens Nandrinois, appelés, tous les jours, à devoir observer diverses réglementations communales en matière de respect de l’environnement !

    Quel comble quand les donneurs de leçons que sont les Ecolo représentés par A. de Potter, échevine de l’Environnement et associée à son ex-collègue Ecolo, Ch. Tilmant, échevine de l’Aménagement du Territoire, H. Dehareng, l’échevin des Travaux et les autres membres du Collège, se voient pointés du doigt, de manière magistrale, par la Cellule liégeoise de l’Unité de Répression des Pollutions (Département de la Police et des Contrôles) du SPW Wallonie environnement !

    Dans cette affaire des remblais de fraisats hydrocarbonés de routes (raclages) enfouis autour du nouveau bâtiment de l’administration communale et des dépôts sauvages de ce type de déchets et autres matériaux inertes et de boues de curage et/ou d’étang sur le site du Péry, c’est LA COMMUNE  de NANDRIN, à savoir tous les membres du Collège communal mais aussi l’administration qui ont été avertis et menacés d’une sanction grave (8 jours à 3 ans d’emprisonnement et 100 à 1.000.000 d’euros) s’ils ne régularisaient pas, pour le 30 septembre prochain, lesdits dépôts NON AUTORISES et s’ils n’aménageaient pas le site ou un autre, aux fins de PROTEGER LE SOL.

    Amateurisme, irresponsabilité, faute : chacun appréciera !

    Mais, par les temps actuels où il est demandé aux « responsables » politiques et aux autorités publiques particulièrement, de prendre des mesures pour veiller à la sécurité et la santé des personnes mais aussi des biens, on ne peut que s’indigner et condamner un tel laisser-aller et laisser-faire, une pareille négligence et cette absence totale de l’intérêt de la population nandrinoise et du bien public communal.

    Pire, cette attitude est COUPABLE dans la mesure où ces élus communaux, décideurs car membres du collège exécutif communal, connaissaient la problématique puisque, depuis 2013, à SIX reprises, les trois élus du groupe « union Pour Nandrin », les ont interpellés, à SIX reprises, en séance du conseil communal (ce qui avait conduit, en 2014, à un déplacement des monticules de fraisats, …  500 mètres plus loin !!!) et plus particulièrement l’échevin des Travaux, Henri Dehareng qui, A CHAQUE FOIS, répondait que la Région wallonne, interrogée, estimait qu’il n’y avait pas de problème (tu parles !!!).

    Encore, cette attitude est FAUTIVE dans la mesure où l’administration communale placée sous l’autorité du directeur général et plus particulièrement, les services administratifs de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire ainsi que celui des Travaux qui doivent connaître la législation en vigueur, ont laissé faire et n’ont pas ni averti ni pris les mesures face au non-respect des lois et des règlements.

    Au conseil communal de ce lundi 25 septembre, le groupe « uPN » a donc mis en cause l’ensemble du collège communal, en pointant particulièrement la gestion de ce dossier par l’élu Henri Dehareng qui, contrairement au bourgmestre M. Lemmens, n’a pas assumé ses responsabilités d’échevin.

    Pire, placé face à ces « mauvaises habitudes bien ancrées » en la matière, H. Dehareng a tenté, sans convaincre quiconque, de se faire passer, depuis cinq ans, pour la victime de quelque acharnement à son égard, comme si son action est et avait été, à la tête du secteur des Travaux, suffisamment exposée et « magistrale » pour qu’elle soit (en permanence) critiquée.

    Par contre, quand on a mauvaise conscience, on cherche TOUJOURS à faire diversion et à trouver un bouc émissaire, surtout quand celui-ci vous a « botté les fesses ».

    Enfin, la commune de Nandrin (qui par ailleurs n’a pas le choix), va se mettre en ordre, nettoyer le site « immonde », promettant que TOUT cela n’arrivera plus, au-delà du 30 septembre … 2017.

    Wait and see, donc.

    Enfin, il nous plaît pour conclure, une fois n’est pas coutume, de saluer le « mea culpa » du Bourgmestre qui, à l’inverse d’autres (politiques et fonctionnaire) autour de lui, avait décidé d’assumer ses responsabilités, fort tard néanmoins, faut-il en convenir.

     

    uPNa

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

    mm. lemmens (ps),de potter (ecolo) et dehareng (cdh),nandrin,ecolo,cdh,ps,mr,upn,evrard,piotrowski,maka,police environnement,remblais,fraisats,hydrocarbonés

     

     

  • La PRESS’ion citoyenne n° 19-‘17 Double pollution (par déblais toxiques) à Nandrin-Lez-Terrils ? (et dire que … « ça se passe près de chez vous » !)

     

    Depuis 2005, la commune de Nandrin a pris la fâcheuse habitude de déposer et de stocker, pour un temps plus ou moins long, des déblais provenant de divers travaux réalisés, à son initiative, aux différents coins de l’entité.

    C’étaient généralement des résidus de type briquaillon, de la terre ou encore des déchets verts que le personnel du Service communal des Travaux transportait rue du Péry, à côté de l’ancien parking du club de football de Villers-le Temple et en face du parc communal du Péry.

    La commune, au grand dam des riverains qui eurent à subir pendant des années ces amoncellements, pas toujours très esthétiques et à l’hygiène douteuse, de bonnes « âmes » venant y déverser de temps à autre leurs « propres » déchets, ne fit rien pour modifier cette situation et continua à augmenter ces « terrils ».

    Cette situation qui perdurait encore en 2013, fut dénoncée par notre groupe politique « union Pour Nandrin » et l’échevin des Travaux H. Dehareng promit, pendant près d’un an, d’y remédier et de faire disparaître ces tas de « crasses ».

    A ces tas, la commune commença à y amonceler le produit du RACLAGE des routes, en petites quantités d’abord.

    Et un jour, après la réalisation des nouveaux terrains de football synthétiques, tout disparut et le site fut assaini, en tout cas à cet endroit précis, à savoir en face du terrain communal de tennis.

    Mais, quelle ne fut pas la surprise de tout le quartier (et des Nandrinois) quand les riverains découvrirent que les tas avaient été déplacés derrière la haie d’une propriété privée de la rue Tige des Saules, en bordure des terrains achetés en son temps, par la commune, pour y construire le défunt hall « omnisports » (à l’arrière du hall-entrepôt communal de l’Espace des saules).

    Pour les habitués des « grands feux » et autres festivals de musique qui se déroulent sur le site du Péry, chacun identifiera parfaitement l’endroit d’autant mieux que les amoncellements allaient devenir tellement hauts et importants que de leurs sommets, il devenait aisé de s’y percher pour avoir une (belle) vue de l’ensemble dudit site.

    Quand on sait que, seulement quelques riverains (moins d’une dizaine de personnes !) en étaient incommodés autant par la vue que par les nuisances, on peut penser que cela agréait parfaitement les responsables communaux de maintenir les choses en l’état.

    « union Pour nandrin » a, à nouveau, interpellé le collège communal pour s’étonner de ces nouveaux stockages de déblais d’autant plus que, cette fois, en plus des habituels décombres de type briquaillon et terres, il y fut entreposé et stocké, A MEME LE SOL, des dizaines de tonnes de RACLAGE BITUMEUX, résidu en provenance des travaux réalisés par des entreprises privées sur les routes communales (cf. la définition de ce type de résidus selon la législation en vigueur : en annexe).

    Ces dépôts existent donc depuis 2014-2015 et ont atteint des sommets (c’est le cas de le dire !) durant ces derniers mois au point qu’ils étaient visibles depuis les nouveaux terrains de football.

    Nous avons dénoncé, à plusieurs reprises cette nuisance grave, d’autant plus qu’il est probable qu’une des deux voies d’alimentation en eau qui fournissent la source communale de Marnave (70 % de l’approvisionnement global) de la SCRL IDEN, notre petite intercommunale des eaux, se situerait et passerait en dessous de ce site du Péry !

    (Pour rappel, le futur « Point Ferme » qui sera bientôt construit par le G.A.L. « Pays des Condruzes » dans le hall communal de l’Espace des Saules, lequel vendra des produits frais de l’agriculture locale, fera face à ces monticules noirs qui rappellent les belles heures de l’industrie minière liégeoise).

    A chaque fois devant notre insistance, il nous fut répondu que les dépôts ne présentaient pas de nuisance pour l’environnement et pour les riverains en particulier.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Pourquoi alors, nous direz-vous, alerter l’opinion publique et surtout les autorités communales, une nouvelle fois et de manière plus incisive, pour un problème connu et qui ne présenterait, à priori, aucun danger ?

     

    Tout simplement, PARCE QUE, alors que cette « pollution », en tous cas, ces dépôts sauvages et non autorisés de produits à tout le moins TOXIQUES qui, jusqu’à preuve du contraire après analyses par l’Institut scientifique de service public (ISSeP) de Liège, pourraient revêtir un caractère DANGEREUX,  se sont aujourd’hui, et plus particulièrement depuis la semaine du 15 août et jusqu’à ce lundi 21 août à 15 heures, DEPLACES vers et sur la place de Nandrin, AUTOUR DES MURS de la NOUVELLE ADMINISTRATION COMMUNALE.

    Comment ?

    Des camions de l’entreprise responsable du chantier de ce bâtiment que nous avons qualifié, en son temps, de « démesuré » pour notre commune, ont VIDE tous les tas de DEBLAIS BITUMEUX du site du Péry pour remplir tous les espaces autour des fondations du nouveau bâtiment !!!

    Incroyable mais vrai, tous les produits du RACLAGE se trouvent, aujourd’hui, enfouis AU CŒUR même du village de Nandrin, au pied des bâtiments Musin, de l’église Saint-Martin et de l’ancien tribunal de Justice de Paix, centre historique de notre entité.

    Des tonnes de produits BITUMEUX, en lieu et place des déblais retirés et qui, selon le Cahier spécial des Charges des Travaux, devaient être replacés au même endroit !!!

    Jugez plutôt par cet extrait dudit Cahier :

    « 11.3. Remblais et travaux connexes :

    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et /ou rehaussement de la zone autour ou entre les fondations réalisées, …

    Les matériaux utilisés prévus pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, … ou d’autres déchets.

    Conformément aux clauses du cahier des Charges, LES REMBLAIS SERONT EFFECTUES A L’AIDE DE TERRE et/ou de sable stabilisé.

    L’entrepreneur est tenu de présenter un CERTIFICAT D’ORIGINE DES TERRES APPORTEES.

    (…) Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de DEMANDER un CONTRÔLE D’IDENTIFICATION. »

     

    Pourquoi le cahier spécial, voté par le conseil communal, n’a-t-il pas été RESPECTE ?

    POURQUOI ???

      

    Ce lundi 21 août, après-midi, faisant suite à une interpellation et face à telle situation d’importance écologique et environnementale grave, deux agents de la Police de l’Environnement de Liège du Service public Wallonie (SPW) sont descendus sur les sites de la place de Nandrin et du Péry pour constater les faits et effectuer des prélèvements qui sont en cours d’analyse à l’ISSeP de Liège.

    Conséquemment, les travaux de remblayage ont été stoppés immédiatement.

    Parallèlement, un camion communal a évacué un tas de terre au Péry.

    Interpellant, non ?

    Manifestement, pour qu’une telle police se déplace, c’est qu’il y a matière à investigation et que ces remblayages posent question(s), nonobstant le non-respect du cahier des Charges et les dépôts « sauvages » de raclage acheminés au Péry depuis plusieurs années.

    Quand on pense que l’on a démoli un bâtiment de la fin des années 40, prétendument insalubre pour le remplacer par un nouveau d’un coût de près de 1.900.000 euros, lequel est aujourd’hui ceinturé par des dizaines de tonnes de déblais bitumeux toxiques alors qu’on devait réutiliser les déblais d’origine et de la terre scientifiquement prouvée, SAINE, on doit estimer qu’agir de la sorte est IRRESPONSABLE.

    Car, sur ce site, si on en croit les autorités communales, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui vont travailler quotidiennement à côté de ce type de remblais.

    Et s’il s’avère, après analyses, que la norme de 50 ppm devait être atteinte, TOUS CES REMBLAIS devraient être retirés par l’entreprise, aux frais de la commune de Nandrin, donc des citoyens !

    D’où, des coûts supplémentaires gaspillés par un manque de rigueur et de sérieux dans la gestion du dossier !

    Vraiment, il est PLUS que temps que cette législature s’achève car, depuis cinq ans, notre commune est aux mains d’apprentis-sorciers qui, dans cette problématique, viennent de porter atteinte à notre environnement et qui sait, pourrait porter atteinte à la santé de concitoyens dont des employés communaux.

     

    Et si, maintenant, pour exprimer notre mécontentement et notre courroux face à tant de « légèretés », nous, citoyens, nous nous saisissions de quelques douzaines d’œufs bien « contaminés », croyez-vous qu’ils apprécieraient et qu’ils en feraient tout un plat ?

    Pas sûr d’autant plus que les quelques ECOLO qui siègent au sein de cette majorité, crieront, peut-être, CETTE FOIS-CI, … au scandale !!!

     

    UPNa (24/08/2017)

     

     

     

    1. Les mélanges bitumeux contenant du goudron sont considérés par le code de l’environnement comme étant des déchets dangereux. (voir rubrique 17.03.01) http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat026.htm

    Législation/Déchets/Catégories de déchets/Catalogue

    environnement.wallonie.be

    Coordination officieuse. 10 juillet 1997 - Arrêté du Gouvernement wallon établissant un catalogue des déchets (M.B. 30.07.1997 - err. 06.09.1997)

     

    1. Ces déchets contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont cancérogènes. http://www.brrc.be/fr/article/f410_08a
     

    Gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés ...

    www.brrc.be

    Dans l’EURAL (liste européenne de déchets), les débris bitumineux contenant du goudron sont repris sous le code 17 03 01* «Mélanges bitumineux contenant du ...

     

    ( Voir §. 2 Qualité environnementale)

    1. L’arrête de l'Exécutif régional wallon relatif aux déchets dangereux définit un cadre très strict pour le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation de tels déchets. http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat005.htm

    L’Art. 3 de ce décret précise qu’ l est interdit à quiconque de se débarrasser des déchets dangereux, si ce n'est :

    -        1° soit, en procédant à leur élimination ou à leur valorisation dans ses propres installations dûment autorisées;

    -        2° soit, en les confiant à un tiers bénéficiant de l'agrément requis pour assurer la collecte ou à un tiers agréé et autorisé pour effectuer le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation des déchets [ ... ] dangereux;

    -        3° soit, en les confiant à une installation située en dehors du territoire de la Région wallonne

    Le chapitre IV traitant de l’agrément des personnes autorisées à éliminer ou à valorisation de tels déchets.

    11.3 REMBLAIS ET TRAVAUX CONNEXES
    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et/ou les rehaussements de la zone autour ou entre les fondations réalisées; soit la remise en profil du terrain conformément aux plans d'exécution.
    les prix unitaires prévus pour ce poste comprendront l'épandage des matériaux de remblai en couches de 30cm damées se succédant correctement, le compactage (damage, cylindrage, …) du matériau de remblai.
    Les matériaux utilisés pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, des mottes de gazon, des troncs, des matériaux gelés ou d'autres déchets. Conformément aux clauses de cahier spécial des charges, les remblais seront effectués à l’aide de terre et/ou de sable stabilisé
    L'entrepreneur est tenu de présenter un certificat d'origine des terres apportées. A cet effet, l'entrepreneur fera contrôler la terre sur son terrain d'origine et prouvera au moyen d'un rapport de gestion que la terre livrée satisfait aux exigences en matière d'environnement.
    Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de demander d'effectuer un contrôle

     

     

     

    Nandrin aout 2017.JPG

    IMG_2286C.JPG

    DSC_0071.JPG

    IMG_2320C.JPG

     

  • Félicitations à notre nouveau conseiller de l'action sociale Daniel Giltay au nom de "Pour Nandrin" uPN

    Prestation de serment aujourd'hui jeudi 29 juin 2017 à l'Administration communale de Nandrin .

     

    Nous souhaitons à Daniel Giltay,bonne route dans cette nouvelle fonction, conseiller de l'action sociale à Nandrin .

    "Pour Nandrin" uPN

    14316752_763149287166196_959306812833198746_n.jpg

     

  • L’opposition UPN proposait la gratuité du Nandrin Festival pour les Nandrinois !!! Ce sera non !!!

    non le nandrin festival ne sera pas gratuit pour les nandrinois.JPG

     

     

     

    2017-06-28 - Vers l'Avenir clic ici  Festival payant pour tous.pdf

  • PRESS’en BREF n° 14- ’17 “Anormal”, amoral, conflit d’intérêt ou question d’éthique ?

    Aux questions d’actualité du Conseil communal de ce mardi 29 mai, sur le coup de 23 heures, notre conseiller Marc Evrard a posé « la question qu’on n’ose pas poser mais qu’on pose quand même », selon la formule d’un journaliste bien connu d’une chaîne de télévision privée.

     

    “Monsieur le Bourgmestre, trouvez-vous normal , voire éthique que la première journée (le jeudi 28 juin) du “Nandrin Festival édition 2017” se déroule dans un établissement situé au numéro 147, route du Condroz, le “Live & Café” (ex Deux Ours), propriété que possède une des sociétés que Vous détenez avec votre compagne ?”

     

    Si on sait, en plus, que lors du conseil communal du 19 décembre 2016 (au point 8 de l’ordre du jour, point complémentaire introduit par M. Evrard, B. Piotrowski et D. Maka), le bourgmestre M. Lemmens a fait attribuer, par 13 voix pour et 3 non, un subside de 3.000 euros (article budgétaire n° 772433202 - 632) à l’asbl HDB production qui organise ledit festival, on peut considérer qu’il y a, là, une prise d’intérêt incompatible avec la fonction maïorale et donc, une faute qui appelle une sanction.

    Ainsi, au lendemain même de l’affaire “Publifin”, le bourgmestre de Nandrin Michel Lemmens trouve cela normal, persiste et signe, sans aller néanmoins jusqu’à considérer que c’est éthique, au mépris de tout scrupule et de toute éthique.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

    On croit rêver, en mai 2017 quand on sait qu’en 2008, son prédécesseur, Joseph Nandrin fut suspendu, pendant un mois, de son mandat de bourgmestre, pour cause d’abus de biens sociaux (emprunt d’un véhicule communal, utilisation d’ouvriers communaux pour travaux à son habitation, etc.) alors qu’aujourd’hui, son remplaçant favorise, par subvention, une asbl qui utilise une propriété détenue par une de ses sociétés.

    Le groupe “union Pour Nandrin” ne compte pas en rester là et interpellera le Ministre de Tutelle à la Région Wallonne pour ce qu’il considère être un acte illégal et afin que ledit bourgmestre soit sanctionné.

    uPNa

    pv cc HDB.JPG

    pv cc 19122016.pdf clic ici

    Source Nandrin .be clic ici

  • Bon 1er Mai à vous toutes et tous à Nandrin

    dyn006_original_380_342_gif_2622397_65012d9110110fbfcb1fcd74f5a1bc05.gif

     

    Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur, elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. 
    Marcel Proust
    Bon 1er Mai à vous toutes et tous au nom du groupe Pour Nandrin  UPN !!!!!! 

     

    307647_472397962821354_1019691107_n.jpg

     

  • La PRESS’ion citoyenne n°18 - ’17 Saint-Martin de Nandrin”, transformée, partiellement “en local de réunions et de ... rangements” ?

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    Saint Martin de Tours (316-397) auquel l’actuelle église de Nandrin doit son nom, est connu pour avoir découpé son manteau et en avoir donné une partie à un pauvre transi de froid.

    Saint-Martin de Nandrin va-elle subir le même sort ?

    On peut légitimement se poser la question quand on lit la dernière interview du bourgmestre Michel Lemmens, dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 3 mars, qui sous l’article en page 6, intitulé « Nandrin - L’église partiellement désacralisée ? » déclare :

    « L’idée serait de réaffecter une partie de cette église qui n’accueille que vingt messes par an pour d’autres choses. Nous pourrions y créer un local de réunions ou de rangements. »

    Vous ne rêvez pas, chères Concitoyennes, chers Concitoyens, le bourgmestre émet donc l’idée de désacraliser une partie de l’église pour y faire « d’autres choses », dont du … RANGEMENT, de quoi faire se retourner tous les saints dont Martin, dans leur tombe !

    Mais à quoi pense, le bourgmestre Michel Lemmens, lui qui vient de faire raser le bâtiment principal de l’administration communale  sur la place de Nandrin ?

    Va-t-il remettre le couvert, sous prétexte que la commune n’a pas les moyens pour pourvoir à sa réfection (ce qui est vrai, surtout après les 2 millions consacrés pour rebâtir une nouvelle administration !) et que “d’autres églises sont prioritaires comme celles de Saint-Séverin et de Villers-le-Temple”, sans parler du remplacement des deux containers scolaires, oubliés ?

    Désacraliser partiellement la seule église de Nandrin-village dont la tour remonterait à l’An Mil pour y accueillir du ... rangement (comme les décors et scènes de quelque festival, par exemple : heureusement que les engins et camionnettes du service des Travaux sont déjà abrités car on pourrait s’attendre au pire).

    Comme notre porte-parole et historien local, Marc Evrard l’a récemment écrit, la place de Nandrin est une des rares places communales qui regroupe sur un espace réduit, quoique vaste pour la taille de la commune, les quatre éléments qui constituent, historiquement, la démocratie belge, à savoir le pouvoir communal personnifié par le bâtiment de l’administration, le pouvoir religieux avec l’église, le pouvoir judiciaire avec l’ancien tribunal et la tour de l’ancien château qui symbolisait le pouvoir du seigneur.

    Trois sont actuellement aux mains de la commune de Nandrin, un a déjà fait l’objet d’une démolition/reconstruction, les deuxième et troisième, église et ancien tribunal devant faire, prochainement, l’objet d’une autre réflexion.

    Et, bien, à nouveau, nous sommes inquiet car ainsi que l’a déclaré M. Lemmens, lors du dernier conseil communal à une question du conseiller d’opposition Marc Evrard, une consultation populaire N’est PAS envisageable et surtout, quand on lit que l’église “n’a rien de particulier au niveau historique et patrimonial” (ce qui en partie vrai sauf pour la tour !) et quand on sait ce qui est advenu au bâtiment de l’administration, on se dit que les jours de l’église des années 30 pourraient être comptés à terme d’autant qu’on envisagerait de la DESACRALISER, ... en partie.

    Si l’Europe occidentale dont notre pays et ses quelques 589 communes et leurs habitants sont majoritairement de culture et de tradition judéo-chrétienne, voire de religion (chaque village possède au moins une église ou une chapelle sur son sol) et même si la pratique religieuse de confession chrétienne est en (très) grande diminution et même en chute libre, il n’en demeure pas moins que DESACRALISER une église, même en partie (ce qui n’est pas possible, semble-t-il) créerait assurément une CHOC EMOTIONNEL sans précédent dans notre entité.

    Et si tel ne devait pas être le cas, le meilleur moyen de le savoir est d’interroger la population de Nandrin en âge de voter, en organisant une consultation populaire qui poserait, évidemment les BONNES questions.

    Car, même aux heures les plus sombres de notre histoire nationale, à l’exception de la Révolution française (et encore !), les églises, “âmes” de nos cités et villages ont été préservées de la disparition.

    Allons-nous ainsi, à Nandrin, nous conduire avec notre patrimoine, en révolutionnaires assoiffés de vindicte populaire ?

    Aussi, si certains veulent jouer à l’apprenti-sorcier dans ce type de dossier, qu’ils y réfléchissent à deux fois car l’Histoire nous enseigne qu’elle ne repasse jamais les plats avec la même saveur et que les Rois bâtisseurs se sont souvent aliénés, de manière définitive et irréversible, leur population.

    Un demi manteau pour Saint Martin de Tours, oui,

    une demi église pour Saint-Martin de Nandrin, non, Monsieur Lemmens, une nouvelle fois, NON !

    Et, “de grâce”, Monsieur le Bourgmestre, avant de lancer de telle idée (votre idée ?), ne serait-il pas judicieux de réfléchir davantage, même ... partiellement ?

     

    uPNa

     

    Eglise de Nandrin dans vers l'avenir du 3 mars 2017 Clic ici.jpg

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

    eglise la meuse 24 fevrier 2017.JPG

  • PRESS’en BREF n° 13 - ‘17 Nandrin : ton patrimoine RE – fout le camp, encore et toujours !

    * Après la vente de la propriété « Fouarge » à Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     * Après la démolition (programmée et décidée le 28 novembre dernier par le collège communal) de la maison communale de la place O. Musin, patrimoine communal,

     * Après la cession de la « maison Derivaux » de Villers-le-Temple donnée en bail emphytéotique à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement” pour la transformer en logements publics, patrimoine communal,

     * Après les terrains dénommés « le Verger et le terrain boisé sur lequel est établie la villa du CPAS, propriétés communales de la rue Tige des Saules pour y édifier huit logement publics* et une résidence-services, donnés en bail emphytéotique pour 55 ans (!), à nouveau à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement”, patrimoine communal,

     * Après la cession gratuite à l’asbl « GAL Pays des Condruzes » par bail emphytéotique de 32 ans d’une partie du hangar communal du Tige des Saules, patrimoine communal,

     * Après demain, la vente pour 125.000 euros (prix annoncé) de l’ancienne Maison du village de Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     Et après, qui peut savoir (?) de

    * la vente du pont de Cwéna à la ville de Venise (fiction ?),

    * la cession du rond-point des vaches à un fermier de l’Etat du Texas (fiction ?) et

    * la donation de l’église Saint-Martin de Nandrin (fiction ?), propriété AUSSI communale, à qui en voudra (vu son état actuel, les amateurs ne devraient pas trop se bousculer !),

     

    Que restera-t-il, DEMAIN et après demain, du patrimoine communal, aux Nandrinois ?

     

    Lors de ce dernier conseil communal où le groupe « union Pour Nandrin » a, désespérément, argumenté pour maintenir INTACTE, c’est-à-dire ENTIERE, la propriété communale sur laquelle est établie depuis toujours le CPAS de Nandrin à la commune de Nandrin et par voie de conséquence, le parc communal du Péry, les nombreux citoyens présents dans la salle ont compris que la majorité actuelle « Expressions Commune(s) ALIENAIT, pour deux et trois générations, quand elle ne le vendait DEFINITIVEMENT, son patrimoine.

    « ALIENATION », ce vilain mot qui déplaît tant au bourgmestre et à la présidente de CPAS, illustre bien la politique conduite depuis 4 ans, par le pouvoir en place, à savoir de réaliser des « actes TRANSLATIFS de PROPRIETE ou de droit, à titre gratuit (donation ou legs) ou onéreux (vente, cession) ».

    « Emphytéose » est ainsi devenu le nouveau prénom à la mode à Nandrin ou encore le nouveau mode opératoire pour créer, entre autres, du logement public.

    TRANSFERER à d’autres, si possible à des a.s.b.l. ou à des intercommunales (à qui ?) ce que l’on ne veut pas réaliser soi-même, c’est bien une ALIENATION et un abandon non seulement de pouvoir (communal) mais surtout du PATRIMOINE communal.

    Voilà ce que réalise, de manière très insidieuse, la majorité actuelle qui amenuise, projet après projet, la richesse communale.

    Car, il est bien connu, notre premier magistrat le clamant à qui veut l’entendre, que la commune de Nandrin est une commune PAUVRE peuplée de citoyens RICHES.

    Donc, pourquoi pas ne pas la rendre encore un peu plus pauvre car, de tout façon, la vache à lait (pas celle du rond-point des Quatre-Bras), c’est vous et nous, le citoyen bien riche, avec ses gros revenus et ses taxes bien grasses qu’il devra verser dans les caisses communales !

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Ce type de vision politique et de mode de gestion politique, n’est-il pas, en fait, le même que celui qui gangrène, depuis des décennies, la Wallonie et (a) fait de notre région, jadis si prospère, une des régions parmi les plus défavorisées et les plus assistées des pays développés d’Europe du Nord.

    Le groupe « union pour Nandrin », au petit niveau communal où il se trouve, ne veut pas se résoudre à laisser cette forme d’abandon des responsabilités devenir un mode de fonctionnement de la gestion communale.

    Du courage, de la créativité et du travail, auraient dû être et devraient être les accents d’une majorité qui se respecte et respecte la « richesse » produite par le travail quotidien de nos concitoyens.

    Malheureusement, c’est à un triste spectacle auquel le groupe « Expressions Commune(s) » nous donne le pénible privilège d’assister depuis 4 ans déjà, celui de querelles d’égo, de reniements et de transfuges, de revendications de postes et de mandats et surtout, d’abandon du sens de l’intérêt public … quand les Nandrinois attendaient du courage, de la créativité et du travail !

    Gageons donc de pouvoir continuer à partager avec vous jusqu’en 2018 et bien au-delà, ces moments  d’analyse et de réflexion, au nom d’une des grandes richesses communes à tous, la liberté d’expression, si chèrement acquise par nos Pères et la vérité qui dérange, si peu exprimée par leurs Fils.

     

    uPNa

     

    * Pourquoi, plutôt que de se payer le luxe d’une nouvelle administration de près d’1,9 million d’euros, la commune de Nandrin n’a t-elle pas investi une somme suffisante (et certes moindre que ce montant-là) pour construire elle-même lesdits 8 logements publics dont elle aurait pu, à raison de +ou- 300 euros de loyer par mois et par logement et pendant 55 ans, retirer la somme de près d’1,6 million ?

    Réponse: manque de courage et de volonté politique responsable, en bon père de famille !

     

  • Permanence du groupe uPN jeudi 26 janvier 2017 de 19 à 22 h à "Histoire de Temps" Nandrin

     

    upn-web-bord.png

    Permanence ce jeudi 26 janvier 2017, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 22 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 30 janvier 2017.

    Conseil Communal de Nandrin le 30 janvier 2017.JPG

     

  • La PRESS’ion citoyenne n° 17 - ’16 Deux poids, deux mesures : « classique » à Nandrin ... depuis 2012 !

    LPC 3.JPG

    Fait suffisamment rare que pour être souligné, le journal l’Avenir a tenu à relever, dans son édition Huy-Waremme de ce mercredi 21 décembre, que notre groupe politique d’opposition «union Pour Nandrin  s’était montré tout à fait ravi du projet » de rénovation de l’ancien presbytère de Villers-le-Temple transformé en maison de village, projet subsidié à 80 % (700.000 euros pour un coût total de 875.000) par le FEDER.

    Et n’en déplaise au bourgmestre M. Lemmens qui s’est encore laissé aller à une indélicatesse verbale habituelle dont il a le secret, puisqu’il a déclaré qu’uPN « ne menait pas une opposition positive », quand on sait que notre groupe a voté, depuis 4 ans, favorablement ou s’est abstenu sur plus de 80 % des dossiers proposés par la majorité et a initié 18 points complémentaires rejetés, tous, eux, par la majorité !

    De plus, nous croyons savoir qu’une opposition qui est en permanence positive, cela s’appelle une MAJORITE (quoique à Nandrin, ces derniers temps, l’opposition se trouvait dans la majorité !).

    Mais, on peut comprendre que les Nandrinois ne comprennent plus grand-chose à la vision politique et aux objectifs poursuivis par les élus de cette majorité « recomposée ».

    Car, comment expliquer à nos concitoyens qu’à trois semaines d’intervalle à peine, ils viennent de prendre, sur un même type de dossier, deux décisions diamétralement opposées ?

     

    * 22 novembre 2016 : vote de la DEMOLITION, sur la place O. Musin de Nandrin, du bâtiment principal (et historique) de l’administration communale, datant de 1954 et reconstruction d’une nouvelle infrastructure, pour un montant global initial de 1.879.000 euros avec un subside de 306.000 euros (16,30 %).

    Motif invoqué: bâtiment inadapté pour une administration moderne, insalubre et énergivore ???

     

    * 19 décembre 2016 : vote de la RENOVATION, sur la place Baudouin 1er de Villers-le-Temple, de l’ancien presbytère, datant du 19ème siècle et REHABILITATION en maison de village avec salles de réunion et de conférence, académie de musique et garderie pour l’école communale, pour un montant global de 875.000 euros avec un subside de 700.000 euros (80,00 %).

    Motif supposé : bâtiment adapté pour ce type d’activités, salubre et non énergivore ???

     

    Pour la petite histoire, on ne pourra même pas dire qu’il y a incohérence dans le chef des concepteurs des projets puisque ces dossiers ont été confiés au MEME bureau d’architecture.

    De là à penser que, ce qui est « inacceptable » pour une quinzaine de fonctionnaires communaux, à savoir travailler dans des locaux RENOVES, ne l’est pas pour l’ensemble de nos concitoyens et pour les plus petits en garderie, est une réflexion qui semble « sauter aux yeux » !

    Ou alors faut-il considérer que le patrimoine communal n’est pas pris en compte de la même manière sur l’ensemble du territoire communal ?

    En effet, il n’aura échappé à personne l’état de dégradation de l’église de Nandrin, propriété communale et surtout l’état désastreux de la tour, tour de type domanial, une des plus anciennes du Condroz puisqu’elle pourrait bien remonter au Haut Moyen-Age.

    Le chantier de rénovation (en espérant qu’on ne la démolisse pas !) coûterait fort cher (1 million d’euros ?) et il y a, certes, d’autres priorités comme des travaux d’importance à consacrer aux écoles communales.

    Mais, qu’attend-on depuis des années pour envisager une mesure de classement de cette tour qui, à terme, pourrait bénéficier, elle aussi, d’un subside conséquent, même dans quinze ou vingt ans compte tenu de la lenteur de ce type de dossiers administratifs.

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin ... depuis 2012 !

    Ainsi, si l“union Pour Nandrin” est périodiquement accusée de tous maux, par la majorité “Expressions Commune(s)”, même quand au dernier conseil communal, elle s’est réjouie et a “félicité” la majorité d’avoir eu la volonté de recréer une maison de village (cf. point ci-dessus) et dès l’entame du dernier conseil, s’est aussi réjouie du souci de maintenir une antenne de police à Nandrin (dès 2018-2019, dans les locaux désaffectés de la poste), il n’y a pas qu’uPN qui fait de l’opposition.

    En effet, pour la 18ème fois, un point complémentaire proposé par uPN  a été REFUSE, donc de manière SYSTEMATIQUE, par 9 NON de la majorité “Expressions Commune(s) et dans une moindre mesure par TE.

    Si on examine les résultats des votes depuis  janvier 2013, la majorité a voté plus souvent NEGATIVEMENT aux propositions du groupe “union Pour Nandrin” que l’inverse: édifiant, non et qui est la paille et qui est la poutre ?

    Donc, ce 19 décembre, comme la presse s’en est fait l’écho, uPN proposait de faire UN PEU PROFITER le citoyen nandrinois de la bonne santé financière de la commune (avec, néanmoins une dette à 3.350.000 euros, à savoir à 50% du budget global !), dans la mesure où le budget était à nouveau présenté à l’équilibre et que le compte 2016 sera POSITIF, au printemps prochain d’au moins (comme chaque année, vu que les dépenses sont toujours “gonflées”), de plusieurs centaines de milliers d’euros.

    Que proposait UPN ?

    1) pour 2017, une réduction de la taxe additionnelle au précompte immobilier (faire passer les centimes de 2.650 à 2600), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de...26.000 euros et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros, de...26.000 euros (- 0,0038 %);

    2) Pour 2018, en plus du PI, une réduction de la taxe additionnelle à l’IPP (faire passer les 8,50 % à 8,00), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de... 169.000 euros, et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros , de 169.000 + 26.000 = 195.000 euros (-0,0280 %).

    “C’est (donc) jouer à l’apprenti sorcier”, dixit le bourgmestre-grand argentier que de grever le budget communal ... de 0,0038 % de ses recettes pour 2017 et de 0,028 %  pour 2018 au point que le conseiller Ecolo de la majorité se demande toujours où aller trouver, dans un budget de 6.768.900 euros, ... 26.000 euros ?

    Ô catastrophe, ô désespoir : RISIBLE, Monsieur le Conseiller !

    Et quand on sait que faire gagner 133 euros par an pour une famille de 4 personnes a été qualifié de “cacahuètes” par le bourgmestre, on se dit que pour certains élus qui cumulent salaire et mandats publics, l’argent n’a pas la même valeur que pour les autres citoyens !

    Quand on vous disait, chers Concitoyens (chers car Nandrin est “une commune de gens qui sont RICHES” dixit M. Lemmens puisque “si la commune va si bien, c’est grâce à ses habitants, les taxes correspondant à 70 % des recettes”, dixit l’Avenir), que plus nous sommes taxés et mieux les finances communales se portent (dès 2013, la majorité en avait  fait son credo puisque cette disposition - maintien de la taxation aux niveaux initiaux déjà fort élevés - fut votée en UNE FOIS, pour la période 2013-2019, c’est à dire pour TOUTE la législature, comme si rien ne changerait entre temps) !

    Tiens, la RAGE TAXATOIRE, cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine philosophie politique ?

    Manifestement, ce qui est possible, dans le budget communal à Hannut où l’IPP a été ramené de 8,80 % à 8,50 % et à Burdinne où le conseil communal a accordé forfaitairement 50 euros à tout jeune, pour un montant global de 125.000 euros, ne l’est pas à Nandrin où, pourtant, on se prévaut de “cultiver aussi un art de vivre”.

     

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin, ... depuis 2012 !

     

     

    uPNa

     

    eglise.JPG

  • Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP un article de Sarah Janssens dans Vers l'Avenir du 21 décembre 2016

    Union Pour Nandrin l'avenir du 21 décembre 2016.JPG

    Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP Article de Sarah Janssens avenir clic ici.pdf

    Union Pour Nandrin  vers l'avenir article de Sarah Janssen 21 décembre 2016.JPG

  • Débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal le 24 novembre 2016 au local d' " Histoire de Temps"

    Chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

     

     

    Incroyable mais vrai !

     

    Au conseil communal de ce mardi 22 novembre, les 9 élus (sur 17) de la majorité "Expressions Commune(s)" ont voté DEFAVORABLEMENT pour la préservation du bâtiment de l'administration communale de Nandrin, sis au n° 1, place Ovide Musin, et ce contre les 2 groupes d'opposition "TE" et "uPN" qui avaient demandé son MAINTIEN et sa RESTAURATION.

     

    Datant de 1954, cet immeuble, assemblage de briques et de pierres typique de l'architecture traditionnelle du Condroz, récemment adapté aux PMR (personnes à mobilité réduite) abritait, entre autres, les bureaux du bourgmestre et du directeur général mais aussi la salle du Collège.

     

    Le coût des travaux de destruction et de reconstruction qui va approcher le montant de 1, 9 million d'euros (1.778.000 + 101.000 de frais d'étude) va rejaillir sur l'ensemble de nos concitoyens et relancera l'endettement communal si l'emprunt d'1 million d'euros actuellement refusé par l'opposition devait à nouveau revenir sur la table du conseil.

     

    Au moment où nous écrivons ces quelque lignes, le début des travaux de démolition est imminent, le chantier étant déjà partiellement sécurisé.

     

    Ce jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski et Jeannick Piron seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre.

     

    Invitation est lancée à tous les citoyens et il y aura des comptes-rendus du dernier conseil communal dans les journaux locaux et régionaux de la Meuse et de l'Avenir Huy-Waremme ainsi que dans la Libre Belgique et la DH de ce jeudi.

     

    Pour "uPN", Marc Evrard, chef de groupe

  • L'opposition convoque un Conseil Communal à Nandrin article dans le journal La Meuse

     

    Article de la meuse 15 nov sur la new adm et l'opposition clic

    ici.pdf

     

    travaux,presse,opposition,administration,patrimoine,nandrin,condroz

  • PRESS’en BREF n° 14 - ‘16 La devinette du mois ou Quiadi ?

    Qui a dit, lors du conseil communal du lundi 24 octobre 2016 ?

     

     « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celle de la commune » (dans le journal “La Meuse” de ce jeudi 27 octobre 2016).

     

    1)   Le conseiller d’opposition Marc Evrard au bourgmestre Michel Lemmens ?

       ou

     

    2)   Le bourgmestre Michel Lemmens à la conseillère de la majorité Murielle Brandt ?

     

    La réponse se trouvait, ce jeudi 27 octobre, dans le journal « La Meuse », en page 2.

    Il s’agissait bien d’une déclaration publique … du bourgmestre Michel Lemmens à « sa » collègue-conseillère de « la majorité ».

    Elégant, non et exact, n’est-ce pas quand on sait que Murielle Brandt est ... « simple » conseillère communale et ne siège pas au collège communal et que Michel Lemmens cumule la fonction de bourgmestre et celle d’échevin des Finances, depuis 4 ans déjà.

     

    En voulez-vous une autre ?

     

    Qui a dit à la presse (même référence de journal) ?

     

     « Ils (les opposants -5TE + 3uPN + 1EC- au refus d’emprunt d’1 million pour le nouveau bâtiment de l’administration communale) ne comprennent pas que TOUT EST ENGAGE ! Les voiries sont déjà faites par exemple. Le budget est approuvé et ratifié par le ministre … Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on paiera sur fonds propres. »

     

    Le même que celui qui s’adresse avec « délicatesse » à sa collègue, Murielle Brandt : Michel Lemmens !

     

    Traduction 

     « On s’en fout » de l’accord du conseil communal car tout est PREALABLEMENT réglé et même, quand cela ne l’est pas, « on paiera sur FONDS PROPRES », c’est-à-dire qu’on passe outre l’avis de la majorité des citoyens (9 refus sur 17, à savoir 53 % des électeurs !!!).

     

    Il nous paraît opportun aujourd’hui de rappeler qu’il existe des îles lointaines comme celle de Sainte-Hélène où certains feraient bien de partir en « vacances » avant qu’on ne les y conduise « manu militari ».

     

    uPNa

     

     

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.JPG

    Clic sur l'article ou

    l'emprunt passe à la trappe Article de la Meuse le 27 octobre 2016.clic ici JPG

    Nouveau blocage au conseil communal de Nandrin, lundi soir.

    Les élus étaient appelés à se prononcer sur la conclusion d’emprunts (approbation des conditions et du mode de passation).

    Il s’agissait de quatre emprunts pour un montant total d’un million d’euros, dont 750.000 euros pour la nouvelle administration communale-CPAS.

    Le reste concernait notamment des réfections de voiries.

    Pour le bourgmestre PS, Michel Lemmens, le contexte économique est plus que favorable, « avec des taux négatifs, on gagne au final de l’argent en empruntant.

    C’est donc le moment d’investir », avance-t-il.

    Les groupes d’opposition ne sont pas convaincus.

    Union Pour Nandrin dénonce le dossier le plus onéreux de la législature.

    « Nous sommes favorables à réunir sous un même toit les services communaux et du CPAS mais ce projet-ci est démesuré.

    Avec près de 2 millions d’euros, on aurait pu construire deux à cinq classes à Villers et ramener la dette à moins de 2 millions d’euros , a déclaré Marc Evrard.

    Vous avez refusé tout débat d’idées.

    Vous avez empêché le conseil communal de proposer ce qui eut été pour nous la meilleure solution, celle d’installer la maison communale route du Condroz.

    Car le parking sur la place de Nandrin est devenu exigu.

    Qu’en sera-t-il demain? »

    uPN a voté contre le point.

    Tous Ensemble aussi, estimant le projet faramineux.

    « On s’est abstenu depuis le début, maintenant on devient plus ferme.

    Ils nous ont fait voter une note d’intentions et en fait, le train était en marche, plus possible de l’arrêter.

    C’est regrettable d’avoir mis un seul emprunt pour 4 choses différentes car nous aurions approuvé les 3 autres. »

    Avec le vote négatif de la conseillère de majorité, Murielle Brandt, qui attend toujours qu’un cdH monte au Collège, le point a donc été recalé.

    Provoquant l’ire du bourgmestre: « J’espère que vous gérez mieux vos finances personnelles que celles de la commune!»

    Que compte faire la majorité ?

    « Ils ne comprennent pas que tout est engagé!

    Les voiries sont déjà faites par exemple.

    Le budget est approuvé et ratifié par le ministre.

    On parlait ici de conditions de marché, pas d’un principe d’emprunt.

    Je ne sais pas si on va faire repasser le point mais s’il le faut, on payera sur fonds propres .»

    Article de ANNICK GOVAERS Source Sudinfo

  • PRESS’en Bref n°12 - ‘16 Lettre ouverte à Monsieur Michel Lemmens

    Monsieur le Bourgmestre de Nandrin,

     
    Pour la troisième fois, après le 21 juin et le 3 octobre dernier, vous et votre groupe politique, avez été mis en minorité lors d'un vote au sein du conseil communal de ce lundi 24 octobre 2016.

     
    Le point relatif au financement de votre projet de nouvelle administration communale, point inscrit par vous-même, à l'ordre du jour, vient d'être refusé par 53 % des électeurs nandrinois (9 votes NON sur 17).

     
    Ce constat signifie très clairement que vous n'avez plus, ni la représentation électorale ni la capacité politique pour gérer notre commune de Nandrin, la conduite de la chose publique au travers de dossiers d'importance vous échappant de plus en plus.

     
    Puisque vous avez tenu, en son temps, à relever très "indélicatement" la formation d'historien de notre chef de groupe, permettez-nous de vous faire réviser ou plutôt « révisionner » (expression qui vous est chère), la bataille de Waterloo.

     
    Le 18 juin 1815, Monsieur le Bourgmestre, ce ne sont pas les Français qui furent vaincus dans la morne plaine de Waterloo, mais bien Napoléon Bonaparte car c'est lui, et lui seul, que l'Europe entière voulait voir quitter le trône de France.

     
    Vous vous trouvez, Monsieur Lemmens, dans la même situation car, comme lui, vous êtes un obstacle à la concorde et à la sérénité au sein de la commune.

     
    Vos méthodes de gestion inefficaces et votre management inapproprié engendrent des blocages à répétition et créent des conséquences néfastes pour la vie communale.

     
    Le risque de voir les futurs budgets 2017 de l’administration communale et du CPAS refusés est de plus en plus grand et se rapproche dangereusement.

     
    C’est pourquoi le groupe "union Pour Nandrin" estime donc qu'il vous appartient d’en tirer les conclusions et de faire rapidement le pas de côté qui s’impose.

     
    Enfin, nous exhortons Monsieur le Premier Echevin Pollain pour lui demander de prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures nécessaires pour que Nandrin retrouve son dynamisme et un minimum de consensus dans l'intérêt de nos concitoyens


    uPNa

     

    union Pour Nandrin Clic ici

    upn-web-bord.png

  • Invitation d'uPN à la 1ère rencontre citoyenne le jeudi 20 octobre 2016 à Nandrin

    Ce jeudi 20 octobre, entre 19h et 21h,dans un des locaux de la maison "Histoire de temps", située au numéro 145, route du Condroz à 4550 Nandrin, le groupe politique " union Pour Nandrin" tiendra sa première rencontre citoyenne.

    Comme annoncé récemment, il propose, ainsi, à tous les citoyens nandrinois de les accueillir dans ledit local afin de recueillir leurs réflexions relatives à la vie communale et plus particulièrement, par rapport à l'ordre du jour du conseil communal qui se tiendra ce lundi 24 octobre 2016, dès 20 heures, dans la salle de la place Botty à Nandrin.

     A l'issue de ces échanges, un débat pourra s'engager sur les problématiques communales d'actualité. 

     Les trois conseillers communaux, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents.

     Le groupe "union Pour Nandrin" vous attend en grand nombre et d'avance se réjouit de votre participation et de votre collaboration.

    Entre-temps, il vous assure de ses meilleurs sentiments. 

    Pour uPN,

    Marc Evrard, chef de file et porte-parole

    Source info

    Conseil Communal à Nandrin clic ici du 24 octobre 2016.pdf

    Point complémentaire Conseil Communal Nandrin clic ici  24 octobre 2016.pdf

     

     

  • L’opposition à Nandrin se dit écartée de la cérémonie, les articles dans la Presse, octobre 2016

    Dans vers l'avenir Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Dans vers l'avenir clic ici Rifi lors de la réception article du 18 oct 2016.JPG

    Article AG 18 octobre 2016 dans la Meuse.JPG

    Dans la Meuse clic ici

     

    NANDRIN - REMISE DES PRIMES DE NAISSANCE

    Samedi après-midi avait lieu la cérémonie de remise des primes de naissance, à la salle Saint-Séverin de Nandrin.

    Les jeunes parents et tous les élus nandrinois étaient invités à partager ce moment de convivialité.

    Sauf que la formule a changé par rapport à l’année passée, au grand dam de l’opposition qui se dit écartée.

    «Cela fait vingt ans que je me rends à cette cérémonie. Tous les conseillers, regroupés à une table commune, participaient d’habitude à la remise des primes.

    Désormais, seuls les échevins (et le directeur de l’école communale, celui du libre étant excusé NDLR) y ont droit, les autres doivent rester dans le public !

    Il s’agit pourtant d’une cérémonie officielle» , s’insurge Marc Evrard, chef de groupe uPN, présent ce samedi avec son colistier Bogdan Piotrowski.

    Les deux élus d’opposition ont fini par quitter la salle, indignés.

    Benoît Ramelot, seul représentant de son groupe TE, est lui resté mais n’apprécie pas non plus. «J’ai été surpris.

    Le bourgmestre a présenté les conseillers mais c’est la première fois que tous les élus ne sont plus invités à s’asseoir ensemble.

    Cela sera-t-il aussi le cas pour d’autres manifestations? , s’interroge-t-il.

    Cela démontre en tout cas un changement d’attitude, les rapports sont de moins en moins chaleureux à Nandrin », pointe-t-il.

    Le bourgmestre EC, Michel Lemmens, déplore une tempête dans un verre d’eau. « On a voulu rendre la cérémonie plus dynamique, moins guindée, en accueillant directement les familles et en leur remettant leur cadeau, sans devoir les appeler un par un. Il y avait bien une table mais personne ne s’y est assis.

    Personnellement, j’ai circulé de table en table pour discuter avec les gens. Rien n’empêchait les conseillers d’en faire autant. Tout ceci est un caprice. »

    Article de A.G source Sudinfo

     

  • «La majorité n’a plus la majorité.» Conseil Communal du 20 septembre 2016 dans l'Avenir Huy-Waremme du 22 septembre 2016

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans vers l'Avenir du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans vers l'Avenir du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    NANDRIN - Conseil communal

    Les oppositions et Murielle Brandt aux abonnés absents
    La majorité Expressions communes semble sous tension. Et les oppositions en profitent.

    La majorité Expressions communes semble sous tension. Et les oppositions en profitent

     Article de Sarah Janssen

    Le conseil de Nandrin n’a pas eu lieu mardi soir, faute de combattants. Les oppositions ne se sont pas déplacées, Murielle Brandt non plus.

    Comme à son habitude, le bourgmestre Michel Lemmens a regardé sa montre et a ouvert le conseil communal de Nandrin à 20 h pile. Autour de lui, des chaises vides, étonnamment vides, et des regards interrogateurs parmi les échevins et les conseillers Expressions communes. Le temps de la lecture de quelques communications à l’assemblée n’a pas suffi pour faire apparaître les conseillers Tous Ensemble et union Pour Nandrin… Ni la conseillère de la majorité Murielle Brandt, malgré la présence de son mari dans l’assemblée. «Je viens de recevoir un sms à l’instant de sa part disant qu’elle ne serait pas présente ce soir, annonce Michel Lemmens. Quant à Tous Ensemble, Benoît Ramelot est excusé de longue date, il est à l’étranger. Vincent Licata m’a, quant à lui, annoncé qu’il ne viendrait pas compte tenu de l’absence des autres de son groupe .»

    « Nous n’avons pas eu l’occasion de nous voir la semaine passée pour préparer le conseil, expliquait hier matin Benoît Ramelot qui a atterri le soir même du conseil. C’est pourquoi nous ne préférions pas nous prononcer sur ces points, surtout celui concernant la modification du PST (programme stratégique transversal) .».

    Pas de réaction de la part de la conseillère Murielle Brandt, aux abonnées absentes depuis les premières tensions du mois de mai-juin, lorsqu’elle s’était abstenue pour un point puis avait voté contre le bail emphytéotique avec Meuse Condroz Logement pour les 8 logements publics à Yernée Fraineux. Rappelons qu’un conflit au sein de la majorité attend d’être résolu par les partis – la conseillère Murielle Brandt (cdH) aurait dû prendre la place d’un échevin PS à mi-mandat, mais aucun accord n’est tombé. Son absence pourrait donc être expliquée par cette situation tendue au sein d’Expressions communes, même s’il semble y avoir du complot dans l’air (voir l’encadré de droite).

    Du côté de Michel Lemmens, manifestement blasé, un gros soupir fera office de réaction. «Je ne comprends pas l’intérêt de ce jeu des chaises vides. Je trouve ça irrespectueux pour les citoyens. Nos points sont prêts, nous reconvoquerons un conseil dans deux semaines. »

     

    «La majorité n’a plus la majorité.» Voilà le message qu’a voulu faire passer une fois de plus l’opposition union Pour Nandrin en brillant par son absence mardi soir, tout comme au moins de juin.

    «Les membres de la majorité ont choisi d’être peu nombreux, déclare Bogdan Piotrowski lorsqu’on cherche la raison de l’absence de son groupe au conseil. Et maintenant qu’il y a des dissensions dans leur groupe et que Guy Brassel, un de leurs conseillers, travaille à l’étranger et sera absent à plusieurs conseils, ils devront assumer et comprendre qu’Expressions communes n’est plus capable de gérer seule la commune.»

    Mais c’était aussi stratégique: «Si nous avions été présents, Marc Evrard étant à l’étranger mais aussi compte tenu des absences dans l’autre opposition, certains points seraient passés quand même, malgré la petite majorité d’hier soir» . C’est pourquoi il leur a semblé logique de ne pas venir. Et ils l’annoncent déjà, ils trouveront une autre solution pour le conseil prochain afin de bloquer les points qu’ils veulent bloquer, en l’occurrence la modification du PST mise à l’ordre du jour. «Rien n’est fait par hasard» , avoue-t-il.

     

  • «La majorité n’a plus la majorité.» Conseil Communal du 20 septembre 2016 dans le Journal La Meuse H-W du 22 septembre 2016

    Conseil communal du 20 septembre 2016 dans la Meuse du 22 septembre 2016 Clic ici.JPG

    C’est la deuxième fois.

    L’opposition n’est pas venue et la majorité n’était pas assez nombreuse. 

    Faute de quorum, le conseil communal de Nandrin n’a pas pu se tenir ce mardi soir. Il manquait deux élus au sein de la majorité et les deux groupes d’opposition ne sont pas venus, pour des raisons différentes. Cette situation s’était déjà produite en juin dernier.

    Un conseil communal à Nandrin n’est jamais exempt de joutes verbales, de tensions ou de points polémiques. Depuis le mois de juin, il devient pourtant étrangement silencieux puisqu’il ne peut pas avoir lieu, faute d’élus présents en suffisance. La séance avait déjà dû être annulée le 13 juin dernier, lorsque l’opposition Tous Ensemble et Union Pour Nandrin avait décidé de boycotter le Conseil, pour « dénoncer la tenue de ce dernier un lundi au lieu du mardi ».

    En l’absence des conseillers de majorité Guy Brassel et Murielle Brandt, les membres d’Expressions commune(s) n’étaient pas assez nombreux pour ouvrir la séance.

    Le point sur la constitution d’un droit d’emphytéose pour la construction de 8 logements publics à Yernée-Fraineux avait donc été reporté, puis recalé comme on le sait par le « non » de Murielle Brandt contre son groupe.

    Bis repetita ce mardi soir, en matière de quorum : l’opposition ne s’est pas déplacée, Guy Brassel était absent car à l’étranger pour son travail, et Murielle Brandt n’est pas venue.

    Une nouvelle marque de son impatience quant à l’accord pour l’heure non tenu entre le PS et le cdH (voir encadré)?

    Cette dernière n’a pas répondu à notre appel, mais en août, elle espérait qu’une solution serait dégagée pour la rentrée.

    UNE MOTIVATION POLITIQUE

    Pourquoi Tous Ensemble a-t-il boycotté le Conseil?

    Selon Vincent Licata, à cause de l’indisponibilité de ses membres.

    « Il n’y aurait eu qu’un ou deux élus de notre groupe au Conseil, Benoît Ramelot est à l’étranger, on préfère voter les points tous ensemble », commentet-il.

    Le chef de file d’Union Pour Nandrin, Marc Evrard, était lui aussi à l’étranger.

    Mais pour le groupe, la motivation est politique.

    « Comme en juin, on veut montrer que la majorité à Nandrin n’a plus la... majorité. Ils ont des problèmes internes qu’ils n’arrivent pas à résoudre.

    Rien n’a changé depuis trois mois.

    Et puis, repousser le point sur la modification du Programme Stratégique Transversal que nous n’approuvons pas nous permettra peut- être de le bloquer la prochaine fois », glisse Bodgan Piotrowski.

    Le bourgmestre, Michel Lemmens, regrette cette attitude « pitoyable à l’égard du travail effectué par le personnel communal. »

    Il ajoute : «Guy Brassel est en mission de 6 mois pour Arcelor en Pologne jusqu’au 7 octobre, il est sur le point de revenir en Belgique.

    S’il ne pouvait plus assurer ses fonctions, il aurait démissionné. »

    Article de  ANNICK GOVAERS source Sudinfo 

     

    Accord électoral entre PS et cdH à Nandrin, Le médiateur cdH : « On ne peut plus attendre

    Si des tensions sont apparues dans la majorité à Nandrin, c’est en raison d’un accord électoral entre PS et cdH qui prévoyait la montée d’un humaniste à mi-législature.

    Problème, l’Ecolo Charlotte Tilman est devenue rouge, ce qui porte le nombre d’échevinats PS à 4, contre 1 pour Ecolo et 1 pour le cdH (au lieu de 2).

    L’un des élus PS devrait donc faire un pas de côté pour que la parole socialiste soit tenue. Une situation compliquée qui tarde à se décanter.

    Une recomposition du Collège avait été évoquée pour la mi-juillet mais le statu-quo est toujours d’actualité aujourd’hui.

    Un « médiateur » a même été désigné au sein du cdH, en la personne de Damien Wathelet, échevin à Clavier et secrétaire politique du cdH à Huy-Waremme.

    « Le président Benoît Cartilier m’a effectivement chargé de prendre le pouls à Nandrin et de voir comment la situation pourrait s’arranger.

    Un accord a été conclu, il doit être respecté.

    On ne peut plus attendre. Benoît Cartilier a fait part de son impatience au président de la Fédération PS de Huy-Waremme, Serge Manzato. Pour ma part, j’ai rencontré Murielle Brandt, les responsables locaux du cdH et le bourgmestre de Nandrin qui m’a dit que toutes les possibilités étaient brassées et qu’ils cherchaient activement une solution.

    La balle est dans le camp socialiste », déclare Damien Wathelet. Quid de la mésentente au sein du cdH nandrinois ?

    « Dès le moment où le PS bougera, on organisera une réunion au sein du cdH local pour trouver une solution. Pour nous, Murielle Brandt est postulante. »

    Soutient-il son élue lorsqu’elle vote contre son groupe?

    « Non, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin quand on entre dans une majorité.

    Mais ce n’est pas une raison pour la rayer du tableau. »

    Quant à Serge Manzato (PS), il indique laconiquement « que les choses ont pris plus de temps que prévu mais avancent. »

    Article de Annick Govaers Source Sudinfo 

     

    Blog de Nandrin Sudinfo

    Coup de théâtre au Conseil communal de Nandrin clic ici ce mardi 21 juin 2016

    Une recomposition du Collège clic ici à la mi-juillet à Nandrin

    Le projet de logements publics refusé  clic ici lors du Conseil Communal de Nandrin

     

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici aujourd'hui 21 juin 2016

     

    La date du Conseil clic ici  provoquée par l’opposition

     

    L’opposition boycotte  le Conseil Communal  clic ici de Nandrin

     

     

     

     

     

     

  • Les articles dans la presse du 16 septembre 2016 "Pour Nandrin" devient "union Pour Nandrin" "uPN "

    uPN,Union pour Nzandrin ,nandrin ,politique

     

    Conférence de presse uPN l'avenir du 16 septembre 2016 de Sabine Lourtie.JPG

    Conférence de presse uPN l'avenir du 16 septembre 2016 de Sabine Lourtie clic ici.pdf

    article de La Meuse 16 sept 2016.JPG

    Conférence de presse uPN dans la Meuse du 16 septembre 2016 article de Jérome G clic ici.pdf

     

    upn 3L.png

    upn web bord.png

     

  • PRESS’en BREF n° 12 - ‘16 Le 1er septembre 2016 à Nandrin : du changement ?

    rentrée.gif

    C’est la rentrée pour tous et nous pensons particulièrement aux enfants et à leurs maîtres, aux étudiants et à leurs professeurs.

     

    Et c’est aussi la rentrée pour les responsables politiques nationaux et locaux et le groupe « Pour Nandrin » n’y échappe pas.

     

    Ce sera donc le lundi 12 septembre, à 15 heures, dans la nouvelle salle « Histoire de Temps », 145, route du Condroz à Nandrin que les trois élus, conseillers communaux « PN », Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski recevront la presse pour les traditionnelles retrouvailles de rentrée.

     

    A cette occasion, ils annonceront, comme promis au printemps dernier, le changement de nom de leur mouvement politique ainsi que leur nouveau logo.

     

     

    Ils dévoileront également les grandes orientations du « Défi (citoyen pour) 2018-2024 » qu’ils comptent relever et proposer à leurs concitoyens nandrinois.

     

    Au plaisir, donc, de se retrouver dans un prochain numéro de « La PRESS’ion citoyenne ».

     

     

    PNa (pour la dernière fois)

  • PRESS’en BREF n°11-‘16 Après les « orages » du printemps, un automne « chaud » à Nandrin ?

    l'Avernir 1 juillet 2016.JPG

    2016-07-01- clic ici Vers l'Avenir - M Brandt n'a pas déserté.pdf

     

    P.N., « Pour Nandrin », deux lettres pour définir un groupe politique qui, aux dires de la presse, mène une « rude opposition » à Nandrin, depuis octobre 2012.

    M.B., deux autres lettres pour identifier une élue qui, aux dires de la presse, aurait commis un « écart », au point de conduire une autre forme d’opposition, cette fois-ci au sein même de la majorité. 

    Dans le jargon politique, quand on parle de M.B., on pense à modification budgétaire, à moniteur belge ou à médiocre bilan et dans le langage courant, à mauvaise blague.

    Mais qui aurait pensé que M.B., c’était, Muriel Brandt, la conseillère communale de la majorité « Expressions Commune(s) », élue pour la première fois en 2012 et à qui, à mi-législature, un poste d’échevine avait été promis, faisant suite aux accords passés entre les trois familles, PS, Ecolo et cdH.

    Accord non respecté en décembre 2015, reporté à juin 2016 et donc, toujours bafoué six mois plus tard !

    Certes, dans la majorité, on aurait voulu que cela ne fasse pas de vague et que ce soit M otus et B ouche cousue, mais voilà, l’élue a joué « sa rebelle » et exige son dû.

    Non seulement, on la comprend mais on n’est pas étonné du tout de la duplicité qui règne au sein de cette majorité en déliquescence.

    En désunion aussi puisqu’après ladite conseillère, rien ne nous étonnerait que d’autres « Expressifs » ne fassent pas entendre aussi d’autres voix discordantes.

    Il est effet notoirement connu que le premier échevin D. Pollain (et sa collègue, échevine Ch. Tilmant, celle par qui « le scandale est arrivé ») ne partiront pas en vacances avec M. Lemmens, autant leurs relations rappellent à s’y méprendre, celles du duo, J. Nandrin - M. Lemmens, qui ont donné lieu aux grandes querelles de la dernière législature.

    Et les deux Ecolo qui, font actuellement le gros dos, vont-ils continuer à passer l’hiver au coin du feu, sans voir la neige qui s’accumule devant leur porte ?

    Car les grandes manœuvres pour les communales de 2018 sont déjà lancées et en secret, des accords, sinon signés, à tout le moins verbaux, ont déjà été engagés, ce qui expliquerait peut-être la « sérénité » du bourgmestre M. Lemmens qui « pensait que la conseillère M. Brandt allait annoncer son départ de la majorité ce mercredi soir (29 juin) lors du conseil communal ».

    Au point que si certains risquent d’avoir de désagréables surprises au moment de la constitution des listes et au décompte final, d’autres proclament déjà à qui veut bien l’entendre qu’« ils sont assurés d’une bonne place sur la liste XYZ et d’un bon poste d’échevin après les élections ».

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Deux ans avant que vous n’alliez voter, les petites magouilles politiques refont déjà surface et elles produiront, à nouveau, les mêmes effets après 2018 : querelles partisanes et bocages politiques, donc immobilisme coupable et gestion chaotique.

    « Non, Murielle Brandt n’a pas déserté ... » mais, une fois encore, oui à Nandrin, « cela sent le soufre », au point de se demander si la commune condruzienne n’est pas construite sur un volcan en activité permanente.

    Les Nandrinois en ont assez de ces jeux politiques récurrents, au départ desquels on trouve, d’ailleurs, toujours le même personnage central, l’élu M. Lemmens, hier premier échevin sous les législatures de Joseph Nandrin et aujourd’hui bourgmestre sous sa propre législature.

    Coïncidence ou alors, faut-il voir dans le chef de ce responsable politique local, une aptitude à engendrer les conflits, jumelée à une inaptitude à les résoudre ?

    Quoiqu’il en soit, la commune n’est plus dirigée en « bon père de famille », la famille étant elle-même désunie et pas encore recomposée.

    Car, il s’en est fallu de peu pour que le divorce ne soit prononcé, ce mercredi 29 juin, au conseil : cela aurait permis, au moins, de clarifier les positions ambigües de certains.

    Manifestement, en politique, le courage ne va pas de pair avec l’engagement qu’il requiert.

    « Nous avons près de trois mois pour faire le point et négocier les gros dossiers avant la rentrée », dixit M. Lemmens.

    La majorité serait-elle donc dans un tel état qu’elle doive (re)NEGOCIER (entre ses propres partenaires !) les gros dossiers (budget, nouvelle administration, etc.) ?

    Affligeant constat et triste situation : quand on écrivait que le bourgmestre n’avait plus les capacités d’exercer ses prérogatives maïorales, on ne se trompait pas.

    C’est pourquoi face à ces nouveaux enjeux, le groupe « Pour Nandrin » va profiter de la période estivale pour préparer la rentrée de septembre 2016 et faire face à ces « gros dossiers » inquiétants pour la bonne santé financière de la commune.

    Comme annoncé antérieurement, il devrait adapter son nom (qui va être transformé) aux nouvelles réalités nandrinoises et après avoir noué divers contacts et rencontré des citoyens désireux de faire « bouger les lignes » à Nandrin, il présentera quelques nouvelles figures qui rejoindront ses rangs pour les « Communales » de 2018.

    Le groupe « Pour Nandrin » souhaite à toutes les Nandrinoises et à tous les Nandrinois, de bonnes vacances d’été, ensoleillées et chaudes et vous retrouvera à la fin août, dans un numéro de « La Pression citoyenne » de rentrée.

    Après autant d’orages, de pluies et de grisaille, le beau temps ne peut que revenir.

    Il faut donc espérer qu’en septembre, le ciel de Nandrin sera, enfin et définitivement, « dégagé ».

     

    PNa

     

     

  • Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition

     

    Conseil communal 21 juin 2016 à Nandrin.pdf

    Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition, adressée au collège.

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici.pdf

    conseil communal,nandrin,pour nandrin,tous ensemble

     

     

  • Conseil Communal du 21 mars2016 à Nandrin point complémentaire du groupe "Pour Nandrin "

    Conseil Communal 21 mars 2016 à Nandrin.JPG

    Conseil communal 21 mars 2016 à Nandrin Clic ici.pdf

    Instauration d’un régime de pension complémentaire pour le personnel contractuel. point complémentaire CC du 21 mars 2016 Pour Nandrin Clic ici.docx

  • Nandrin: la conseillère communale «Pour Nandrin», Jeannick Piron, démissionne

    1535470_446407525507042_8954478859775337149_n.jpg

    Jeannick Piron, conseillère communale d’opposition « Pour Nandrin », démissionne. La Nandrinoise, qui se dit victime de menaces et de harcèlement, a décidé de déménager.

    Article Sur Sudinfo clic ici  

    La conseillère communale et chef de file de l'opposition "Pour Nandrin", Jeannick Piron, démissionne de son mandat après avoir été menacée et harcelée par son voisinage, a indiqué lundi Marc Evrard, le nouveau chef de groupe.

    "A la suite d'un article paru dans la presse locale qui dénonçait le fait que deux prostituées travaillaient à domicile sur l'entité communale de Nandrin, un voisin de madame Jeannick Piron a commencé à la harceler, au point qu'elle a dû déposer des plaintes pour menaces et harcèlement", a expliqué Marc Evrard, le porte-parole du mouvement ''Pour Nandrin''. Mme Piron souhaitait empêcher la prostitution dans les zones d'habitat de sa commune.

    Selon Marc Evrard, "il est manifeste que ce voisin a été instrumentalisé par d'autres personnes. N'ayant pu retrouver un logement dans les mêmes conditions à Nandrin, Jeannick Piron se voit contrainte de quitter la commune et, donc, d'abandonner son mandat politique."

    Le groupe "Pour Nandrin" est ainsi amené à se restructurer. Il organisera une conférence de presse mercredi à 17h00 à son nouveau siège, situé 6, parc de la Gotte

    Source RTC Clic ici 

  • LA PRESS’ION CITOYENNE 2015-N°8 Quand ECOLO(S) ne rime plus avec Ecologie : l’exemple du Péry à Nandrin !

    ob_fcc15c_verger-mai-2015-006.jpg

    Affligeant spectacle au conseil communal de ce lundi 26 octobre 2015 durant lequel l’échevine Ecolo de l’Environnement Anne De Potter a présenté, sans grande conviction d’ailleurs, un Plan communal de Développement de la Nature (en point 1 du CC)quand, une heure plus tard, l’échevine de l’Aménagement du Territoire, ex ECOLO (aujourd’hui « indépendante » ?), Charlotte Tilman a fait voter par sa majorité, en point 13, l’élargissement d’un trottoir sur 2 parcelles de terrain communales, répertoriées VERGER et PARC !

    Si on sait, de plus, que 55 riverains avaient introduit, au terme d’une enquête publique, une réclamation contre l’aménagement et la transformation du domaine public communal (propriété sur laquelle est implanté le CPAS de Nandrin, classée réserve naturelle éducative depuis 1991) en « cité sociale », on ne peut qu’être inquiet pour le présent et l’avenir, à cet endroit et ailleurs dans la commune.

    Car, cette majorité dite Expressions Commune(s) ne raisonne (ou ne résonne ?) qu’en termes urbanistiques tels que déclassement de chemins vicinaux, lotissements, constructions monumentales, densité de 30 à 40 habitations à l’hectare, etc. : chacun commence à connaître la musique.

     

    Remember, Nandrin

    Les Nandrinois doivent penser et se dire qu’il est bien loin le temps où de (vrais) ECOLOS comme les conseillers Julien Thurion et feu Jean Dusart défendaient, avec bec et ongles, la moindre parcelle ou sentier sur lequel la majorité d’alors voulait jeter son dévolu pour le RURBANISER.

    Car aujourd’hui, ce n’est plus d’URBANISATION à la campagne dont il faut parler mais bien de BANALISATION des préoccupations environnementales dans le chef de celle (une échevine) et de celui (un conseiller communal) qui se présentent comme des défenseurs de la nature où autant l’abeille que la chouette chevêche sont pris en otage pour masquer les nombreux de construction de commerces et d’habitations individuelles.

    Simulacre d’écologie et tromperie sur un vote, que dis-je, sur le blanc-seing donné, le 14 octobre 2012 à trois élus ECOLOS qui ne sont déjà plus que deux au niveau local (« Je ne me retrouvais plus dans le parti : j’ai donc décidé de devenir indépendante », déclarait Charlotte Tilman dans les colonnes du journal La Meuse du 3 mars 2015 !).

    Après avoir quitté le sérail du parti pour cette échevine, c’est donc au tour de la dernière représentante d’ECOLO au sein du collège à prendre de sérieuses libertés avec les thèses écologiques et l’axe 2 du programme électoral d’Expressions Commune(s), à savoir « Préserver la ruralité : E.C. veut préserver DURABLEMENT les caractéristiques de la RURALITÉ » ;

    Et si une réserve naturelle éducative n’est pas une CARACTÉRISTIQUE de la ruralité, alors nous n’y comprenons plus rien !

    Et si aussi, certaine se plaît à rappeler l’existence du projet Biodibap (c’est quoi, ce nouveau machin ?) à propos de l’une ou l’autre MARE écologique à Nandrin, le groupe « Pour Nandrin » en a aussi MARRE de toute cette poudre jetée aux yeux de nos concitoyens, sans modération.

    Mais, plutôt qu’un long discours, en ce temps où l’automne se pare, à Nandrin comme ailleurs, de ses plus belles couleurs d’une nature que d’aucuns veulent voir disparaître, nous vous invitons à parcourir, dans la presse, les menaces qui pèsent de plus en plus sur les espaces verts nandrinois (et dire que le 14 octobre 2018, date des prochaines élections communales, c’est encore dans plus de 1080 jours !).

     

    En conclusion,

    quand les vaches déjà en plastique seront traites par des agriculteurs transformés en santons de Provence, on pourra se dire que « les carottes (en bakélite) seront (définitivement) cuites ».

     

    Le Président du Conseil français (le Premier Ministre) Georges Clémenceau, surnommé le « Père La Victoire » (de la guerre de 1914-1918) déclarait, il y a un siècle : « La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires ».

    On peut se poser la question de savoir s’il n’en va pas de même, 100 ans plus tard, pour l’écologie.

     

    PNa 

     

    conseil communal dans vers l'avenir octobre 2015.jpg

    CONSEIL COMMUNAL OCTOBRE 2015 DANS LA PRESSE clic ici , INTERVENTION DU GROUPE "POUR NANDRIN "

     

    la press’ion citoyenne 2015-n°8,nandrin