Real Time Web Analytics

uPN

  • La PRESS’ion citoyenne n° 22 - ’18 La tactique du trio Pollain-Tilmant-Ramelot … : Viv(r)e Nandrin !

    “AUX LARMES, CITOYENS”, voici ce que nous inspire les belles promesses des échevins et ex- échevin Pollain, Tilmant et Ramelot, à propos de leur nouvel engagement pour Nandrin.

    Car les bien connus dissidents que sont « l’écologiste » Charlote Tilmant (qui a quitté Ecolo-Nandrin pour passer au PS, il y a trois ans déjà, sans rendre son mandat d’échevine à son groupe d’origine), le réformateur Benoît Ramelot (qui a lâché, il y a trois mois, le groupe « Tous Ensemble » qu’il avait fondé et dont il était le chef de file) et le socialiste Daniel Pollain, premier échevin (qui a trahi son bourgmestre Michel Lemmens et son collège), viennent de dévoiler leur stratégie pour les prochaines communales.

    Si on lit bien la déclaration de celui qui n’est pas encore le chef de file de ce triumvirat de transfuges, Daniel Pollain, la liste ne se veut « ni apolitique, citoyenne ou blanche: elle est faite de plusieurs couleurs, chacun avec ses convictions propres ...”

    De fait, cette nouvelle liste nous rappelle étrangement la précédente, la défunte liste de la majorité “Expressions Commune(s)”, réunion en 2012 des trois partis PS, Ecolo et cdH qui possédaient tellement bien, eux aussi, leurs “convictions propres” qu’aujourd’hui, le PS nandrinois est coupé en deux, les derniers Ecolo ne savent pas s’ils iront aux élections et le cdH est éclaté.

    La belle unité de ce mouvement “rassembleur” de majorité “Expressions Commune(s) qui n’a, par ailleurs, duré que quelques mois, comme s’est plu à le rappeler, récemment, le groupe Ecolo, aura, ainsi, implosé à cause de ses propres divisions.

    Quant à savoir dans celles et ceux qui composent ce “Viv(r)e Nandrin”, qui est encore qui, tant les actes de félonie (trahison) ont été nombreux, peu de Nandrinois pourraient encore le dire ?

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

    Ainsi, cette troïka d’opportunistes compte se refaire une santé pour les prochaines élections communales et propose de réaliser pour 2018-2024, ce qu’ils n’ont pas été capables d’accomplir de 2012 à 2018 quand deux d’entre eux sur trois étaient au pouvoir.

    Pour ce faire, elle mise, sur une (très) jeune candidate neupréenne, aujourd’hui heureusement nandrinoise et bientôt majeure.

    Même si, comme l’écrit erronément le journal “La Meuse”, notre chef de file Marc Evrard n’a pas “courtisé” la demoiselle, sa qualité de quatre fois grand-père et d’ancien préfet des études d’école secondaire honorable l’ayant mis à l’abri de toute velléité de séducteur, il constate avec satisfaction, à l’instar de “Pour Nandrin, citoyenne” que des jeunes aspirent (encore) à vouloir s’occuper de la “chose publique”.

    Par ces temps troublés, où beaucoup s’écartent trop volontiers de la défense de l’intérêt public au profit de leurs intérêts privés, surtout dans le chef de ceux qui composent majoritairement le parti dominant de Wallonie auquel se revendiquent, d’ailleurs, D. Pollain et Ch. Tilmant, il convient de saluer l’arrivée d’une nouvelle pousse en politique.

    Il serait, par contre, “criminel” de laisser croire à cette jeune aspirante que tout est rose en ce bas monde politique et surtout “qu’on y retrouve de la convivialité et une vision optimiste de la politique. Je me retrouve dans ce projet rassembleur”, déclare Amandine Tack dans “La Meuse” de ce 2 mars 2018.

    Car, jusqu’à présent, “Viv(r)e Nandrin” et ses membres fondateurs illustrent davantage le rassemblement de dissidents, critiques et négatifs et apparaît à beaucoup et surtout aux initiés (n’est-ce pas M. Lemmens, A. de Potter, H. Dehareng, M. Brandt et E. Cop ?) comme la somme des trahisons qui peuvent se commettre et se dérouler durant une législature communale.

    Aussi, s’il faut souhaiter la bienvenue, dans la jungle politique, à cette nouvelle candidate, il faut aussi espérer que les innombrables “moi, je” (“je fais” x4, “je suis” x2, “j’écris” x1, “je connais” x1) avec lesquels elle s’est décrite dans sa courte interview, ne la priveront pas de l’humilité nécessaire pour se consacrer aux véritables préoccupations des Nandrinois dont “Pour Nandrin citoyenne” s’est voulu, prioritairement, à l’écoute depuis plus de cinq ans.

    S’il en est bien un, aujourd’hui qui doit se réjouir d’être débarrassé de ce trio, on ne peut plus politiquement interchangeable et indéfinissable, c’est bien le bourgmestre Michel Lemmens qui travaille, en ce moment, à parachever l’ “oeuvre”de sa législature, sa nouvelle administration au coût de près de 2 millions d’euros !

    “AUX LARMES, CITOYENS” et BASTA maintenant !

    Disons STOP, dès le 14 octobre 2018, à ces gestionnaires, à leurs nouvelles belles promesses électorales et SURTOUT, stop à ces apprentis-sorciers qui veulent remettre le couvert pour repasser les mêmes plats, froids.

    Car pour que “Viv(r)e Nandrin”,  voeu autant “pieux” qu’anachronique, il faudrait afficher un autre bilan que celui de ces mandataires-là, bilan construit à coups de QUERELLES, de RENIEMENTS et de PROMESSES NON TENUES mais aussi de SUPPRESSIONS et de DEPENSES FASTUEUSES et peu respectueuses de l’intérêt communal général !

    Plus que la dose d’optimisme dont tout primo-candidat peut s’enorgueillir, il faudra bien “un nouveau souffle”, le souffle citoyen, le bon gros souffle des Citoyens Nandrinois pour vider les “écuries d’Augias* ” et donc, pour CHANGER cet état de choses, à Nandrin.

    uPNc (mars 2018)

     

    * Le 5ème travail d’Hercule fut de rendre PROPRES (cf. certaines affaires impliquant TOUJOURS le même parti, avec qui certain(e)s vont s’allier, ici, à Nandrin) les écuries d’Augias (fermier qui possédait 30.000 boeufs), lesquelles n’avaient plus été nettoyées depuis 30 ans !

     

     

    Article complet du Journal La Meuse H-W du 2 mars 2018 clic ici Le nom de leur groupe: «Viv(r)e Nandrin»

     

    Article de l'Avenir 2 mars 2018 clic ici «Vivre Nandrin», le nom de la liste Pollain, Tilman et Ramelot

     

    vivre nandrin.JPG

    Photo  1 ® Anne Geddes .

    Photo 2 ® La Meuse H-W Sud info 

  • La PRESS’ion citoyenne n°21- ‘18 Communiqué : « Entreposages divers au Péry » - enquête

    Faisant suite à l’enquête publique relative à la régularisation de la zone de stockage de déchets et de matériaux résultant de travaux communaux sur le site du Péry, le groupe « union Pour Nandrin/Pour Nandrin, citoyenne communique le courrier que ses trois élus au conseil communal, Marc Evrard, Bogdan Piotrowski et Didier Maka ont fait parvenir ce lundi matin, 5 février, aux autorités communales de Nandrin.

    Pour rappel, c’est en date du lundi 21 août 2017, qu’alertée par « union Pour Nandrin (uPn/PNc), ainsi que le relate le journal « La Meuse », ce jeudi 8 février dans son article « Forte mobilisation contre les terres du Péry » , la police de l’Environnement de la Région wallonne a débarqué sur le site controversé et a constaté ce qui fut qualifié par le bourgmestre lui-même, de « situation indélicate » (!).

    Un mois plus tard, le 19 septembre 2017, notre groupe politique adressait un courrier au collège communal, l’invitant à inscrire un point complémentaire à l’ordre du jour du conseil communal du 25 septembre 2017, intitulé « Etablissement : mise en conformité pour l’entreposage des déchets issus de travaux communaux » .

    Ce point qui ne fut pas accepté par le collège communal fut, par ailleurs, à la base de la prise de conscience qui conduisit à l’enquête publique qui vient de trouver son aboutissement en ce 5 février.

    Pour permettre à chacun de se faire la meilleure opinion sur cette problématique, nous vous livrons le texte de notre intervention, dans son intégralité.

    Bonne lecture.

     

    uPNa

     

     

    uPN PNc lettre réclamation enquete Pery clic ici .pdf

    3.JPG

    Clic sur la Lettre ou ici

    1.JPG

     

  • Pour Nandrin uPN à la Conférence de Marie Christine Marghem sur l énergie à Bruxelles le 18 novembre 2017

    Un des élus du groupe uPN PourNandrin à la Conférence sur l énergie à Bruxelles par Marie Christine Marghem
    Ministre de l'Energie, de l'Environnement et du Développement durable.

    à la Residence Palace - International Press Centre.

    23754671_1030092113805244_9087757112922980434_n.jpg

    23621359_1030092673805188_4834794899950098043_n.jpg

    23722522_1030092770471845_1355842626548791239_n.jpg

    23722548_1030092700471852_7707881090377088098_n.jpg

    23622542_1030092727138516_2272603314564150335_n.jpg

    23621161_1030092230471899_8390862419406341229_n.jpg

     

     

  • Le journal L'Avenir titrait hier 29 août 2017 : Pourquoi remblayer avec du raclage de route?

    Pourquoi remblayer avec du raclage de route? Clic ici 

    2017-08-29 - Vers l'Avenir - Remblais AC Clic ici .pdf

    Article Vers l'Avenir 29 août 2017 AC. Clic ici JPG

     

    DSC_0071.JPG

    article Vers l'Avenir 29 aout 2017 AC.JPG

    IMG_2286C.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n° 19-‘17 Double pollution (par déblais toxiques) à Nandrin-Lez-Terrils ? (et dire que … « ça se passe près de chez vous » !)

     

    Depuis 2005, la commune de Nandrin a pris la fâcheuse habitude de déposer et de stocker, pour un temps plus ou moins long, des déblais provenant de divers travaux réalisés, à son initiative, aux différents coins de l’entité.

    C’étaient généralement des résidus de type briquaillon, de la terre ou encore des déchets verts que le personnel du Service communal des Travaux transportait rue du Péry, à côté de l’ancien parking du club de football de Villers-le Temple et en face du parc communal du Péry.

    La commune, au grand dam des riverains qui eurent à subir pendant des années ces amoncellements, pas toujours très esthétiques et à l’hygiène douteuse, de bonnes « âmes » venant y déverser de temps à autre leurs « propres » déchets, ne fit rien pour modifier cette situation et continua à augmenter ces « terrils ».

    Cette situation qui perdurait encore en 2013, fut dénoncée par notre groupe politique « union Pour Nandrin » et l’échevin des Travaux H. Dehareng promit, pendant près d’un an, d’y remédier et de faire disparaître ces tas de « crasses ».

    A ces tas, la commune commença à y amonceler le produit du RACLAGE des routes, en petites quantités d’abord.

    Et un jour, après la réalisation des nouveaux terrains de football synthétiques, tout disparut et le site fut assaini, en tout cas à cet endroit précis, à savoir en face du terrain communal de tennis.

    Mais, quelle ne fut pas la surprise de tout le quartier (et des Nandrinois) quand les riverains découvrirent que les tas avaient été déplacés derrière la haie d’une propriété privée de la rue Tige des Saules, en bordure des terrains achetés en son temps, par la commune, pour y construire le défunt hall « omnisports » (à l’arrière du hall-entrepôt communal de l’Espace des saules).

    Pour les habitués des « grands feux » et autres festivals de musique qui se déroulent sur le site du Péry, chacun identifiera parfaitement l’endroit d’autant mieux que les amoncellements allaient devenir tellement hauts et importants que de leurs sommets, il devenait aisé de s’y percher pour avoir une (belle) vue de l’ensemble dudit site.

    Quand on sait que, seulement quelques riverains (moins d’une dizaine de personnes !) en étaient incommodés autant par la vue que par les nuisances, on peut penser que cela agréait parfaitement les responsables communaux de maintenir les choses en l’état.

    « union Pour nandrin » a, à nouveau, interpellé le collège communal pour s’étonner de ces nouveaux stockages de déblais d’autant plus que, cette fois, en plus des habituels décombres de type briquaillon et terres, il y fut entreposé et stocké, A MEME LE SOL, des dizaines de tonnes de RACLAGE BITUMEUX, résidu en provenance des travaux réalisés par des entreprises privées sur les routes communales (cf. la définition de ce type de résidus selon la législation en vigueur : en annexe).

    Ces dépôts existent donc depuis 2014-2015 et ont atteint des sommets (c’est le cas de le dire !) durant ces derniers mois au point qu’ils étaient visibles depuis les nouveaux terrains de football.

    Nous avons dénoncé, à plusieurs reprises cette nuisance grave, d’autant plus qu’il est probable qu’une des deux voies d’alimentation en eau qui fournissent la source communale de Marnave (70 % de l’approvisionnement global) de la SCRL IDEN, notre petite intercommunale des eaux, se situerait et passerait en dessous de ce site du Péry !

    (Pour rappel, le futur « Point Ferme » qui sera bientôt construit par le G.A.L. « Pays des Condruzes » dans le hall communal de l’Espace des Saules, lequel vendra des produits frais de l’agriculture locale, fera face à ces monticules noirs qui rappellent les belles heures de l’industrie minière liégeoise).

    A chaque fois devant notre insistance, il nous fut répondu que les dépôts ne présentaient pas de nuisance pour l’environnement et pour les riverains en particulier.

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Pourquoi alors, nous direz-vous, alerter l’opinion publique et surtout les autorités communales, une nouvelle fois et de manière plus incisive, pour un problème connu et qui ne présenterait, à priori, aucun danger ?

     

    Tout simplement, PARCE QUE, alors que cette « pollution », en tous cas, ces dépôts sauvages et non autorisés de produits à tout le moins TOXIQUES qui, jusqu’à preuve du contraire après analyses par l’Institut scientifique de service public (ISSeP) de Liège, pourraient revêtir un caractère DANGEREUX,  se sont aujourd’hui, et plus particulièrement depuis la semaine du 15 août et jusqu’à ce lundi 21 août à 15 heures, DEPLACES vers et sur la place de Nandrin, AUTOUR DES MURS de la NOUVELLE ADMINISTRATION COMMUNALE.

    Comment ?

    Des camions de l’entreprise responsable du chantier de ce bâtiment que nous avons qualifié, en son temps, de « démesuré » pour notre commune, ont VIDE tous les tas de DEBLAIS BITUMEUX du site du Péry pour remplir tous les espaces autour des fondations du nouveau bâtiment !!!

    Incroyable mais vrai, tous les produits du RACLAGE se trouvent, aujourd’hui, enfouis AU CŒUR même du village de Nandrin, au pied des bâtiments Musin, de l’église Saint-Martin et de l’ancien tribunal de Justice de Paix, centre historique de notre entité.

    Des tonnes de produits BITUMEUX, en lieu et place des déblais retirés et qui, selon le Cahier spécial des Charges des Travaux, devaient être replacés au même endroit !!!

    Jugez plutôt par cet extrait dudit Cahier :

    « 11.3. Remblais et travaux connexes :

    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et /ou rehaussement de la zone autour ou entre les fondations réalisées, …

    Les matériaux utilisés prévus pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, … ou d’autres déchets.

    Conformément aux clauses du cahier des Charges, LES REMBLAIS SERONT EFFECTUES A L’AIDE DE TERRE et/ou de sable stabilisé.

    L’entrepreneur est tenu de présenter un CERTIFICAT D’ORIGINE DES TERRES APPORTEES.

    (…) Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de DEMANDER un CONTRÔLE D’IDENTIFICATION. »

     

    Pourquoi le cahier spécial, voté par le conseil communal, n’a-t-il pas été RESPECTE ?

    POURQUOI ???

      

    Ce lundi 21 août, après-midi, faisant suite à une interpellation et face à telle situation d’importance écologique et environnementale grave, deux agents de la Police de l’Environnement de Liège du Service public Wallonie (SPW) sont descendus sur les sites de la place de Nandrin et du Péry pour constater les faits et effectuer des prélèvements qui sont en cours d’analyse à l’ISSeP de Liège.

    Conséquemment, les travaux de remblayage ont été stoppés immédiatement.

    Parallèlement, un camion communal a évacué un tas de terre au Péry.

    Interpellant, non ?

    Manifestement, pour qu’une telle police se déplace, c’est qu’il y a matière à investigation et que ces remblayages posent question(s), nonobstant le non-respect du cahier des Charges et les dépôts « sauvages » de raclage acheminés au Péry depuis plusieurs années.

    Quand on pense que l’on a démoli un bâtiment de la fin des années 40, prétendument insalubre pour le remplacer par un nouveau d’un coût de près de 1.900.000 euros, lequel est aujourd’hui ceinturé par des dizaines de tonnes de déblais bitumeux toxiques alors qu’on devait réutiliser les déblais d’origine et de la terre scientifiquement prouvée, SAINE, on doit estimer qu’agir de la sorte est IRRESPONSABLE.

    Car, sur ce site, si on en croit les autorités communales, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui vont travailler quotidiennement à côté de ce type de remblais.

    Et s’il s’avère, après analyses, que la norme de 50 ppm devait être atteinte, TOUS CES REMBLAIS devraient être retirés par l’entreprise, aux frais de la commune de Nandrin, donc des citoyens !

    D’où, des coûts supplémentaires gaspillés par un manque de rigueur et de sérieux dans la gestion du dossier !

    Vraiment, il est PLUS que temps que cette législature s’achève car, depuis cinq ans, notre commune est aux mains d’apprentis-sorciers qui, dans cette problématique, viennent de porter atteinte à notre environnement et qui sait, pourrait porter atteinte à la santé de concitoyens dont des employés communaux.

     

    Et si, maintenant, pour exprimer notre mécontentement et notre courroux face à tant de « légèretés », nous, citoyens, nous nous saisissions de quelques douzaines d’œufs bien « contaminés », croyez-vous qu’ils apprécieraient et qu’ils en feraient tout un plat ?

    Pas sûr d’autant plus que les quelques ECOLO qui siègent au sein de cette majorité, crieront, peut-être, CETTE FOIS-CI, … au scandale !!!

     

    UPNa (24/08/2017)

     

     

     

    1. Les mélanges bitumeux contenant du goudron sont considérés par le code de l’environnement comme étant des déchets dangereux. (voir rubrique 17.03.01) http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat026.htm

    Législation/Déchets/Catégories de déchets/Catalogue

    environnement.wallonie.be

    Coordination officieuse. 10 juillet 1997 - Arrêté du Gouvernement wallon établissant un catalogue des déchets (M.B. 30.07.1997 - err. 06.09.1997)

     

    1. Ces déchets contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont cancérogènes. http://www.brrc.be/fr/article/f410_08a
     

    Gravillons de granulats recyclés d’enrobés hydrocarbonés ...

    www.brrc.be

    Dans l’EURAL (liste européenne de déchets), les débris bitumineux contenant du goudron sont repris sous le code 17 03 01* «Mélanges bitumineux contenant du ...

     

    ( Voir §. 2 Qualité environnementale)

    1. L’arrête de l'Exécutif régional wallon relatif aux déchets dangereux définit un cadre très strict pour le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation de tels déchets. http://environnement.wallonie.be/legis/dechets/decat005.htm

    L’Art. 3 de ce décret précise qu’ l est interdit à quiconque de se débarrasser des déchets dangereux, si ce n'est :

    -        1° soit, en procédant à leur élimination ou à leur valorisation dans ses propres installations dûment autorisées;

    -        2° soit, en les confiant à un tiers bénéficiant de l'agrément requis pour assurer la collecte ou à un tiers agréé et autorisé pour effectuer le regroupement, le prétraitement, l'élimination ou la valorisation des déchets [ ... ] dangereux;

    -        3° soit, en les confiant à une installation située en dehors du territoire de la Région wallonne

    Le chapitre IV traitant de l’agrément des personnes autorisées à éliminer ou à valorisation de tels déchets.

    11.3 REMBLAIS ET TRAVAUX CONNEXES
    Les remblais concernent tous les remplissages périphériques et/ou les rehaussements de la zone autour ou entre les fondations réalisées; soit la remise en profil du terrain conformément aux plans d'exécution.
    les prix unitaires prévus pour ce poste comprendront l'épandage des matériaux de remblai en couches de 30cm damées se succédant correctement, le compactage (damage, cylindrage, …) du matériau de remblai.
    Les matériaux utilisés pour les remblais ne peuvent en aucun cas contenir des décombres, des matériaux de démolition, des mottes de gazon, des troncs, des matériaux gelés ou d'autres déchets. Conformément aux clauses de cahier spécial des charges, les remblais seront effectués à l’aide de terre et/ou de sable stabilisé
    L'entrepreneur est tenu de présenter un certificat d'origine des terres apportées. A cet effet, l'entrepreneur fera contrôler la terre sur son terrain d'origine et prouvera au moyen d'un rapport de gestion que la terre livrée satisfait aux exigences en matière d'environnement.
    Lorsque les terres sont apportées à destination, le pouvoir adjudicateur est en mesure de demander d'effectuer un contrôle

     

     

     

    Nandrin aout 2017.JPG

    IMG_2286C.JPG

    DSC_0071.JPG

    IMG_2320C.JPG

     

  • Daniel Giltay remplace Marc Evrard au CPAS et rejoint le groupe Union pour Nandrin

    Daniel  G au  CPAS juin 2017.JPG

    Dans Vers l'avenir  du 8 juin 2017 article de SJ 

    Après 5 mois de réflexion, Union Pour Nandrin, groupe d’opposition à Nandrin, vient de désigner le remplaçant de Marc Evrard au conseil de l’action sociale.

    Il s’agit de Daniel Giltay, ancien syndicaliste FGTB à Cockerill-Sambre et secrétaire du CRAVN, Collectif pour la ruralité et l'art de vivre à Nandrin, l’ASBL qui avait notamment attaqué la commune au Conseil d’Etat au sujet du Festimix sur le site des Templiers. 

    L’unique siège de conseiller au CPAS d’Union Pour Nandrin a souvent changé de titulaire depuis les élections de 2012. D’abord occupé par Emilie Demeuse, qui a quitté la commune, il est revenu à Didier Maka qui est ensuite monté au conseil communal en remplacement de Jeannick Piron, laissant la place vacante au CPAS.

    C’est Marc Evrard, conseiller communal, qui a alors cumulé les deux casquettes avant de démissionner du conseil de l’action sociale en décembre dernier. « J’ avais toujours dit que je ne resterai pas conseiller au CPAS trop longtemps », indique l’intéressé.

    Depuis, le groupe cherchait un(e) Nandrinois(e) motivé(e) pour siéger. « La jeune fille que nous pressentions n’étant pas partante, nous nous sommes posés et avons réfléchi.

    Nous voulions quelqu’un qui reste jusqu’au bout de la législature, qui puisse faire jeu égal avec les mandataires chevronnés déjà en place, quelqu’un de solide qui s’investisse donc et étudie les dossiers.

    Puisque les conseillers CPAS ne doivent pas être élus, nous avons pensé à Daniel Giltay que nous connaissions dans le voisinage et qui avait interpellé notre groupe pour être porte-parole des idéaux du CRAVN.

    Son investissement au seinde cette ASBL de défense de la ruralité et sa faculté d’aller au bout de ses convictions ne sont pas sans rappeler ceux d’uPN », revient Marc Evrard.

    Qui insiste: « Jusqu’il y a une semaine, uPN et le CRAVN n’avaient aucun lien. Il n’y a pas eu d’instrumentalisation de ce groupement .»

    Diplômé électricien industriel, Daniel Giltay (55 ans) a fait toute sa carrière à Cockerill-Sambre, il a notamment été délégué syndical permanent FGTB, secrétaire de la cellule sociale, responsable du comité de gestion et administrateur du Fonds d’entraide des divisions liégeoises.

    « J’ai donc beaucoup touché au social dans ma carrière.

    Aujourd’hui prépensionné, je compte mettre à profit cette expérience au bénéfice du CPAS », déclare Daniel Giltay, qui reste pour le moment secrétaire du CRAVN.

    « Je ne vois pas d’interférence, les deux mouvements sont distincts .»

    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse du 7 juin 2017 

    Lire la suite

  • La PRESS’ion citoyenne n° 17 - ’16 Deux poids, deux mesures : « classique » à Nandrin ... depuis 2012 !

    LPC 3.JPG

    Fait suffisamment rare que pour être souligné, le journal l’Avenir a tenu à relever, dans son édition Huy-Waremme de ce mercredi 21 décembre, que notre groupe politique d’opposition «union Pour Nandrin  s’était montré tout à fait ravi du projet » de rénovation de l’ancien presbytère de Villers-le-Temple transformé en maison de village, projet subsidié à 80 % (700.000 euros pour un coût total de 875.000) par le FEDER.

    Et n’en déplaise au bourgmestre M. Lemmens qui s’est encore laissé aller à une indélicatesse verbale habituelle dont il a le secret, puisqu’il a déclaré qu’uPN « ne menait pas une opposition positive », quand on sait que notre groupe a voté, depuis 4 ans, favorablement ou s’est abstenu sur plus de 80 % des dossiers proposés par la majorité et a initié 18 points complémentaires rejetés, tous, eux, par la majorité !

    De plus, nous croyons savoir qu’une opposition qui est en permanence positive, cela s’appelle une MAJORITE (quoique à Nandrin, ces derniers temps, l’opposition se trouvait dans la majorité !).

    Mais, on peut comprendre que les Nandrinois ne comprennent plus grand-chose à la vision politique et aux objectifs poursuivis par les élus de cette majorité « recomposée ».

    Car, comment expliquer à nos concitoyens qu’à trois semaines d’intervalle à peine, ils viennent de prendre, sur un même type de dossier, deux décisions diamétralement opposées ?

     

    * 22 novembre 2016 : vote de la DEMOLITION, sur la place O. Musin de Nandrin, du bâtiment principal (et historique) de l’administration communale, datant de 1954 et reconstruction d’une nouvelle infrastructure, pour un montant global initial de 1.879.000 euros avec un subside de 306.000 euros (16,30 %).

    Motif invoqué: bâtiment inadapté pour une administration moderne, insalubre et énergivore ???

     

    * 19 décembre 2016 : vote de la RENOVATION, sur la place Baudouin 1er de Villers-le-Temple, de l’ancien presbytère, datant du 19ème siècle et REHABILITATION en maison de village avec salles de réunion et de conférence, académie de musique et garderie pour l’école communale, pour un montant global de 875.000 euros avec un subside de 700.000 euros (80,00 %).

    Motif supposé : bâtiment adapté pour ce type d’activités, salubre et non énergivore ???

     

    Pour la petite histoire, on ne pourra même pas dire qu’il y a incohérence dans le chef des concepteurs des projets puisque ces dossiers ont été confiés au MEME bureau d’architecture.

    De là à penser que, ce qui est « inacceptable » pour une quinzaine de fonctionnaires communaux, à savoir travailler dans des locaux RENOVES, ne l’est pas pour l’ensemble de nos concitoyens et pour les plus petits en garderie, est une réflexion qui semble « sauter aux yeux » !

    Ou alors faut-il considérer que le patrimoine communal n’est pas pris en compte de la même manière sur l’ensemble du territoire communal ?

    En effet, il n’aura échappé à personne l’état de dégradation de l’église de Nandrin, propriété communale et surtout l’état désastreux de la tour, tour de type domanial, une des plus anciennes du Condroz puisqu’elle pourrait bien remonter au Haut Moyen-Age.

    Le chantier de rénovation (en espérant qu’on ne la démolisse pas !) coûterait fort cher (1 million d’euros ?) et il y a, certes, d’autres priorités comme des travaux d’importance à consacrer aux écoles communales.

    Mais, qu’attend-on depuis des années pour envisager une mesure de classement de cette tour qui, à terme, pourrait bénéficier, elle aussi, d’un subside conséquent, même dans quinze ou vingt ans compte tenu de la lenteur de ce type de dossiers administratifs.

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin ... depuis 2012 !

    Ainsi, si l“union Pour Nandrin” est périodiquement accusée de tous maux, par la majorité “Expressions Commune(s)”, même quand au dernier conseil communal, elle s’est réjouie et a “félicité” la majorité d’avoir eu la volonté de recréer une maison de village (cf. point ci-dessus) et dès l’entame du dernier conseil, s’est aussi réjouie du souci de maintenir une antenne de police à Nandrin (dès 2018-2019, dans les locaux désaffectés de la poste), il n’y a pas qu’uPN qui fait de l’opposition.

    En effet, pour la 18ème fois, un point complémentaire proposé par uPN  a été REFUSE, donc de manière SYSTEMATIQUE, par 9 NON de la majorité “Expressions Commune(s) et dans une moindre mesure par TE.

    Si on examine les résultats des votes depuis  janvier 2013, la majorité a voté plus souvent NEGATIVEMENT aux propositions du groupe “union Pour Nandrin” que l’inverse: édifiant, non et qui est la paille et qui est la poutre ?

    Donc, ce 19 décembre, comme la presse s’en est fait l’écho, uPN proposait de faire UN PEU PROFITER le citoyen nandrinois de la bonne santé financière de la commune (avec, néanmoins une dette à 3.350.000 euros, à savoir à 50% du budget global !), dans la mesure où le budget était à nouveau présenté à l’équilibre et que le compte 2016 sera POSITIF, au printemps prochain d’au moins (comme chaque année, vu que les dépenses sont toujours “gonflées”), de plusieurs centaines de milliers d’euros.

    Que proposait UPN ?

    1) pour 2017, une réduction de la taxe additionnelle au précompte immobilier (faire passer les centimes de 2.650 à 2600), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de...26.000 euros et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros, de...26.000 euros (- 0,0038 %);

    2) Pour 2018, en plus du PI, une réduction de la taxe additionnelle à l’IPP (faire passer les 8,50 % à 8,00), à savoir un gain global pour les 5.850 citoyens de... 169.000 euros, et donc, une perte dans le budget communal établi à 6.768.900 euros , de 169.000 + 26.000 = 195.000 euros (-0,0280 %).

    “C’est (donc) jouer à l’apprenti sorcier”, dixit le bourgmestre-grand argentier que de grever le budget communal ... de 0,0038 % de ses recettes pour 2017 et de 0,028 %  pour 2018 au point que le conseiller Ecolo de la majorité se demande toujours où aller trouver, dans un budget de 6.768.900 euros, ... 26.000 euros ?

    Ô catastrophe, ô désespoir : RISIBLE, Monsieur le Conseiller !

    Et quand on sait que faire gagner 133 euros par an pour une famille de 4 personnes a été qualifié de “cacahuètes” par le bourgmestre, on se dit que pour certains élus qui cumulent salaire et mandats publics, l’argent n’a pas la même valeur que pour les autres citoyens !

    Quand on vous disait, chers Concitoyens (chers car Nandrin est “une commune de gens qui sont RICHES” dixit M. Lemmens puisque “si la commune va si bien, c’est grâce à ses habitants, les taxes correspondant à 70 % des recettes”, dixit l’Avenir), que plus nous sommes taxés et mieux les finances communales se portent (dès 2013, la majorité en avait  fait son credo puisque cette disposition - maintien de la taxation aux niveaux initiaux déjà fort élevés - fut votée en UNE FOIS, pour la période 2013-2019, c’est à dire pour TOUTE la législature, comme si rien ne changerait entre temps) !

    Tiens, la RAGE TAXATOIRE, cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine philosophie politique ?

    Manifestement, ce qui est possible, dans le budget communal à Hannut où l’IPP a été ramené de 8,80 % à 8,50 % et à Burdinne où le conseil communal a accordé forfaitairement 50 euros à tout jeune, pour un montant global de 125.000 euros, ne l’est pas à Nandrin où, pourtant, on se prévaut de “cultiver aussi un art de vivre”.

     

    Quand on vous disait qu’il existait deux poids, deux mesures à Nandrin, ... depuis 2012 !

     

     

    uPNa

     

    eglise.JPG

  • Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP un article de Sarah Janssens dans Vers l'Avenir du 21 décembre 2016

    Union Pour Nandrin l'avenir du 21 décembre 2016.JPG

    Union Pour Nandrin veut diminuer l’IPP Article de Sarah Janssens avenir clic ici.pdf

    Union Pour Nandrin  vers l'avenir article de Sarah Janssen 21 décembre 2016.JPG

  • La PRESS’ion citoyenne n° 16 - ‘16 « Rencontre du troisième type »

    DSC_0812.JPG

    Nous avons rencontré Jeanick Piron, fondatrice et ancienne cheffe de groupe de « Pour Nandrin » et aujourd’hui, administratrice de « union Pour Nandrin » et lui avons posé quelques questions, au lendemain de l’élection du nouveau président de la section locale du Mouvement Réformateur de Nandrin.

     

    uPNa : Madame Piron, que vous inspire la photo que vous avez réalisée, ce samedi 10 décembre 2016, des 3 MR (N) sur la place de Nandrin ?

    J.Piron. : beaucoup de satisfaction et de bonheur confraternel dans la mesure où, enfin, après quatre années de « distanciation », ces trois figures réformatrices et libérales à Nandrin se retrouvent réunis pour relever un nouveau défi, celui de redonner des couleurs - et les plus « bleues » - à la belle commune de Nandrin.

    Je ne puis donc que me réjouir de l’élection de mon ami Guy Mottet, compagnon de tant d’organisations festives et récréatives, entre autres à Saint-Séverin, mais bien évidemment aussi de la désignation à la vice-présidence, des chefs de groupes, Marc Evrard pour « union Pour Nandrin » et Benoît Ramelot pour « Tous Ensemble ».

    Autre beau symbole que celui de ce trio prenant la pose devant le bâtiment de l’administration communale que la majorité « Expressions Commune(e)s » s’apprête à démolir, celui d’une volonté conjointe d’œuvrer pour la défense et la promotion de Nandrin, de son patrimoine et de sa ruralité.

     

    uPNa : Faut-il donc y voir, à court voire à moyen terme, une fusion des 2 listes d’opposition pour les futures élections communales de 2018 ?

    J.Piron : je crois que c’est aller un peu vite en besogne car les programmes politiques actuels des 2 formations « uPN » et « TE » sont différents et les appréciations divergent sur la méthode pour changer de majorité mais ceci participe assurément au rapprochement qui s’opère depuis plusieurs mois et pas d’ailleurs uniquement au sein de l’opposition (cf. les prises de positions récentes de deux membres cdH et Ecolo de la majorité).

    Pour rappel, le fait que ni Marc Evrard ni Benoît Ramelot ne se soient portés candidats à l’élection de la locale MR indique clairement une volonté affichée de préserver, au sein de leur groupe politique respectif, la diversité de pensées et d’actions dont celle qui nous tient particulièrement à cœur à « union Pour Nandrin », l’expression citoyenne, chère aux concitoyens qui nous ont élus et à ceux, nombreux, qui nous rejoignent.

     

    uPNa : Doit-on s’attendre à une opposition de plus en plus « incisive », voire sans concession dans les prochains mois et des débats toujours plus « durs » lors de la tenue des conseil communaux ?

    J. Piron : je ne puis répondre que pour notre groupe qui continuera, que cela plaise au non comme il le fait depuis décembre 2012, à agir dans l’intérêt de nos concitoyens en fonction de son programme politique.

    Mais, nous allons aussi entrer en campagne politique dès l’automne 2017 et « union Pour Nandrin » entend bien poursuivre la mission qui lui a été confiée en octobre 2012 et quoiqu’il advienne, se positionnera dans le respect de ses convictions.

    J’ai une entière confiance dans l’action de nos trois mandataires, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski, surtout, par rapport aux engagements qu’ils ont pris vis- à-vis des électeurs.

     

    uPna : en votre qualité d’ancienne secrétaire de la locale MR sous la présidence de Marc Evrard de 1994 à 2013, allez-vous aussi remplir un rôle actif au sein du nouveau comité ?

    J. Piron : ce n’est pas impossible mais cela ne relève pas de ma seule volonté. Je crois que les bonnes volontés sont toujours utiles et je pense avoir suffisamment prouvé que je ne manquais ni de courage, ni d’audace ni de disponibilité.

     

    UPNa

     

    Source photo Mouvement Réformateur Nandrin

     

  • Débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal le 24 novembre 2016 au local d' " Histoire de Temps"

    Chères Nandrinoises et chers Nandrinois,

     

     

    Incroyable mais vrai !

     

    Au conseil communal de ce mardi 22 novembre, les 9 élus (sur 17) de la majorité "Expressions Commune(s)" ont voté DEFAVORABLEMENT pour la préservation du bâtiment de l'administration communale de Nandrin, sis au n° 1, place Ovide Musin, et ce contre les 2 groupes d'opposition "TE" et "uPN" qui avaient demandé son MAINTIEN et sa RESTAURATION.

     

    Datant de 1954, cet immeuble, assemblage de briques et de pierres typique de l'architecture traditionnelle du Condroz, récemment adapté aux PMR (personnes à mobilité réduite) abritait, entre autres, les bureaux du bourgmestre et du directeur général mais aussi la salle du Collège.

     

    Le coût des travaux de destruction et de reconstruction qui va approcher le montant de 1, 9 million d'euros (1.778.000 + 101.000 de frais d'étude) va rejaillir sur l'ensemble de nos concitoyens et relancera l'endettement communal si l'emprunt d'1 million d'euros actuellement refusé par l'opposition devait à nouveau revenir sur la table du conseil.

     

    Au moment où nous écrivons ces quelque lignes, le début des travaux de démolition est imminent, le chantier étant déjà partiellement sécurisé.

     

    Ce jeudi 24 novembre, les élus du groupe "union Pour Nandrin", Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski et Jeannick Piron seront présents au local d' " Histoire de Temps", de 19 à 21 heures, au n°145 de la route du Condroz pour débattre de l'actualité communale et de l'ordre du jour du prochain conseil communal du lundi 28 novembre.

     

    Invitation est lancée à tous les citoyens et il y aura des comptes-rendus du dernier conseil communal dans les journaux locaux et régionaux de la Meuse et de l'Avenir Huy-Waremme ainsi que dans la Libre Belgique et la DH de ce jeudi.

     

    Pour "uPN", Marc Evrard, chef de groupe

  • La PRESS’ion citoyenne n°15 - ‘16 « L’opposition ne comprend pas ce qu’elle vote » ?

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

    C’est la dernière déclaration du bourgmestre M. Lemmens dans le journal « L’Avenir » de ce vendredi 4 novembre, à propos du refus de 9 conseillers des oppositions « union Pour Nandrin » et « Tous Ensemble » et de la majorité « Expressions Commune(s).

    Car, n’en déplaise au grand argentier communal, une minorité de la majorité a également voté contre l’emprunt de 2 millions pour le nouveau bâtiment de l’administration communale/CPAS de la place Musin à Nandrin.

    9 conseillers sur 17 à Nandrin dont certains totalisent, ensemble, plus de 60 années de mandats politiques sont, comme le conseiller Marc Evrard, des élus « qui n’ont toujours RIEN compris ».

    9 conseillers sur 17  à Nandrin dont deux anciens échevins et président de CPAS et un ancien président de l’IDEN ne comprendraient plus RIEN !!!

    Décidément à Nandrin, depuis plus de vingt ans, il faut croire qu’on ne prend que les moins doués pour assumer des fonctions à responsabilité de gestion et cela semble continuer sous la législature actuelle, aux dires du bourgmestre (pas flatteur pour ses colistiers !).

     

    Mais que vaut-il mieux ?

    « Une opposition qui NE COMPREND PAS ce qu’elle vote » ou une opposition qui NE VOTE PAS ce qu’elle comprend ... trop bien ?

     

    Et, c’est bien cela qui met M. Lemmens dans un tel état “alarmiste” : il ne maîtrise plus sa majorité et ses projets deviennent sans ... fondation car il n’a plus AUCUN pouvoir de  DECISION et de GESTION, sans parler qu’il ne maîtrise plus sa communication, toujours dirigée contre l’individu et non contre les idées de celui-ci.

    Quant au travail du personnel communal qu’il laisse se développer sans perspective concrète, il faut déplorer une telle démarche de la part d’un mandataire qui, pour la part politique qui lui incombe, à savoir faire voter favorablement ses projets, n’assume plus ses responsabilités.

    Le fautif, n’est-ce pas, en définitive, celui qui n’a plus la majorité de vote au conseil communal ?

     

     

    Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

     

    Chacun se souvient du petit Caliméro, cher à nos jeunes années, celui-là même qui avait un art consommé de se faire passer, TOUJOURS, pour la victime de X, de Y et encore de Z.

    A la longue, cela devient lassant d’entendre, TOUJOURS, les mêmes gémissements et ces « ce n’est pas ma faute mais celle de l’autre », etc.

    Quand on clame haut et fort « qu’on a le pouvoir parce qu’on est la majorité » et que vous, « vous n’êtes que l’opposition », etc. et que « vous n’avez rien compris » et qu’on se trouve AUJOURD’HUI, acculé à ne pas pouvoir faire un emprunt, faute du refus de la MAJORITE du conseil communal, que fait-on, Monsieur Lemmens ?

    Marc Evrard vous répond, Monsieur Lemmens, par la plume d’uPNa :

    DEMISSIONNEZ,  Monsieur et quitter vos 22 ans d’échevinat et de maïorat car vous êtes d’abord, Monsieur Lemmens, un obstacle à la concorde politique à Nandrin, car, vous êtes, aussi, un obstacle au travail de nos fonctionnaires communaux et enfin, vous êtes, surtout, un obstacle à votre propre majorité qui, heureusement, compte encore quelques personnes réalistes.

    Aussi, Mesdames et Messieurs de la « majorité E.C. », faites faire le pas de côté à celui qui veut, au bord du précipice, vous faire accomplir le pas en avant.

    Car, c’est autant votre avenir que celui de Nandrin qui est en jeu.

     

    uPNa

    vers l avenir du 4 novembre sur l'emprunt Clic ici.JPG

     

     

  • Invitation d'uPN à la 1ère rencontre citoyenne le jeudi 20 octobre 2016 à Nandrin

    Ce jeudi 20 octobre, entre 19h et 21h,dans un des locaux de la maison "Histoire de temps", située au numéro 145, route du Condroz à 4550 Nandrin, le groupe politique " union Pour Nandrin" tiendra sa première rencontre citoyenne.

    Comme annoncé récemment, il propose, ainsi, à tous les citoyens nandrinois de les accueillir dans ledit local afin de recueillir leurs réflexions relatives à la vie communale et plus particulièrement, par rapport à l'ordre du jour du conseil communal qui se tiendra ce lundi 24 octobre 2016, dès 20 heures, dans la salle de la place Botty à Nandrin.

     A l'issue de ces échanges, un débat pourra s'engager sur les problématiques communales d'actualité. 

     Les trois conseillers communaux, Marc Evrard, Didier Maka et Bogdan Piotrowski seront présents.

     Le groupe "union Pour Nandrin" vous attend en grand nombre et d'avance se réjouit de votre participation et de votre collaboration.

    Entre-temps, il vous assure de ses meilleurs sentiments. 

    Pour uPN,

    Marc Evrard, chef de file et porte-parole

    Source info

    Conseil Communal à Nandrin clic ici du 24 octobre 2016.pdf

    Point complémentaire Conseil Communal Nandrin clic ici  24 octobre 2016.pdf