Real Time Web Analytics

pour nandrin

  • La PRESS’ion citoyenne n°21- ‘18 Communiqué : « Entreposages divers au Péry » - enquête

    Faisant suite à l’enquête publique relative à la régularisation de la zone de stockage de déchets et de matériaux résultant de travaux communaux sur le site du Péry, le groupe « union Pour Nandrin/Pour Nandrin, citoyenne communique le courrier que ses trois élus au conseil communal, Marc Evrard, Bogdan Piotrowski et Didier Maka ont fait parvenir ce lundi matin, 5 février, aux autorités communales de Nandrin.

    Pour rappel, c’est en date du lundi 21 août 2017, qu’alertée par « union Pour Nandrin (uPn/PNc), ainsi que le relate le journal « La Meuse », ce jeudi 8 février dans son article « Forte mobilisation contre les terres du Péry » , la police de l’Environnement de la Région wallonne a débarqué sur le site controversé et a constaté ce qui fut qualifié par le bourgmestre lui-même, de « situation indélicate » (!).

    Un mois plus tard, le 19 septembre 2017, notre groupe politique adressait un courrier au collège communal, l’invitant à inscrire un point complémentaire à l’ordre du jour du conseil communal du 25 septembre 2017, intitulé « Etablissement : mise en conformité pour l’entreposage des déchets issus de travaux communaux » .

    Ce point qui ne fut pas accepté par le collège communal fut, par ailleurs, à la base de la prise de conscience qui conduisit à l’enquête publique qui vient de trouver son aboutissement en ce 5 février.

    Pour permettre à chacun de se faire la meilleure opinion sur cette problématique, nous vous livrons le texte de notre intervention, dans son intégralité.

    Bonne lecture.

     

    uPNa

     

     

    uPN PNc lettre réclamation enquete Pery clic ici .pdf

    3.JPG

    Clic sur la Lettre ou ici

    1.JPG

     

  • PRESS’en BREF n° 13 - ‘17 Nandrin : ton patrimoine RE – fout le camp, encore et toujours !

    * Après la vente de la propriété « Fouarge » à Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     * Après la démolition (programmée et décidée le 28 novembre dernier par le collège communal) de la maison communale de la place O. Musin, patrimoine communal,

     * Après la cession de la « maison Derivaux » de Villers-le-Temple donnée en bail emphytéotique à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement” pour la transformer en logements publics, patrimoine communal,

     * Après les terrains dénommés « le Verger et le terrain boisé sur lequel est établie la villa du CPAS, propriétés communales de la rue Tige des Saules pour y édifier huit logement publics* et une résidence-services, donnés en bail emphytéotique pour 55 ans (!), à nouveau à l’intercommunale “Meuse-Condroz-Logement”, patrimoine communal,

     * Après la cession gratuite à l’asbl « GAL Pays des Condruzes » par bail emphytéotique de 32 ans d’une partie du hangar communal du Tige des Saules, patrimoine communal,

     * Après demain, la vente pour 125.000 euros (prix annoncé) de l’ancienne Maison du village de Villers-le-Temple, patrimoine communal,

     Et après, qui peut savoir (?) de

    * la vente du pont de Cwéna à la ville de Venise (fiction ?),

    * la cession du rond-point des vaches à un fermier de l’Etat du Texas (fiction ?) et

    * la donation de l’église Saint-Martin de Nandrin (fiction ?), propriété AUSSI communale, à qui en voudra (vu son état actuel, les amateurs ne devraient pas trop se bousculer !),

     

    Que restera-t-il, DEMAIN et après demain, du patrimoine communal, aux Nandrinois ?

     

    Lors de ce dernier conseil communal où le groupe « union Pour Nandrin » a, désespérément, argumenté pour maintenir INTACTE, c’est-à-dire ENTIERE, la propriété communale sur laquelle est établie depuis toujours le CPAS de Nandrin à la commune de Nandrin et par voie de conséquence, le parc communal du Péry, les nombreux citoyens présents dans la salle ont compris que la majorité actuelle « Expressions Commune(s) ALIENAIT, pour deux et trois générations, quand elle ne le vendait DEFINITIVEMENT, son patrimoine.

    « ALIENATION », ce vilain mot qui déplaît tant au bourgmestre et à la présidente de CPAS, illustre bien la politique conduite depuis 4 ans, par le pouvoir en place, à savoir de réaliser des « actes TRANSLATIFS de PROPRIETE ou de droit, à titre gratuit (donation ou legs) ou onéreux (vente, cession) ».

    « Emphytéose » est ainsi devenu le nouveau prénom à la mode à Nandrin ou encore le nouveau mode opératoire pour créer, entre autres, du logement public.

    TRANSFERER à d’autres, si possible à des a.s.b.l. ou à des intercommunales (à qui ?) ce que l’on ne veut pas réaliser soi-même, c’est bien une ALIENATION et un abandon non seulement de pouvoir (communal) mais surtout du PATRIMOINE communal.

    Voilà ce que réalise, de manière très insidieuse, la majorité actuelle qui amenuise, projet après projet, la richesse communale.

    Car, il est bien connu, notre premier magistrat le clamant à qui veut l’entendre, que la commune de Nandrin est une commune PAUVRE peuplée de citoyens RICHES.

    Donc, pourquoi pas ne pas la rendre encore un peu plus pauvre car, de tout façon, la vache à lait (pas celle du rond-point des Quatre-Bras), c’est vous et nous, le citoyen bien riche, avec ses gros revenus et ses taxes bien grasses qu’il devra verser dans les caisses communales !

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Ce type de vision politique et de mode de gestion politique, n’est-il pas, en fait, le même que celui qui gangrène, depuis des décennies, la Wallonie et (a) fait de notre région, jadis si prospère, une des régions parmi les plus défavorisées et les plus assistées des pays développés d’Europe du Nord.

    Le groupe « union pour Nandrin », au petit niveau communal où il se trouve, ne veut pas se résoudre à laisser cette forme d’abandon des responsabilités devenir un mode de fonctionnement de la gestion communale.

    Du courage, de la créativité et du travail, auraient dû être et devraient être les accents d’une majorité qui se respecte et respecte la « richesse » produite par le travail quotidien de nos concitoyens.

    Malheureusement, c’est à un triste spectacle auquel le groupe « Expressions Commune(s) » nous donne le pénible privilège d’assister depuis 4 ans déjà, celui de querelles d’égo, de reniements et de transfuges, de revendications de postes et de mandats et surtout, d’abandon du sens de l’intérêt public … quand les Nandrinois attendaient du courage, de la créativité et du travail !

    Gageons donc de pouvoir continuer à partager avec vous jusqu’en 2018 et bien au-delà, ces moments  d’analyse et de réflexion, au nom d’une des grandes richesses communes à tous, la liberté d’expression, si chèrement acquise par nos Pères et la vérité qui dérange, si peu exprimée par leurs Fils.

     

    uPNa

     

    * Pourquoi, plutôt que de se payer le luxe d’une nouvelle administration de près d’1,9 million d’euros, la commune de Nandrin n’a t-elle pas investi une somme suffisante (et certes moindre que ce montant-là) pour construire elle-même lesdits 8 logements publics dont elle aurait pu, à raison de +ou- 300 euros de loyer par mois et par logement et pendant 55 ans, retirer la somme de près d’1,6 million ?

    Réponse: manque de courage et de volonté politique responsable, en bon père de famille !

     

  • La PRESS’ion citoyenne 2016 - n°10 « Pour Nandrin » fait peau neuve : il devient « union Pour Nandrin (uPN) ».

    upn web bord.png

    En conservant, dans sa dénomination, deux des trois mots de l’ancien nom de la majorité qui avait dirigé la commune de 2004 à 2012, le groupe politique d’opposition « Pour Nandrin » avait tenu à se positionner, aux « communales de 2012 », comme l’héritier et le dépositaire de cette forme de gestion sérieuse et rigoureuse qui avait fait les beaux jours de la commune de Nandrin, durant les législatures de 1994 à 2000, de 2001 à 2006 et dans une moindre mesure, de 2007 à 2012.

    Ainsi, pendant cette époque, Nandrin avait vu sa dette réduite à zéro, en 2004, grâce à une saine et cohérente gestion.

    Mais, c’est également durant cette période, de 2004 à 2008, que s’est constituée une véritable union des forces vives du PS et du MR, celle-là même qui avait conduit la commune de Nandrin, à devenir, ce qui n’est plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir, la commune-pilote des dix communes condruziennes de Huy-Waremme.

    Les événements de 2008-2009, à savoir les querelles fratricides entre le bourgmestre, Joseph Nandrin et son premier échevin, Michel Lemmens et « l’affaire » qui s’en suivit, devaient avoir raison de cette alliance et engendrer en 2012, la petite majorité « Expressions Commune(s) », composée d’élus de trois partis politiques aux volontés peu unifiées, aujourd’hui au bord de l’implosion.

    Après quatre ans d’une opposition ferme et constructive, « Pour Nandrin » a décidé de modifier, voire de compléter son appellation, en « union Pour Nandrin », en abrégé uPN.

    Comme annoncé, ce nouveau nom s’inscrit dans une certaine forme de continuité d’action mais indique aussi une volonté majeure d’unir un maximum de concitoyens pour rénover Nandrin et établir un trait d’union entre ladite formation politique et les citoyens.

    Cette union de toutes les bonnes volontés issues de tous les horizons et de toutes les formations, en veillant à garder la dimension humaine et citoyenne à l’action politique, est le nouveau credo du mouvement, «union Pour Nandrin ».

    L’humanisme citoyen et le libéralisme social resteront bien évidemment au cœur des préoccupations du groupe « union Pour Nandrin » mais s’inscriront, dorénavant, dans une dynamique plus unitaire et plus pragmatique encore afin de redonner des couleurs à notre commune, les « couleurs Nandrin ».

    Car les « couleurs Nandrin »,

    ce sont celles des libertés (d’écoute, d’expression, de proposition, de réunion, etc.) retrouvées,

    ce sont celles du respect des préoccupations multiples et diversifiées de l’ensemble des habitants,

    ce sont celles de la rigueur budgétaire pour lutter contre l’accélération de l’endettement communal,

    ce sont celles de projets réalistes et durables, à la rentabilité maîtrisée,

    ce sont celles des compétences efficaces et d’une présence utile des responsables politiques,

    ce sont celles d’une administration dynamique et véritablement au service du citoyen et enfin,

    ce sont celles d’une réputation de bon aloi, autant au sein de la commune qu’en Condroz et dans l’arrondissement de Huy-Waremme.

    C’est donc, tout simplement, la mise à disposition de toutes les énergies au service d’une seule et même cause, la commune de Nandrin.

    Dès 2016, en adoptant comme slogan de campagne, « la volonté citoyenne », le groupe politique « union Pour Nandrin » entend donc relever le « Défi (citoyen pour) 2018-2024 », celui qui devra redresser une commune en souffrance, mise à mal par une gestion politique mégalomane, assoiffée de prestige et de reconnaissance publique et aux accents électoralistes.

    Gageons également que la nouvelle asbl créée à cet effet permettra de donner aux nandrinoises et aux nandrinois qui rejoindront notre mouvement, la confiance et le crédit nécessaires à l’accomplissement de ce nouvel engagement.

     

    uPNa

        

    http://www.unionpournandrin.be

  • PRESS’en BREF n° 12 - ‘16 Le 1er septembre 2016 à Nandrin : du changement ?

    rentrée.gif

    C’est la rentrée pour tous et nous pensons particulièrement aux enfants et à leurs maîtres, aux étudiants et à leurs professeurs.

     

    Et c’est aussi la rentrée pour les responsables politiques nationaux et locaux et le groupe « Pour Nandrin » n’y échappe pas.

     

    Ce sera donc le lundi 12 septembre, à 15 heures, dans la nouvelle salle « Histoire de Temps », 145, route du Condroz à Nandrin que les trois élus, conseillers communaux « PN », Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski recevront la presse pour les traditionnelles retrouvailles de rentrée.

     

    A cette occasion, ils annonceront, comme promis au printemps dernier, le changement de nom de leur mouvement politique ainsi que leur nouveau logo.

     

     

    Ils dévoileront également les grandes orientations du « Défi (citoyen pour) 2018-2024 » qu’ils comptent relever et proposer à leurs concitoyens nandrinois.

     

    Au plaisir, donc, de se retrouver dans un prochain numéro de « La PRESS’ion citoyenne ».

     

     

    PNa (pour la dernière fois)

  • PRESS’en BREF n°11-‘16 Après les « orages » du printemps, un automne « chaud » à Nandrin ?

    l'Avernir 1 juillet 2016.JPG

    2016-07-01- clic ici Vers l'Avenir - M Brandt n'a pas déserté.pdf

     

    P.N., « Pour Nandrin », deux lettres pour définir un groupe politique qui, aux dires de la presse, mène une « rude opposition » à Nandrin, depuis octobre 2012.

    M.B., deux autres lettres pour identifier une élue qui, aux dires de la presse, aurait commis un « écart », au point de conduire une autre forme d’opposition, cette fois-ci au sein même de la majorité. 

    Dans le jargon politique, quand on parle de M.B., on pense à modification budgétaire, à moniteur belge ou à médiocre bilan et dans le langage courant, à mauvaise blague.

    Mais qui aurait pensé que M.B., c’était, Muriel Brandt, la conseillère communale de la majorité « Expressions Commune(s) », élue pour la première fois en 2012 et à qui, à mi-législature, un poste d’échevine avait été promis, faisant suite aux accords passés entre les trois familles, PS, Ecolo et cdH.

    Accord non respecté en décembre 2015, reporté à juin 2016 et donc, toujours bafoué six mois plus tard !

    Certes, dans la majorité, on aurait voulu que cela ne fasse pas de vague et que ce soit M otus et B ouche cousue, mais voilà, l’élue a joué « sa rebelle » et exige son dû.

    Non seulement, on la comprend mais on n’est pas étonné du tout de la duplicité qui règne au sein de cette majorité en déliquescence.

    En désunion aussi puisqu’après ladite conseillère, rien ne nous étonnerait que d’autres « Expressifs » ne fassent pas entendre aussi d’autres voix discordantes.

    Il est effet notoirement connu que le premier échevin D. Pollain (et sa collègue, échevine Ch. Tilmant, celle par qui « le scandale est arrivé ») ne partiront pas en vacances avec M. Lemmens, autant leurs relations rappellent à s’y méprendre, celles du duo, J. Nandrin - M. Lemmens, qui ont donné lieu aux grandes querelles de la dernière législature.

    Et les deux Ecolo qui, font actuellement le gros dos, vont-ils continuer à passer l’hiver au coin du feu, sans voir la neige qui s’accumule devant leur porte ?

    Car les grandes manœuvres pour les communales de 2018 sont déjà lancées et en secret, des accords, sinon signés, à tout le moins verbaux, ont déjà été engagés, ce qui expliquerait peut-être la « sérénité » du bourgmestre M. Lemmens qui « pensait que la conseillère M. Brandt allait annoncer son départ de la majorité ce mercredi soir (29 juin) lors du conseil communal ».

    Au point que si certains risquent d’avoir de désagréables surprises au moment de la constitution des listes et au décompte final, d’autres proclament déjà à qui veut bien l’entendre qu’« ils sont assurés d’une bonne place sur la liste XYZ et d’un bon poste d’échevin après les élections ».

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Deux ans avant que vous n’alliez voter, les petites magouilles politiques refont déjà surface et elles produiront, à nouveau, les mêmes effets après 2018 : querelles partisanes et bocages politiques, donc immobilisme coupable et gestion chaotique.

    « Non, Murielle Brandt n’a pas déserté ... » mais, une fois encore, oui à Nandrin, « cela sent le soufre », au point de se demander si la commune condruzienne n’est pas construite sur un volcan en activité permanente.

    Les Nandrinois en ont assez de ces jeux politiques récurrents, au départ desquels on trouve, d’ailleurs, toujours le même personnage central, l’élu M. Lemmens, hier premier échevin sous les législatures de Joseph Nandrin et aujourd’hui bourgmestre sous sa propre législature.

    Coïncidence ou alors, faut-il voir dans le chef de ce responsable politique local, une aptitude à engendrer les conflits, jumelée à une inaptitude à les résoudre ?

    Quoiqu’il en soit, la commune n’est plus dirigée en « bon père de famille », la famille étant elle-même désunie et pas encore recomposée.

    Car, il s’en est fallu de peu pour que le divorce ne soit prononcé, ce mercredi 29 juin, au conseil : cela aurait permis, au moins, de clarifier les positions ambigües de certains.

    Manifestement, en politique, le courage ne va pas de pair avec l’engagement qu’il requiert.

    « Nous avons près de trois mois pour faire le point et négocier les gros dossiers avant la rentrée », dixit M. Lemmens.

    La majorité serait-elle donc dans un tel état qu’elle doive (re)NEGOCIER (entre ses propres partenaires !) les gros dossiers (budget, nouvelle administration, etc.) ?

    Affligeant constat et triste situation : quand on écrivait que le bourgmestre n’avait plus les capacités d’exercer ses prérogatives maïorales, on ne se trompait pas.

    C’est pourquoi face à ces nouveaux enjeux, le groupe « Pour Nandrin » va profiter de la période estivale pour préparer la rentrée de septembre 2016 et faire face à ces « gros dossiers » inquiétants pour la bonne santé financière de la commune.

    Comme annoncé antérieurement, il devrait adapter son nom (qui va être transformé) aux nouvelles réalités nandrinoises et après avoir noué divers contacts et rencontré des citoyens désireux de faire « bouger les lignes » à Nandrin, il présentera quelques nouvelles figures qui rejoindront ses rangs pour les « Communales » de 2018.

    Le groupe « Pour Nandrin » souhaite à toutes les Nandrinoises et à tous les Nandrinois, de bonnes vacances d’été, ensoleillées et chaudes et vous retrouvera à la fin août, dans un numéro de « La Pression citoyenne » de rentrée.

    Après autant d’orages, de pluies et de grisaille, le beau temps ne peut que revenir.

    Il faut donc espérer qu’en septembre, le ciel de Nandrin sera, enfin et définitivement, « dégagé ».

     

    PNa

     

     

  • Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition

     

    Conseil communal 21 juin 2016 à Nandrin.pdf

    Demande de re-convocation du conseil communal introduite par les conseillers de l’opposition, adressée au collège.

    Deuxième convocation du Conseil Communal de Nandrin clic ici.pdf

    conseil communal,nandrin,pour nandrin,tous ensemble

     

     

  • Le groupe "Pour Nandrin" au Memorial Day 2016

    DSC_0821.JPG

    Les conseillers communaux de Nandrin,  Marc Evrard et  Bogdan Piotrowski accompagnés de leur ancienne chef de file,  Jeannick Piron ont assisté, ce 28 mai 2016 à Neupré, au MEMORIAL DAY qui s'est déroulé au cimetière américain de Neuville- en- Condroz et ont rencontré Son Excellence, Madame l'Ambassadrice des Etats-Unis auprès du Royaume de Belgique, Madame Denise Campbell BAUER.

    Voir les photos clic ici

  • PRESS’en BREF n°07-‘16 « Le chemin va encore monter » (Pierre HAZETTE, Ministre de l’Enseignement de 1999 à 2004)

     Pour sa première participation au conseil communal sans Jeannick Piron (démissionnaire parce qu’elle n’est plus domiciliée à Nandrin), le groupe « Pour Nandrin » a décidé de réagir et de positiver, en proposant un point complémentaire (c’est déjà le 14ème depuis le début de la législature) à l’ordre du jour du conseil de ce 21 mars.

    Ce point est relatif à l’instauration ou l’octroi d’une pension complémentaire aux agents communaux contractuels qui bénéficieront, dorénavant, d’une pension plus basse que celle des statutaires, d’où la nécessité de tendre vers plus d’équité en la matière (il faut craindre évidemment que, comme à chaque fois qu’une proposition est déposée par l’opposition « Pour Nandrin », celle-ci ne fasse l’objet d’un rejet pur et simple).

    En ce lundi, premier jour du printemps 2016, Didier Maka, le remplaçant de notre ancienne conseillère, installé dès l’entame du conseil, va donc faire son entrée dans la cour des « grands » et connaître ce que beaucoup qualifient de « joyeusetés communales du mardi soir ».

    A moins de 1.000 jours des prochaines communales, les trois élus de « Pour Nandrin », le nouveau et les deux « anciens », veulent donc aller de l’avant et tracer les grandes lignes de ce qu’ils souhaitent mettre en place pour « rénover Nandrin » qui en a bien et grandement besoin.

    Car, chères Nandrinoises, chers Nandrinois, avez-vous remarqué que Nandrin qui  reste la commune la plus peuplée des 9 communes du Condroz hutois, « compte » de moins en moins dans le paysage de l’arrondissement de Huy-Waremme.

    Ce n’est plus la « porte du Condroz », la commune qui cultivait un certain « art de vivre » qui est la commune-phare car elle a abandonné son « leadership » à ses voisines, comme Tinlot, Ouffet, Hamoir, voire Modave et Marchin.

    On en veut, entre autres, pour preuve, l’ouverture sur le territoire de Tinlot, du poste médical de garde (supra communal) du Condroz et la création de nouveaux commerces quand, dans le même temps, on assiste, malheureusement, à la fermeture de plusieurs enseignes sur Nandrin.

    Quant à la sécurisation de la RN63 sur le tronçon nandrinois par rapport à ce qui est annoncé sur le territoire de Neupré, on ne peut qu’être consterné et INQUIET de l’immobilisme et de l’absence de résultats obtenus, sous la législature actuelle, par les gestionnaires politiques de la majorité.

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens

    Quand on est dans l’opposition, on éprouve des difficultés réelles, sans verser dans la critique facile, à se faire entendre et à recueillir l’adhésion du plus grand nombre.

    Et pourtant, les électeurs nandrinois ont souhaité, en octobre 2012, que la voix du plus grand nombre soit entendue puisqu’ils ont, à égalité quasi de suffrages, accordé leur confiance autant à la majorité (50,31 %) qu’à l’opposition (49,69 %).

    Mais les choses changent et des synergies se créent quand d’autres se posent des questions sur leur appartenance au groupe majoritaire.

     

    « CPAS : Guy Mottet va assister Marc Evrard » (La Meuse du vendredi 18/03/2016) et « Marc Evrard à l’école « Guy Mottet » (L’Avenir du samedi 19 mars 2016) laissent augurer une prise de conscience :

     

    • qu’il faut de plus en plus de solidarité et de professionnalisme pour exercer un mandat public ;
    • que si demain, cette collaboration débouche sur plus de participation commune entre ces deux responsables politiques locaux, on peut être assuré qu’elle reposera sur une véritable pratique de travail et de confiance.

    L’immobilisme ou l’absence de décision utile pour le citoyen provient souvent, en politique, essentiellement d’un manque flagrant de travail en commun, donc de solidarité et de confiance.

    Ainsi, près de 40 mois après les dernières élections, le groupe « Pour Nandrin » a « grandi » parce qu’il a déjà été confronté, et très vite, aux dures réalités de la participation à la gestion communale.

    Il a, déjà, aussi tiré quelques enseignements de sa volonté de rester à l’écoute de l’expression citoyenne et de conduire une action politique avec éthique et en parfait accord avec ses convictions et son programme.

    Et ce n’est donc pas au lendemain de la déception d’avoir perdu sa cheffe de file qu’il entend renoncer aux défis qui lui sont et seront lancés.

    C’est pourquoi, comme il ne veut pas ignorer que « les plus grandes victoires sont celles que l’on gagne sur soi-même » (Bobby JONES), il se veut plus que jamais à votre écoute et à votre service.

    Le chemin va, certes, encore monter mais la satisfaction de parvenir au sommet n’en sera que plus grande.

     

    Merci de nous avoir consacré un peu de votre temps libre.

     

    PNa

    Dans la meuse Evrard Mottet 18 mars 2016.JPG

     

    Article dans vers l avenir 19 mars 2016 clic ici0025.jpg

  • Nandrin CPAS : Guy Mottet va assister Marc Evrard ( Article du journal La Meuse )

    Une alliance politique ne semble pas impossible.

    C’est en mai que Marc Evrard (Pour Nandrin) espère bien commencer son mandat de conseiller CPAS.

    Ce jeudi, il expliquait que Guy Mottet (Tous Ensemble), ancien président du CPAS, allait l’assister dans cette

    tâche. À l’évocation d’une alliance de leurs groupes d’opposition, les deux hommes laissaient entendre que « rien n’est impossible ».

     

    Lors du mois de janvier, nous vous annoncions que Marc Evrard (Pour Nandrin) allait devenir conseiller CPAS en occupant le siège de Didier Maka parti remplacer le poste de Jeannick Piron au conseil communal.

    Marc Evrard espère obtenir cette casquette d’ici le mois de mai. Pour cette tâche, il sera assisté par Guy Mottet, du groupe Tous Ensemble.

    «Guy Mottet a présidé le CPAS entre 2006 et 2012 et va m’épauler », déclare Marc Evrard.

    «Il faut savoir profiter des forces de chacun. »

    Selon Guy Mottet, être conseiller CPAS n’est pas chose aisée. «On ne peut pas envisager un moule pour aider toutes ces personnes.

    Chaque cas est différent », explique-t-il.

    «Avec Marc Evrard, nous allons préparer ensemble les dossiers du CPAS. »

    Il ajoute qu’il est difficile pour les nouveaux arrivants au poste de conseiller du CPAS d’avoir des informations

    sur « le passé » des dossiers, en partie à cause du secret professionnel.

    Aux yeux de Marc Evrard, «c’est un beau défi nouveau », dit-il.

    «De plus, je ne vais pas manquer de temps, étant donné que je serai retraité cet été. »

    Avant d’ajouter : «Ce sera l’occasion de jeter des ponts entre les différents groupes du Conseil. »

    Pour Guy Mottet, cette collaboration est «peut-être le premier geste de quelque chose qui se mettrait en

    place ». Il insiste cependant sur le fait qu’il parle en son nom propre.

    Alors que les deux hommes ont travaillé ensemble entre 1994 et 2012, une complicité flotte alors que la discussion glisse de plus en plus vers la politique de la majorité.

    Et ce ne sont pas les propos évocateurs lancés par Marc Evrard qui vont dissiper l’idée d’une éventuelle

    alliance politique entre les deux groupes d’opposition.

    «Avec Guy, nous partageons des valeurs communes », déclare le chef de groupe Pour Nandrin.

    «Cette collaboration au CPAS va nous faire retrouver nos habitudes de discussion.

    Et si ça perdure d’ici deux ans, tout est envisageable.

    Nous avons tous les deux envies de faire bouger les choses, de rénover Nandrin.

    2018 sera le moment où on rebat les cartes.

    Et comme on dit, l’union fait la force. »

    De son côté, Guy Mottet réplique, toujours en son nom propre : «Il n’y a pas d’exclusive pour 2018. »

    Son acolyte enchérit : «Je n’ai d’exclusive que pour Michel Lemmens…»-

    Article de JÉRÔME GUISSE Source Sudpresse

     

     

  • Conseil Communal du 21 mars2016 à Nandrin point complémentaire du groupe "Pour Nandrin "

    Conseil Communal 21 mars 2016 à Nandrin.JPG

    Conseil communal 21 mars 2016 à Nandrin Clic ici.pdf

    Instauration d’un régime de pension complémentaire pour le personnel contractuel. point complémentaire CC du 21 mars 2016 Pour Nandrin Clic ici.docx

  • Conseil Communal Nandrin 16 février 2016 Point complémentaire sur proposition du groupe Pour Nandrin Gratuité délivrance premières cartes d'identité

    ordre du jour février 2016.JPG

    Point complémentaire Gratuité délivrance premières cartes d'identité Sur proposition du groupe Pour Nandrin Clic ici.pdf

  • Nandrin: la conseillère communale «Pour Nandrin», Jeannick Piron, démissionne

    1535470_446407525507042_8954478859775337149_n.jpg

    Jeannick Piron, conseillère communale d’opposition « Pour Nandrin », démissionne. La Nandrinoise, qui se dit victime de menaces et de harcèlement, a décidé de déménager.

    Article Sur Sudinfo clic ici  

    La conseillère communale et chef de file de l'opposition "Pour Nandrin", Jeannick Piron, démissionne de son mandat après avoir été menacée et harcelée par son voisinage, a indiqué lundi Marc Evrard, le nouveau chef de groupe.

    "A la suite d'un article paru dans la presse locale qui dénonçait le fait que deux prostituées travaillaient à domicile sur l'entité communale de Nandrin, un voisin de madame Jeannick Piron a commencé à la harceler, au point qu'elle a dû déposer des plaintes pour menaces et harcèlement", a expliqué Marc Evrard, le porte-parole du mouvement ''Pour Nandrin''. Mme Piron souhaitait empêcher la prostitution dans les zones d'habitat de sa commune.

    Selon Marc Evrard, "il est manifeste que ce voisin a été instrumentalisé par d'autres personnes. N'ayant pu retrouver un logement dans les mêmes conditions à Nandrin, Jeannick Piron se voit contrainte de quitter la commune et, donc, d'abandonner son mandat politique."

    Le groupe "Pour Nandrin" est ainsi amené à se restructurer. Il organisera une conférence de presse mercredi à 17h00 à son nouveau siège, situé 6, parc de la Gotte

    Source RTC Clic ici 

  • Point complémentaire du Groupe "Pour Nandrin"à l'ordre du jour Conseil Communal en novembre 2015 , une consultation populaire relative à l’avenir du parc communal du Péry

    Parc du Péry pas de consultation populaire article dans le journal La Meuse clic ici.JPG

    2015-11-26 - La Meuse - Consultation populaire Clic ici.pdfParc du Péry pas de consultation populaire article dans le journal vers l'avenir clic ici.JPG

    Pour l’opposition PN, l’avenir du site doit être débattu

    Les élus « Pour Nandrin » ont proposé, mardi soir, de consulter la population au sujet de l’avenir du parc du Péry. Dans la ligne de mire de l’opposition, les projets de construction de la majorité. Pour le bourgmestre, une consultation populaire à ce sujet coûte trop cher (30.000 euros) et n’intéresse pas assez de Nandrinois pour être organisée.

     

    « Le parc communal du Péry au cœur du village de Fraineux joue un rôle social important et constitue un poumon vert dans un milieu urbanisé.

    De nouveaux projets susceptibles d’affecter cet environnement de façon durable et définitive font leur apparition (création de logements sociaux et d’une future résidence-services NDLR).

    Il nous semble donc opportun de consulter la population nandrinoise sur l’avenir du site », introduit Marc Evrard, conseiller d’opposition « Pour Nandrin », lors de la présentation du point complémentaire au conseil communal de mardi soir.

    Il regrette par ailleurs que ce dispositif légal ne soit pas plus fré quemment activé, comme ça a été le cas à Namur en février (sur la question d’un centre commercial à la place du parc Léopold).

     Bodgan Piotrowski (PN) a abondé en soulignant que cet avis de la population n’était pas contraignant et qu’il permettrait aux élus de décider de l’affectation du site en toute connaissance de cause. L’échevine de l’environnement Anne de Potter a tenu à présenter les diverses actions et plans adoptés sur base volontaire par la commune pour préserver le parc du Péry.

     « On prévoit l’installation de nichoirs, de panneaux didactiques, ainsi que la réhabilitation des mares du site et la plantation de 500 mètres de haies. L’un des arbres remarquables du parc, un hêtre, est malade et nous avons déjà fait venir la DNF trois fois pour cibler le problème. De nombreux citoyens ont rejoint le PCDN, que vous n’avez pas approuvé, pour mettre en place des actions concrètes à court terme. Vous n’êtes pas cohérents», a-t-elle réagi.

     « 55 réclamations nous sont parvenues à l’issue de l’enquête publique sur les logements sociaux, on les a pris en considération : on a reculé le bâtiment et augmenté la verdure autour. La résidence-services n’a pas encore fait l’objet d’une étude mais on souhaite regrouper les constructions.

    Le parc sera mieux aménagé et entrera dans le domaine public », a ajouté Charlotte Tilman. «Une consultation populaire coûte 30.000 euros. Pour qu’elle soit validée, il doit y avoir 10 % de participation, soit 500 Nandrinois qui se déplacent un dimanche.

     Sur un tel sujet, je n’y crois pas», a indiqué Michel Lemmens.

    Le point a été rejeté par 8 non, 2 abstentions (TE) et 3 oui (PN).

    Source info Sudpresse  ANNICK GOVAERS

    Parc du Péry de Nandrin : pas de consultation populaire

     

    Conseil Communal 24 novembre 2015 à Nandrin clic ici.jpg

    Point complémentaire à l'ordre du jour Conseil Communal de Nandrin consultation populaire relative à l’avenir du parc communal du Péry clic ici.docx

  • Le groupe "Pour Nandrin" dans le journal la Meuse du samedi 31 octobre 2015

    Marc et jeannick dans la meuse.JPG

    Conseillère communale d’opposition « Pour Nandrin », Jeannick Piron, vient d’annoncer son retrait en tant que chef de groupe au conseil communal.

    À mi-législature et comme convenu avant les élections, la flamboyante Nandrinoise fait un pas de côté au profit de son colistier Marc Evrard.

    «Je ne suis pas une politicienne, j’ai toujours travaillé dans l’ombre.

    Quand j’ai créé ma liste en 2012, plusieurs personnes aux qualités reconnues m’ont rejointe, comme Marc Evrard qui a 30 ans de carrière politique derrière lui, et nous avons fait un excellent score (21,83 % des voix) !

    J’ai envie que Pour Nandrin continue à permettre une alternative.

    Une Nandrinoise m’a récemment dit : « Jeannick, on l’aime ou on la déteste mais tout le monde la connaît. »

    Être connue ne suffit pas, je reconnais mes limites en politique.

    Je n’ai pas les épaules assez larges pour élaborer des stratégies, pour préparer une armée en vue des prochaines élections, je ne me sens pas assez crédible », nous confie-t-elle.

    La population nandrinoise ne l’a-telle justement pas élue parce qu’elle est issue de la société civile ?

    « Probablement, oui… Je pense toutefois que le moment est venu de passer la main à Marc Evrard qui sera prochainement pensionné et disponible pour les Nandrinois. »

    De là à imaginer une future démission de son poste de conseillère, il n’y a qu’un pas… que Jeannick Piron se refuse à franchir pour l’instant.

    Source Sudpresse article de  ANNICK GOVAERS

    Voir l'article de l'annonce  clic ici 

    PRESS’EN BREF N° 08-‘15 clic ici 

    RECTO-VERSO OU VERSO-RECTO CHEZ « POUR NANDRIN » ?

    DÉJÀ 3 ANS AUJOURD'HUI clic ici 3 AOÛT 2012 À 3 AOÛT 2015 DE L'ANNONCE DU GROUPE POUR NANDRIN

     

  • Merci à vous 3 ans déjà !!!! bilan à mi-législature de Nandrin du 14 octobre 2012 au 14 octobre 2015

    DSC02638.JPG

    Il y a 3 ans aujourd'hui,que vous avez accordée votre confiance à trois membres du groupe Pour Nandrin au Conseil Communal de Nandrin, et un au Conseil CPAS 

    Merci à vous !!! 

    Au nom des Membres de la liste,et de notre groupe, ainsi que les élus Piron Jeannick ,Marc Evrard ,Bogdan Piotrowski pour le Conseil Communal,Didier Maka pour le Conseil CPAS de Nandrin .

    MERCI

     

    Conseil Communal de Nandrin en 2015 

    Conseil communal Nandrin février 2015 clic ici.pdf

    Conseil Communal Nandrin mars 2015 Clic ici.pdf

    Conseil Communal Nandrin mai 2015 clic ici.pdf

    Conseil Communal Nandrin juin 2015 clic ici.pdf

    Conseil Communal Nandrin septembre 2015 Clic ici.pdf

     

    Conseil Communal de Nandrin en 2014

    Conseil communal Nandrin Janvier 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin février 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin mars 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin avril 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin mai 2014 clic ici..pdf

    Conseil communal Nandrin juin 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin septembre 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin décembre 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin 30 décembre 2014 clic ici..pdf

    Conseil communal Nandrin 30 décembre cpas 2014 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin mai 2014 clic ici..pdf

     

    Conseil Communal de Nandrin en 2013

     

    Conseil communal Nandrin janvier 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin février 2013 clic ici..pdf

    Conseil communal Nandrin mars 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin avril 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin 11 juin 2013 clic ici..pdf

    Conseil communal Nandrin 25 juin 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin septembre 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin octobre 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin Novembre 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin 3 décembre 2013 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin 17 décembre 2013 clic ici.pdf

     

     

    Conseil Communal de Nandrin en 2012

    Du 14 octobre 2012 jusqu'au 3 décembre 2012 nous étion toujours avec la majoritée de UPN (PS-MR )opposition OSER (CDH -ECOLO)

    Depuis le 3 décembre 2012 Expressions Communes (PS-CDH-ECOLO) opposition Tous Ensemble (TE) et

    Pour Nandrin (PN)

     

    Conseil Communal Nandrin novembre 2012.pdf

    Conseil communal Nandrin décembre 2012 clic ici.pdf

    Conseil communal Nandrin 18 décembre 2012 clic ici.pdf

    Conseil Communal Nandrin 

    Pour Nandrin 

    Piron Jeannick ,Marc Evrard ,Bogdan Piotrowski.

    DSC02561.JPG

    DSC02580.JPG

     

    DSC02600.JPG

     

     Conseil CPAS Didier Maka

     

    2241855447.jpg

  • PRESS’en BREF n° 07-‘15 Le P.P. ou le p.p. à Nandrin ? Le Petit Prince ou le pouvoir du prince à Nandrin ?

    4.jpg

    Le P.P. ou le p.p. à Nandrin ?

    Le Petit Prince ou le pouvoir du prince à Nandrin ?

     

     

    Malheureusement, ce p.p. s’écrit avec un petit p car le grand P, comme dans Prince Carnaval, n’est plus d’actualité à Nandrin !

    Car, chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

    il y a longtemps à Nandrin qu’on ne fait plus la fête (parfois lors des jumelages) et qu’on ne peut plus contrarier le « grand timonier » (par ailleurs, absent lors des dernières fêtes du jumelage des jumeaux de Saint-Séverin).

    Comme l’aurait chanté Clo-Clo dans ses premiers tubes, sous la législature actuelle, c’est « marche tout droit » et c’est comme je le dis.

    Ce n’est plus Jacadi mais c’est Micheladi !

    J’entends déjà les fans me dire : vous exagérez PNa et votre anti-lemmenisme vous reprend.

    Pas du tout et je vous fais juge de ce qui s’est à nouveau passé lors du conseil communal de ce mardi 19 mai, avant même que le conseil ne commence.

    Le groupe « Pour Nandrin » avait proposé un point complémentaire à l’ordre du jour du conseil en vue de faire adopter, par celui-ci, la décision de principe de réaliser un Programme communal de Développement Rural.

    Si on sait que plus de 100 communes l’ont déjà mis en œuvre et que la majorité politique se revendique aussi de la défense et de la promotion de la ruralité, « Pour Nandrin » devait légitimement s’attendre à recevoir d’ « Expression Commun(e)s, au moins une écoute attentive et un soutien réel.

    Mais, c’était sans compter sans le « pouvoir du prince », le pouvoir d’autorité du président du conseil communal, du bourgmestre, du maître de cérémonie et des débats, de celui qui « était SEUL à décider » (cf. L’Avenir du 21/05/2015).

    D’où un refus appuyé et catégorique de ne pas autoriser l’utilisation du rétroprojecteur communal pour développer ledit point complémentaire, comme il est de coutume de le pratiquer, aujourd’hui, pour illustrer un exposé.

    Au passage, chacun aura relevé que ledit M. Lemmens ne se gêne jamais pour en user et en abuser pour « accabler » le conseil de ses nombreux développements chiffrés relatifs au budget, aux comptes, voire à la dette qui, malheureusement, n’a pas toujours pas diminué malgré qu’elle « soit bien gérée » (cf. ledit quotidien).

    Cette fois-ci donc, pas de rétroprojecteur ni pour « Pour Nandrin ni pour le maïeur ce qui, évidemment devait priver ce dernier, de ses effets de manche habituels et de la traditionnelle théatralité dont il aime s’entourer.

    D’où, l’AMBIANCE des mauvais jours.

    On soupçonne également dans ce retour en force de la mauvaise humeur et de l’agressivité verbale, le fait que, dans le public très clairsemé encore, ne figurait plus celui que d’aucuns ont cru reconnaître, lors de la séance du 21 avril dernier, comme étant un observateur envoyé par ??? pour apprécier la qualité des échanges et le bon déroulement des débats.

    Etait-ce encore la « prose » d’un des conseillers de l’opposition dont il venait de prendre connaissance avec déplaisir ou tout simplement un naturel qui reprenait tout simplement le dessus, toujours est-il que M. Lemmens a refusé l’utilisation dudit appareil « POUR NE PAS DONNER UNE TRIBUNE A LEUR PROPAGANDE ».

    Ainsi donc, quand l’opposition dépose un point complémentaire relatif à l’adoption d’un Programme Communal de Développement Rural, fait-elle de la propagande (sûrement électorale ?) ?

    Curieuse conception de la démocratie et ce d’autant plus que ledit point complémentaire figure dans le programme de « Pour Nandrin » et que TOUS les groupes politiques souhaitent aussi garder une réelle ruralité pour Nandrin.

    Décidemment, M. Lemmens est bien dans la continuité de sa déclaration du lendemain des élections d’octobre 2012, lui qui avait dit que plus de « 800 Nandrinois avaient voté pour un parti populiste ».

    Et oui, chers Concitoyennes et Concitoyens, vouloir préserver la ruralité et voter pour le groupe politique qui en a fait une de ses préoccupations majeures, c’est faire du « populisme ».

    Et, bien, Monsieur le Bourgmestre et ne vous en déplaise une fois encore, « Pour Nandrin » revendique alors ce type de « populisme » - là qui, contrairement à votre Schéma de développement territorial que vous avez fait adopter aux forceps, après deux tentatives avortées et contre lequel notre conseiller vient d’introduire un recours qui a été jugé RECEVABLE,  LUI, respecte un cadre de vie ancestral et s’inscrit dans le respect de la diversité, en ce compris celle de la différence.

    Ainsi, à Nandrin, « ne pas donner une tribune à leur propagande » s’applique donc désormais à tout groupe politique qui veut exposer son programme : nous en prenons bonne note.

    Nous espérons donc qu’en toute impartialité et parce qu’il est le bourgmestre de tous, M. Lemmens n’offrira pas à son propre groupe politique, « Expression(s) Communes », lors du conseil communal du lundi 8 juin, comme il l’a annoncé et comme le relaie la presse de ce 21 mai (« Le programme politique de Nandrin -plus exactement, de la majorité- sera développé en juin. Le fonds de réserve servira à financer ses projets »), « une tribune à leur propagande ».

     

    Ainsi, « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (dans Les animaux malades de la peste du fabuliste Jean de la Fontaine) : l’Histoire est bien un éternel recommencement !

     

    « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux ».

    « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé ».

    « C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante ».

    « Droit devant soi on ne peut aller bien loin ».

    En conclusion, « s’il vous plaît, dessine-moi un mouton », demande le Petit Prince à l’aviateur !

     

    Ah, ce Petit prince sans pouvoir et pourtant, si grand.                 

    PNa

  • Rond-Point:Le périodique du groupe d’opposition communal « Pour Nandrin » (Printemps 2015)

    Rond Point Pour Nandrin 2015.jpg

     Le discours sur l’état de Nandrin : quand la réalité dépasse la fiction !

     

    Chère Nandrinoise,

    Cher Nandrinois,

     

    La Press’ion citoyenne et Press’ en Bref ayant pris quelque congé en cette fin d’hiver, avant leur retour en force, ils m’ont cédé la main pour réaliser ce qui, en prévision de 2018, devrait devenir le journal de l’opposition, le « verso du recto », de quoi permettre à nos concitoyens de se faire une opinion en dehors de la version lisse et embellie et souvent tronquée de la majorité au pouvoir, version qui se veut officielle (cf. Carrefour).

      

    Rond-Point sort ainsi son premier numéro et fort de l’expérience de ses deux consoeurs, un peu à l’instar de l’« Amédée » de François Pirette, le rédacteur se promet d’observer tout ce qui se passera à Nandrin, non pas depuis une des maisons de repos (pas encore transformée en résidence-services), située sur le territoire de notre belle commune, « celle où il fait bon vivre, etc., mais avec les yeux du bon sens et de l’esprit critique, ceux qui manquent à tant d’entreprises humaines, ici comme ailleurs.

    Le premier constat est que tout a beaucoup changé à Nandrin depuis la fusion des communes en 1976.

    Bien sûr, en quarante ans, comme Amédée, il en a vus défiler des évènements ainsi que les responsables politiques qui en ont assuré la gestion publique.

    Aussi, a-t-il décidé de rédiger ce billet d’humeur un peu à la manière de ces gens-là, des « grands » de ce monde.

    Mais, direz-vous, d’autres s’y sont déjà essayés avant lui au point que, depuis peu, le bourgmestre de la « belle en Condroz » a tenté d’imiter le président du Gouvernement wallon, Paul Magnette, lequel a voulu mettre ses pieds dans les pantoufles du président des Etats-Unis d’Amérique, en dressant l’un, l’état de Nandrin et l’autre, celui de la Wallonie.

    Si, dire que ces deux « états » peuvent se confondre sur le plan financier pourrait paraître exagérer, par contre, affirmer que leur sort pourrait être bientôt lié, ne relève jamais que des propres déclarations du bourgmestre de Nandrin, M. Lemmens.

    Malheureusement, dans un cas comme dans un autre, avec l’état de ces deux région et commune, on évolue, au mieux, dans des films de série B et à tout prendre, il vaudrait mieux choisir l’original (B. Obama) que les deux copies (P. Magnette et M. Lemmens).

    Mais, partons de cette époque où les premiers responsables politiques nandrinois des années 70 et 80 qui s’appelaient Gaston Laloux, Lucien Jacoby et François Polet, aujourd’hui décédés, géraient, avec des émoluments autrement plus modestes que maintenant, la commune de Nandrin qui comptait, alors, moins de 3.000 habitants.

    Avec les années 90 et 2000, le décor change mais le politique reste proche du citoyen.

    Pendant 18 ans, de 1994 à 2012, ce seront les années « Nandrin », à savoir les trois maïorats de Joseph Nandrin, un enfant du village de Saint-Séverin, comme le plus connu d’entre eux encore, Guy Mathot.

    Ah, Joseph N., ce « petit gars de chez nous », on l’aimait bien : toujours bien mis, aimable et prévenant, présent partout et amoureux de sa commune au point, disait-il, qu’il en avait pris le nom.

    Et puis, il aimait la bonne bouffe, les voyages, la Suisse et les autocars : tout un programme !

    Avec les années 2010, les choses changent et avec le retrait du leader charismatique, Nandrin doit se contenter de ce qu’il reste, le temps ayant fait inexorablement son oeuvre.

    Aujourd’hui, depuis la fin de l’année 2012, les élus de la nouvelle majorité ne sont plus que 9 sur 17, voire 8 quand on sait que l’un des 9 élus, une échevine, a changé de parti en cours de législature (pour information, on peut vous confirmer qu’elle n’a pas rendu son échevinat à la section locale Ecolo).

    Autre temps, autres mœurs et surtout, autre gouvernance, direz-vous !

    Autre temps certes mais avec les mêmes, puisque qu’on a fait du nouveau avec de l’ancien, l’ancien échevin des Finances étant devenu le nouveau bourgmestre.

    Si le gouvernement fédéral possède la Ministre Jacqueline Galand et sa science des chiffres, Nandrin détient lui, le spécialiste de la dette, plus exactement le spécialiste de son ampleur et de sa pseudo-maîtrise, dette tellement bien maîtrisée que, depuis 20 ans, elle n’a guère évolué puisqu’elle est passée de 5,00 millions à la fin de l’année 1994 à 3,13 millions à la fin de l’année 2014, malgré des taux de taxation parmi les plus élevés dans l’arrondissement de Huy-Waremme (8,5 % de précompte immobilier et 2.650 de centimes additionnels) et des taux d’intérêt particulièrement bas.

    Ce simple constat qui doit nous interpeller tous puisqu’il s’agit des deniers publics, c’est l’état de Nandrin, l’état de la gestion de l’ex-premier échevin, aux commandes des finances depuis 20 ans et bourgmestre encore jusqu’en 2018, Michel Lemmens, après que 40 % du temps de la législature 2012-2018 se soit écoulé.

    Aussi, quand on découvre dans le « Carrefour » du printemps 2015, en page 3, « le Mot du Bourgmestre », en pages 4 et 5, « travaux : FOCUS sur la gestion communale des travaux publics » et en pages 6 et 7 « Supracommunalité », on se dit que le discours sur l’état de Nandrin est bien maigre et, comme « Les éoliennes ont le vent en poupe » en page 8, on peut être assurer qu’elles tourneront bientôt à plein rendement avec celui, le vent que les quelques responsables politiques de la majorité et principalement ceux du collège communal font depuis maintenant près de 2 ans et demi.

    Bla-bla,  « paroles, paroles », effets d’annonce, poudre aux yeux, promesses (on rappellera que la campagne électorale est terminée) et on en passe et des meilleures, pas une semaine ne se passe sans que, dans la presse quotidienne, Nandrin fasse l’objet d’une nouvelle « sortie » du bourgmestre, responsable des Finances, président du collège et du conseil communal, porte-parole du groupe politique « Expressions Commune(s), etc., l’omni-causeur, l’omni …, quoi !

     

    « Prêtons l’argent à la Région ». Michel Lemmens lance une idée innovante pour aménager rapidement deux ronds-points (La Meuse du mercredi 18 mars 2015, en page 6).

    « Par les temps qui courent, il faut être imaginatif » (dixit M.L.).

      

    Rarement, il nous a été donné de lire une telle absurdité et s’il a bien un effet d’annonce parmi les plus grossiers, c’est bien celui-là.

    Ainsi, une commune parmi les plus endettées (plus de 3,1 millions de dette à la fin 2014, soit 50 % de son budget ordinaire !) comme Nandrin viendrait à PRETER 1,5 million d’euros (son fonds de réserve) à la Région wallonne, laquelle est elle-même endettée de plusieurs milliards (jusqu’à 11 milliards ?) d’euros pour construire deux ronds-points dont un est situé sur le territoire de la commune de Tinlot ?

    Et pourquoi pas, aussi, une absorption de la commune de Tinlot par celle de Nandrin ?

    De tels propos relèvent vraiment du « n’importe quoi » et de plus, comment ne pas y voir,  l’image du « borgne qui soutient l’aveugle » ?

    Comme effet d’annonce, c’est « grandiose » surtout que l’intéressé, M. Lemmens, se targue, sans consultation aucune du conseil communal, que l’ « on pourrait avancer un million d’euros cette année (en 2015) et le récupérer dans un an ou deux quand la Région aura les moyens ».

    De qui se moque ce bourgmestre pour annoncer une telle contrevérité quand il  sait, lui le responsable des finances, que JAMAIS, la Région n’aura les moyens (de les rendre), personne n’ignorant qu’elle « possède » une dette estimée entre 6 et 11 milliards d’euros.

    Notons au passage que le représentant du Ministre a réservé un « accueil poli et interrogatif » (c’est tout dire !) à cette proposition et que C. Louviaux, bourgmestre de Tinlot  « a eu vent de l’idée de Michel Lemmens » etdéclare « n’avoir pas encore eu de contact réel et concret au sujet d’un éventuel rond-point à l’Aldi de Tinlot. C’est une démarche surprenante, normalement la démarche est INVERSE. Je ne comprends pas vraiment le principe et …, pour le moment, je n’ai pas encore été invitée ».

    Heureusement qu’en page 8 de « Carrefour », le même bourgmestre de Nandrin nous vante les bienfaits de la « supracommunalité », sous le titre «  Vers des projets communs pour améliorer le cadre de vie des citoyens »,  avec, entre autres,la Conférence des Elus de Meuse-Condroz-Hesbaye.

    Si, les bourgmestres des 31 communes se parlaient, déjà entre voisins tinlotois et nandrinois et d’une même voix aussi, les choses revêtiraient peut-être un aspect plus sérieux, plus réfléchi et donc, plus crédible.

    Car que doivent penser les collègues-bourgmestres des 30 autres communes à qui, demain la Région wallonne pourrait refuser des subsides dans la mesure où toutes ces communes sont « riches » d’un boni cumulé ou d’un endettement de 50 % ou moins de 50 % de leur budget ordinaireou tout simplement, parce que la Région exigerait, de ces mêmes communes, des prêts à concurrence de leur fonds de réserve, TOUT CELA parce que le même bourgmestre a, de nouveau, effectuer un effet d’annonce dans la presse « pour se faire mousser ».

    Car, l’intéressé n’en est pas à son coup d’essai : chacun se souviendra de sa récente proposition de vendre l’IDEN (l’Intercommunale de distribution d’Eau de Nandrin) pour réaliser des « projets communaux » (nouveaux bâtiments administration/CPAS »).

    A chaque fois, pour masquer l’immobilisme de sa gestion communale, il lance des « idées » qui sont autant d’impossibilités ou à tout le moins, des propositions autant irréalistes qu’irréalisables, aussi vite abandonnées que formulées, de quoi « meubler le terrain ».

    Que doivent également penser les échevins et la présidente du CPAS de Nandrin qui sont « priés » de faire des économies dans leur secteur (travaux publics, enseignement, actions sociales, etc.) et de maîtriser leurs dépenses quand ils lisent dans la presse que leur bourgmestre veut prêter un million d’euros, rien qu’en 2015, à la Région, lui qui a imposé, à sa majorité, la suppression de la crèche sociale (et de l’un ou l’autre membre du personnel) parce qu’il ne voulait pas y investir les 100.000 euros nécessaires pour sa mise en conformité !

    Mais si les membres du collège communal et les autres bourgmestres vivent, périodiquement, les soubresauts de ce type de « rêves » que certains n’hésitent plus à qualifier de « cauchemars », que dire, alors, de la réaction de nos concitoyens qui devront encore subir, pendant trois ans et demi, ce type de de comportement et de gestion « utopique », véritablement dangereux pour la démocratie.

    Si cette déclaration ne revêtait pas un caractère de gravité certain, on pourrait qualifier la vision politique de ce responsable pour « sa » commune, de fantasque, voire de farfelue.

    Ainsi donc voilà ce que M. Lemmens nous a dressé comme « état de Nandrin » après deux ans et demi, lui qui semble avoir été, prioritairement, préoccupé durant cet hiver, par la supracommunalité laquelle « a été beaucoup débattue  aux derniers conseils communaux ».

    En fait, ayant reçu de sa propre majorité un sévère désaveu et une gifle magistrale, il entend par là qu’il a du s’y reprendre à deux, voire trois fois pour faire passer le très controversé S.D.T. dont seule, sa petite majorité a enfin bien voulu.

    Pour le reste, on est en droit de se poser la question de connaître ce que lui et son groupe Expressions Commun(e)s ont réalisé d’utile sur le terrain, pendant tout ce temps-là ?

    Car peut-on considérer que,  dresser pour et dans Carrefour « un grand tour d’horizon sur les bâtiments et décrire l’organisation d’une vingtaine de personnes en 4 départements … et d’un service des travaux toujours prêt à intervenir, un matériel d’intervention fort sollicité qu’il faut faire évoluer », c’est véritablement faire avancer positivement l’état de Nandrin ?

    Nous en doutons et nous affirmons qu’une fois de plus, on lance de la poudre aux yeux de nos concitoyens : du bla-bla, encore du bla-bla et toujours du bla-bla.

    De plus, si on en revient à cette problématique d’une éventuelle supracommunalité qui, demain pourrait primer sur les initiatives communales, rappelons simplement que le citoyen nandrinois, en 2012, n’a voté ni pour le GAL, ni pour la Conférence de Elus, ni pour la nouvelle structure de gestion du service d’incendie, etc.

    Il est, par ailleurs, interpellant de constater que l’autorité communale invoque de plus en plus la supracommunalité, entre autres avec le fameux schéma de développement territorial (S.D.T.) quand, hier, elle envisageait de vendre l’Intercommunale de distribution d’eau de Nandrin.

    Curieux de vouloir sacrifier une intercommunalité présente au profit d’une supracommunalité à venir !

    Notre avis est qu’il faudrait alors, aller, jusqu’au bout de la logique et envisager de refaire une nouvelle fusion des communes, ce qui permettrait de réaliser l’économie de nombreux postes locaux, donc de nombreux salaires de responsables politiques communaux (bourgmestres, échevins, présidents de CPA, etc.), ce qui permettrait d’utiliser le fonds de réserve à d’autres fins.

    « Voici, un nouvel hiver de passé et comme l’an dernier, les stocks de sel ont été peu utilisés », … comme le programme de gestion politique de la majorité !

    Ah, nous direz-vous, le sel de la vie, n’est-ce pas, à certains moments,  de se laisser bercer de douces illusions.

    Certes oui mais quand cela est à ce point récurrent, cela en devient lassant et inquiétant pour la réputation et le devenir de Nandrin.

    Où sont donc passés vos « atouts et vos richesses », ma « belle en Condroz » ? Vraisemblablement, déjà dans les « rêves » et les lamentations d’un seul homme et bientôt dans le gouffre financier de la Région wallonne ?

    Aussi, patience et persévérance, chers Concitoyennes et Concitoyens, car le compteur « PN Objectif 2018 » indique qu’il ne reste plus que 1274 jours à attendre et à s’opposer au triste « état actuel de Nandrin ».

     

    PNa

     

    N.B. : Le retour de PRESS’en BREF et de La PRESS’ion citoyenne est bien programmé dans les jours et semaines à venir.

    Avec maintenant Rond-Point, gageons que ce trio va « ré-animer » la vie politique communale nandrinoise. 

  • PRESS’en BREF n° 05 -’15 « Baisser son pantalon » : est-ce de la prostitution ?

    pantalon.jpg« La majorité a enfin réussi à voter son développement territorial », titraitun journal local, au lendemain du conseil communal de ce mardi 24 février.

    Pour son troisième passage en séance, le Schéma de Développement Territorial allait-il être recalé pour la seconde fois ?

    Comme nous l’avions annoncé dans PeB 4, la « petite majorité (9 élus sur 17) Expressions Commune(s) » avait battu le rappel des troupes: tous présents !

    Avec en tête, les Ecolo, les ardents et fervents défenseurs de l’écologie, de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

    Aussi, avec le retour d’Anne de Potter, échevine de l’Environnement, la présence de Charlotte Tilmant, échevine de l’Aménagement du territoire, aux commandes du dossier et celle de Guy Brassel, conseiller Ecolo qui s’était abstenu lors du vote du 30/12/2014, c’est donc par 9 votes FAVORABLES contre les 8 NON de l’opposition de « Pour Nandrin » et de  « Tous Ensemble », que ce S.D.T. a été enfanté dans la douleur.

    Conclusion : la porte est maintenant grande ouverte pour des densités, dans divers coins de la commune, de 20, 30, 40 voire 60 habitations à l’hectare, oui vous avez bien lu, à l’hectare (actuellement, c’est une moyenne de 8,3 habitations/ha).

    Et oui, chers Nandrinois,

    nos « papy » pourront ainsi raconter à leurs petits-enfants, dans quelques années, quand ils seront hébergés dans la nouvelle résidence-services du Péry que cela a pris naissance du « temps des cerises » (en résine ?) et des vaches en plastique et qui sait, des champs synthétiques et des arbres en PVC,

    en un temps où les ECOLO étaient associés à la direction de Nandrin.

    Quant à la problématique de la véritable prostitution à Nandrin, qu’en est-il advenu du point complémentaire introduit par le groupe « Pour Nandrin », au conseil, visant à réglementer ce phénomène, de retour à Nandrin ?

    Vous étonnera-t-on si on vous dit que cela en a amusé plus d’un dont  le bourgmestre M. Lemmens qui n’a pu s’empêché d’ironiser, au point de trouver le groupe « Pour Nandrin » bien rigoureux dans son étude.

    Alors que dans le premier article, il déclarait qu’ « il n’avait pas d’état d’âme par rapport à cela », cette fois-ci, il « affirme qu’il n’y a jamais eu un début de commencement de prostitution depuis 15 ans à Nandrin ».

    Comprenne qui pourra, donc.

    Lors du conseil communal, il s’est permis aussi d’apostropher la jeune journaliste du journal « La Meuse », auteur de l’article qui, présente dans la salle pour couvrir le conseil communal, a été profondément choqué par cette déclaration mettant en cause son honnêteté (journalistique) !

    Elle lui a répondu ce jeudi, dans son journal,  confirmant que c’était bien une des dames qui, lorsqu’elle l’avait interrogée, l’avait bien entretenu de leur « activité » exercée sur le territoire de Nandrin.

    Et voici maintenant, « l’arroseur arrosé » pris en défaut d’exprimer une très grosse contre-vérité et une belle muflerie !

    Quant au règlement, il fut rejeté par les 9 voix de la majorité, dont les 2 voix du cdH, parti connu pour être attentif aux valeurs familiales.

    Et oui, chers Nandrinois,

    nos « papy » pourront ainsi raconter, à leurs petits-enfants, dans quelques années, quand ils seront hébergés dans la nouvelle résidence-services du Péry, que ce règlement sur la prostitution a été refusé,

    en un temps (2012-2018 ?) où le bourgmestre M. Lemmens dirigeait la majorité au sein de la commune de Nandrin.

    Moralité: la « Belle »-en-Condroz, Nandrin,  réalité ou ruralité ?

    PNa

  • PRESS’ en BREF n° 02-‘15 Quand « Plus égale moins », à Nandrin : la preuve par 9 !

    plus et moins.jpgPRESS’ en BREF n° 02-‘15

     

     

     

     

    Quand « Plus égale moins », à Nandrin : la preuve par 9 !

     

    Les « Plus »

    • Projet de fusion de l’administration communale et du CPAS et projet de construction d’une nouvelle administration communale  (coût de +/- 2 millions d’euro) et projet d’une maison du village à Villers-le-temple (coût de +/- 1 million d’euros)
    • Programmation  de nombreux lotissements et augmentation du nombre d’habitations à l’hectare (de 8, 3 jusqu’à 40 à 60/ha : cf. Schéma de Développement Territorial refusé le 30/12/2014 et définitivement ?)
    • Augmentation de l’insécurité des biens et des personnes sur le territoire communal (cf. chiffres de la police de la zone du Condroz)

     

    Les « Egaux »

    •  Budget 2015, comme le veut la loi, en équilibre mais « sans gloire »
    • Taxation inchangée mais élevée (8,5 % IPP et 2650 centimes additionnels)
    • 5800 habitants pour la commune la plus peuplée du Condroz hutois mais Nandrin stagne et n’attire plus

     

    Les « Moins »

    • Dette de 3,2 millions
    • Suppression de la crèche communale sociale
    • Suppression de l’accueil des nouveaux habitants, de l’octroi des mérites sportifs et de la représentation communale, celle des conseillers communaux aux manifestations citoyennes officielles (noces d’or,etc)

     

    En résumé, 

    2012 moins 2014 égale moins 2.

    La température est donc à nouveau négative à Nandrin, en ce début d’année 2015.

     

     

    PNa

    PRESS'en BREF 2 Clic ici.pdf

     

  • Le Conseil Communal de du 16 décembre 2014 dans Vers l'Avenir

    Budget fade à Nandrin 16 décembre 2016 vers l'avenir.JPG

    Deux gros investissements

    Malgré ces quelques inquiétudes, la commune de Nandrin prévoit tout de même deux gros investissements: 100 000€ pour l’étude de la maison du village de Villers-le-Temple et 150 000€ pour la nouvelle administration qui comprendra à l’avenir la commune, le CPAS et la police.

    Suite à cette présentation, Marc Evrard, porte-parole de Pour Nandrin, a comparé le budget de Michel Lemmens à un «Beaujolais nouveau qui a le même gout de cerise, de framboise, de cassis et de banane depuis 3 ans. Il est fade et sans matière.»«Même la dette communale est en légère diminution depuis 2013, preuve que vous ne faites plus rien!» Puisque Nandrin n’ayant finalement pas été choisie comme commune pilote pour le plan stratégique transversal, Marc Evrard en a profité: «Vous êtes comme une âme en peine, sans ligne directrice, sans projet et sans réalisation utile pour nos concitoyens.»

    Comportement «irrévérencieux»

    Plutôt que de prendre le temps de passer en revue chaque page comme chaque année, les trois conseillers de l’opposition «Pour nandrin», Marc Evrard, Jeannick Piron et Bogdan Piotrowski, ont décidé de se lever et quitter le conseil. «En espérant qu’une telle mascarade n’aura plus lieu.»

    «C’est complètement ridicule», commente Michel Lemmens. «Compte tenu de mon exposé, leur critique ne tenait pas la route. Marc Evrard a été 18 ans à mes côtés dans la majorité. Je me suis toujours occupé du budget sans aucun problème. Je trouve ce comportement très irrévérencieux pour le personnel qui a travaillé les week-ends et les jours de grève pour mettre tout en place à temps.»

     

    Budget fade article dans vers l'avenir du 18 décembre 2014 clic ici.pdf

     

    http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20141217_00575091

  • Le Conseil Communal de du 16 décembre 2014 dans La Meuse « Pour Nandrin » quitte le conseil communal

     

    « Pour Nandrin » quitte dans la Meuse.JPG

     

    Le groupe d’opposition rejette le budget

    Le Conseil de Nandrin a fini dans la stupeur, ce mardi soir.
    Après la présentation du budget 2015 par le bourgmestre, le groupe d’opposition « Pour Nandrin » a lu une lettre fustigeant le manque de perspectives et de projets de la majorité et a quitté la séance. 
    Michel Lemmens assume quant à lui le budget à l’équilibre et la dette maîtrisée de sa commune.
     
    PowerPoint à l’appui, le bourgmestre PS de Nandrin,Michel Lemmens, a présenté un budget communal 2015 à l’équilibre.
     A l’ordinaire, les recettes à l’exercice propre s’élèvent à 6,372 millions et les dépenses à 6,363 millions,soit un boni de 9.400 euros. Le résultat général se monte à 400.500 euros.
     On enregistre 297.000 euros au fonds de réserve.
    «75 % des recettes de la commune proviennent de la fiscalité.
     Les Nandrinois sont riches mais Nandrin n’est pas une commune riche, elle dispose de peu de recettes propres.
     Au niveau des dépenses, il n’y a pas eu de nouveaux engagements au sein du personnel communal (qui représente 44 % des dépenses) depuis 10 ans.
    Les transferts (à des tiers comme le CPAS qui reçoit 10.000 euros supplémentaires de dotation, le SRI etc.)
    sont en évolution constante. 
    Et la dette communale est stable (3,165 millions) et va continuer à baisser.
    Fin 2015, elle tombera à 2,791 millions d’euros car aucun nouvel emprunt ne devrait être souscrit en 2015 (comme depuis 2011). 
    La fiscalité de base est inchangée depuis 2011 et nous avons prévu le coût du Service régional d’incendie de Huy pour 2015 », détaille Michel Lemmens.
    A l’extraordinaire, les recettes sont de 122.000 euros et les dépenses de 540.900 euros, soit un mali de 418.900 euros compensé par un prélèvement sur le fonds de réserve et le budget ordinaire de sorte que le résultat général est nul. 
    Le fonds de réserve extraordinaire se chiffre désormais à 66.800 euros.
     Parmi les projets, deux études sont budgétisées à 250.000 euros : la rénovation de la maison de village de Villers-le-Temple (la priorité) et la nouvelle administration communale regroupant le CPAS. 
    «Le budget ne comprend certes pas de grands projets mais ceux-ci viendront au moment de l’injection du compte 2014 », précisent le mayeur et échevin des finances.
    Et de conclure sur une nécessaire prudence pour les budgets futurs.
    Marc Evrard, de l’opposition « Pour Nandrin » s’est inquiété de l’évolution de la dette.
     «Avec la nouvelle maison communale, la dette va grimper à 3,5 millions. 
    Ce n’est pas prudent. » Il a ensuite lu une lettre dénonçant la vacuité du budget «fade et sans matière pour la 3e année consécutive », le comparant au Beaujolais nouveau.
     «La majorité n’applique pas son programme.
    Le rapport d’activités 2014 est criant, il ne s’agit que d’un catalogue de bonnes intentions.
     La dette diminue, la preuve que vous ne faites plus rien », assène-t-il. 
    Les trois conseillers se sont levés et ont quitté le Conseil en guise de contestation. 
    «S’il n’aime pas le Beaujolais, qu’il boive de la limonade.
    Ce budget n’a rien de gênant.
    Quant aux projets futurs, nous aurons une réserve de 1,5 million en 2015 avec l’espoir d’un investissement de 2 millions en 2016.
     La dette ne sera pas impactée », a commenté le mayeur.
     
    Article de ANNICK GOVAERS Pour La Meuse .
     
     
    L’AUTRE OPPOSITION « TOUS ENSEMBLE »
     
    Alain Henry : « Partir de la sorte était exagéré »
     
    Le geste fort de « Pour Nandrin » a choqué le Conseil. 
    Après son départ, Eric Cop de l’opposition « Tous Ensemble » a glissé à l’adresse de Michel Lemmens : «On peut vous critiquer comme bourgmestre, mais pour les finances,vous êtes l’un des plus aptes à les réaliser ».
     «Les joutes verbales entre Marc Evrard et Michel Lemmens, c’est de pire en pire. 
    Je ne tiens ni pour l’un ni pour l’autre. 
    Ce que Pour Nandrin a fait me semble exagéré. 
    Je ne suis pas d’accord avec le fait que la commune soit mal gérée,c’est vrai que la majorité ne fait pas grand-chose mais tout le personnel communal est payé en temps et en heure et on rembourse la dette.
    En plus, avec tous les transferts (pompiers, police) qui augmentent,il faut faire attention. 
    Perso, je m’oppose au projet d’une nouvelle maison communale », déclare le conseiller Alain Henry. 
    Les trois représentants de TE (Guy Mottet et Benoît Ramelot étant absents) se sont abstenus au moment du vote du budget. 
     
    Nandrin ,Les Échos du conseil Communal
     
    La 3e modification budgétaire 2014 du CPAS a été votée. 
    Le résultat à l’ordinaire est de 1.527.227 euros, en recettes comme en dépenses.
     « C’était nécessaire pour payer les frais engagés. 
    Il faut savoir que la directrice générale actuelle n’a pas fait le budget.
     On n’avait pas prévu l’engagement d’une personne, les statuts changeant, il fallait modifier », a justifié la présidente, Béatrice Zucca.
     La dotation de Nandrin à la zone de police du Condroz s’élève à 351.252 euros pour 2015.
     « N’organiserait-on pas une séance d’info sur les vols, comme à Clavier ? », a demandé Marc Evrard.
    « Ce n’est pas prévu à court terme pour ne pas faire paniquer la population.
     Philippe Dubois a fait cavalier seul ici. »
     Les 3 observateurs au sein du CA du foot sont Henri Dehareng, Axel Pire (EC) et l’ex-président Alain Henry (TE).  
     
    Voir Lincent Eux 
     

    pour nandrin,bourgmestre,michel lemmens expressions communes nandrin,marc evrard,bogdand piotrowsk,jeannick piron

     

     

    Commentaire de Bogdan Piotrowski 

     

    "Comme vous aurez pu le lire dans la presse, notre intervention visait à mettre en évidence l’absence de programme politique de la majorité actuelle, qui reflète une absence de vision pour le devenir de la commune. En effet, occuper des postes et gérer, c’est le propre de l’administration. Cependant, force est de constater que faute de programme politique, cela fait deux ans que la commune se retrouve en ‘affaires courantes’, et le budget concocté pour l’année 2015 reconduit cette situation. Lors du premier budget (2013) on nous a dit que le PST (Programme Stratégique Transversal), tel qu'il avait été annoncé à coups de tapages médiatiques par le groupe ‘expression commune(s)’ lors de la campagne électorale, n’était pas présenté car il s’agissait d’un projet ‘pilote’. Lors du second budget (2014) on nous a affirmé qu’il a pris un peu de retard, et là on apprend qu’il est passé sous la trappe du fait qu’il aurait été rentré en retard. Deux années passées au pouvoir, et toujours pas de programme présenté pour cette troisième année de législature. C’est juste un scandale. On pouvait être d’accord, ou ne pas être d’accord avec la politique menée par l’ancien bourgmestre, mais pour mener à bien son mandat, il a estimé utile de devoir prendre congé de ses fonctions dans l’enseignement pour se consacrer à temps plein à ses fonctions de bourgmestre de la commune de Nandrin. Sur ce point, on vit un fameux retour en arrière, Non seulement le bourgmestre actuel a conservé son travail antérieur, mais en plus, tout le monde sait qu'il s’occupe en plus de plusieurs petites sociétés. La question qu’il convient de se poser à présent est de savoir, faute de programme politique clairement établi, et en raison du peu de disponibilité de certains mandataires, qui dirige vraiment cette commune ? Est-ce, comme il se doit, le ‘politique’, ou serait-ce l’administration qui se contenterait de la ‘gérer’ ? Est-il normal que l’on retrouve sur des documents officiels le cachet du bourgmestre plutôt que sa signature manuscrite ? N’assiste-ton pas à une situation de chaos qui semble arranger tout le monde ? En effet, du point de vue de la majorité politique, cette situation conduit à faire disparaître, dans les apparences pour le moins, le problème lié au manque de disponibilité de certains de leurs mandataires, ainsi que l’impossibilité, pour la coalition ‘expression commune’, de s’accorder autour d’un programme 'commun', ce qui est un comble en soi. Quant à l’administration, il y a lieu de noter qu’elle a tout intérêt à ce qu’il n’y ait pas de programme politique puisque les dernières réformes en date ont voulu que l’évaluation des agents tienne compte de leur aptitude à mettre en œuvre le programme politique contenu dans le PST. Il était donc temps de tirer la sonnette d’alarme, et c’est ce que nous avons fait par le biais de notre intervention. Quant au groupe ‘Tous ensemble’, il est regrettable de constater qu’en l’absence de leur chef de file, leurs ‘ouailles’ semblent chercher à s’envoler là on bon leur semble. Bogdan"

  • Pour Nandrin à Bastogne pour les commémorations du 70e anniversaire de la Batailles des Ardennes

     

    bastogne 13 dec2014.jpg

    40.000 personnes ce week-end à Bastogne
     
     le conseiller Marc Evrard, porte-parole du groupe politique
    « Pour Nandrin » était présent samedi 13 décembre 2014 à Bastogne 
     
    Les commémorations du 70e anniversaire de la Batailles des Ardennes ont attiré 40.000 personnes ce week-end à Bastogne, a annoncé dimanche soir la ville de Bastogne.
    Les commémorations auront été marquées par la présence de 40 vétérans, revenus à Bastogne, et mis à l’honneur notamment, samedi, en présence du couple royal ainsi que d’une délégation officielle américaine.
    Un moment de recueillement a également été organisé, dimanche, dans le village de Noville, où huit civils furent fusillés par des SS en décembre 1944.
    Diverses reconstitutions étaient aussi au programme du week-end.
     

    RTB Bastogne parapluie pour Nandrin .jpg

  • Le groupe "Pour Nandrin" présente, à la famille royale, ses condoléances les plus émues.

     La Reine et Moi.JPG

    "La Reine et Moi"
     
    Quand une reine rejoint son prince charmant, la nation "Belgique" se souvient, à Nandrin en province de Liège, de Son Altesse royale Fabiola, de sa bonne humeur, de son amour des enfants et surtout, de son action quotidienne en faveur des plus faibles.
     
    Une grande Dame nous quitte mais son souvenir restera toujours associé à celui du Roi Baudouin avec lequel Elle a constitué un couple exemplaire, symbole d'union et d'unité.

    Le groupe "Pour Nandrin" présente, à la famille royale, ses condoléances les plus émues.

     

     

  • Cela rappelle, malheureusement, le conseil communal du 21 mai 2014 à Nandrin

    10441014_10152405561938365_3773662389096896079_n.jpg

     

    Cela me rappelle, malheureusement, le conseil communal du 21 mai 2014 à Nandrin au cours duquel le bourgmestre socialiste s'est aussi conduit, à mon égard (Marc Evrard), de manière calomnieuse, injurieuse, voire punissable au regard de la loi.

     

    Voir Article clic ici 

     
  • Conseil Communal de Nandrin le 16 septembre 2014 à 20 h plus trois points complémentaires de "Pour Nandrin"

    Conseil Communal 16 sept 2014.JPG

     

    Le conseil communal du 16 septembre 2014 clic ici.pdf

     

    Les Points complémentaires du groupe

    "Pour Nandrin"

     

    ODJ revalorisation petits baremes Clic ici.docx

    ODJ fusion commune CPAS clic ici.docx

    ODJ installation wifi Clic ici.docx

     

  • La nomination du directeur du CPAS annulée à Nandrin

    cpas.JPG

    cpas clic ici.JPG

     

    la nomination du directeur du cpas annulée à nandrin,morrier denis,zucca béatrice,lemmens michel,pour nandrin,marc evrard,piron jeannick,bogdan piotrowski

     

    Denis Morrier n’a pas les titres requis

    Ce soir, le Conseil de l’action sociale devrait prendre une décision qui risque de faire des vagues à Nandrin. 
    L’ordre du jour prévoit en effet le retrait de la délibération du 5 juin 2013 qui portait sur la nomination d’un secrétaire/directeur général. 
    Denis Morrier n’a pas les titres requis, sa nomination est « irrégulière ». 
    Le directeur du CPAS nandrinois va donc perdre son job, suite à un recours introduit par une candidate malheureuse au poste.
     
    Tout commence par un examen de recrutement d’un secrétaire/directeur général de CPAS à Nandrin.
     
    Seuls deux postulants réussissent l’examen.
     Le Conseil de l’action sociale choisit la candidature de Denis Morrier, expérimenté dans le domaine des titres-services.
     
    La candidate déçue introduit alors un recours en annulation au Conseil d’Etat contre cette décision : «Quand j’ai lu la délibération,j’ai remarqué qu’il n’avait pas les titres requis, contrairement à moi », confie Laurence Leclercq, Nandrinoise responsable de l’ADL de Neupré.
     
    A savoir un diplôme universitaire et de sciences administratives (sauf dispenses). Le recours formé par Mme Leclercq est toujours pendant devant le Conseil d’Etat mais le Conseil du CPAS a décidé de prendre les devants. 
     
    A l’ordre du jour de ce soir, il est prévu de voter le retrait de la nomination de Denis Morrier.
     
     Il est indiqué dans un extrait du registre aux délibérations du Conseil de l’action sociale (que nous avons pu nous procurer) : « Le moyen relevé par Madame semble fondé, le Directeur général ne satisfaisant pas à une des conditions de diplôme imposée par le statut administratif du secrétaire du CPAS de Nandrin. 
    La nomination du secrétaire est irrégulière.
     L’annulation de la nomination par le Conseil d’État semble inévitable sinon très vraisemblable », précisant que «le Conseil a la possibilité de retirer une décision irrégulière qu’il a prise pour autant qu’un recours en annulation soit pendant devant le Conseil d’État », ce qui est le cas.
     
    Une décision qui intervient 10 mois et demi après la nomination dudit directeur...
     
    Si Denis Morrier n’a pas souhaité réagir avant le vote du Conseil, l’opposition « Pour Nandrin » monte au créneau. «Les irrégularités s’accumulent (d’abord les élections même si nous avons perdu notre recours, des irrégularités ont été relevées, puis les mandats de
    l’IDEN, maintenant ceci).
     
     C’est une faute grave du CPAS de n’avoir pas remarqué que M. Morrier n’avait pas les titres requis !
     Ça se voit facilement dans un CV tout de même »,pointe Marc Evrard. «Puisqu’on fait comme si M. Morrier n’avait jamais existé, qu’en est-il de la légalité des actes signés depuis sa désignation ? », s’interroge Bogdan Piotrowski.
    «La faute est double puisque non seulement le CPAS n’a pas fait attention sur le moment,mais en plus il a persisté dans son erreur jusqu’à aujourd’hui. 
    Et ce, malgré les éléments évidents du recours », ajoute Jeannick Piron.
    «Quand on n’est pas sûr, il faut s’adresser à un professionnel, par exemple le directeur général de la commune, pour qu’il vérifie.
     Cela n’a manifestement pas été fait », enchérit Marc Evrard.
     Les trois conseillers le clament, la confiance est rompue entre l’administration et les citoyens.
     
     Ils exigent la démission de la présidente du CPAS, Béatrice Zucca.
     
    Guy Mottet (Tous Ensemble),conseiller communal et CPAS et membre du bureau permanent, ne va pas jusque là. 
    «Mme Zucca at-elle la compétence pour juger de la teneur des documents soumis ? 
    A-telle vraiment les rennes du CPAS ? 
    De quelle autonomie dispose-telle ? », lance-t-il, faisant référence à ce qui s’apparente selon lui à une main mise communale.
    Le conseiller se pose pas mal de questions sur le fonctionnement du CPAS. 
    «Je ne prends pas encore position car je ne dispose pour l’instant que de bribes d’information données par le bourgmestre à la fin du dernier Conseil du CPAS.
     
     L’annulation de la désignation du directeur général est une volonté du Collège communal.
     
     Il est clair dans ma tête qu’on a les titres ou on ne les a pas.
    M. Morrier a été très honnête, il a fourni tous les documents, il appartenait au CPAS de les examiner et d’être cohérent. 
    Il a émis un choix non vérifié.
     
    A l’époque, notre groupe n’avait pas opté pour la candidature de M. Morrier et, au sein du bureau permanent,je n’ai pas voulu ester en justice pour défendre la décision du CPAS puisque le montant estimé pour ce faire était colossal (entre 50.000 et 75.000 euros) et qu’on avait peu de chances de gagner, disaient les avocats. 
     
     
    La majorité a néanmoins décidé d’y aller... »
    Le bourgmestre, Michel Lemmens (EC), n’a pas souhaité réagir.
     
    Article ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse Huy Waremme du 24 avril 2014
     
    LA CANDIDATE DÉÇUE
    « Pas sûr que j’aie la place »
     
    Laurence Leclercq, la candidate malheureuse au poste de directeur général du Conseil de l’action sociale, se montre prudente.
    Rappelons que le Conseil d’Etat n’a pas encore statué sur le dossier, bien que le CPAS estime l’annulation « inévitable ».
    «C’est une très bonne chose. 
    Cela dit, nous verrons bien, je n’ai encore eu aucun contact avec le CPAS. 
    L’annulation de la nomination du directeur général ne signifie pas que j’aurai automatiquement la place », déclare-telle.
     
  • Bonne année 2014 à vous !!!

    pn 2014.jpg

    Un Nouvel An pour un… Nouvel élan !

    Que cette nouvelle aventure qui commence vous apporte son lot de joie, d’amour,la santé et chance, que tous vos rêves et vos espérances se réalisent dans l’abondance et que chacune de vos résolutions annonce une nouvelle vie, pleine d’émotion !

  • Bon 1er Mai à vous toutes et tous !!!!!!

    090414054332625558.gif

    Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur, elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. 
    Marcel Proust
    Bon 1er Mai à vous toutes et tous !!!!!!

  • Chose rare, la télévision RTC s’est déplacée jusque Nandrin voir la vidéo

    div>

    48.JPGNandrin a vécu, hier, son premier Conseil communal depuis que le Conseil d’Etat a validé les élections et rejeté le recours de l’opposition « Pour Nandrin ». Une session que d’aucuns espéraient  mouvementée. 

    La télévision régionale RTC s’est même déplacée dans la petite commune condruzienne, peu habituée aux caméras.
    Article de A G dans la Meuse H-W du 24 janvier 2013

    49.JPG

    Clic sur l'image pour voir la vidéo 

    ou 

    Clic ici 


  • Les membres du groupe “Pour Nandrin” vont au bout de leur logique

    1 décembre 2012 la meuse 1.JPGIls ne lâchent pas le morceau.
    Les membres du groupe “Pour Nandrin” vont au bout de leur logique et ont  introduit un recours devant le Conseil d’Etat, pour faire invalider les élections.
    Mercredi, Jeannick Piron, Marc Evrard et Bodgan Piotrowski, du groupe “Pour Nandrin”, ont introduit un recours devant le Conseil d’État,contre la décision du Collège Provincial.
    On se souvient, qu’au lendemain de la tenue des élections communales,cette nouvelle formation politique avait introduitun recours devant le collège provincial.
    La raison?Ouplutôt les raisons, car ses membre sont établi un relevé de plusieurs irrégularités dans le déroulement des élections, irrégularités que ses membres qualifient de graves.“Nous avons proposé aux autres groupes de se joindre à nous pour introduire le 1er recours devant le collège provincial ”, relève Jeannick Piron. “C’est avec nos deniers,ceux des 17 membres du groupe que nous payons ces démarches ”,faisant ainsi écho aux propos tenus dans nos colonnes par le futur bourgmestre, Michel Lemmens.
    Bourgmestre à partir du 3 décembre, oui mais pour combien de temps? Car, les membres de Pour Nandrin comptent obtenir gain de cause.
    “Le Conseil d’État nous semble plus objectif pour trancher par rapport au Collège Provincial.
    Oui, nous sommes conscients qu’une décision en notre faveur aboutira à retourner aux urnes.
    La majorité pourrait basculer. ” Marc Evrard et Jeannick Piron ajoutent: “Depuis le 15 octobre, nous avons de plus en plus de citoyens qui nous rejoignent et nous encouragent à poursuivre. ”Le Conseil d’État devrait statuer d’ici 60jours.
    Si Pour Nandrin gagne, les Nandrinois pourraient retourner aux urnes une cinquantaine de jours plus tard (à la mi-mars).
    Néanmoins,lundi prochain, à Nandrin comme partout en Belgique, les nouveaux élus du 14 octobre, doivent prêter serment.
    Qu’en sera-t-il  àNandrin?  “Notre recours n’est pas  suspensif ”,indique MarcEvrard.
    Devant  ce marasme, comment Jeannick Piron, Marc Evrard et Bogdan Piotrowski appréhendent-ils de siéger dès le 3 décembre? “Un peu inquiets parce que le climat est mauvais et ce, depuis bien avant les élections du 14 octobre.
    Sinon, nous sommes sereins.
    Il faut que l’on retrouve le sens de la mesure,du sang froid,on est dans un jeu politique.
    Nous serons attentifs aux citoyens,à informer ceux-ci.
    Nous nous baserons sur notre programme, nous nous structurons, avons créé Nandrin Festif pour arriver à financer notre groupe.
     ”Pour Nandrin est impatient  de voir comment les anciens groupes de l’opposition, qui se retrouvent à ce jour dans la majorité,géreront des dossiers tels que ceux des lotissementsou encore les structures sportives.
    On l’a compris Pour Nandrin semble bien démarrer une nouvelle campagne électorale.
    Article de Sonia K dans la Meuse Huy Waremme du 1 décembre 2012

    1 décembre 2012 la meuse2.JPG
    «